Nico Hülkenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nico Hülkenberg
{{{alternative}}}

Nico Hülkenberg en 2011.

Nom complet Nicolas Hülkenberg
Surnom Hulk
Date de naissance (27 ans)
Lieu de naissance Drapeau : République fédérale d'Allemagne Emmerich am Rhein
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Années d'activité Depuis 2007
Qualité Pilote automobile
Numéro 27 (depuis 2014)
Équipe Drapeau : Royaume-Uni Williams (2007-2010)
Drapeau : Inde Force India (2011-2012)
Drapeau : Suisse Sauber (2013)
Drapeau : Inde Force India (Depuis 2014)
Nombre de courses 79
Pole positions 1
Meilleurs tours en course 1
Podiums 0
Victoires 0
Site web nicohulkenberg.net

Nicolas « Nico » Hülkenberg (né le à Emmerich am Rhein, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Allemagne) est un pilote automobile allemand. En 2010, il fait ses débuts en championnat du monde de Formule 1 au sein de l'écurie Williams F1 Team. En 2011, sans contrat avec Williams, il devient pilote d'essai pour Force India qui le titularise l'année suivante. Après une saison chez Sauber en 2013, il retourne chez Force India en 2014. Associé à Earl Bamber et Nick Tandy, il remporte les 24 Heures du Mans 2015 sur une Porsche 919 Hybrid, dès sa première participation à l'épreuve mancelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts en monoplace[modifier | modifier le code]

Nicolas Hülkenberg débute sa carrière par le karting en 1997. Double champion d'Italie junior (en 2001 et 2002), puis champion d'Allemagne, il passe au sport automobile en 2005, dans le championnat d'Allemagne de Formule BMW, qu'il remporte dès sa première saison.

En 2006, il accède à la F3 Recaro Cup (le championnat d'Allemagne de F3, qu'il termine cinquième avec trois victoires), mais se révèle surtout à l'occasion de la saison 2006-2007 de A1 Grand Prix. Il remporte neuf courses et permet à l'équipe d'Allemagne de remporter largement le championnat.

Nicolas Hülkenberg en test pour Williams, en 2008.

L'année suivante, il participe à la Formule 3 Euroseries au sein de l'écurie française ASM Formule 3. Il s'impose à quatre reprises et termine le championnat à la troisième place. Il remporte également hors-championnat l'épreuve des Masters de Formule 3 à Zolder. En fin d'année, il effectue ses premiers tours de roue en Formule 1 au volant d'une Williams-Toyota sur le circuit de Jerez. Quelques jours plus tard, il est engagé par l'écurie britannique en tant que pilote essayeur.

En 2008, parallèlement à ses essais avec Williams, il disputera une deuxième saison en Formule 3 Euroseries, toujours pour le compte de l'écurie ART Grand Prix (nouveau nom d'ASM Formule 3). Annoncé comme le favori du championnat, il connaît un début de saison un peu laborieux avant de dominer la compétition, ce qui lui permet d'être titré dès l'avant-dernier meeting, au Mans[1].

En 2009, il intègre le championnat GP2 Asia Series en plein milieu de la saison, et décroche d'emblée la pole position. Pour son deuxième week-end dans la discipline, au Qatar, il remporte sa première course, la première course nocturne de l'histoire du GP2, alors qu'il partait de la pole position mais avait perdu le leadership au départ. Il ne fera que quatre des onze courses mais se classera tout de même sixième du championnat.

La même année il participe également au championnat de GP2 Series. Quatrième du championnat après quatre week-end de courses, il remporte les deux courses du week-end de Nürburgring et prend la tête du championnat, il ne la quittera plus. Il remportera quatre autres victoires plus tard dans la saison et de surcroît, à l'issue du week-end hongrois, son plus proche rival pour le titre Romain Grosjean, quittera le championnat pour aller courir en Formule 1. Nico Hülkenberg remporte le titre à l'issue du week-end de Monza, avec encore deux courses à disputer.

Le manager de Nicolas Hülkenberg est Willi Weber, connu pour avoir été celui de Michael Schumacher qu'il avait découvert au tout début de sa carrière. Weber n'hésite d'ailleurs pas à comparer son protégé à son glorieux ainé[2].

2010 : début en Formule 1 avec Williams[modifier | modifier le code]

Nico Hülkenberg lors du Grand Prix de Malaisie 2010.

Hülkenberg pilote pour Williams F1 Team au côté de Rubens Barrichello lors de la saison de Formule 1 2010. Son début de saison est difficile malgré une 5e place sur la grille de départ en Malaisie convertie en course par le point de la dixième place. Mais le jeune allemand progresse et se qualifie régulièrement parmi les 10 premiers. Après avoir inscrit un point à Silverstone, Hülkenberg termine le Grand Prix de Hongrie à la sixième place.

Lors du Grand Prix du Brésil, il signe la première pole position de sa carrière en Formule 1 sur le circuit d'Interlagos, reléguant à plus d'une seconde Sebastian Vettel, son premier poursuivant[3]. Le lendemain, il termine huitième de l'épreuve. Le lendemain de la course, son écurie annonce qu'il ne sera pas reconduit l'année suivante. Il termine sa première saison en Formule 1 à la quatorzième place avec 22 points, Rubens Barrichello son équiper termine lui dixième du championnat du monde avec 47 points.

2011-2012 : essayeur puis titulaire chez Force India[modifier | modifier le code]

Nico Hülkenberg au Grand Prix de Malaisie 2012.

En 2011, Hülkenberg signe chez Force India un contrat de troisième pilote. Le 15 décembre 2011, il devient pilote titulaire et devient l'équipier de Paul di Resta au sein de Force India pour la saison 2012. Pour le premier Grand Prix, en Australie, il abandonne dès le premier tour. Après douze Grands Prix, il est treizième avec 31 points.

Fin octobre, il est recruté par Sauber pour la saison 2013[4]. Il réalise néanmoins une superbe saison chez Force India où il se classe onzième du championnat du monde avec 63 points. Lors de la dernière épreuve, il mène pour la première fois de sa carrière une course de Formule 1 et, après avoir accroché Hamilton et écopé d'une pénalité, termine cinquième de la course.

2013 : une saison chez Sauber[modifier | modifier le code]

Nico Hülkenberg au Grand Prix de Malaisie 2013.

En 2013, Sergio Pérez part vers McLaren Racing et est remplacé par Nico Hülkenberg qui fait équipe avec le mexicain Esteban Gutiérrez, soutenu par Telmex, un des commanditaires principaux de l'écurie. Rapidement, la Sauber C32 se révèle bien moins performante que sa devancière. Si Hülkenberg inscrit quatre points en se classant huitième en Malaisie puis dixième en Chine, les quatre courses suivantes se soldent par autant de déceptions. Hülkenberg renoue avec les points en se classant dixième des épreuves de Grande-Bretagne et d'Allemagne[5].

Peu avant la trêve estivale, Sauber, en proie à des problèmes financiers, ne verse plus le salaire d'Hülkenberg qui officialise alors l'activation d'une clause de sortie de son contrat qui le lie à Sauber depuis le début de la saison : il est désormais libre de quitter Sauber à tout moment s'il le souhaite « Je pense que la situation est difficile. Monisha Kaltenborn et toute l'équipe dirigeante travaillent pour trouver une solution. Elle m'a assuré qu'elle travaille dur à ce sujet et c'est tout ce que je peux dire actuellement. Je dois préparer la suite de ma carrière : rien n'est impossible ni exclu. »[6][7]

En fin de saison, la monoplace progresse et permet à Hülkenberg de se mettre en valeur : il se classe cinquième en Italie, neuvième à Singapour, quatrième en Corée (le meilleur résultat de la saison) puis sixième au Japon. Lotus F1 Team, en pleine lutte pour la seconde place du championnat contre Ferrari, cherche, après le forfait de son pilote Kimi Räikkönen pour les deux derniers Grands Prix, un pilote capable de marquer des points importants et contacte Hülkenberg. Ferrari, paye alors le salaire en souffrance d'Hülkenberg chez Sauber afin que son contrat reste valide, et oppose son refus à ce transfert[8],[9]. Hülkenberg termine l'année dans les points en se classant sixième aux États-Unis et huitième au Brésil. Il termine dixième du championnat du monde, avec 51 points.

2014-2015 : retour chez Force India et vainqueur des 24 heures du Mans[modifier | modifier le code]

Nico Hulkenberg au Grand Prix de Singapour 2014.

Les négociations avec Lotus F1 Team ayant échoué, l'écurie britannique en manque de liquidités préférant recruter Pastor Maldonado qui dispose d'un budget complémentaire assuré par son commanditaire personnel PDVSA, Hülkenberg signe un contrat avec Force India, dont il était un des pilotes titulaires en 2012[10].

En Australie, lors du Grand Prix d'ouverture de la saison, il se qualifie en septième position et termine sixième de la course, devant Kimi Räikkönen. En Malaisie et à Bahreïn, il termine la course cinquième et pointe à la troisième place du championnat du monde. Sixième lors du Grand Prix Chine, il passe derrière Fernando Alonso au classement du championnat du monde. Dixième en Espagne, il se classe cinquième à Monaco. Après dix courses consécutives dans les points, Hülkenberg connaît une seconde partie de saison plus délicate ; il réalise toutefois sa meilleure saison depuis ses débuts avec la neuvième place du championnat du monde des pilotes.

Hülkenberg, vainqueur des 24h du mans 2015 avec Porsche.

L'année suivante, Nico Hulkenberg connait un début de saison compliqué à cause du manque de compétitivité de la nouvelle Force India VJM08. Après six courses, il est seulement treizième du championnat avec une seule arrivée dans les points. Tout en continuant à courir en Formule 1, il remporte, pour sa première participation, en équipage avec Nick Tandy et Earl Bamber l'édition 2015 des 24 Heures du Mans sur une Porsche 919 Hybrid de l'écurie officielle Porsche Team, ce qu'il qualifie comme « la plus grande victoire de sa carrière »[11],[12].

Au Grand Prix de Grande-Bretagne, Force India sort une profonde évolution de sa monoplace, qui permet à Hulkenberg de terminer septième de la course.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Nico Hülkenberg en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Records du tour Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2010 AT&T Williams FW32 Cosworth V8 Bridgestone 19 1 0 0 0 6 4 22 14e
2012 Force India VJM05 Mercedes V8 Pirelli 20 0 0 0 1 11 2 63 11e
2013 Sauber F1 Team C32 Ferrari 056 V8 Pirelli 19 0 0 0 0 10 1 51 10e
2014 Force India VJM07 Mercedes V6 hybride Pirelli 19 0 0 0 0 15 2 96 9e
2015 Force India VJM08 Mercedes V6 hybride Pirelli 7 0 0 0 0 2 1 10 12e

Résultat aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Nico Hülkenberg aux 24 Heures du Mans[13]
Année Équipe no  Châssis Moteur Pneus Catégorie Équipiers Tours Résultat
2015 Drapeau : Allemagne Porsche Team 19 Porsche 919 Hybrid Porsche 2,0 l Turbo V4 Michelin LMP1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Earl Bamber
Drapeau : Royaume-Uni Nick Tandy
395 Vainqueur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hulkenberg champion as Bianchi wins - autosport.com, 4 octobre 2008
  2. (en) Weber: he's the next Schumi! - odmotoring.com; 5 décembre 2006
  3. (en) Première pole position pour Hülkenberg à Interlagos, sur formula1.com, consulté le 6 novembre 2010]
  4. (en) « Sauber F1 Team signs on Nico Huelkenberg for 2013 », sauberf1team.com,‎
  5. http://www.motorsinside.com/f1/2013/classement/index.html, MotorsInside.com. Le classement des pilotes 2013.
  6. http://www.motorsinside.com/f1/2013/actualite/15879-F1-Sauber-ne-peut-plus-payer-ses-fournisseurs.html+Problèmes+financiers+de+Sauber, MotorsInside.com
  7. http://www.motorsinside.com/f1/2013/actualite/15877-F1-Sauber-Nico-Hulkenberg-a-active-sa-clause-de-sortie.html, MotorsInside.com
  8. Olivier Ferret, « F1 - Ferrari a bloqué le passage d’Hulkenberg chez Lotus », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ (consulté le 14 novembre 2013)
  9. Olivier Ferret, « F1 - Lopez aurait bien voulu voir Schumacher dans une de ses Lotus », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ (consulté le 15 novembre 2013)
  10. (en)Communiqué officiel Nico Hülkenberg, « Nico Hulkenberg returns to Sahara Force India with multi-year deal », sur nicohulkenberg.ne,‎ (consulté le 13 décembre 2013)
  11. Paul Gombeaud, « F1 - Hulkenberg : La plus grande victoire de ma carrière ! », sur nextgen-auto.com,‎ (consulté le 15 juin 2015)
  12. Jacques-Armand Dupuis, « Le Mans – Les débutants ont brillé avec Porsche », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 15 juin 2015)
  13. « Palmarès de Nico Hülkenberg au 24H du Mans », sur les24heures.fr (consulté le 15 juin 2015)