Daniel Ricciardo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Daniel Ricciardo
Description de cette image, également commentée ci-après
Daniel Ricciardo en 2016.
Biographie
Surnom Honey Badger
Danny Ric
Ricky Bobby[1]
Date de naissance (29 ans)
Lieu de naissance Perth (Australie)
Nationalité Drapeau d'Australie Australien
Site web danielricciardo.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2005
Qualité Pilote automobile en monoplace
Équipe Drapeau : Espagne HRT Formula One Team (2011)
Drapeau : Italie Scuderia Toro Rosso (2012-2013)
Drapeau : Autriche Red Bull Racing (2014-2018)
Drapeau : France Renault (2019-)
Statistiques
Numéro permanent 3
Nombre de courses 143
Pole positions 2
Meilleurs tours en course 13
Podiums 29
Victoires 7

Daniel Joseph Ricciardo, né le à Perth en Australie-Occidentale, est un pilote automobile australien. Il court depuis 2014 dans l'écurie autrichienne Red Bull Racing, pour laquelle il a obtenu sept victoires, deux pole position, treize meilleurs tours en course et 29 podiums.

Soutenu par Red Bull depuis son adolescence, il remporte deux titres en monoplace en 2008 et 2009. Après une très bonne saison en Formula Renault 3.5 Series en 2010, il fait ses débuts en Formule 1 en 2011, d'abord en tant que troisième pilote Toro Rosso puis avec HRT Formula One Team, où il remplace Narain Karthikeyan à partir du Grand Prix de Grande-Bretagne. Il retrouve Toro Rosso en tant que titulaire en 2012 puis prend la place de son compatriote Mark Webber chez Red Bull Racing en 2014. Coéquipier du quadruple champion du monde en titre Sebastian Vettel, il remporte cette année-là sa première victoire au Canada et devient l'un des acteurs majeurs du paddock, très souvent candidat au podium. En équipe avec Max Verstappen depuis 2016, il comptabilise cinq victoires en Formule 1 à l'issue de la saison 2017, année où il obtient son meilleur total de podiums, au nombre de neuf. En 2018, il remporte deux nouvelles victoires (Chine et Monaco) lors des six premières courses.

Son style de pilotage agressif, ses dépassements osés, comme celui sur trois voitures, élu comme le plus beau de l'année et qui lui a permis de remporter le Grand Prix d'Azerbaïdjan 2017, ainsi que son large sourire font de Daniel Ricciardo l'un des pilotes les plus charismatiques et les plus appréciés par les fans.

En fin de contrat avec Red Bull et malgré la volonté de l'écurie autrichienne de le conserver, il signe chez Renault F1 Team pour 2019 et 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Ricciardo possède des origines siciliennes. Son père Giuseppe "Joe" Ricciardo est né à Ficarra, dans la province de Messine, puis a déménagé très jeune en Australie. Sa mère Gracia "Grace" Ricciardo est quant à elle née en Australie, mais de parents calabrais[2].

Les débuts en compétition automobile[modifier | modifier le code]

2011 : pilote essayeur chez Toro Rosso puis titulaire avec HRT[modifier | modifier le code]

Monoplace bleue et rouge, vue de profil.
Ricciardo fait des séances d'essais libres avec Toro Rosso en début de saison 2011, comme ici, au Grand Prix de Malaisie 2011.
Ricciardo fait ses premiers Grands Prix chez HRT, comme celui d'Italie.

Pilote de réserve chez Red Bull Racing depuis 2009, Daniel Ricciardo est titularisé le jour de ses 22 ans dans l'écurie espagnole HRT, en remplacement de Narain Karthikeyan, pour accumuler de l'expérience en vue de sa titularisation possible en 2012 chez Toro Rosso[3].

Pour son premier Grand Prix, en Grande-Bretagne, sur le circuit de Silverstone, Daniel se qualifie à la dernière position sur la grille, à cinq dixièmes de son coéquipier Vitantonio Liuzzi, il termine dix-neuvième et dernier du Grand Prix, juste derrière son coéquipier. En Allemagne, il se qualifie à la vingt-deuxième position et termine à nouveau dix-neuvième. Il se qualifie à nouveau en avant-dernière ligne et termine dix-huitième en Hongrie avant d'abandonner en Belgique, à cause de vibrations sur sa monoplace. En Italie, il termine la course mais n'est pas classé, terminant à quatorze tours du vainqueur. À Singapour, Ricciardo se qualifie avant-dernier et termine dix-neuvième. Il termine ensuite vingt-deuxième au Japon, dix-neuvième en Corée du Sud, dix-huitième en Inde. Il abandonne au quarante-huitième tour du Grand Prix d'Abou Dabi, sur un problème électrique, et termine vingtième et dernier du Grand Prix du Brésil.

Au terme de sa première saison en Formule 1, il ne totalise que deux abandons, imputables à sa monoplace. Sa meilleure qualification est une vingtième place (à Abou Dabi) et son meilleur résultat en course est une dix-huitième place (en Hongrie et en Inde). Il se classe vingt-sixième du championnat du monde, juste devant son coéquipier Karthikeyan qu'il a remplacé. Ces résultats probants lui permettent d'intégrer l'écurie Toro Rosso pour la saison 2012.

2012-2013 : titulaire chez Toro Rosso[modifier | modifier le code]

Monoplace bleu foncé et rouge, vue de profil, du côté droit.
Daniel Ricciardo au Grand Prix du Canada 2012.

Membre de la filière Red Bull, Ricciardo est titularisé au sein de Scuderia Toro Rosso aux côtés de Jean-Éric Vergne. Sa saison démarre par une qualification en Q3 et la dixième place sur la grille de départ du Grand Prix d'Australie. Il termine sa première course pour sa nouvelle écurie en inscrivant ses premiers points en Formule 1 grâce à sa neuvième place finale. À Bahreïn, il atteint à nouveau la dernière phase qualificative et obtient la sixième place sur la grille de départ, sa meilleure qualification depuis ses débuts. Il ne concrétise pas en course où il se classe quinzième. Il lui faut attendre le Grand Prix de Belgique pour qu'il inscrive de nouveau points avec la neuvième place finale malgré une qualification en seizième position. Deux courses plus tard, à Singapour, il termine à nouveau neuvième et entame une honorable « tournée orientale » puisqu'il inscrit un point au Japon, deux en Corée et son dernier point de la saison à Abou Dabi.

Au terme de sa première saison complète en Formule 1, il est entré à six reprises dans les points et a inscrit 10 points, soit six de moins que son coéquipier. Il se classe dix-huitième du championnat du monde des pilotes, derrière son coéquipier Vergne. Ces résultats lui permettent de renouveler son contrat de pilote au sein de l'écurie Toro Rosso. L'année suivante, Ricciardo termine quatorzième du championnat avec 20 points.

2014 : passage chez Red Bull[modifier | modifier le code]

Ricciardo lors du Grand Prix de Singapour 2014.

En 2014, Daniel Ricciardo pilote aux côtés de Sebastian Vettel dans l'écurie Red Bull Racing[4].

Il dispute son premier Grand Prix pour l'écurie à l'occasion de son Grand Prix national, à Melbourne où il se qualifie, sous la pluie, en deuxième position derrière Lewis Hamilton tandis que son coéquipier Sebastian Vettel n'est que douzième. Ricciardo termine deuxième, derrière Nico Rosberg, avant d'être disqualifié car sa monoplace ne respectait pas le débit maximum instantané autorisé en carburant[5]. En Malaisie, il abandonne à cause d'une erreur de ses mécaniciens qui ont mal fixé sa roue avant gauche et d'un aileron avant cassé. À Bahreïn, treizième sur la grille avec dix places de pénalité, il termine quatrième, devançant son coéquipier. Il enchaîne avec deux troisièmes places en Espagne, où il monte sur son premier podium, et à Monaco, à chaque fois derrière Lewis Hamilton et Nico Rosberg.

Au Canada, sixième sur la grille de départ, il remporte son premier Grand Prix, profitant notamment des problèmes des Mercedes. Il remporte le Grand Prix de Hongrie devant Fernando Alonso et Lewis Hamilton, et, à mi-saison, est le seul pilote non Mercedes à avoir remporté des courses. Après la trêve estivale, profitant de l'incident du deuxième tour impliquant les deux Mercedes alors en tête, il remporte le Grand Prix de Belgique.

Daniel Ricciardo termine à la troisième place du championnat, avec huit podiums et 71 points de plus que son coéquipier, le quadruple champion du monde en titre qui se classe cinquième.

2015-2016 : une victoire et plusieurs déceptions[modifier | modifier le code]

Vettel rejoignant la Scuderia Ferrari en 2015, l'Australien se retrouve dès lors propulsé leader de son écurie aux côtés du jeune russe Daniil Kvyat. La saison 2015 n'est cependant pas à la hauteur de ses espérances et il ne remporte aucune course. Il termine huitième du championnat du monde, derrière Kvyat.

Parallèlement à sa carrière de pilote, il s'associe avec le fabricant italien de karts Birel-ART et lance la marque Ricciardo Kart[6].

Ricciardo commence la saison 2016 avec toujours Kvyat comme équipier. Mais suite à une collision causée par ce dernier au Grand Prix de Russie dont Ricciardo est victime, Kvyat est rétrogradé chez Toro Rosso tandis que Max Verstappen est promu chez Red Bull. En Espagne, après l'accrochage entre les deux Mercedes, Ricciardo prend la tête de la course, mais suite à une mauvaise stratégie, il doit se contenter de la quatrième place et laisser la victoire à son coéquipier. À Monaco, il remporte sa première pole position et mène une bonne partie de la course avant d'être victime d'une erreur de ses mécaniciens lors de son dernier arrêt au stand et ne termine que deuxième derrière Lewis Hamilton. Il remporte finalement sa seule victoire de la saison en Malaisie, grâce à l'abandon d'Hamilton qui menait la course et après avoir résisté plusieurs tours aux attaques de son coéquipier Max Verstappen. Il termine la saison troisième du championnat du monde, loin derrière le champion du monde Nico Rosberg et Lewis Hamilton.

2017 : records de podiums[modifier | modifier le code]

Daniel Ricciardo vainqueur à Bakou le 25 juin 2017

Lors de cette saison, les trois écuries de pointe, Mercedes, Ferrari et Red Bull, trustent la totalité des podiums, hormis la troisième place de Lance Stroll sur Williams en Azerbaïdjan. Alors que son coéquipier Max Verstappen est trop fréquemment victime de problèmes mécaniques (il totalise sept abandons en tout), Daniel Ricciardo occupe longtemps la quatrième place du classement pilotes grâce à ses nombreuses arrivées dans les trois premiers au volant de la RB13, dont une série de cinq consécutives entre le Grand Prix d'Espagne le 14 mai et celui d'Autriche le 9 juillet. Au milieu de cette série, il remporte la cinquième victoire de sa carrière à Bakou, lors d'une course particulièrement agitée, voir chaotique, ponctuée par plusieurs neutralisations et une interruption au drapeau rouge. Il remonte du fond du peloton et profite d'une relance pour dépasser les deux Williams de Felipe Massa et Lance Stroll, et la Renault de Nico Hülkenberg d'un coup au bout de la longue ligne droite du circuit urbain, construisant ainsi sa victoire. Ce triple dépassement est élu comme le plus beau de l'année[7]. Daniel Ricciardo se classe encore deuxième derrière Lewis Hamilton à Singapour, puis deux fois troisième à Sepang et à Suzuka, établissant son record de podiums sur une saison (9). À cause de trois abandons en fin de saison, alors que Verstappen remonte au classement, il termine cinquième du championnat avec 200 points, devancé pour la 4e place lors de la dernière course par Kimi Raïkkönen.

2018 : dernière saison avec Red Bull[modifier | modifier le code]

Lors du premier Grand Prix de la saison à Melbourne, Daniel Ricciardo est pénalisé d'un recul de trois places sur la grille pour ne pas avoir respecté un drapeau rouge lors des essais libres. Il s'élance du huitième rang et remonte jusqu'à la quatrième place finale d'une course gagnée par Sebastian Vettel[8]. À Bahreïn, deux semaines plus tard, qualifié en deuxième ligne, il est victime d'une coupure électrique de sa RB14 et abandonne après deux tours[9]. Au Grand Prix de Chine, à Shanghai, sixième des qualifications, il remporte la sixième victoire de sa carrière malgré la casse du turbocompresseur de sa voiture lors de la troisième séance des essais libres, ses mécaniciens parvenant in extremis à la réparer pour qu'il dispute les qualifications[10]. Sixième au 31e tour quand les deux Toro Rosso s'accrochent et provoquent la sortie de la voiture de sécurité, Daniel Ricciardo en profite, ainsi que son coéquipier Max Verstappen, pour plonger dans les stands, chausser des gommes tendres et ressortir en devenant les plus rapides en piste. Contrairement à Verstappen qui part hors piste en tentant de dépasser Lewis Hamilton puis envoie Sebastian Vettel en tête-à-queue, Ricciardo trace efficacement son chemin vers la victoire en dépassant successivement Kimi Räikkönen, Hamilton, Vettel et enfin Valtteri Bottas pour gagner une nouvelle fois sans jamais être parti d'une des trois premières places sur la grille de départ[10].

À Bakou, au quarantième tour de course, alors qu'il tente de dépasser son coéquipier, les deux Red Bull s'accrochent et abandonnent. Lors du Grand Prix d'Espagne, cinquième sur la grille de départ, il achève la course à la même position. Au Grand Prix de Monaco, Daniel Ricciardo domine toutes les séances d'essais (les trois sessions d'essais libres et les trois phases qualificatives), obtient la deuxième pole position de sa carrière et mène toute la course malgré la rupture du MGU-K entraînant une importante perte de puissance de son moteur ; il remporte sa deuxième victoire de la saison et la septième de sa carrière[11]. Après six courses, trois pilotes de trois écuries différentes comptent deux victoires chacun : Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Daniel Ricciardo.

Selon Helmut Marko, un des dirigeants de Red Bull Racing, bien que la valeur marchande de Daniel Ricciardo augmente, l'écurie autrichienne tient absolument à garder son pilote dont le contrat s'achève à la fin de la saison[12]. Des rumeurs récurrentes, démenties par Ricciardo, l'annoncent chez Scuderia Ferrari, voire chez Mercedes[13],[14]. Daniel Ricciardo est ainsi au centre du marché des transferts pour 2019[15].

Au Canada, en France et en Hongrie dont il fait le meilleur temps, il termine en quatrième place malgré deux abandons en Autriche, sur un problème d'échappement et en Allemagne, sur une perte de puissance de son moteur Renault.

Le 3 août 2018, Red Bull Racing confirme le départ de Daniel Ricciardo à la fin de la saison 2018, Renault F1 Team annonçant son recrutement pour 2019 et 2020 aux côtés de Nico Hülkenberg[16].

Carrière[modifier | modifier le code]

Résultats en formules de promotion[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2006 Formula BMW Asia Drapeau : Philippines Eurasia Motorsport 19 2 3 3 12 231 3e
2007 Formula Renault 2.0 Italia Drapeau : Italie RP Motorsport 14 0 0 0 0 196 6e
2008 Formula Renault 2.0 WEC Drapeau : France SG Formula 15 8 9 7 11 192 Champion
Eurocup Formula Renault 2.0 18 6 5 5 7 136 2e
2009 Championnat de Grande-Bretagne de Formule 3 Drapeau : Royaume-Uni Carlin Motorsport 20 7 6 5 13 275 Champion
2010 Formule Renault 3.5 Series Drapeau : France Tech 1 Racing 16 4 8 5 8 136 2e
2011 Formule Renault 3.5 Series Drapeau : République tchèque ISR Racing 12 1 2 3 6 144 5e

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Daniel Ricciardo après sa victoire lors du Grand Prix de Malaisie 2016.

À l'issue du Grand Prix de Belgique 2018 :

Tableau synthétique des résultats de Daniel Ricciardo en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Podiums Dans les points Pole positions Meilleurs
tours
Abandons Points inscrits Classement
2011 HRT Formula One Team Hispania F111 Cosworth V8 Pirelli 11 0 0 0 0 0 2 0 27e
2012 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR7 Ferrari V8 Pirelli 20 0 0 6 0 0 1 10 18e
2013 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR8 Ferrari V8 Pirelli 19 0 0 7 0 0 5 20 14e
2014 Infiniti Red Bull Racing Red Bull RB10 Renault V6 turbo Pirelli 19 3 8 16 0 1 2 238 3e
2015 Infiniti Red Bull Racing Red Bull RB11 Renault V6 turbo Pirelli 19 0 2 13 0 3 3 92 8e
2016 Red Bull Racing Red Bull RB12 Tag Heuer V6 turbo Pirelli 21 1 8 20 1 4 0 256 3e
2017 Red Bull Racing Red Bull RB13 Tag Heuer V6 turbo Pirelli 20 1 9 14 0 1 6 200 5e
2018 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB14 Tag Heuer V6 turbo Pirelli 14 2 2 8 1 4 6 118 6e
Total 143 7 29 84 2 13 25 934
Résultats détaillés des saisons de Daniel Ricciardo en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 Classement Points
inscrits
2011 HRT Formula One Team Hispania F111 Cosworth V8 CA2011 P AUS MAL CHI TUR ESP MON CAN EUR GBR
19
ALL
19
HON
18
BEL
Abd.
ITA
Nc
SIN
19
JPN
22
COR
19
IND
18
ABU
Abd.
BRE
20
27e 0
2012 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR7 Ferrari V8 056 2.4 P AUS
9
MAL
12
CHI
17
BAH
15
ESP
13
MON
Abd.
CAN
14
EUR
11
GBR
13
ALL
13
HON
15
BEL
9
ITA
12
SIN
9
JPN
10
COR
9
IND
13
ABU
10
USA
12
BRE
13
18e 10
2013 Scuderia Toro Rosso Toro Rosso STR8 Ferrari V8 056 2.4 P AUS
Abd.
MAL
18*
CHI
7
BAH
16
ESP
10
MON
Abd.
CAN
15
GBR
8
ALL
12
HON
13
BEL
10
ITA
7
SIN
Abd.
COR
19*
JPN
13
IND
10
ABU
16
USA
11
BRE
10
14e 20
2014 Infiniti Red Bull Racing Red Bull RB10 Renault V6 turbo Energy F1-2014 P AUS
Dsq
MAL
Abd.
BHR
4
CHI
4
ESP
3
MON
3
CAN
1
AUT
8
GBR
3
ALL
6
HON
1
BEL
1
ITA
5
SIN
3
JPN
4
RUS
7
USA
3
BRE
Abd.
ABU
4
3e 238
2015 Infiniti Red Bull Racing Red Bull RB11 Renault V6 turbo Energy F1-2015 P AUS
6
MAL
10
CHI
9
BHR
6
ESP
7
MON
5
CAN
13
AUT
10
GBR
Abd.
HON
3
BEL
Abd.
ITA
8
SIN
2
JPN
15
RUS
15*
USA
10
MEX
5
BRE
11
ABU
6
8e 92
2016 Red Bull Racing Red Bull RB12 TAG Heuer V6 turbo R.E.16 P AUS
4
BHR
4
CHI
4
RUS
11
ESP
4
MON
2
CAN
7
EUR
7
AUT
5
GBR
4
HON
3
ALL
2
BEL
2
ITA
5
SIN
2
MAL
1
JPN
6
USA
3
MEX
3
BRE
8
ABU
5
3e 256
2017 Red Bull Racing Red Bull RB13 TAG Heuer V6 turbo R.E.17 P AUS
Abd.
CHI
4
BHR
5
RUS
Abd.
ESP
3
MON
3
CAN
3
AZE
1
AUT
3
GBR
5
HON
Abd.
BEL
3
ITA
4
SIN
2
MAL
3
JPN
3
USA
Abd.
MEX
Abd.
BRE
6
ABU
Abd.
5e 200
2018 Aston Martin Red Bull Racing Red Bull RB14 TAG Heuer V6 turbo R.E.18 P AUS
4
BAH
Abd.
CHI
1
AZE
Abd.
ESP
5
MON
1
CAN
4
FRA
4
AUT
Abd.
GBR
5
ALL
Abd.
HON
4
BEL
Abd.
ITA SIN RUS JAP USA MEX BRÉ ABU 6e 118

Légende : ici

Victoires en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

# Année Manche Date Grand Prix Circuit Grille Écurie Voiture Résumé
1 2014 7/19 Canada Gilles-Villeneuve 6e Red Bull-Renault RB10 Résumé
2 2014 11/19 Hongrie Hungaroring 4e Red Bull-Renault RB10 Résumé
3 2014 12/19 Belgique Spa-Francorchamps 5e Red Bull-Renault RB10 Résumé
4 2016 16/21 Malaisie Sepang 4e Red Bull-TAG Heuer RB12 Résumé
5 2017 8/20 Azerbaïdjan Bakou 10e Red Bull-TAG Heuer RB13 Résumé
6 2018 3/21 Chine Shanghai 6e Red Bull-TAG Heuer RB14 Résumé
7 2018 6/21 Monaco Monaco pole position Red Bull-TAG Heuer RB14 Résumé

Résultats par Grands Prix[modifier | modifier le code]

(Mis à jour après le Grand Prix de Belgique 2018)

Tableau synthétique des résultats de Daniel Ricciardo en Formule 1 par Grand Prix
Grand Prix Nombre Pole
positions
Meilleurs
tours
Podiums Hat-Tricks Dans
les points
Victoires Année de la
victoire
Abandons Points
Abou Dabi 7 0 1 0 0 4 0 2 43
Allemagne 6 0 1 1 0 2 0 1 26
Australie 7 0 2 0 0 4 0 2 34
Autriche 5 0 0 1 0 4 0 1 30
Azerbaïdjan 2 0 0 1 0 2 1 2017 1 25
Bahreïn 7 0 0 0 0 4 0 1 42
Belgique 8 0 0 3 0 5 1 2014 3 61
Brésil 7 0 0 0 0 3 0 1 13
Canada 7 0 1 2 0 4 1 2014 0 58
Chine 7 0 1 1 0 6 1 2018 0 69
Corée du Sud 3 0 0 0 0 1 0 1 2
Espagne 7 0 1 2 0 7 0 0 59
États-Unis 6 0 0 2 0 3 0 1 31
Europe 2 0 0 0 0 1 0 0 6
France 1 0 0 0 0 1 0 0 12
Grande-Bretagne 8 0 0 1 0 5 0 1 51
Hongrie 8 0 2 3 0 4 1 2014 1 67
Inde 3 0 0 0 0 1 0 0 1
Italie 7 0 1 0 0 5 0 0 42
Japon 7 0 0 1 0 4 0 0 36
Malaisie 6 0 0 2 0 3 1 2016 2 41
Mexique 3 0 1 1 0 2 0 1 25
Monaco 7 2 1 4 0 5 1 2018 2 83
Russie 4 0 0 0 0 1 0 2 6
Singapour 7 0 2 4 0 5 0 1 71
Total 142 2 13 29 0 84 7 24 934

Divers[modifier | modifier le code]

En partenariat avec Birel-ART, Daniel Ricciardo crée en 2014 Ricciardo Kart, sa propre entreprise qui produit des châssis de go-kart[17].

Sur le podium du Grand Prix d'Allemagne 2016, Ricciardo célèbre sa performance en versant du champagne dans sa chaussure puis en le buvant. Cette tradition australienne, nommée shoey, a été initiée par son compatriote du Moto GP Jack Miller, et imitée par Valentino Rossi[18]. Depuis, il n'hésite pas à faire boire les interviewers sur le podium, comme Mark Webber ou encore les acteurs Gerard Butler et Patrick Stewart. Quelques pilotes ont également eu droit au shoey aux côtés de Ricciardo, mais ceux-ci semblent en règle générale moins emballés par cette pratique. Lewis Hamilton considère par exemple cela comme étant quelque chose de "dégoûtant"[19].

Il lance en 2017 sa propre boutique en ligne de vêtements. Il y propose des t-shirts, des sweatshirts ou encore des casquettes avec son logo, qui représente ses initiales DR.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Businaro, « Ricciardo : "J'ai plusieurs surnoms" », sur f1i.fr, (consulté le 10 décembre 2017)
  2. (en) Daniel Ricciardo ethnicelebs.com, 21 mars 2014
  3. HRT – Ricciardo, Liuzzi, Kolles entre argent et objectif - Tomorrownewsf1.com, 30 juin 2011
  4. http://www.autosport.com/news/report.php/id/109619
  5. F1 Ricciardo exclu, Red Bull fait appel
  6. (en) « Karting », sur danielricciardo.com (consulté le 26 juin 2017)
  7. Grégory Demoen, « Le prix du meilleur dépassement pour Ricciardo », sur F1i.fr, (consulté le 9 janvier 2018)
  8. Basile Davoine, « Ricciardo : "Nous avions l'une des voitures les plus rapides" », sur fr.motorsport.com, (consulté le 17 avril 2018)
  9. Basile Davoine, « Ricciardo : "La F1 peut vous arracher le cœur, c'est parfois brutal" », sur fr.motorsport.com, (consulté le 17 avril 2018)
  10. a et b Medhi Casaurang-Vergez, « Ricciardo : « Ce sport est fou ! », entre casse de turbo et victoire en 24 heures », sur autohebdo.fr, (consulté le 17 avril 2018)
  11. Benjamin Vinel, « Un Ricciardo imperturbable triomphe ! », sur fr.motorsport.com, (consulté le 28 mai 2018)
  12. Pierre Van Vliet, « Marko : "Nous voulons conserver Ricciardo" », sur f1i.fr, (consulté le 31 mai 2018)
  13. Benjamin Vinel, « Ricciardo nie l'existence d'un pré-contrat avec Ferrari », sur fr.motorsport.com, (consulté le 31 mai 2018)
  14. Vincent Lalanne-Sicaud, « Ricciardo dément un pré-contrat avec Ferrari », sur news.sportauto.fr, (consulté le 31 mai 2018)
  15. Matthieu Piccon, « Daniel Ricciardo au coeur du marché des transferts », sur racingbusiness.fr, (consulté le 31 mai 2018)
  16. Emmanuel Touzot, « Renault explique l'arrivée de Ricciardo aux côtés de Hülkenberg », sur nextgen-auto.com, (consulté le 3 août 2018)
  17. « Naissance de Ricciardo Kart », sur kartmag.fr, (consulté le 6 janvier 2018)
  18. Alexandre Combralier, « F1 - Ricciardo explique pourquoi il a bu du champagne dans sa chaussure », sur nextgen-auto.com, (consulté le 6 janvier 2018)
  19. Olivier Ferret, « F1 - Hamilton ne compte pas faire une ’shoey’, c’est dégoûtant ! », sur nextgen-auto.com, (consulté le 6 janvier 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]