Abraham Baldwin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abraham Baldwin
Abraham Baldwin by Naegele.jpg

Portrait d'Abraham Baldwin par Charles Frederick Naegele.

Fonctions
Président pro tempore du Sénat des États-Unis
-
James Hillhouse (en)
Stephen R. Bradley (en)
Sénateur des États-Unis
Géorgie
-
Sénateur des États-Unis
-
Représentant des États-Unis
Georgia's at-large congressional district (en)
-
-
James Jones (en)
Représentant des États-Unis
2e district congressionnel de Géorgie (en)
-
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière Rock Creek (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Formation
Université Yale
Yale Divinity School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Parti politique
Conflit
signature d'Abraham Baldwin

signature

Abraham Baldwin, né le [1],[2],[3] ou [4],[5] à Guilford dans le comté de New Haven (Connecticut, États-Unis) et mort le à Washington, D.C., est un avocat, professeur et homme politique américain, l'un des Pères fondateurs des États-Unis en tant que représentant de la Géorgie au Congrès de la Confédération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Dessin d'Abraham Baldwin par Henry Clay White (en).

En 1639, le grand-père de Baldwin est arrivé dans le Connecticut du comté de Devonshire, en Angleterre. Abraham est né en 1754 dans le même État. Il était le troisième des cinq enfants nés de Lucy Dudley et de Michael Baldwin, forgeron et illetré. Lucy est morte alors qu'Abraham avait 4 ans. Dix ans plus tard, Michael, le père d'Abraham, se remaria avec Theodora Wolcott et, ensemble, ils eurent sept enfants. Lorsque le père d'Abraham Baldwin mourut, ce dernier s'occupa, à ses propres frais, de ses six demi-frères plus jeunes et entreprit de les élever, les éduquer et de les loger. L'un des frères de Baldwin était Henry Baldwin (en)[6]. Baldwin a été un bulldog de Yale à l'université Yale[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Trois ans après avoir obtenu son diplôme à l'université Yale en 1772, il y exerce sa profession de tuteur jusqu'en 1779, lorsqu'il devient aumônier militaire pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. En 1781, il refuse le poste de professeur de théologie qui lui était offert par son Alma mater. Après la fin de la guerre, Baldwin étudia le droit, puis fut admis, en 1783, au barreau du Connecticut à Fairfield[1],[7]. En moins d'un an, il reçoit une concession de terre dans le comté de Wilkes, en Géorgie, et a par la suite déménagé dans le comté de Columbia (qui, jusqu'en 1790, faisait partie du comté de Richmond). En 1784, il déménage encore, cette fois à Augusta, où il commence à exercer sa profession.

L'année suivante, c'est-à-dire en 1785, Abraham Baldwin siégea au Congrès de la Confédération. En 1787, il fut l'un des quatre délégués de la Géorgie à la Convention de Philadelphie. Il devint ensuite représentant de la Géorgie à la Chambre des représentants des États-Unis de 1789 à 1799 — pour le 2e district de l'État jusqu'en 1793 puis pour l'État at-large —, puis sénateur de 1799 à sa mort en 1807[7]. Il fut président pro tempore du Sénat du au et le premier président de l'université de Géorgie de 1785 à 1801.

Guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

L'association d'Abraham avec Yale a directement contribué à son entrée dans le service militaire. Le collège, qui avait « produit » une part importante du clergé du Connecticut depuis près d'un siècle, devint la principale source d'aumôniers pour l'Armée continentale. Pendant le début de la guerre, c'est ce rôle qu'il a joué, à temps-partiel, parmi les forces du Connecticut. En février 1779, il succéda au Révérend Timothy Dwight (en), un autre tuteur de Yale, comme l'un des deux aumôniers de la brigade alloués aux forces du Connecticut. Encore en tant qu'aumônier, il rejoignit la brigade du brigadier-général Samuel Holden Parsons. Il resta avec cet unité jusqu'à la démobilisation de l'armée qui suivit le traité préliminaire de paix de juin 1783[5].

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Gerald J. Smith, « Abraham Baldwin (1754-1807) », sur www.georgiaencyclopedia.org, (consulté le 1er octobre 2016).
  2. (en) « BALDWIN, Abraham, (1754 - 1807) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 3 octobre 2016).
  3. a et b (en) « Abraham Baldwin », sur www.todayingeorgiahistory.org (consulté le 8 octobre 2016).
  4. (en) « Abraham Baldwin, Georgia », sur www.constitutionday.com (consulté le 3 octobre 2016).
  5. a et b (en) « ABRAHAM BALDWIN : Georgia », sur www.history.army.mil (consulté le 3 octobre 2016).
  6. (en) « Abraham Baldwin: Early Years, 1754-1779 : Family Life », sur georgiahistory.com (consulté le 8 octobre 2016).
  7. a et b (en) « A Biography of Abraham Baldwin 1754-1807 », sur www.let.rug.nl (consulté le 1er octobre 2016).
  8. (en) « Special Report on the Abraham Baldwin Statue Initiative », sur dar.uga.edu (consulté le 8 octobre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]