Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Championnat du monde de Formule 1 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Championnat du monde de Formule 1 2021
Description de l'image F1 2021.svg.
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 72e
Participants 20
Nombre de manches 23 Grands Prix
Site web officiel www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau : Inconnu
Champion constructeur Drapeau : Inconnu

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 2021 est la 72e édition du championnat du monde de Formule 1. Parmi les principaux mouvements de pilotes, il y a le départ de Sebastian Vettel de la Scuderia Ferrari pour l'écurie Aston Martin, nouvelle dénomination de Racing Point, ou celui de Daniel Ricciardo de Renault vers McLaren qui évolue avec un moteur Mercedes, provoquant le retour de Fernando Alonso dans l'équipe française qui choisit Alpine comme nouvelle dénomination, ainsi que l'arrivée de Sergio Pérez chez Red Bull Racing. Le Mercedes Grand Prix annonce enfin s'être entendu avec Lewis Hamilton pour qu'il dispute une neuvième saison avec l'écurie allemande, en piste pour tenter de gagner un huitième titre mondial sans précédent, alors qu'il est également en mesure de dépasser les 100 pole positions et autant de victoires. En outre, le fils de Michael Schumacher, Mick, débute en Formule 1 avec l'écurie Haas. Par ailleurs, Stefano Domenicali remplace Chase Carey à la tête du Formula One Group, devenant ainsi le nouveau patron de la discipline.

Le , le Conseil Mondial de la FIA valide la proposition de la direction de la Formule 1, officialisant un calendrier de 23 Grands Prix, le plus grand nombre de courses en une saison de l'histoire de la Formule 1 ; il reste toutefois sujet à l'évolution de la pandémie de Covid-19 et de la crise sanitaire mondiale qui en découle. La première course annulée est, pour la deuxième année consécutive, le Grand Prix du Canada, remplacé dans un premier temps par le Grand Prix de Turquie, lui même annulé puis remplacé par le Grand Prix de Styrie organisé le 27 juin, ce qui provoque un décalage des dates des Grands Prix de France et d'Autriche. Le calendrier comprend le nouveau Grand Prix d'Arabie saoudite, disputé en nocturne sur un circuit tracé sur la corniche de Djeddah.

La saison voit l'introduction d'un nouvel agencement du weekend, testé sur trois Grands Prix : la « qualification sprint » sous la forme d'une course de 100 km le samedi qui détermine la grille de départ du Grand Prix selon l'ordre d'arrivée et attribue des points aux trois premiers ; le traditionnel déroulé Q1, Q2, Q3 se tient le vendredi pour organiser la grille de départ de la qualification sprint. Le Grand Prix de Grande-Bretagne, le 18 juillet, sera le théâtre inaugural de ce nouveau format.

Repères en début de saison

Pilotes

  • Kimi Räikkönen en 2007, Lewis Hamilton en 2008, 2014, 2015, 2017, 2018, 2019 et 2020, Sebastian Vettel en 2010, 2011, 2012 et 2013 et Fernando Alonso en 2005 et 2006 sont les quatre champions du monde en activité ;
  • Kimi Räikkönen, avec 330 départs en Grand Prix à l'entame de la saison, est le pilote ayant le plus d'expérience devant Fernando Alonso (312 départs) et Lewis Hamilton (266 départs), ce sera sa 19e saison en F1, record qu'il égale avec Rubens Barrichello ;
  • Lewis Hamilton est le pilote engagé en 2021 totalisant le plus de points (3 778 points), devant Sebastian Vettel (3 018 points), Fernando Alonso (1 899 points) et Kimi Räikkönen (1 863 points) ;
  • Dix des vingt pilotes engagés en 2021 ont déjà remporté au moins un Grand Prix : Lewis Hamilton (95 victoires, record), Sebastian Vettel (53 victoires), Fernando Alonso (32 victoires), Kimi Räikkönen (21 victoires), Max Verstappen (10 victoires), Valtteri Bottas (9 victoires), Daniel Ricciardo (7 victoires), Charles Leclerc (2 victoires), Sergio Pérez (1 victoire) et Pierre Gasly (1 victoire) ;
  • Avec le retour de Fernando Alonso et la présence de Kimi Räikkönen, c'est la première fois dans l'histoire de la Formule 1 que deux pilotes sont encore en activité vingt ans après leur début en 2001 où ils côtoyaient les pères de Mick Schumacher et de Max Verstappen.

Débuts en tant que pilote titulaire :

Départs :

Transferts :

Retours :

Duos de pilotes reconduits :

Le cas Lewis Hamilton :

  • Le précédent contrat de Lewis Hamilton avec Mercedes Grand Prix avait pris fin en 2020. Pour des raisons sur lesquelles les médias ont longuement spéculé (contrat d'une année seulement avec option pour la suivante, montant de 40 millions de dollars sans les bonus, droit de veto sur le choix de son coéquipier, refus de faire équipe avec Max Verstappen, etc[20]), les négociations ont traîné. Le , l'écurie annonce être tombée d'accord avec son pilote pour une neuvième saison consécutive, sans plus de précisions concernant la durée de ce contrat. Il apparait cependant qu'il ne porte que sur un an, c'est à dire la saison 2021. Concernant ses modalités, il est simplement indiqué : « Une part importante du nouvel accord s'appuie sur l'engagement commun en faveur d'une plus grande diversité et d'une plus grande inclusion dans le sport automobile qui a été pris l'année dernière par Lewis et Mercedes. Cela prendra la forme d'une fondation caritative commune qui aura pour mission de soutenir une plus grande diversité et une plus grande inclusion sous toutes ses formes dans le sport automobile[17]. » Le Britannique se mettra en piste avec l'objectif de remporter son huitième titre mondial, le septième en huit ans.

Écuries

Essais hivernaux

Les essais de la saison 2021 sont organisés sur trois journées, du 12 au . Contrairement aux années précédentes, ils se déroulent sur le circuit international de Sakhir à Manama[30].

Sur ces trois journées d'essais, le meilleur temps est réalisé par Max Verstappen sur la Red Bull RB16B en min 28 s 960 alors que la pole position 2020 a été réalisée en min 27 s 264 par Lewis Hamilton[31]. Ce dernier a roulé à trois secondes de ce temps avec la W12 qui paraît souffrir d'une trop grande nervosité du train arrière, mais les essais hivernaux n'indiquent pas forcément la tendance de la saison, surtout concernant Mercedes capable de corriger rapidement ces problèmes[31]. Les AlphaTauri AT02, Ferrari SF21 et McLaren MCL35M se mettent également en valeur[31]. La monoplace souffrant le moins de la nouvelle réglementation (rabotage du fond plat au niveau du train arrière) est la Red Bull RB16B au plan incliné vers l'avant (high rake) alors que celle ayant le plus important déficit de performance est l'Aston Martin AMR21 au plan horizontal (low rake)[32]. Pour l'écurie ex-Racing Point, cet état de fait se vérifie lors des deux premiers Grands Prix de la saison[33].

Réglementation

Règlement technique

Ce championnat devait introduire d'importantes évolutions du règlement technique dont notamment une évolution majeure de l'aérodynamisme des monoplaces basée sur l'effet de sol. Cette évolution devait limiter les perturbations aérodynamiques qui empêchaient les monoplaces de se suivre à courte distance, limitant les dépassements et le spectacle[34],[35]. Figuraient également des évolutions des spécifications du moteur V6 turbocompressé en vigueur depuis la saison 2014[36],[37], l'instauration de plusieurs composants standardisés pour permettre une réduction de coûts des monoplaces ainsi que l'adoption des pneumatiques à jantes 18 pouces[36],[38].

Cependant, en raison de la crise sanitaire mondiale de pandémie de Covid-19 ayant fortement perturbé l'édition précédente du championnat du monde de Formule 1 2020, la FIA et la FOM décident, en , le report du règlement pour 2022[39],[40]. En conséquence, un gel des châssis est instauré pour la saison et les écuries devront aligner en 2021 leur châssis de l'édition 2020[41].

Toutefois en , la FOM introduit un changement réglementaire susceptible d'influer sur le comportement des monoplaces : le fond plat est raboté de quelques centimètres au niveau des roues arrière et les appuis aérodynamiques présents à cet endroit interdits. Cette réduction d'appui d'environ 10 % a pour but de préserver les pneumatiques Pirelli. James Allison, le directeur technique de Mercedes indique : « Ça paraît peu et pourtant, cela change énormément les appuis de la monoplace. On va tourner autour d'une seconde perdue au tour car il faut ajouter à cela les ailettes des écopes de frein et la manière dont le plancher débute sous le museau avant[42]. »

Règlement financier

Un plafond budgétaire des écuries est établi pour réduire l'écart entre les écuries. Il concerne toutes les dépenses des écuries hormis les salaires des pilotes et les opérations de marketing[43],[44],[45].

Établi initialement à hauteur de 175 millions de dollars par an (pour une saison de 21 Grands Prix) la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 a, durant l'intersaison prolongée, relancé les débats sur son montant définitif[45]. Ainsi, le plafond pour la saison 2021 est de 145 millions de dollars. Il sera abaissé à 140 millions en 2022 puis à 135 millions de 2023 à 2025[46],[47].

Règlement sportif

Les écuries doivent désormais aligner au moins un pilote débutant lors de la première session d'essais libres au minimum deux fois au cours de la saison[48]. Cette règle permet à ces pilotes d'avoir du temps de piste sur une monoplace de Formule 1 et d'acquérir des points pour leur super-licence, obligatoire pour rouler en Formule 1[49].

Les temps de développement aérodynamiques sont désormais définis en fonction du résultat de l'écurie lors de la saison précédente. L'utilisation des tunnels de souffleries et de CAO est à présent basée sur une référence de 40 h/semaine et pourra varier de 90 % pour l'écurie championne du monde en titre (36 h) à 112,5 % pour le dernier du championnat précédent ou toute nouvelle écurie (45 h)[50],[51].

Weekend de course

La durée d'un weekend de Grand Prix passe de quatre jours à trois. Toutes les activités médiatiques telles que les conférences d'avant-course, qui débutaient le jeudi, sont décalées au vendredi matin[52],[53].

Les deux sessions d'essais libres du vendredi sont réduites chacune d'une demi-heure et durent désormais une heure ; elles sont également décalées dans l'après-midi pour libérer le matin pour les événements médiatiques[54],[55].

Le régime de parc fermé débute dès la sortie d'une monoplace lors de la troisième séance d'essais libres et non plus à partir des qualifications[56].

« Qualification sprint  » sur trois Grands Prix

Le , la Formule 1 annonce un accord « unanime » (avec la FIA et les dix équipes engagées dans le championnat) pour organiser dès cette saison le système des « qualifications sprint » sur trois Grands Prix (deux en Europe et un sur un autre continent)[57]. Le Grand Prix de Grande-Bretagne le sera le théâtre inaugural de cette innovation, comme l'a confirmé la direction du circuit de Silverstone[58]. Les deux autres courses pressenties sont les GP d'Italie le et du Brésil le [59]. Le weekend doit se dérouler ainsi[57] :

  • première séance d'essais libres d'une heure le vendredi matin ;
  • séance de qualifications le vendredi après-midi, selon le déroulé Q1, Q2, Q3, déterminant la grille de départ de la qualification sprint ;
  • deuxième séance d'essais libres d'une heure le samedi matin ;
  • qualification sprint (course de 100 km) le samedi déterminant la grille de départ du Grand Prix et attribuant des points aux trois premiers (trois pour le premier, deux pour le deuxième, un pour le troisième), et où les arrêts au stand ne sont pas obligatoires[59] ;
  • Grand Prix le dimanche.

Par ailleurs, les pilotes disposeront d'un choix libre de deux trains de pneus pour les libres du vendredi matin, de cinq trains de pneus tendres pour les qualifications le même jour, d'un seul train pour les libres du samedi matin et de deux pour la qualification sprint[57]. Le régime du parc fermé s'applique dès le vendredi soir après les qualifications[59].

Pilotes et monoplaces

Écuries Constructeurs Châssis Moteurs Pneus Directeurs d'équipe no  Pilotes Pilotes de réserve et de développement
Drapeau de l'Allemagne Mercedes-AMG Petronas Formula One Team Mercedes Mercedes-AMG F1 W12 E Performance[60] Mercedes P Drapeau de l'Autriche Toto Wolff[61] 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton[62] Drapeau des Pays-Bas Nyck de Vries[63]
Drapeau de la Belgique Stoffel Vandoorne[63]
Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg[64]
77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas[65]
Drapeau de l'Autriche Red Bull Racing Honda Red Bull Red Bull RB16B[66] Honda P Drapeau du Royaume-Uni Christian Horner 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez[9] Drapeau de la Thaïlande Alexander Albon[9]
33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen[67]
Drapeau du Royaume-Uni McLaren F1 Team McLaren McLaren MCL35M[68] Mercedes P Drapeau de l'Allemagne Andreas Seidl 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo[69] Drapeau du Royaume-Uni Paul di Resta[70]
Drapeau du Royaume-Uni Will Stevens
Drapeau du Royaume-Uni Oliver Turvey
4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris[71]
Drapeau du Royaume-Uni Aston Martin Cognizant F1 Team[72] Aston Martin Aston Martin AMR21[73] Mercedes P Drapeau des États-Unis Otmar Szafnauer 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel[14] Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg[64]
Drapeau du Royaume-Uni Nick Yelloly (en)
18 Drapeau du Canada Lance Stroll[74]
Drapeau de la France Alpine F1 Team[75] Alpine Alpine A521[76] Renault P Drapeau de l'Italie Davide Brivio[77] 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso[78] Drapeau de la République populaire de Chine Guanyu Zhou[79]
Russian Automobile Federation flag.svg Daniil Kvyat[8],[Note 1]
31 Drapeau de la France Esteban Ocon[80]
Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari Mission Winnow[81] Ferrari Ferrari SF21[82] Ferrari P Drapeau de l'Italie Mattia Binotto 16 Drapeau de Monaco Charles Leclerc[83] Drapeau du Royaume-Uni Callum Ilott[84]
Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi
55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr.[85]
Drapeau de l'Italie Scuderia AlphaTauri Honda AlphaTauri AlphaTauri AT02[86] Honda P Drapeau de l'Autriche Franz Tost 10 Drapeau de la France Pierre Gasly[87] Drapeau de la Thaïlande Alexander Albon[88]
22 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda[89]
Drapeau de la Suisse Alfa Romeo Racing Orlen[90] Alfa Romeo Alfa Romeo C41[91] Ferrari P Drapeau de la France Frédéric Vasseur 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen[92] Drapeau de la Pologne Robert Kubica[93]
Drapeau du Royaume-Uni Callum Ilott[94]
Drapeau de la Colombie Tatiana Calderón
99 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi[92]
Drapeau des États-Unis Uralkali Haas F1 Team[95] Haas Haas VF-21[96] Ferrari P Drapeau de l'Italie Günther Steiner 9 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin[97],[Note 1] Drapeau du Brésil Pietro Fittipaldi[101]
47 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher[102]
Drapeau du Royaume-Uni Williams Racing Williams Williams FW43B[103] Mercedes P Drapeau de la Grande-Bretagne Simon Roberts[104]
Drapeau de l'Allemagne Jost Capito[105]
6 Drapeau du Canada Nicholas Latifi[106] Drapeau du Royaume-Uni Jack Aitken[107]
Drapeau d’Israël Roy Nissany[108]
Drapeau de la Grande-Bretagne Jamie Chadwick[109]
Drapeau : Royaume-Uni Dan Ticktum[110]
63 Drapeau de la Grande-Bretagne George Russell[106]

Grands Prix de la saison 2021

Planisphère représentant les pays accueillant un Grand Prix en 2021.

Le , l'inédit Grand Prix d'Arabie saoudite est ajouté au calendrier, sur un circuit tracé sur la corniche de Djeddah, au bord de la mer Rouge et en nocturne[111],[112],[113].

Le groupe Formule 1 publie, le , un calendrier provisoire de 23 épreuves avec la plupart des Grands Prix du calendrier initial du championnat 2020 hormis le Grand Prix du Viêt Nam qui n'apparaît pas à la date du , laissée libre[114]. Il s'agit du championnat du monde de Formule 1 le plus dense, dépassant les 21 épreuves des championnats 2016, 2018 et 2019 ainsi que les 22 du calendrier prévisionnel du championnat 2020. Ce calendrier est ratifié par le Conseil Mondial de la FIA le [115]. Le Grand Prix d'Arabie saoudite est inscrit sous réserve de l'homologation du circuit urbain de Djeddah[115].

Le Grand Prix automobile du Viêt Nam, dont la première édition aurait du se tenir en 2020, ne figure pas dans le premier calendrier provisoire[116]. En effet, un des responsables de l'organisation du Grand Prix, le président du comité populaire de Hanoï, Nguyễn Đức Chung, a été arrêté pour corruption et « appropriation illicite de documents contenant des secrets d'état[117]. »

Début , à cause de l'émergence de variantes du Covid-19, un report du Grand Prix d'Australie est envisagé, les restrictions de circulation demeurant très strictes en Australie[118]. Le , la course est officiellement décalée au [119]. Paul Little, le promoteur de l’événement, se satisfait de ce changement et déclare : « En tant qu'antépénultième course de la saison, cela nous donne l'opportunité d'organiser ce qui pourrait être la course décidant du championnat[120]. »

Peu après cette annonce, le Grand Prix de Chine est lui aussi en passe d'être reporté. Son promoteur, Yibin Yang déclare : « Il est hautement improbable que la course puisse avoir lieu lors de la première moitié de l'année, en avril. Nous espérons la déplacer dans la seconde moitié de l'année et avons envoyé formellement la requête pour pouvoir la déplacer dans la seconde partie de la saison. » Le , le Grand Prix de Chine est décalé à une date non encore définie, trois créneaux restant libres entre la fin de la trêve estivale et la manche finale[119],[121],[122].

Le , le Grand Prix de Bahreïn devient donc la course d'ouverture de la saison suite au report du Grand Prix d'Australie et sera suivi, le , par un Grand Prix disputé sur l'Autodromo Enzo e Dino Ferrari à Imola, remplaçant le Grand Prix du Viêt Nam[123].

Le , Liberty Media, le promoteur du championnat, révèle la possibilité d'annulation des Grands Prix de Monaco, d’Azerbaïdjan et du Canada, trois épreuves urbaines où un huis clos est trop difficile à mettre en place ; les circuits d'Istanbul, du Mugello et d'Hockenheim, pourraient dès lors accueillir des épreuves de secours, comme en 2020[124],[125].

Le , la commission Formule 1 annonce son intention d'organiser un Grand Prix du Portugal le à Portimão, sous réserve de contrat avec les promoteurs du circuit[126].

Par ailleurs, les courses disputées au Mexique et au Brésil, qui s'enchaînent les et (manches 19 et 20), changent d'appellation : la première, sur l'Autódromo Hermanos Rodríguez devient le « Grand Prix de la ville de Mexico »[127],[128]. La suivante, un temps mis en suspens avec un projet de nouveau circuit au cœur de Rio de Janeiro, se tiendra comme depuis 1990 sur l'Autodromo José Carlos Pace sous le nom « Grand Prix de São Paulo »[129],[130].

Le , la Formula One Management annule le Grand Prix du Canada (prévu du 11 au ) pour la deuxième année consécutive ; il est remplacé par celui de Turquie, aux même dates[131],[132],[133].

Le , à cause de nouvelles restrictions liées aux voyages en Turquie depuis le Royaume-Uni (où sont basées la plupart des équipes) en période de pandémie de Covid-19, la manche turque est reportée[134]. Finalement, Bakou refusant d'inverser sa date avec celle envisagée pour le Grand Prix de Turquie reporté, la manche d'Istanbul, est annulée. Le calendrier conserve pourtant 23 courses mais le Grand Prix de France est avancé d’une semaine (18-) tandis qu'une nouvelle édition du Grand Prix de Styrie (créé en 2020) est organisée sur le Red Bull Ring du 25 au . Le Grand Prix d'Autriche, sur le même circuit, est repoussé d'une semaine (2-) et complète cette série de trois courses ; deux semaines de pause les séparent du Grand Prix de Grande-Bretagne[135].

Le , le Grand Prix de Singapour, prévu au début du mois d'octobre, est annulé en raison des restrictions liées au coronavirus. Plusieurs alternatives sont à l'étude pour le remplacer[136],[137].

Calendrier et résultats des Grands Prix de la saison 2021[138]
no  Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position[Note 2] Record du tour Pilote du jour[140] Résumé
1036 28 mars Drapeau de Bahreïn Grand Prix de Bahreïn Sakhir Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Allemagne Mercedes Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Drapeau : Mexique Sergio Pérez Résumé
1037 18 avril Fictional Emilia-Romagna Flag.svg Grand Prix d'Émilie-Romagne Imola Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Drapeau : Autriche Red Bull-Honda Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Royaume-Uni Lando Norris Résumé
1038 2 mai Drapeau : Portugal Grand Prix du Portugal Portimão Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Allemagne Mercedes Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Drapeau : Mexique Sergio Pérez Résumé
1039 9 mai Drapeau : Espagne Grand Prix d'Espagne Barcelone Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Allemagne Mercedes Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Résumé
1040 23 mai Drapeau : Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Drapeau : Autriche Red Bull-Honda Drapeau : Monaco Charles Leclerc Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Résumé
1041 6 juin Drapeau : Azerbaïdjan Grand Prix d'Azerbaïdjan Bakou Drapeau : Mexique Sergio Pérez Drapeau : Autriche Red Bull-Honda Drapeau : Monaco Charles Leclerc Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Résumé
1042 20 juin Drapeau : France Grand Prix de France Le Castellet Résumé
1043 27 juin Flag of Styria.svg Grand Prix de Styrie Spielberg Résumé
1044 4 juillet Drapeau : Autriche Grand Prix d'Autriche Spielberg Résumé
1045 18 juillet Drapeau : Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Silverstone Résumé
1046 1er août Drapeau : Hongrie Grand Prix de Hongrie Budapest Résumé
1047 29 août Drapeau : Belgique Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps Résumé
1048 5 septembre Drapeau : Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Résumé
1049 12 septembre Drapeau : Italie Grand Prix d'Italie Monza Résumé
1050 26 septembre Drapeau : Russie Grand Prix de Russie Sotchi Résumé
1051 3 octobre Drapeau : Inconnu À définir À définir
1052 10 octobre Drapeau : Japon Grand Prix du Japon Suzuka Résumé
1053 24 octobre Drapeau : États-Unis Grand Prix des États-Unis Austin Résumé
1054 31 octobre Drapeau : Mexique Grand Prix de Mexico Mexico Résumé
1055 7 novembre Drapeau : Brésil Grand Prix de São Paulo São Paulo Résumé
1056 21 novembre Drapeau : Australie Grand Prix d'Australie Melbourne Résumé
1057 5 décembre Drapeau : Arabie saoudite Grand Prix d'Arabie saoudite Djeddah Résumé
1058 12 décembre Drapeau : Émirats arabes unis Grand Prix d'Abou Dabi Yas Marina Résumé

Déroulement de la saison et faits marquants du championnat

Grand Prix de Bahreïn

Max Verstappen, au volant de la Red Bull RB16B domine les trois séances d'essais libres puis réalise les meilleurs temps des trois secteurs pour obtenir la quatrième pole position de sa carrière ; il repousse Lewis Hamilton à près de quatre dixièmes de seconde. Le Néerlandais obtient sa deuxième pole position consécutive puisqu'il était parti en tête en conclusion de la saison 2020 à Abou Dabi. Depuis le début de l'ère des moteurs hybrides, en 2014, les Mercedes n'avaient jamais été battues dans cet exercice lors du Grand Prix d'ouverture. En deuxième ligne, derrière Valtteri Bottas, Charles Leclerc au volant de sa Ferrari SF21, se hisse en quatrième position. Pierre Gasly confirme les promesses de l'AlphaTauri AT02 en se qualifiant cinquième, devant la McLaren MCL35M de Daniel Ricciardo dont le coéquipier Lando Norris occupe la quatrième ligne avec Carlos Sainz. Pour son retour en Formule 1, Fernando Alonso accède à la Q3 et réalise le neuvième temps, emmenant son Alpine A521 en cinquième ligne devant Lance Stroll au volant de l'Aston Martin AMR21. Pour sa première course avec Red Bull, Sergio Pérez est onzième sur la grille.

Lewis Hamilton commence la saison 2021 comme il a achevé les quatre précédentes : en tête du championnat pilotes. Il remporte la quatre-vingt-seizième victoire de sa carrière au terme d'un combat mené tout du long face à Max Verstappen, grâce à une stratégie décalée (Le septuple champion du monde et son stand réussissant deux fois l'undercut) et malgré un dépassement du pilote néerlandais à trois tours de l'arrivée effectué hors piste. Verstappen, qui roule ainsi en tête jusqu'au dix-septième tour, s'arrête trois boucles après son rival et lui laisse les commandes. S'il repasse devant au vingt-huitième tour, quand Hamilton procède à son second arrêt, il repart huit secondes derrière quand il ressort des stands au quarantième tour après avoir changé ses pneus pour la deuxième fois. Avec ces pneus plus frais, il lui faut dix boucles pour revenir sur la Mercedes et il peut utiliser son aileron arrière mobile à partir du cinquante-et-unième passage. Deux tours plus tard, il attaque Hamilton dans le virage no 4, le dépasse par l'extérieur mais met ses quatre roues au delà du vibreur. Immédiatement, la direction de course intime l'ordre de rendre la position, message relayé par son écurie ; Verstappen s'exécute dans la foulée. Alors qu'il lui reste trois tours pour tenter de s'imposer, ses pneus perdent de l'efficacité ; glissant de l'arrière, il ne peut empêcher Hamilton de remporter l'épreuve pour 7 dixièmes de seconde et d'établir le nouveau record du nombre total de tours en tête détenu depuis 2007 par Michael Schumacher avec qui il partage désormais le record de 15 années consécutives avec au moins une victoire. Helmut Marko revèle par la suite que Max Verstappen a souffert d'un problème de différentiel qui lui aurait coûté trois dixièmes de seconde au tour, ce qui l'aurait empêché de creuser suffisamment d'écart pour ne pas subir les undercuts de Hamilton.

Bien loin de ce « combat des chefs », Valtteri Bottas monte sur la troisième marche du podium ; sa position assurée, il chausse des pneus neufs et réalise le meilleur tour en course dans la dernière boucle. Pour la quatorzième fois, les mêmes pilotes sont dans le trio de tête. Lando Norris dépasse Charles Leclerc dans le neuvième tour et conserve cette quatrième place jusqu'au bout. Repoussé en queue de peloton après s'être élancé de la voie des stands (son moteur ayant coupé dans le tour de formation), Sergio Pérez remonte jusqu'à la cinquième place en dépassant Leclerc à quatre tours de l'arrivée ; il est élu pilote du jour. La bagarre pour les points est intense au sein du peloton, avec de nombreuses passes d'armes impliquant notamment trois champions du monde, Fernando Alonso, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. La course de Pierre Gasly est ruinée dès le troisième tour quant il percute Daniel Ricciardo et détruit son aileron avant ; il termine dix-septième. Le pilote australien résiste à Carlos Sainz pour le gain de la septième place, Yuki Tsunoda marque deux points dès sa première course et laisse l'unité restante à Lance Stroll en le dépassant dans le dernier tour. Alonso ne finit pas la course à cause d'un problème de surchauffe de ses freins.

Le premier classement du championnat pilotes est celui de la course. Pérez, Sainz et Ricciardo marquent leurs premiers points avec leurs nouvelles écuries respectives. Mercedes, Red Bull, McLaren et Ferrari se placent dans cet ordre au classement constructeurs avec leurs deux pilotes dans les points. Aston Martin marque le premier point de son histoire en Formule 1, puisque sa participation sous ce nom en 1959 et 1960 ne s'était pas traduite par un résultat primé.

Grand Prix d'Émilie-Romagne

Lewis Hamilton s'étonne lui même d'avoir réalisé, sur la piste Enzo e Dino Ferrari, la 99e pole position de sa carrière, qu'il obtient sur un trentième circuit différent depuis 2007. Il devance, avec des écarts minimes, les deux pilotes Red Bull, Sergio Pérez l'accompagnant sur la première ligne ; le pilote mexicain n'avait jamais encore obtenu une position si avantageuse sur la grille de départ. Il prend le meilleur sur son coéquipier Max Verstappen qui s'élance devant Charles Leclerc, le pilote Ferrari se hissant en deuxième ligne avec le quatrième temps comme trois semaines plus tôt à Bahreïn ; son coéquipier Carlos Sainz Jr., éliminé en Q2, part onzième. Comme à Sakhir également, Pierre Gasly réalise le cinquième temps avec son AlphaTauri et part sur la troisième ligne, juste devant Daniel Ricciardo. Lando Norris, dont le temps le plus rapide en Q3 a été annulé après qu'il a roulé au delà des vibreurs, part finalement septième devant Valtteri Bottas qui, curieusement, a roulé moins vite en Q3 qu'en Q1. Les huit premiers des qualifications se tiennent en moins d'une demi-seconde. La cinquième ligne est occupée par Esteban Ocon et Lance Stroll.

À l'issue d'une course démarrée sur piste détrempée et achevée sur le sec, Max Verstappen remporte la onzième victoire de sa carrière. Il prend le meilleur départ et dépasse Hamilton de façon musclée dans la chicane de Tamburello, avant de s'échapper en tête. Le septuple champion du monde est sur le point de tout perdre quand, au trente-et-unième passage, il commet une de ses très rares erreurs en prenant un tour à George Russell à Tosa. Il sort de la piste, traverse le bac à gravier et tape le mur en tentant de se dégager ; il est alors obligé de s'en sortir en enclenchant la marche arrière pour reprendre la piste, le tout lui coûtant environ une minute. Dans la foulée, un énorme accident impliquant George Russell et Valtteri Bottas se produit, lorsque le pilote britannique perd le contrôle de sa Williams à plus de 300 km/h, aileron arrière mobile ouvert, à l'abord de Tamburello après avoir mis deux roues dans l'herbe dans une tentative de dépassement sur la Mercedes pour le gain de la neuvième place. Des débris sont projetés partout et l'épreuve est interrompue au drapeau rouge pour permettre le nettoyage de la piste et la vérification des barrières de sécurité, ce qui sauve la course de Hamilton qui peut ainsi changer son museau sans perte de temps, avant de repartir en neuvième position et en file indienne avec tout le peloton.

À la relance derrière la voiture de sécurité, après vingt-cinq minutes d'interruption, tous les pilotes sont désormais en pneus pour piste sèche après avoir démarré l'épreuve en gommes intermédiaires. Au moment d'accélérer, Verstappen amorce un tête-à-queue sous le nez de Charles Leclerc, deuxième, mais se rétablit de justesse et conserve sa position. En raison du déficit de puissance de son moteur dans la grande ligne droite, Leclerc ne peut résister à l'attaque de Lando Norris. Sergio Pérez, en quatrième position, part en tête-à-queue au trente-huitième tour, se retrouve dernier et finit la course hors des points. Hamilton remonte, profite d'un sortie de piste de Raïkkönen, dépasse Stroll, Ricciardo, Sainz et Leclerc, puis bute durant quelques tours sur Norris qui se défend chèrement, avant d'avoir raison de lui à trois tours de l'arrivée en réalisant le meilleur tour en course, ce qui lui permet de se classer deuxième et de conserver la tête du championnat du monde, pour un point. Lando Norris obtient le deuxième podium de sa carrière devant les deux pilotes Ferrari, Leclerc et Sainz, alors que Ricciardo (qui a dû sur ordre de son écurie laisser passer Norris au bout de 17 tours) se classe sixième. Pierre Gasly qui, en raison d'un mauvais choix de pneumatiques (maxi-pluie), n'était plus que dix-huitième après quinze tours, remonte, passe la ligne d'arrivée huitième, et gagne un rang devant Lance Stroll, pénalisé de cinq secondes pour l'avoir dépassé hors des limites de la piste. Kimi Räikkönen, neuvième sous le drapeau à damier, est réprimandé de trente secondes, pour ne pas avoir repris sa position après être parti dans les graviers derrière la voiture de sécurité. Il recule en treizième position, ce qui permet aux deux pilotes Alpine de marquer pour la première fois, Ocon terminant neuvième devant Fernando Alonso qui prend le dernier point en jeu.

S'échappant à coups de record du tour après la relance, Max Verstappen est virtuellement en tête du championnat (position qu'il n'a jamais occupée) jusqu'à trois tours de l'arrivée lorsque, en réalisant le meilleur tour en course grâce au DRS, lors de son dépassement de Norris, Lewis Hamilton s'adjuge le point bonus qui lui permet de rester en tête (44 points), suivi par Verstappen (43 points) : une victoire et une deuxième place chacun. Grâce à son bon début de saison, Lando Norris est sur le podium (27 points), suivi par Charles Leclerc (20 points), Valtteri Bottas qui n'a pas marqué (16 points), Carlos Sainz, Daniel Ricciardo (14 points chacun) et Sergio Pérez, huitième avec 10 points. Chez les constructeurs, Mercedes Grand Prix conserve les commandes (60 points), sept unités devant Red Bull Racing (53 points). McLaren et Ferrari (dont leurs deux pilotes sont à nouveau dans les points) suivent avec 41 et 34 points. AlphaTauri est cinquième (8 points), Aston Martin (5 points) et Alpine (3 points) ferment la marche. Alfa Romeo, Haas et Williams n'ont pas encore marqué.

Grand Prix du Portugal

Pour la soixante-et-onzième fois en 141 courses depuis le début de l'ère des moteurs V6 turbo-hybrides en 2014, les Mercedes monopolisent la première ligne. Mais, alors que Lewis Hamilton semblait se diriger vers sa centième pole position en réalisant, lors de la Q2, le seul temps en deçà des 1 min 18 s et le meilleur de toutes les séances d'essais, il est finalement battu, de 7 millièmes de seconde, par son coéquipier Valtteri Bottas au moment de vérité ; le Finlandais part en tête pour la dix-septième fois de sa carrière. La plupart des pilotes qualifiés en Q3 ont roulé moins vite que lors de la deuxième phase qualificative, notamment à cause du vent et d'une piste particulièrement glissante. Max Verstappen, au volant de sa Red Bull, n'a ainsi pas été en mesure de lutter contre les W12 et part en deuxième ligne devant son équipier Sergio Pérez. Carlos Sainz Jr. réalise le cinquième temps avec sa Ferrari, accompagné en troisième ligne par Esteban Ocon qui obtient le meilleur résultat d'Alpine en qualifications. Lando Norris et Charles Leclerc se partagent la quatrième ligne alors que Pierre Gasly, neuvième, part devant Sebastian Vettel qui obtient sa première Q3 avec Aston Martin et qui n'avait plus atteint ce stade depuis les quinze derniers Grand Prix.

Lewis Hamilton remporte sa deuxième victoire de la saison en trois courses, la quatre-vingt-dix-septième de sa carrière, grâce à deux dépassement cruciaux sur Max Verstappen, puis sur son coéquipier Valtteri Bottas. Dans le premier tour, alors que les trois premiers conservent leur position, Kimi Raïkkönen, sujet à un moment d'inattention, percute l'Alfa Romeo de son coéquipier Antonio Giovinazzi et abandonne, laissant des éléments de son aileron avant sur la piste ce qui provoque la sortie de la voiture de sécurité. À la relance, au septième passage, Verstappen double Hamilton et se lance à la poursuite de Bottas. Quatre tours plus tard, le septuple champion du monde lui reprend la deuxième place, grâce à son aileron arrière mobile dans la ligne droite des stands, avant de s'imposer au freinage puis, au vingtième tour, dépasse son coéquipier par l'extérieur dans le virage no 1 pour s'installer en tête. Verstappen rentre ensuite au stand un tour avant Bottas, et quand ce dernier reprend la piste sous le nez de son rival, avec ses gommes dures encore fraîches, il commet une légère glissade qui aide le Néerlandais à le dépasser dans le virage no 4. En raison d'un dysfonctionnement d'un capteur qui met temporairement son moteur en mode sécurité, Bottas est affecté par une perte de puissance et n'est plus en mesure de lutter contre la Red Bull.

Alors que tous les pilotes ont procédé à leur changement de pneus, Sergio Pérez poursuit avec ses gommes medium du départ, ce qui lui permet de prendre la tête au trente-huitième tour, jusqu'à être rattrapé et dépassé par Hamilton à quinze boucles de l'arrivée ; croyant qu'il arrive sur un retardataire, le Britannique réclame un drapeau bleu et son ingénieur Peter Bonington lui rétorque : « Non, tu cours contre lui, il doit encore s'arrêter. » Pérez rentre dans la foulée pour chausser des pneus tendres et réalise le meilleur tour en course en repartant quatrième ; il sera élu « pilote du jour ». Dès lors, Lewis Hamilton, qui contrôle la course, s'impose avec trente secondes d'avance sur ses poursuivants. Il doit cet écart à la bataille que se livrent ses rivaux pour le gain du point attribué au record du tour : Verstappen et Bottas, podium assuré, chaussent leurs pneus à bande violette en vue de l'arrivée. Alors que Verstappen croit avoir le dernier mot dans le dernier tour, son temps est annulé après qu'il a dépassé les limites de la piste ; Bottas, qui a tourné en 1 min 19 s 865 dans la boucle précédente, s'octroie donc le bonus.

Hamilton, Verstappen et Bottas se partagent le podium pour la quinzième fois, ce qui constitue un nouveau record. Sergio Pérez complète le tir groupé Mercedes-Red Bull. Un nouvelle course solide de Lando Norris lui permet de finir cinquième, devant Charles Leclerc qui a fait ce qu'il a pu avec sa SF21, son coéquipier Carlos Sainz Jr., en perdition en fin d'épreuve, terminant hors des points. Les Alpine, sont en verve sur la piste portugaise, Esteban Ocon se classant septième devant son équipier Fernando Alonso, auteurs de plusieurs beaux dépassements. Daniel Ricciardo prend les deux points de la neuvième place et Pierre Gasly récupère l'unité restante en dépassant Sainz dans l'avant-dernier tour.

Hamilton (69 points) a désormais huit unités d'avance sur Verstappen (61 points) au classement du championnat. Aucun de ces deux pilotes n'a encore terminé au delà de la deuxième place. Lando Norris, qui obtient son troisième top 5, reste sur le podium (37 points), devant Bottas (32 points). Charles Leclerc, qui a lui aussi pris des points à chaque course, est cinquième (28 points) ; suivent Pérez (22 points), Ricciardo (16 points), Sainz (14 points), Ocon (8 points) et Gasly, dixième avec 7 points. Chez les constructeurs, Mercedes Grand Prix (101 points) augmente sa marge sur Red Bull Racing (83 points) alors que McLaren est troisième (53 points) devant Ferrari (42 points), Alpine (13 points) et AlphaTauri (9 points). Aston Martin est septième (5 points), Williams, Haas et Alfa Romeo attendant encore de marquer.

Grand Prix d'Espagne

Sur un circuit où les Mercedes n'ont pas été battues en qualifications depuis 2013, Lewis Hamilton tourne une page de l'histoire de la Formule 1. Dès son premier tour rapide dans la troisième phase, il devance Max Verstappen de 36 millièmes de seconde, écart qui devient définitif puisque aucun des deux n'améliore lors de leur deuxième tentative ; le septuple champion du monde atteint ainsi les cent pole positions, quinze ans après sa première, obtenue au Grand Prix du Canada 2007. Il déclare : « C'est incroyable. Jamais je n'aurais imaginé ça quand je suis arrivé chez Mercedes il y a sept ans. Je suis heureux comme si c'était ma première pole[141]. » Sur la deuxième ligne, Valtteri Bottas est à 132 millièmes de seconde, accompagné par Charles Leclerc, quatrième à sept dixièmes de seconde d'Hamilton. Esteban Ocon obtient sa meilleure qualification avec Renault puis Alpine en réalisant le cinquième temps pour partir en troisième ligne devant Carlos Sainz. Daniel Ricciardo, le plus rapide des pilotes McLaren, s'élance de la quatrième ligne aux cotés de Sergio Pérez. Lando Norris, auteur du meilleur temps de la Q1, termine l'exercice avec le neuvième temps et précède Fernando Alonso sur la cinquième ligne.

Lewis Hamilton remporte la 98e victoire de sa carrière, sa cinquième consécutive sur le circuit catalan, et sa sixième au Grand Prix d'Espagne. Ce troisième succès en quatre courses cette saison repose sur une option stratégique parfaitement exécutée tant dans le timing que grâce à la qualité de son pilotage, ce qui lui vaut d'être élu « pilote du jour ». Devancé par Verstappen au premier virage, il n'est pas en mesure de l'attaquer, dans une première partie de course ponctuée par la sortie de la voiture de sécurité au huitième tour et par la première salve des changements de pneus. De plus, en s'approchant trop près de son rival grâce à l'usage de son aileron arrière mobile dans la grande ligne droite, il ne parvient qu'à user exagérément ses gommes medium. Son stand choisit dès lors de le rappeler pour un deuxième arrêt « surprise » au bout de quarante-deux boucles, piégeant ainsi le pilote néerlandais obligé de continuer avec des gommes medium chaussées au vingt-quatrième tour. Reparti à vingt-deux secondes de Verstappen, dont le train de pneus se dégrade tour après tour, et derrière son coéquipier Bottas qui le laisse passer sur ordre de l'écurie après avoir résisté durant quelques virages, il reprend deux secondes au tour à son rival et le dépasse dès sa première attaque, en bout de ligne droite, à six boucles du terme. Verstappen déclare : « J'étais une cible facile[142]. » Assuré de la deuxième place, ce dernier rentre pour chausser des gommes tendres et s'attribue le point bonus du meilleur tour en course.

Dépassé par Charles Leclerc dès le troisième virage, reprenant son bien à deux reprises, d'abord par le jeu des premiers arrêts au stand puis grâce à un dépassement par l'extérieur au cinquante-septième tour, Valtteri Bottas accompagne Hamilton et Verstappen sur le podium pour la seizième fois. Leclerc termine, isolé, au quatrième rang devant Sergio Pérez qui a bataillé tout du long avec Daniel Ricciardo (sixième) et Carlos Sainz Jr. (septième et dernier pilote dans le tour du vainqueur). Lando Norris, averti par la direction de course pour avoir zigzagué sur la piste, se classe huitième. Les pilotes Alpine ayant opté pour une stratégie à un seul arrêt, rétrogradent en fin de course ; Esteban Ocon sauve néanmoins les deux points du neuvième rang, talonné par Pierre Gasly. Ce dernière récupère l'unité restante en dépassant Lance Stroll en vue de l'arrivée ; il était pourtant reparti dernier après son premier arrêt au dix-huitième tour où il avait purgé une pénalité de cinq secondes pour avoir dépassé son emplacement sur la grille de départ.

Lewis Hamilton (94 points, trois victoires, une deuxième place et un meilleur tour) et Max Verstappen (80 points, une victoire, trois deuxièmes places et un meilleur tour) réalisent chacun leur meilleur début de saison après quatre courses depuis le début leurs carrières. Bottas (47 points) dépasse Norris (41 points) alors que Leclerc reste cinquième (40 points) ; suivent Pérez (32 points), Ricciardo (24 points), Sainz (20 points), Ocon (10 points) et Gasly (8 points). Mercedes Grand Prix (141 points) augmente son avance sur Red Bull Racing (112 points) au championnat des constructeurs. Les autres écuries sont déjà distancées : McLaren Racing, troisième avec 65 points, précède Ferrari (60 points), Alpine (15 points), AlphaTauri (10 points) et Aston Martin (5 points). Alfa Romeo, Haas et Williams n'ont pas encore marqué.

Grand Prix de Monaco

Sur un circuit où la puissance du moteur n'est pas primordiale, Charles Leclerc bénéficie de l'agilité de sa SF21 et établit le meilleur temps dans la troisième phase des qualifications dès sa première tentative, avec des records dans les deuxième et troisièmes secteurs. Il obtient donc la huitième pole position de sa carrière, sa première depuis le Grand Prix du Mexique 2019 et sa première également dans les rues où il a grandi, performance que seul Louis Chiron avait réussi en 1936, avant la création du championnat du monde de Formule 1. Toutefois, le Monégasque fracasse sa monoplace à la Piscine lors de sa deuxième tentative, à dix-huit secondes du terme. Cet accident interrompt net, d'une part, les tours rapides de Max Verstappen et de son coéquipier Carlos Sainz Jr. qui chassaient eux aussi la pole position et, d'autre part, crée une incertitude car l'éventuelle casse de sa boîte de vitesses dans le crash occasionnerait un recul de cinq places sur la grille en cas de changement. Son écurie annonce finalement que la boîte étant intacte, le régional de l'étape doit partir de la position de tête, accompagné en première ligne par Max Verstappen, devancé de 230 millièmes de seconde. Valtteri Bottas tire le meilleur parti des Mercedes W12, en difficulté sur ce tracé, avec le troisième temps et un départ en deuxième ligne devant Carlos Sainz Jr.. Lando Norris précède Pierre Gasly sur la troisième ligne tandis que Lewis Hamilton ne réalise que le septième temps, devant Sebastian Vettel qui obtient sa meilleure qualification avec Aston Martin. La cinquième ligne est composée de Sergio Pérez et d'Antonio Giovinazzi qui a hissé son Alfa Romeo en Q3. Mais, à moins d'une heure du départ, lors de son tour de mise en grille à la sortie du tunnel, Leclerc s'exclame « Non ! Non ! », avant de revenir dans son box et d'abandonner après la casse du moyeu de transmission coté gauche (directement imputable à son crash du samedi), laissant vide l'emplacement de la pole position.

Sous le drapeau à damier brandi par Serena Williams, Max Verstappen remporte la douzième victoire de sa carrière, sa deuxième de la saison, son succès inaugural à Monaco ; pour la première fois, il prend la tête du championnat du monde, délogeant Lewis Hamilton. Il mène l'intégralité des soixante-dix-huit tours, repoussant, au premier virage, un assaut de Valtteri Bottas, qui n'avait personne devant lui à la suite de l'abandon prématuré de Leclerc, avant de contrôler la course. Deuxième derrière le Néerlandais, Bottas connaît une terrible mésaventure lors de son arrêt au stand, au trentième tour, lorsque ses mécaniciens ne parviennent pas à desserrer l'écrou de sa roue avant droite, y compris en changeant de pistolet, ce qui le contraint à l'abandon. Du coup, Carlos Sainz roule derrière Verstappen jusqu'au bout, tout comme Lando Norris, troisième, résistant sur la fin au retour de Sergio Pérez qui a gagné trois places en s'arrêtant tardivement, au trente-cinquième tour, pour terminer au pied du podium. Ce cinquième podium de Verstappen en cinq courses est inédit ; c'est aussi le premier de la saison pour Sainz et Ferrari et le deuxième de Norris. Sebastian Vettel, élu « pilote du jour », marque ses premiers points de la saison et met fin à une série de sept Grands Prix sans marquer, en réalisant un overcut sur Lewis Hamilton et en prenant le meilleur sur Pierre Gasly à sa sortie des stands au trente-deuxième passage, dans la montée de Beau Rivage pour se classer cinquième. Hamilton, aux premières loges pour assister à ce dépassement, subit un autre overcut, de la part de Sergio Pérez, parti derrière lui, et ne masque pas son mécontentement à la radio, fustigeant la stratégie de son équipe qui l'a rappelé au stand dès le vingt-neuvième tour. Gasly termine sixième, dans les échappements de Vettel, sans que le septuple champion du monde britannique n'ait été en mesure de le menacer. Ce dernier chausse des pneus tendres en fin de course pour réaliser le meilleur tour en course et limiter sa perte de points sur Verstappen avec une unité supplémentaire s'ajoutant aux six de sa septième place. Pour le gain du huitième rang, Lance Stroll prend le meilleur sur Esteban Ocon et Antonio Giovinazzi marque le premier point d'Alfa Romeo dans ce championnat.

Max Verstappen est dans une position qu'il n'a jamais connue depuis ses débuts, en 2015 : aux commandes du championnat du monde, avec 105 points devant Lewis Hamilton (101 points). Lando Norris (56 points) subtilise la troisième place à Valtteri Bottas (47 points) et Sergio Pérez (44 points) déloge Charles Leclerc (40 points) de la cinquième place. Carlos Sainz (38 points) remonte au septième rang devant Daniel Ricciardo (24 points), Pierre Gasly (16 points), Esteban Ocon, dixième avec 12 points ; Sebastian Vettel qui entre au classement avec 10 points. Pour la première fois depuis 2014, Red Bull Racing prend la tête du championnat des constructeurs (149 points), une unité devant Mercedes Grand Prix (148 points). McLaren Racing reste troisième (80 points) mais Ferrari (78 points) se rapproche. Suivent, groupés, Aston Martin (19 points), AlphaTauri (18 points) et Alpine (17 points). Alors qu'Alfa Romeo marque son premier point, Haas et Williams l'attendent encore.

Grand Prix d'Azerbaïdjan

Au volant de sa Ferrari SF21, agile dans la partie sinueuse du circuit et, surtout, bénéficiant de l'aspiration offerte par Lewis Hamilton dans le troisième secteur qui débouche sur la ligne droite longue de 2,2 km, Charles Leclerc obtient sa deuxième pole position consécutive de la saison et la neuvième de sa carrière. Il est accompagné en première ligne par le septuple champion du monde, ravi des performances de sa monoplace après un début de weekend chaotique pour Mercedes bien que relégué à deux dixièmes de seconde. Ces qualifications sont interrompues à quatre reprises au drapeau rouge, à cause des accidents en Q1 de Lance Stroll puis Antonio Giovinazzi dans le virage no 15 puis, dans le virage no 3, de Daniel Ricciardo en Q2 et, au même endroit en fin de Q3, de Yuki Tsunoda et de Carlos Sainz Jr. qui roulait derrière lui qui, surpris, bloque ses roues et perd le contrôle de sa monoplace. Comme à Monaco, Leclerc part en tête grâce à son temps réalisé lors de sa première tentative, son deuxième tour rapide ainsi que ceux de ses principaux rivaux ayant été interrompus par le double accident de Tsunoda et Sainz. Sur la deuxième ligne, Max Verstappen est accompagné par Pierre Gasly qui égale son meilleur résultat en qualifications avec un quatrième temps. Les positions derrière Sainz, cinquième, sont chamboulées à la suite de la pénalité d'un recul de trois places infligée à Lando Norris qui n'a pas respecté le drapeau rouge après l'accident de Giovinazzi. En conséquence, Sergio Pérez rejoint le pilote espagnol en troisième ligne alors que la quatrième ligne est constituée de Tsunoda (présent en Q3 pour la première fois) et de Fernando Alonso et que Norris devance Valtteri Bottas, en difficulté avec sa W12, sur la cinquième ligne.

Sergio Pérez remporte la deuxième victoire de sa carrière et sa première avec Red Bull Racing, alors que les deux meneurs du championnat, Max Verstappen et Lewis Hamilton, se neutralisent en ne marquant aucun point. Sebastian Vettel offre à Aston Martin son premier podium dans la discipline-reine et Pierre Gasly, après une belle passe d'armes avec Charles Leclerc, arrache la troisième place.

Au départ, Charles Leclerc ne parvient pas à conserver l'avantage de sa pole position au delà des premiers virages : dès la fin de la première boucle, Lewis Hamilton, profitant uniquement de l'aspiration, le dépasse avec facilité dans la grande ligne droite. Celle-ci est à nouveau fatale au pilote Ferrari qui, en quelques tours, ne peut résister ni à Max Verstappen ni à Sergio Pérez qui a gagné trois places au départ et prend la troisième position. Les premiers arrêts au stand changent la donne puisqu'Hamilton, qui s'arrête le premier au douzième tour, est dépassé par Verstappen qui s'est arrêté une boucle plus tard. Au passage suivant le septuple champion du monde subit la même sanction face à Pérez qui le dépasse à son retour en piste. De la même façon, Leclerc se fait subtiliser la quatrième place par Gasly qui s'est arrêté après lui. Les pilotes Aston Martin choisissent d'adopter une stratégie les conduisant à effectuer un long premier relais ; Vettel se retrouve ainsi en tête de la course après quatorze tours et ne rentre au stand qu'au dix-neuvième passage, laissant le champ libre à Verstappen, suivi de son coéquipier et d'Hamilton. Alors que Stroll ne s'est toujours pas arrêté pour changer ses pneus durs après vingt-neuf boucles, son pneu arrière gauche explose dans la grande ligne droite, provoquant l'entrée en piste de la voiture de sécurité. Lors de la relance, après six tours de neutralisation, Vettel dépasse Leclerc puis Gasly et s'installe en quatrième position.

L'épreuve semble se diriger vers le premier doublé des Red Bull depuis 2016, Max Verstappen caracolant en tête et alignant les records du tour, tandis qu'Hamilton ne trouve pas l'ouverture derrière Pérez lorsque, à cinq tours de l'arrivée, le pneu arrière gauche de la monoplace du pilote néerlandais explose à pleine vitesse dans la ligne droite. La RB16B, fracassée dans le mur, laisse de nombreux débris sur la piste. La même mésaventure étant auparavant arrivée à Lance Stroll, lui aussi en pneus durs usés, la direction de course, qui craint de voir se multiplier ce type d'incident, interrompt l'épreuve au drapeau rouge et renvoie les pilotes dans la voie des stands pour qu'ils puissent tous se chausser de neuf. La course est relancée pour deux tours, avec départ arrêté, Pérez occupant la position de tête sur la nouvelle grille, devant Hamilton. Ce dernier, dont les freins surchauffent, prend néanmoins un meilleur départ mais appuie malencontreusement sur un bouton désactivant ses freins arrière et part tout droit dans l'échappatoire ; le temps de reprendre la piste, il termine quinzième. Vettel se retrouve alors deuxième derrière Pérez. Leclerc et Gasly se livrent une belle passe d'armes pour le gain de la troisième place, le pilote français de l'AlphaTauri ayant le dernier mot, sous les yeux de Lando Norris qui tente, sans succès, de s'infiltrer devant eux. Gasly obtient ainsi le troisième podium de sa carrière après une deuxième place au Brésil en 2019 et sa victoire à Monza en 2020. Norris prend les dix points de la cinquième place tandis que Fernando Alonso, dixième sur la nouvelle grille, se classe sixième après avoir dépassé successivement Daniel Ricciardo, Carlos Sainz et Yuki Tsunoda. Le Japonais, septième, amène ainsi la deuxième AlphaTauri dans les points, devant Sainz, qui a tout perdu en commettant un tout droit dans le virage n°8 au onzième tour, suivi par Ricciardo et Kimi Räikkönen qui prend le dernier point en jeu, prenant le meilleur sur son coéquipier Antonio Giovinazzi dans l'avant-dernier tour. Le point bonus du meilleur tour en course n'est pas attribué, Verstappen se classant seulement dix-huitième.

Au championnat du monde, les positions de Verstappen (105 points) et Lewis Hamilton (101 points) restent figées alors que Sergio Pérez grimpe à la troisième place (69 points), devant Lando Norris (66 points), Charles Leclerc (52 points) et Valtteri Bottas, en perdition à Bakou, douzième à l'arrivée, qui rétrograde au sixième rang (52 points). Suivent Sainz (42 points), Pierre Gasly (31 points) et Sebastian Vettel (28 points) qui progressent aux huitième et neuvième rangs, puis Daniel Ricciardo, dixième (26 points). Chez les constructeurs, Red Bull (174 points) profite du double échec de Mercedes (148 points) pour augmenter son avance. Ferrari s'installe à la troisième place (94 points), dépassant McLaren (92 points). Plus loin, AlphaTauri (39 points) devance, de peu, Aston Martin (37 points) suivi par Alpine (25 points) et Alfa Romeo (2 points) ; Williams et Haas n'ont toujours pas marqué.

Grand Prix de France

Grand Prix de Styrie

Grand Prix d'Autriche

Grand Prix de Grande-Bretagne

Grand Prix de Hongrie

Grand Prix de Belgique

Grand Prix des Pays-Bas

Grand Prix d'Italie

Grand Prix de Russie

Manche à définir

Après l'annulation du Grand Prix de Singapour, le créneau du 1er au 3 octobre est disponible pour l'organisation d'un Grand Prix, qui pourrait voir le retour de la manche turque ou chinoise (reportées plus tôt dans l'année) ou d'un second Grand Prix aux États-Unis à Austin[137].

Grand Prix du Japon

Grand Prix des États-Unis

Grand Prix de Mexico

Grand Prix de São Paulo

Grand Prix d'Australie

Début , à cause de l'émergence de variantes du Covid-19, un report du Grand Prix d'Australie est envisagé, les restrictions de circulation demeurant très strictes en Australie[118]. Le , la course est officiellement décalée au [119],[120].

Grand Prix d'Arabie saoudite

Grand Prix d'Abou Dabi

Classements saison 2021

Attribution des points

Barème d'attribution des points en Championnat du monde de Formule 1
Position  1er   2e   3e   4e   5e   6e   7e   8e   9e   10e   MT 
Points 25 18 15 12 10 8 6 4 2 1 + 1
Barème d'attribution des points pour les courses « qualification sprint »
Position  1er   2e   3e 
Points 3 2 1

Pilotes

Classement[143]
Pos. Pilotes BAH EMI INC ESP MON AZE FRA STY AUS GB HON BEL PB ITA RUS ? JAP USA MEX BRE AUS KSA EAU Points
1 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen 18 25 18 19 25 0* 105
2 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton 25 19 25 25 7 0 101
3 Drapeau du Mexique Sergio Pérez 10 0 12 10 12 25 69
4 Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris 12 15 10 4 15 10 66
5 Drapeau de Monaco Charles Leclerc 8 12 8 12 Np. 12 52
6 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas 16 Abd. 16 15 Abd. 0 47
7 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. 4 10 0 6 18 4 42
8 Drapeau de la France Pierre Gasly 0* 6 1 1 8 15 31
9 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel 0 0* 0 0 10 18 28
10 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo 6 8 2 8 0 2 26
11 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Abd. 1 4 0 0 8 13
12 Drapeau de la France Esteban Ocon 0 2 6 2 2 Abd. 12
13 Drapeau du Canada Lance Stroll 1 4 0 0 4 Abd. 9
14 Drapeau du Japon Yuki Tsunoda 2 0 0 Abd. 0 6 8
15 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi 0 0 0 0 1 0 1
16 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen 0 0 Abd. 0 0 1 1
17 Drapeau du Royaume-Uni George Russell 0 Abd. 0 0 0 0* 0
18 Drapeau du Canada Nicholas Latifi 0* Abd. 0 0 0 0 0
19 Drapeau de l'Allemagne Mick Schumacher 0 0 0 0 0 0 0
20 Russian Automobile Federation flag.svg Nikita Mazepin Abd. 0 0 0 0 0 0

Constructeurs

Classement[144]
Pos. Constructeurs Pilotes BAH EMI INC ESP MON AZE FRA STY AUS GB HON BEL PB ITA RUS ? JAP USA MEX BRE AUS KSA EAU Points
1 Drapeau de l'Autriche Red Bull-Honda Drapeau des Pays-Bas VER 18 25 18 19 25 0* 174
Drapeau du Mexique PER 10 0 12 10 12 25
2 Drapeau de l'Allemagne Mercedes Drapeau du Royaume-Uni HAM 25 19 25 25 7 0 148
Drapeau de la Finlande BOT 16 Abd. 16 15 Abd. 0
3 Drapeau de l'Italie Ferrari Drapeau de Monaco LEC 8 12 8 12 Np. 12 94
Drapeau de l'Espagne SAI 4 10 0 6 18 4
4 Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Drapeau de l'Australie RIC 6 8 2 8 0 2 92
Drapeau du Royaume-Uni NOR 12 15 10 4 15 10
5 Drapeau de l'Italie AlphaTauri-Honda Drapeau de la France GAS 0* 6 1 1 8 15 39
Drapeau du Japon TSU 2 0 0 Abd. 0 6
6 Drapeau du Royaume-Uni Aston Martin-Mercedes Drapeau de l'Allemagne VET 0 0* 0 0 10 18 37
Drapeau du Canada STR 1 4 0 0 4 Abd.
7 Drapeau de la France Alpine-Renault Drapeau de l'Espagne ALO Abd. 1 4 0 0 8 25
Drapeau de la France OCO 0 2 6 2 2 Abd.
8 Drapeau de la Suisse Alfa Romeo-Ferrari Drapeau de la Finlande RAI 0 0 Abd. 0 0 1 2
Drapeau de l'Italie GIO 0 0 0 0 1 0
9 Drapeau des États-Unis Haas-Ferrari Russian Automobile Federation flag.svg MAZ Abd. 0 0 0 0 0 0
Drapeau de l'Allemagne MSC 0 0 0 0 0 0
10 Drapeau du Royaume-Uni Williams-Mercedes Drapeau du Royaume-Uni RUS 0 Abd. 0 0 0 0* 0
Drapeau du Canada LAT 0* Abd. 0 0 0 0

Notes

  1. a et b Mazepin et Kvyat, qui sont de nationalité russe, ne peuvent courir sous cette nationalité, le Tribunal arbitral du sport ayant confirmé la décision de l'Agence mondiale antidopage qui suspend pour deux ans la Russie de toute compétition mondiale en raison du scandale de dopage institutionnalisé dans le pays[98],[99],[100].
  2. Pour les Grands Prix avec une séance de qualification sprint, la pole position sera attribuée au vainqueur de la qualification sprint du samedi.
    Pour les Grands Prix classiques, la pole position reste attribuée au pilote ayant effectué le tour le plus rapide lors de la séance de qualification[139].

Références

  1. Basile Davoine et Fabien Gaillard, « Haas officialise l'arrivée de Nikita Mazepin pour 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 1er décembre 2020)
  2. Emmanuel Touzot, « Officiel : Mick Schumacher s'engage avec Haas F1 pour 2021 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Pierre Van Vliet, « Mick Schumacher tient à l’abréviation « MSC ». », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 16 mars 2021)
  4. Benjamin Vinel, « Officiel - Yuki Tsunoda chez AlphaTauri en 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 17 décembre 2020)
  5. Basile Davoine, « Romain Grosjean annonce qu'il quittera Haas F1 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 22 octobre 2020)
  6. Basile Davoine et Fabien Gaillard, « Haas F1 : Magnussen annonce lui aussi son départ », sur fr.motorsport.com, (consulté le 22 octobre 2020)
  7. Fabien Esvan, « Transferts : AlphaTauri met fin au suspense : Yuki Tsunoda sera bien en F1 en 2021. », sur eurosport.fr, (consulté le 17 décembre 2020)
  8. a et b Emmanuel Touzot, « Alpine F1 lance sa saison 2021 et nomme Kvyat comme réserviste. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 3 mars 2021)
  9. a b c et d Rémy Georges, « Pérez remplace Albon chez Red Bull ! », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 19 décembre 2020)
  10. Fabien Gaillard et Benjamin Vinel, « McLaren officialise l'arrivée de Ricciardo en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  11. J.B., « Daniel Ricciardo chez McLaren en 2021 », sur lequipe.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  12. Fabien Gaillard et Benjamin Vinel, « Ferrari confirme Sainz à la place de Vettel », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  13. Basile Davoine, « Vettel et Ferrari officialisent leur divorce », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  14. a et b Emmanuel Touzot, « Officiel : Vettel pilotera pour Aston Martin F1 à partir de 2021 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  15. Maxime Battistella, « Formule 1 : Alonso fait son grand retour chez Renault en 2021. », sur eurosport.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  16. Fabien Gaillard, « Alonso officiellement annoncé par Renault F1 pour 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  17. a et b (en) « Mercedes and Lewis Hamilton Agree New Contract for 2021 », sur mercedesamgf1.com, (consulté le 8 février 2021)
  18. Benjamin Vinel, « Alfa Romeo reconduit Räikkönen et Giovinazzi pour 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  19. Basile Davoine, « Russell et Latifi resteront chez Williams en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  20. Pierre Van Vliet, « Hamilton ne veut pas de Verstappen chez Mercedes », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 7 février 2021)
  21. Geoffroy Barre, « McLaren avec des moteurs Mercedes-Benz dès la saison 2021 en F1 », sur automobile-magazine.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  22. Michaël Duforest, « Officiel - McLaren passe à la motorisation Mercedes dès 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  23. J. Prévost, « Racing Point va bien devenir Aston Martin en 2021 », sur lequipe.fr, (consulté le 22 novembre 2020)
  24. Frédéric Veille, « Formule 1 : Sebastian Vettel quitte Ferrari pour Aston Martin », sur rtl.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  25. Basile Davoine, « Racing Point deviendra Aston Martin F1 en 2021 ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  26. Basile Davoine, « Malgré les inquiétudes, Aston Martin maintient son projet F1 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  27. « Aston Martin », sur statsf1.com (consulté le 21 novembre 2020)
  28. « F1 : Aston Martin quitte Red Bull pour avoir sa propre écurie », sur sudouest.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  29. Basile Davoine, « Renault F1 deviendra Alpine en 2021, c'est officiel ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  30. Benjamin Vinel et Adam Cooper, « La date des essais hivernaux fixée à Bahreïn. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 13 janvier 2021)
  31. a b et c Rémy Georges, « Essais hivernaux F1 2021 : synthèse des temps », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 16 mars 2021)
  32. Benjamin Vinel, « Ces écuries qui souffrent des nouvelles règles techniques », sur fr.motorsport.com, (consulté le 23 avril 2021)
  33. Patrick Angler, « Aston Martin admet que l’impact du règlement 2021 l’a prise par surprise », sur f1actu.com, (consulté le 23 avril 2021)
  34. Jonathan Noble, « Décryptage - Ce que la F1 va changer en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  35. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - L'effet de sol au coeur du règlement 2021 », sur Sportauto.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  36. a et b Grégory Demoën, « Voici le nouveau moteur F1 pour 2021 », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  37. Dorothée Julien, « Un V6 Turbo 1,6 L pour 2021 », sur https://franceracing.fr/, (consulté le 21 novembre 2020)
  38. « Budget plafonné, aéro simplifiée, standardisation : les principales mesures du règlement F1 2021 », sur eurosport.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  39. Fabien Gaillard, « La FIA et la F1 d'accord pour repousser le règlement 2021 en 2022 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  40. Formula One Management, « NEW ERA OF RACING POSTPONED#F1's new look has been moved back to 2022, but this isn't the only decision made by the @FIA's World Motor Sport Council pic.twitter.com/8fwBaCNFM4 », sur @F1, (consulté le 21 novembre 2020)
  41. Pierre Tassel et Julien Billiotte, « F1 - Le Conseil Mondial entérine le New Deal F1 », sur autohebdo.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  42. Frédéric Ferret, « En F1, pour quelques centimètres t'as plus rien. », sur lequipe.fr, (consulté le 15 mars 2021)
  43. (en) Formula One Management, « 2021 F1 rules: The Key Changes Explained », sur formula1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  44. (en) Formula One Management, « 2021 F1 financial rules and regulations: What is the cost cap and how will it be enforced? », sur formula1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  45. a et b Benjamin Vinel, « Plafond budgétaire 2021 : comment ça marche ? », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  46. Basile Davoine, « La FIA approuve des mesures historiques pour l'avenir de la F1 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  47. (en) Formula One Management, « The 2021 F1 cost cap explained – what has changed, and why? », sur www.formula1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  48. Basile Davoine, « Chaque écurie devra aligner un rookie en EL1 à partir de 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  49. Fabien Gaillard, « La F1 va offrir des points de Super Licence lors des essais libres », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  50. Benjamin Vinel, « Handicap aéro 2021 : comment ça marche ? », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  51. (en) Formula One Management, « How F1's new sliding scale aero testing rules work – and what impact they will have on racing », sur formula1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  52. (en) Scott Mitchell, « How F1's new three-day race weekend format from 2021 will work », sur autosport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  53. Olivier Ferret, « Officiel : Les week-ends de F1 seront raccourcis en 2021. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  54. Olivier Ferret, « Règles 2021 : Le jeudi supprimé, un vendredi condensé, un parc fermé renforcé ! », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  55. Cesare Ingrassia, « La F1 annonce les horaires des Grands Prix en 2021. », sur f1only.fr, (consulté le 27 mars 2021)
  56. Olivier Ferret, « La F1 explique la règle du Parc Fermé étendu au samedi », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  57. a b et c (en) Formula One Organisation, « Sprint Qualifying to debut at three Grands Prix in 2021 following unanimous agreement from teams », sur formula1.com, (consulté le 27 avril 2021)
  58. Cesare Ingrassia, « Silverstone va inaugurer les courses sprint en F1 », sur f1only.fr, (consulté le 29 avril 2021)
  59. a b et c Frédéric Ferret, « Avec des courses sprint en qualifications, la F1 veut se moderniser », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 27 avril 2021)
  60. Olivier Ferret, « La Mercedes F1 W12 sera prête 48 heures avant le 1er roulage. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 2 février 2021)
  61. Olivier Ferret, « Toto Wolff annonce qu'il restera directeur d'équipe en 2021 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  62. Emmanuel Touzot, « Officiel : Hamilton prolonge son contrat avec Mercedes F1. Une longue attente mais un but commun. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 9 février 2021)
  63. a et b Cesare Ingrassia, « Mercedes F1 confirme De Vries et Vandoorne en tant que pilotes de réserve », sur f1only.fr, (consulté le 3 mars 2021)
  64. a et b Basile Davoine, « Hülkenberg est bien le joker d'Aston Martin et Mercedes. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 27 mars 2021)
  65. Olivier Ferret, « Valtteri Bottas prolongé par Mercedes en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  66. Emmanuel Touzot, « Red Bull a présenté sa RB16B pour la saison 2021.Une voiture inspirée largement de sa devancière. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 24 février 2020)
  67. (en) « Max Verstappen has 'exit clause after 2021 season' », sur planetf1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  68. (en) Dieter Rencken et Keith Collantine, « “No nasty surprises” designing Mercedes installation for McLaren MCL35M », sur https://www.racefans.net/, (consulté le 19 décembre 2020)
  69. Julien Billiotte, « Ricciardo file chez McLaren en 2021. », sur autohebdo.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  70. Adam Cooper, « Paul di Resta nommé pilote de réserve McLaren », sur fr.motorsport.com, (consulté le 2 mai 2021)
  71. Cesare Ingrassia, « F1 - Norris confirmé chez McLaren en 2021 aux côtés de Ricciardo. », sur f1only.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  72. Basile Davoine, « Aston Martin dévoile son sponsor titre pour son retour en F1. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 8 janvier 2021)
  73. Emmanuel Touzot, « Aston Martin dévoile le nom de son châssis pour 2021 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 24 février 2021)
  74. « Stroll déjà confirmé pour 2021. », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 14 janvier 2021)
  75. (en) Groupe Renault, « Alpine F1 Team enters Formula 1. », sur en.media.groupe.renault.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  76. Basile Davoine, « La future Alpine F1 pour la saison 2021 baptisée A521. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 15 janvier 2021)
  77. « Alpine F1 confirme l'arrivée de Davide Brivio », sur fr.motorsport.com (consulté le 17 janvier 2021)
  78. Julien Billiotte, « OFFICIEL : Alonso retrouvera Renault en 2021. », sur autohebdo.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  79. Twitter de Guanyu Zhou
  80. Olivier Ferret, « Abiteboul dément un remplacement de Ocon pour 2021 mais... », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  81. (en) Darshan Chokhani, « FIA releases F1 2021 provisional entry list with Aston Martin, Alpine change. », sur formularapida.net, (consulté le 14 décembre 2020)
  82. Benjamin Vinel, « Ferrari révèle le nom de sa Formule 1 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 20 décembre 2020)
  83. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - Charles Leclerc signe un contrat à long terme avec Ferrari », sur autoplus.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  84. Benjamin Vinel, « Callum Ilott sera pilote d'essais Ferrari en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 15 décembre 2020)
  85. J.B., « Carlos Sainz Jr chez Ferrari en 2021 - F1 - Transferts », sur lequipe.fr, (consulté le 21 novembre 2020)
  86. Basile Davoine, « AlphaTauri annonce la date de sa présentation 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 5 février 2021)
  87. Emmanuel Touzot, « Officiel : Gasly reste avec AlphaTauri pour la saison 2021 de F1 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  88. « Scuderia AlphaTauri Autonews racing », sur autonews.fr (consulté le 17 mars 2021)
  89. Emmanuel Touzot, « Officiel : Yuki Tsunoda signe avec AlphaTauri pour 2021 », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 17 décembre 2020)
  90. Fabien Gaillard, « Alfa Romeo et Sauber prolongent leur partenariat en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  91. Olivier Ferret, « Alfa Romeo a principalement fait évoluer l'avant de la C41. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 22 février 2021)
  92. a et b Olivier Ferret, « Officiel : Räikkönen et Giovinazzi prolongés pour une année chez Alfa Romeo », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  93. Olivier Ferret, « Kubica heureux de garder son rôle de réserviste chez Alfa Romeo en F1 », sur motorsport.nextgen-auto.com/, (consulté le 19 février 2021)
  94. Benjamin Vinel, « Alfa Romeo nomme Callum Ilott pilote de réserve. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 avril 2021)
  95. Aurélie Sacchelli, « F1 - Haas : L'écurie devient Uralkali Haas F1 Team et se pare des couleurs de la Russie », sur sport365.fr, (consulté le 5 mars 2021)
  96. Olivier Ferret, « Le 1er démarrage de la Haas VF-21 reporté jusqu'aux essais de Sakhir ? », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 7 février 2021)
  97. « Nikita Mazepin débutera en F1 chez Haas en 2021. », sur lequipe.fr, (consulté le 11 février 2021)
  98. Emmanuel Touzot, « Mazepin ne pourra pas courir avec sa licence russe en F1. Le TAS a tranché sur les pilotes liés à la FIA », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 11 février 2021)
  99. Martin Businaro, « Mazepin privé de sa licence russe ? », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 11 février 2021)
  100. Martin Businaro, « Le Grand Prix de Russie ne devrait pas changer de nom », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 23 mars 2021)
  101. Cesare Ingrassia, « Pietro Fittipaldi confirmé en tant que pilote de réserve chez Haas. », sur f1only.fr, (consulté le 20 février 2021)
  102. Julien Pereira, « Formule 1 - Mick Schumacher chez Haas en 2021 », sur eurosport.fr, (consulté le 1er décembre 2020)
  103. Emmanuel Touzot, « La présentation de la Williams FW43B aura lieu le 5 mars. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 7 février 2021)
  104. (jusqu'au Grand Prix d'Azerbaïdjan)
    Cesare Ingrassia, « F1 - Jost Capito nommé PDG de Williams, Simon Roberts team principal. », sur f1only.fr, (consulté le 1er mars 2021)
  105. (à partir du Grand Prix de France)
    Basile Davoine, « Williams : Simon Roberts s'en va, Jost Capito aux manettes », sur fr.motorsport.com, (consulté le 10 juin 2021)
  106. a et b Fabien Gaillard, « Russell et Latifi seront bien pilotes Williams en 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  107. Olivier Ferret, « Jack Aitken reste pilote de réserve pour Williams », sur motorsport.nextgen-auto.com (consulté le 4 mars 2021)
  108. (en) « Roy Nissany continues with Williams Racing as Official Test Driver. », sur williamsf1.com, (consulté le 20 janvier 2021)
  109. Emmanuel Touzot, « Williams F1 confirme Chadwick comme pilote de développement. La championne des W Series garde un pied en Formule 1. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 2 mars 2021)
  110. « F1 - Williams conserve Ticktum comme pilote de développement », sur autohebdo.fr, (consulté le 31 mars 2021)
  111. Basile Davoine, « La F1 propose un calendrier de 23 dates, dont un nouveau GP. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  112. (en) Formula One Administration, « F1 adds Saudi Arabian Grand Prix night race to 2021 calendar », sur formula1.com, (consulté le 5 novembre 2020)
  113. Basile Davoine, « Un GP d'Arabie saoudite nocturne confirmé pour 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  114. Formula One Management, « Formula 1 announces provisional 23-race calendar for 2021 », sur formula1.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  115. a et b (en) Fédération Internationale de l'automobile, « FIA announces World Motor Sport Council decisionsr », sur fia.com, (consulté le 18 décembre 2020)
  116. Fabien Gaillard, « La F1 dévoile son calendrier provisoire pour 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  117. Pierre van Vliet, « Le Vietnam renonce à son Grand Prix. », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 10 novembre 2020)
  118. a et b Luke Smith, « Vers un report du Grand Prix d'Australie 2021. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 7 janvier 2021)
  119. a b et c Fabien Gaillard, « Saison 2021 de F1 : calendrier, pilotes, nouvelles règles et plus. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 13 janvier 2021)
  120. a et b Emmanuel Touzot, « Les organisateurs du GP d’Australie de F1 veulent courir en toute sécurité. Le report en fin de saison est une décision saluée. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 13 janvier 2021)
  121. Fabien Gaillard, « Le GP de Chine devrait également être reporté. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 10 janvier 2021)
  122. Alexandre Combralier, « Le couperet tombe pour la Chine : le promoteur veut reporter son GP de F1. Il pourrait être aussi annulé… », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 10 janvier 2021)
  123. « La saison débutera au GP de Bahreïn, Imola ajouté. », sur lequipe.fr, (consulté le 19 février 2021)
  124. Olivier Ferret, « Calendrier F1 : Monaco, Bakou et Montréal, les prochains à être annulés ? Huis clos et logistique posent problème avec le Covid-19. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 17 janvier 2021)
  125. Rémy Georges, « Calendrier F1 2021 : sans Monaco, Bakou et Montréal ? », sur f1i.auto-moto.com, (consulté le 18 janvier 2021)
  126. RR, « Formule 1: le Portugal devrait accueillir un Grand Prix en mai. », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 19 février 2021)
  127. (en) Formula One management, « Mexico 2021 » (consulté le 12 mars 2021)
  128. Fabien Gaillard et Léna Buffa, « Un nouveau circuit, 3 nouveaux GP : la F1 confirme le calendrier 2021 », sur fr.motorsport.com, (consulté le 12 mars 2021)
  129. Basile Davoine, « Interlagos garde son Grand Prix pour plusieurs années », sur fr.motorsport.com, (consulté le 21 novembre 2020)
  130. (en) Formula One Management, « Brazil 2021 » (consulté le 12 mars 2021)
  131. (en) Formula One Management, « Turkey to replace Canada on 2021 race calendar », (consulté le 28 avril 2021)
  132. Michel Marois, « Annulation du Grand Prix du Canada - Déception pour 2021, optimisme pour la suite », sur lapresse.ca, (consulté le 29 avril 2021)
  133. Martin Businaro, « Officiel: la Turquie remplace le Canada ! », sur f1i.fr, (consulté le 28 avril 2021)
  134. Fabien Gaillard, « Le GP de Styrie remplace la Turquie, le GP de France change de date. », sur https://fr.motorsport.com, (consulté le 15 mai 2021)
  135. Emmanuel Touzot, « Officiel : Le GP de Turquie annulé, une 2e course en Autriche. Le Grand Prix de France de F1 avance d'une semaine. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 15 mai 2021)
  136. Emmanuel Touzot, « Officiel : Le Grand Prix de Singapour de F1 annulé à cause du Covid-19. », sur motorsport.nextgen-auto.com, (consulté le 5 juin 2021)
  137. a et b Jonathan Noble, « Le Grand Prix de Singapour 2021 est annulé. », sur fr.motorsport.com, (consulté le 5 juin 2021)
  138. (en) Formula One Management, « F1 Schedule 2021 - Official Calendar of Grand Prix Races », sur formula1.com, (consulté le 4 juin 2021)
  139. Fabien Gaillard, « La F1 dévoile le programme du premier GP avec course qualifs », sur fr.motorsport.com, (consulté le 14 mai 2021)
  140. (en) Formula One Management, « Driver of the Day 2021 », sur formula1.com (consulté le 2 mai 2021)
  141. « Lewis Hamilton, auteur de sa 100e pole position au Grand Prix d'Espagne, est « heureux comme si c'était la première » », sur lequipe.fr, (consulté le 8 mai 2021)
  142. Stephane Vrignaud, « Bonus-Malus : à Hamilton (Mercedes) la remontée qui tue, à Gasly (AlphaTauri) l'erreur qui fait mal. », sur eurosport.fr, (consulté le 11 mai 2021)
  143. « 2021 : classement pilotes », sur fr.motorsport.com
  144. « 2021 : classement équipes », sur fr.motorsport.com