Max Chilton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chilton.
Max Chilton
{{{alternative}}}

Max Chilton au Grand Prix de Monaco 2013.

Nom complet Max Alexander Chilton
Date de naissance (25 ans)
Lieu de naissance Drapeau de l'Angleterre Reigate
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Anglais
Années d'activité Depuis 2005
Qualité Pilote automobile
Numéro 4 (2014)
Équipe Drapeau : Russie Marussia (2013-2014)
Nombre de courses 35
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0
Site web maxchilton.com

Max Chilton, né le à Reigate, est un pilote automobile britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Grahame Chilton, homme d'affaires dans les assurances ayant participé à la reprise de l'écurie Carlin Motorsport en 2009[1],[2]. Son frère, Tom Chilton, est pilote de voitures de tourisme en BTCC et WTCC.

Il débute en sport mécanique à l'âge de 10 ans avec le karting puis se tourne vers l'automobile à 14 ans avec le championnat T Cars, un championnat de voitures de tourisme britannique ouvert aux pilotes de 14 à 17 ans.

Formules de promotions[modifier | modifier le code]

Photographue d'une monoplace de Formule 3 grise avec des teintes rouges, vue de profil, dans la voied es stands.
Max Chilton en 2008 en Formule 3 britannique.

En 2007, il participe aux 1000 km de Silverstone sur une Zytek du Arena Motorsport partagée avec son frère[3]. Max gravit les échelons en passant par la Formule 3 britannique puis les GP2 Series, terminant quatrième de sa dernière saison en 2012.

Il participe aux essais « jeunes » de Formule 1 avec Force India à Abou Dabi en 2011 puis signe avec Marussia F1 Team comme pilote de réserve pour la deuxième partie de la saison 2012. Il participe à ce titre à la séance d'essais du vendredi lors du Grand Prix d'Abou Dabi 2012.

2013-2014 : Formule 1[modifier | modifier le code]

Photographie d'une monoplace noire et rouge, vue de trois-quarts.
Max Chilton sur la Marussia MR02 lors des essais de pré-saison de la saison 2013, sur le circuit de Barcelone.

Il est titularisé en Formule 1 par l'écurie Marussia F1 Team pour la saison 2013[4]. Lors de sa première saison avec Marussia en tant que pilote titulaire de Formule 1 en 2013, il devient le premier novice à terminer ses 19 premières courses et bat le record de Tiago Monteiro, datant de 2005, qui avait terminé ses 17 premières courses.

Il reste toutefois éclipsé par les performances de son coéquipier Jules Bianchi, qui marque les uniques points de Marussia en F1, au Grand Prix de Monaco 2014. Au Grand Prix du Canada 2014, sa vingt-sixième course en Formule 1, il percute son équipier Jules Bianchi dans le premier tour et connaît son premier abandon dans la discipline. La fin de la saison 2014 verra la descente aux enfers de la carrière du Britannique, avec le très grave accident de son coéquipier français au Grand Prix du Japon[5], puis la mise en liquidation judiciaire de l'équipe avant la fin du championnat, ce qui pousse l'équipe à ne participer aux trois dernières courses de l'année[6],[7],[8].

Il est pendant quelque temps, considéré comme un candidat potentiel pour un baquet dans la nouvelle équipe américaine Haas F1 Team pour sa première saison en 2016, mais les négociations échouent[9].

2015 : endurance[modifier | modifier le code]

Le , il est confirmé au volant d'une des trois Nissan GT-R LM NISMO pour les 24 Heures du Mans 2015 en catégorie LMP1[10]. La saison est très difficile pour le constructeur nippon qui déclare forfait pour la saison 2016, laissant Chilton sur la touche[11].

Depuis 2015 : départ pour les États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2015, Max Chilton rejoint les États-Unis, signant avec Carlin Motorsport[12]. Engagé en Indy Lights, l'antichambre de l'IndyCar Series, il décroche sa première victoire dans la discipline le , et la dédie à son ancien coéquipier Jules Bianchi, mort la veille, ce qui lui offre une grande exposition médiatique[13],[14]. Il termine cinquième du championnat, avec cette unique victoire[15].

En 2016, il rejoint Chip Ganassi Racing en IndyCar Series[16].

Carrière avant la Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Équipe Courses Victoires Poles M/Tours Podiums Points Position
2005 T Cars  ?  ?  ?  ?  ? 7  ? 8e
Trophée d'Automne T Cars  ? 7 0 0 0 4 106 3e
2006 T Cars Tomax 20 7 7  ? 14 167 2e
2007 Championnat britannique de Formule 3 Arena Motorsport 20 0 0 0 0 0 18e
2008 Championnat britannique de Formule 3 Hitech Racing 22 0 2 1 2 72 10e
2009 Championnat britannique de Formule 3 Carlin Motorsport 20 1 4 2 5 171 4e
Formula Renault 3.5 Series Comtec Racing 1 0 0 0 0 0 40e
2010 GP2 Series Ocean Racing Technology 20 0 0 0 0 3 25e
2011 GP2 Series Carlin 18 0 0 0 0 4 20e
2012 GP2 Series 24 2 2 0 4 169 4e
  • † – Résultats dans sa catégorie
  • (*) – Saison en cours
  • N/A – Points non attribués

Palmarès (sport automobile)

  • Vice-champion de Grande-Bretagne de T-Cars

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Max Chilton en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Podiums Abandons Records du tour Points inscrits Classement
2013 Marussia F1 Team MR02 Cosworth V8 Pirelli 19 0 0 0 0 0 0 23e
2014 Marussia F1 Team MR03 Ferrari V6 Pirelli 16 0 0 0 3 0 0 21e

Résultats aux 24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Max Chilton aux 24 heures du Mans
Année Voiture Équipe Équipiers Résultat
2015 Nissan GT-R LM Nismo Nissan Motorsports Olivier Pla / Jann Mardenborough Abandon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Benfield founder leaves Aon for new Gallagher venture - Andrew Cave and James Quinn, The Telegraph, 4 décembre 2013
  2. (en) Carlin Motorsport - Archive de carlin.co.uk sur ZoomInfo.com, 30 novembre 2010
  3. « Max Chilton lorgne du côté du LM P1 en 2015 », sur www.endurance-info.com (consulté le 13 décembre 2015)
  4. (en) communiqué officiel Marussia F1 Team, « To the max : Max Chilton will make his Formula 1 racing debut with us in 2013 », sur marussiaf1team.com,‎ (consulté le 18 décembre 2012)
  5. Basile Davoine, « Inconscient, Jules Bianchi est évacué à l'hôpital », sur toileF1.com,‎ (consulté le 5 octobre 2014)
  6. Olivier Ferret, « Fin de parcours pour Marussia en liquidation », sur motorsport.nextgen-auto.com,‎ (consulté le 7 novembre 2014)
  7. Basile Davoine, « L'écurie Marussia jette définitivement l'éponge », sur toileF1.com,‎ (consulté le 7 novembre 2014)
  8. Basile Davoine, « Marussia n'avait "aucune solution viable à long terme" », sur toileF1.com,‎ (consulté le 7 novembre 2014)
  9. Olivier Ferret, « F1 - Chilton admet discuter avec Haas mais... », sur nextgen-auto.com,‎ (consulté le 15 février 2015)
  10. « Le Mans / WEC - Nissan confirme Max Chilton et Alex Buncombe », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 15 février 2016)
  11. Jacques-Armand Dupuis, « WEC – Nissan déclare forfait pour 2016 », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 15 février 2016)
  12. (en) Mark Glendenning, « Ex-Marussia F1 driver Max Chilton plans IndyCar with Carlin in 2016 », sur autosport.com,‎ (consulté le 15 février 2016)
  13. (en) « Chilton dedicates first Indy Lights pole, victory to Bianchi », sur foxsports.com, Newton (Iowa),‎ (consulté le 15 février 2016)
  14. Fabien Gaillard, « Chilton - Je chérissais les jours où j'arrivais à battre Bianchi », sur motorsport.com,‎ (consulté le 15 février 2016)
  15. (en) « Indy Lights presented by Cooper Tires 2015 standings », sur driverdb.com (consulté le 15 février 2016)
  16. Michaël Duforest, « Max Chilton rejoint le Chip Ganassi Racing », sur motorsport.com,‎ (consulté le 1er février 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]