Alexander Albon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albon (homonymie).
Alexander Albon
Description de cette image, également commentée ci-après
Alexander Albon en 2019.
Biographie
Date de naissance (23 ans)
Lieu de naissance Londres, Royaume-Uni, Angleterre
Nationalité Drapeau : Thaïlande Thaïlandais
Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Nationalité sportive Drapeau : Thaïlande Thaïlandais
Carrière
Années d'activité Depuis 2012
Qualité Pilote automobile en monoplace
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
2019- Drapeau : Italie Toro Rosso 5 (0)
Statistiques
Numéro permanent 23
Nombre de courses 5
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0
Champion du monde 0

Alexander Albon, né le à Londres, est un pilote automobile thaïlandais.

Il fait ses débuts en Formule 1 en 2019 avec la Scuderia Toro Rosso ; il est le premier pilote de Formule 1 thaïlandais depuis 1954 avec Prince Bira. Il marque ses premiers points en se classant neuvième du Grand Prix de Bahreïn le 31 mars 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

2012-2014 : débuts en monoplace en Formule Renault 2.0[modifier | modifier le code]

C'est sous une licence britannique qu'Alexander Albon fait ses débuts en monoplace en 2012, en Eurocup Formula Renault, chez EPIC Racing. Malgré le soutien du Red Bull Junior Team, son meilleur résultat n'est qu'une dix-septième place obtenue lors de la course 1 au Hungaroring, il termine le championnat sans avoir marqué de point. Il dispute aussi, toujours avec l'écurie espagnole, la saison de Formula Renault 2.0 Alps. Son meilleur résultat est une sixième place à Imola, il se classe seizième avec 26 points. Il perd alors le parrainage de Red Bull en fin d'année. Il déclare plus tard que sa première saison « a été la pire de sa carrière et qu'il était seul dans l’équipe, ce qui rendait les choses difficiles »[1].

Il choisit la nationalité thaïlandaise en 2013 et s'engage avec KTR pour continuer en Eurocup Formula Renault 2.0. Il obtient sa première pole position et son premier meilleur tour en course sur le Red Bull Ring mais le podium lui échappe toujours et il doit se contenter d'une seizième place au championnat. Son premier podium en monoplace intervient la même année en Formula Renault 2.0 NEC, grâce à une deuxième place sur l'autodrome de Most. Il ne court que six courses de ce championnat et termine vingt-deuxième.

Albon rejoint en 2014 le Lotus Junior F1 Team[2] et poursuit avec KTR en Eurocup Formula Renault 2.0. Il ne remporte toujours pas de course mais obtient deux podiums (dont une deuxième place sur le Nürburgring) et termine troisième du classement avec 117 points. Comme la saison précédente, il dispute quelques courses en Formula Renault 2.0 NEC et obtient une deuxième place et une victoire en République Tchèque. Il se classe dix-septième du championnat.

2015 : la F3 européenne[modifier | modifier le code]

Alexander Albon en 2015.

Il rejoint le championnat d'Europe de Formule 3 en 2015 avec l'écurie Signature Team[3]. Il ne remporte aucune course mais obtient cinq podiums, dont deux sur le Norisring en plus des deux pole positions de sa saison. Il termine septième du championnat avec 187 points, 160 de plus que son équipier Dorian Boccolacci. Après sa saison, il dispute le Grand Prix de Macao et franchit la ligne d'arrivée treizième.

2016 : vice-champion de GP3 Series[modifier | modifier le code]

Alexander Albon signe un contrat avec ART Grand Prix[4] et dispute le championnat de GP3 Series 2016. Il remporte sa première course à Barcelone[5] et enchaîne avec de nombreux autres podiums. Il s'impose également à Silverstone, à Budapest et à Sepang. Il s'élance également à trois reprises depuis la pole position. Il peut mathématiquement être champion à Yas Marina, lors de la dernière manche de la saison, mais est victime d'un accrochage lors de la course longue. Son équipier monégasque Charles Leclerc est titré tandis qu'Albon termine deuxième du championnat[6].

En août, il participe aux Masters de Formule 3 sur le circuit de Zandvoort. Il finit quatrième de la course qualificative et cinquième de la course.

2017-2018 : la Formule 2[modifier | modifier le code]

Alexander Albon en 2018.

En toute logique, Alexander Albon est promu en Formule 2 (nouveau nom du GP2 Series) par ART pour la saison 2017[7]. Grâce à sa régularité en début de saison, il occupe la sixième place du championnat après six courses. Blessé à la clavicule après une chute à vélo, il est remplacé par Sergey Sirotkin pour la manche de Bakou[8]. En Autriche, il obtient son premier podium en finissant deuxième de la course sprint. Albon connaît une moins bonne deuxième moitié de saison, en inscrivant peu de points, mais clôture son année par une deuxième place à Abou Dabi, dépassé dans le dernier tour par son ancien coéquipier Charles Leclerc. Il termine dixième du championnat.

Début 2018, il prend pour la première fois le volant d'une Formule E et participe avec Renault e.dams aux essais des rookies, sur le circuit Moulay El Hassan de Marrakech[9]. Il signe ensuite chez DAMS pour la saison de Formule 2[10], et obtient sa première pole position à Bakou. Cette première pole est suivie d'une première victoire le lendemain[11]. Il s'impose une deuxième fois lors de la course principale de Silverstone, puis obtient sa troisième victoire de l'année à Budapest aux dépens de Luca Ghiotto[12]. Longtemps deuxième au championnat, il est dépassé par Lando Norris lors du dernier meeting de l'année à Abou Dabi.

2019 : débuts en Formule 1 avec Toro Rosso[modifier | modifier le code]

D'abord titularisé par Nissan e.dams pour prendre part au championnat de Formule E FIA 2018-2019[13], Alexander Albon rompt son contrat avant le début de la saison[14]. Il est en effet choisi par Helmut Marko pour remplacer Brendon Hartley chez Toro Rosso, et ainsi effectuer ses débuts en Formule 1 en 2019[15]. Il fait donc son retour dans le giron Red Bull et devient le premier pilote thaïlandais depuis 1954 et Prince Bira.

En terminant neuvième du Grand Prix de Bahreïn, il inscrit ses premiers points et est le premier Thaïlandais à inscrire des points en Formule 1 depuis la quatrième place de Prince Bira au Grand Prix de France 1954. Lors des essais libres 3 du Grand Prix de Chine, il détruit sa voiture dans le dernier virage et ne prend pas part aux qualifications[16]. Parti depuis les stands, il remonte jusqu'à la 10e place et est élu pilote du jour.

Carrière[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats d'Alexander Albon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2019 Red Bull Toro Rosso Honda Toro Rosso STR14 Honda V6 turbo hybride Pirelli 5 0 0 0 0 2 0 3 16e
Total 5 0 0 0 0 2 0 3
Résultats détaillés des saisons d'Alexander Albon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Classement Points
inscrits
2019 Red Bull Toro Rosso Honda Toro Rosso STR14 Honda V6 turbo hybride RA619H P AUS
14e
BAH
9e
CHN
10e
AZE
11e
ESP
11e
MON CAN FRA AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN RUS JPN MEX USA BRE ABU 15e 3

Légende : ici

Résultats en monoplace[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2012 Eurocup Formula Renault 2.0 Drapeau : Espagne EPIC Racing 13 0 0 0 0 0 38e
Formula Renault 2.0 Alps 13 0 0 0 0 26 17e
2013 Eurocup Formula Renault 2.0 Drapeau : Belgique KTR 14 0 1 1 0 22 16e
Formula Renault 2.0 NEC 6 0 0 1 1 61 22e
2014 Eurocup Formula Renault 2.0 Drapeau : Belgique KTR 14 0 1 0 3 117 3e
Formula Renault 2.0 NEC 6 1 0 1 2 80 17e
2015 Championnat d'Europe de Formule 3 Drapeau : France Signature 33 0 2 1 5 187 7e
2016 GP3 Series Drapeau : France ART Grand Prix 17 4 3 3 7 177 2e
2017 Formule 2 Drapeau : France ART Grand Prix 20 0 0 1 2 86 10e
2018 Formule 2 Drapeau : France DAMS 24 4 3 0 8 212 3e

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « [Portrait] Alexander Albon : « J’ai conscience de devoir bien faire » », sur renaultsport.com, (consulté le 30 novembre 2016)
  2. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - Les membres du Lotus F1 Junior Team annoncés », sur news.sportauto.fr, (consulté le 30 novembre 2016)
  3. « F3 ? Signature aligne Dorian Boccolacci et Alex Albon », sur autohebdo.fr, (consulté le 28 novembre 2016)
  4. Jacques-Armand Dupuis, « GP3 – Alex Albon rejoint ART Grand Prix », sur autohebdo.fr, (consulté le 26 novembre 2016)
  5. Pierre Tassel, « GP3-C2 : Alex Albon vainqueur à Barcelone », sur autohebdo.fr, (consulté le 26 novembre 2016)
  6. Benjamin Vinel, « Les candidats au titre accidentés, Leclerc sacré ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 26 novembre 2016)
  7. Martin Businaro, « ART mise sur Albon », sur f1i.fr, (consulté le 22 février 2017)
  8. « Sergey Sirotkin remplace Albon à Bakou », sur autohebdo.fr, (consulté le 27 juin 2017)
  9. Benjamin Vinel, « Renault e.dams va tester le Champion de F3 Japon », sur motorsport.com, (consulté le 20 janvier 2018)
  10. Gaël Angleviel, « DAMS annonce ses pilotes pour la saison 2018 FIA F2 », sur franceracing.fr, (consulté le 12 mai 2018)
  11. Camille Komaël, « Formule 2 - Bakou, Course 1 : Albon remporte une course mouvementée », sur nextgen-auto.com, (consulté le 12 mai 2018)
  12. Emmanuel Touzot, « Formule 2 - Hungaroring, Course 2 : Albon sort du bois en fin de course », sur nextgen-auto.com, (consulté le 30 juillet 2018)
  13. Basile Davoine, « Nissan e.dams confirme Buemi et enrôle Albon », sur motorsport.com, (consulté le 26 novembre 2018)
  14. Jacques-Armand Dupuis, « Alexander Albon quitte Nissan e.dams », sur autohebdo.fr, (consulté le 26 novembre 2018)
  15. Basile Davoine, « Officiel : Albon rejoint Toro Rosso pour 2019 », sur motorsport.com, (consulté le 26 novembre 2018)
  16. Basile Davoine, « Albon ne participera pas aux qualifications », sur motorsport.com, (consulté le 13 avril 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]