Iowa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iowa (homonymie).

42° 00′ 00″ N 93° 00′ 00″ O / 42, -93

Iowa
Sceau
Sceau
Drapeau
Drapeau
Carte des États-Unis avec l'Iowa en rouge.SurnomThe Hawkeye StateEn français : « L'État d'Œil de Faucon »DeviseOur liberties we prize and our rights we will maintain« Nous chérissons nos libertés et nous maintiendrons nos droits »
Carte des États-Unis avec l'Iowa en rouge.

Surnom
The Hawkeye State
En français : « L'État d'Œil de Faucon »

Devise
Our liberties we prize and our rights we will maintain
« Nous chérissons nos libertés et nous maintiendrons nos droits »
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Capitale Des Moines
Adhésion à l’Union 28 décembre 1846 (29e État)
Gouverneur Terry Branstad (R)
Sénateurs Chuck Grassley (R)
Joni Ernst (R)
Nombre de représentants 5 (3D + 2R)
ISO 3166-2 US-IA
Fuseau horaire -6
Démographie
Gentilé Iowien/Iowiennne
Population 3 090 416 hab. (2013[1])
Densité 21 hab./km2
Rang 30e
Ville la plus peuplée Des Moines
Géographie
Altitude 335 m (min. : 146 m) (max. : Hawkeye Point 509 m)
Superficie 145 743 km2
Rang 26e
– Terre 144 708 km2
– Eau (%) 1 035 km2 (0.71 %)
Coordonnées 40°36' N à 43°30' N (320 km)
89°05' W à 96°31' W (500 km)
Divers
Langues officielles Anglais
Liens
Site web www.iowa.gov

L'Iowa (ajo.wa ou i.jo.wa) est un État du Midwest des États-Unis, parfois appelé The American Heartland (traduisible par : Le Cœur du pays). Il est bordé au nord par le Minnesota, par le Wisconsin et l'Illinois à l'est, par le Missouri au sud et par le Nebraska et le Dakota du Sud à l'ouest[2]. Il est le seul État à avoir des frontières formées par des rivières : le Mississippi à l'est, le Missouri et la Big Sioux à l’ouest. Son surnom est The Hawkeye State depuis 1838, soit 8 ans avant qu'il devienne officiellement un État américain.

À l'époque coloniale, l'Iowa faisait partie de la Louisiane française et de la Louisiane espagnole. Son drapeau est inspiré directement de celui de la France. Après la vente de la Louisiane par Napoléon, les colons décidèrent de baser l'économie de l'État sur l'agriculture qui fondera, plus tard, une partie de la Corn Belt.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, l'économie de l'Iowa, jusqu'alors monopolisée par l'agriculture, se diversifia avec l'arrivée des industries de haute technologie, des services financiers, de la biotechnologie et de la production d'énergies renouvelables. L'Iowa est le 20e État le plus étendu du pays et le 30e plus peuplé. Sa capitale (qui est aussi la plus grande ville de l'État) est Des Moines. L'Iowa a été répertorié, le 25 mars 2009, comme l'un des États les plus sûrs des États-Unis.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Iowa provient de la rivière Iowa, du nom de la tribu indienne des Iowas (ou Ioway), qui ne comporte aujourd'hui plus qu'un millier d'individus environ.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Iowa.

Période précolombienne[modifier | modifier le code]

Les premiers peuples amérindiens sont arrivés dans l'actuel Iowa il y a environ 13 000 ans. Chasseurs-cueilleurs, ils vivent alors dans un paysage de type glaciaire, caractéristique de la fin du Pléistocène. Au cours de la période archaïque (entre 8 000 et 2 000 ans av. J.-C.), leur mode de vie s'est peu à peu transformé : les tribus développent l'exploitation agricole ainsi que des systèmes sociaux et politiques complexes. En s'adaptant progressivement aux conditions climatiques et écosystèmes locaux, les tribus ont fini par se sédentariser.

Il y a environ 3 000 ans, durant la période archaïque supérieure, les Amérindiens de l'Iowa ont commencé à cultiver des plantes. La période sylvicole (de 2000 av. J-C à l'an 1000) a entraîné une dépendance accrue aux produits de l'agriculture. On a constaté l'augmentation de la culture du maïs vers 900, ainsi qu'une production d'objets tels que des monticules ou des céramiques.

L'arrivée des colons européens a provoqué d'importants bouleversements économiques et sociaux. Des maladies inconnues sur le continent américain ont décimé une partie des tribus et ont entraîné d'importants déplacements de population.

XVIIe-XVIIIe siècles : premières explorations et création d'un comptoir[modifier | modifier le code]

L'Iowa en 1718. La zone actuelle en jaune.

Les premiers européens à parcourir le territoire sont les explorateurs français Jacques Marquette et Louis Jolliet. Ils parcourent la vallée du Mississippi en 1673 et notent dans leurs récits de voyages l'existence de plusieurs villages indiens dans l'actuel Iowa[3],[4]. Le territoire est revendiqué par la France, qui le conserve durant un siècle. Avant sa défaite lors de la Guerre de la Conquête (1754-1760), qui oppose la France et des tribus indiennes aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, elle transfère l'Iowa à l'allié espagnol[5]. L'Espagne prend possession du territoire et accorde des licences commerciales aux marchands français et britanniques, qui établissent des comptoirs le long du Mississippi et dans la ville de Des Moines[3] - actuelle capitale de l'Iowa.

Ce dernier fait alors partie de la Louisiane espagnole. La région prospère grâce au commerce du plomb et à la traite des fourrures par les Indiens. Les tribus Sauks et Renards semblent avoir contrôlé les flux commerciaux sur le Mississippi à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Parmi les commerçants s'étant établis dans la région se trouvent Julien Dubuque, René-Robert de La Salle et Paul Marin[3]. En outre, au moins cinq comptoirs français et britanniques auraient été construits avant 1808 le long de la rivière Missouri[6].

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Durant la guerre anglo-américaine (1812-1815)[modifier | modifier le code]

Plan de Fort Madison, 1810.

Le Fort Madison est construit en 1808 pour contrôler les flux commerciaux et achever d’établir la domination américaine dans la haute vallée du Mississippi. Il fut l'objet de nombreuses attaques par des tribus indiennes (notamment Sauks et Winnebagos) qui n'abandonnent pas leurs prétentions sur le territoire et forment des alliances de circonstance avec les Britanniques[7],[8]. Lors de la Guerre anglo-américaine de 1812, le fort est assiégé par les Anglais et les troupes du chef Black Hawk ; il tombe en 1813[9],[10].

Après la guerre, les États-Unis ont rétabli leur contrôle sur la région par la construction de Fort Armstrong (en) (Illinois), Fort Snelling (Minnesota), et Fort Atkinson (Nebraska)[11].

Déplacement des tribus amérindiennes et Guerre de Black Hawk[modifier | modifier le code]

Une carte de l’Iowa de 1909 montrant les achats de territoire aux Amérindiens.

Les États-Unis ont encouragé la colonisation de la côte est du Mississippi et le déplacement des Amérindiens à l’ouest. Le commerce des fourrures et du plomb a continué, mais les maladies et les déplacements forcés ont achevé de désorganiser les systèmes économiques et culturels des tribus.

En avril 1832, des tribus traversent le Mississippi et se réinstallent sur des terres de l'Illinois dont ils avaient été chassés à la suite d'un traité de 1804, passé entre William Henry Harrison et le chef sauk Quashquame (en). S'ensuit une brève guerre de mai à août, connue sous le nom de Guerre de Black Hawk. La guerre est remportée par les États-Unis, qui décident, à des fins de répression et pour préparer la colonisation future, de chasser les tribus Amérindiennes de l'Iowa.

Les Sauks et Meskwaki ont ainsi été repoussés hors de la vallée du Mississippi en 1832, de la vallée de la rivière Iowa en 1843, et de l’État en 1846. Les Winnebagos ont été quant à eux été expulsés de l’Iowa en 1850, et les Dakotas à la fin des années 1850. L'ouest de l'État, autour de la ville moderne de Council Bluffs, a été utilisé comme halte par des tribus déplacées vers l'ouest, comme les Potawatomis.

Beaucoup de Meskwaki sont retournés dans l’Iowa plusieurs décennies plus tard et se sont installés près de Tama ; le secteur non constitué en municipalité de la Colonie Meskwaki (en) en témoigne. En 1856, l’Assemblée législative de l’Iowa a adopté une loi sans précédent permettant aux Meskwaki d’acheter des terrains, les Amérindiens n’étant alors pas autorisés à le faire.

Débuts de la colonisation et adhésion à l'Union (1833–1860)[modifier | modifier le code]

Les premiers colons américains sont arrivés officiellement dans l’Iowa en juin 1833[12], principalement originaires de l’Ohio, de Pennsylvanie, de l'État de New York, de l’Indiana, du Kentucky, et de Virginie[12]. Le 4 juillet 1838, le Congrès des États-Unis crée le Territoire de l’Iowa. Le président Martin Van Buren nomme alors Robert Lucas comme gouverneur du territoire, qui à cette époque comptait vingt-deux comtés et une population de 23 242 habitants[13].

Presque immédiatement après l’obtention du statut territorial, de nombreux citoyens manifestent leur intention de transformer l'Iowa en État. Le 28 décembre 1846, l’Iowa est devenu le 29e État de l’Union, après que le président James K. Polk a ratifié la loi d'adhésion. Une fois admis dans l’Union, après avoir résolu la question de ses frontières et acheté la quasi-totalité de son territoire aux tribus indiennes, l'Iowa organise son développement économique et social, en réalisant des campagnes destinées à attirer des colons et des investisseurs[14]. Le jeune État, qui constitue alors une partie de La Frontière, compte de nombreuses terres fertiles et de braves citoyens, ainsi qu'une société libre et ouverte, et une administration efficace[14].

L’Iowa a une longue tradition de foires d’État et de comtés. Les première et deuxième foires d’État ont eu lieu dans la région la plus développée, à l'est de l’État, près de Fairfield. La première foire se tient du 25 au 27 octobre 1854, pour un coût de l’ordre de 323 $. Par la suite, la foire est déplacée au centre de l'Iowa et s'installe définitivement à Des Moines en 1886. La foire a lieu chaque année depuis lors, à l'exception de 1898, en raison de la Guerre hispano-américaine et de l’Exposition internationale, qui se tient cette année-là à Omaha dans le Nebraska. Elle est également suspendue durant la Seconde Guerre mondiale, de 1942 à 1945[15].

Durant la Guerre de Sécession (1861–1865)[modifier | modifier le code]

Durant la Guerre de Sécession, l'Iowa soutient l'Union et vote massivement en faveur d'Abraham Lincoln, bien qu'il existe un important mouvement d'opposition à la guerre (les copperheads) parmi les colons venus du Sud et les catholiques. L'État ne fut le théâtre d'aucun affrontement, mais la bataille d'Athens (1861), qui se déroula dans le Missouri aux abords de la rivière Des Moines, vit atterrir un boulet de canon sur le sol de l'État. La production agricole de l'Iowa a en outre grandement contribué au ravitaillement des armées et des villes de la côte est[16].

Samuel J. Kirkwood (en), le premier gouverneur de l'Iowa en temps en guerre, est l'un des principaux artisans du soutien à l'Union. Sur une population totale de 675 000 habitants, 116 000 hommes durent effectuer un service militaire. L'Iowa est l'État américain qui a fourni le plus grand nombre de soldats durant la Guerre de Sécession : 75 000 volontaires rejoignent les forces armées, et un sur six est tué avant la reddition des Sudistes après la bataille d'Appomattox[16]. La plupart ont combattu lors des grandes campagnes de la vallée du Mississippi et dans le Sud[17].

Les soldats de l’Iowa ont notamment participé aux batailles de Wilson’s Creek (Missouri), Pea Ridge (Arkansas), Fort Henry, Fort Donelson, Shiloh, Chattanooga, Chickamauga, Missionary Ridge, Rossville Gap, Vicksburg, luka et Corinth. Ils intégrèrent l'Armée du Potomoc en Virginie sous le commandement du général de l'Union Philip Sheridan, dans la vallée de la Shenandoah. De nombreux hommes moururent et sont enterrés dans le camp d'Andersonville. En outre, ils furent de ceux qui marchèrent sur la Campagne de Red River du général Nathaniel P. Banks, échec retentissant pour les armées de l'Union. Trente-sept soldats originaires de l'Iowa ont obtenu la Medal of Honor, la plus haute distinction décernée par le gouvernement américain, créée à l'issue de la guerre[18].

Plusieurs généraux de brigade (brigadier general) et quatre grands généraux de l'Iowa — Grenville M. Dodge, Samuel R. Curtis, Francis J. Herron (en) et Frederick Steele — devinrent des figures politiques locales et nationales après la guerre[16].

Développement du secteur agricole (1865–1930)[modifier | modifier le code]

Une ferme de l’Iowa vers 1875.

À la suite de la guerre de Sécession, la population de l’Iowa a continué de croître de façon spectaculaire, passant de 674 913 habitants en 1860 à 1 194 020 en 1870. L’introduction des chemins de fer dans les années 1850 et 1860 a rapidement transformé l’Iowa en un important producteur agricole.

En 1917, avec l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, les agriculteurs et les autres habitants de l’Iowa ont connu la conversion de l'agriculture et de l'industrie à une économie de guerre. Depuis le début de la guerre en 1914, les agriculteurs de l’Iowa connaissent la prospérité économique. L'industrie et le commerce sont également florissants depuis les années 1870 et les premiers développements de l'industrie agroalimentaire.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Durant la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'économie de l'Iowa a connu une lente transition d’une économie agricole à une économie mixte. La Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale ont accéléré le passage d'une agriculture dominée par les fermes de petits propriétaires à de plus grandes exploitations, et ont fait débuter un processus d’urbanisation qui se poursuit encore aujourd'hui. Depuis la Seconde Guerre mondiale s'est également développée l'industrie manufacturière. Bien que l’agriculture est encore l’industrie dominante jusqu'aux années 1980, l’Iowa produit également une grande variété de biens, y compris des réfrigérateurs, des machines à laver, des stylos, des outils agricoles et des produits alimentaires.

De l'après-guerre à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La crise agricole des années 1980 a provoqué une récession majeure dans l’Iowa, entraînant une augmentation de la pauvreté sans précédent depuis la Grande Dépression[19]. La crise a également provoqué une baisse importante de la population, qui a duré une décennie[20].

Après un point bas dans les années 1980, l’économie de l’Iowa a commencé à devenir de moins en moins dépendante de l’agriculture, et combine désormais industrie manufacturière, biotechnologies, finance, services d’assurance et administration publique[21]. La population de l’Iowa a augmenté à un rythme plus rapide que celle des États-Unis[20], et l’État, pourtant de tradition rurale, a désormais une population essentiellement urbaine[22].

Géographie[modifier | modifier le code]

La géologie de l'Iowa est en grande partie le résultat de la glaciation du Wisconsin : cette période, qui a concerné l'Amérique du Nord entre 85 000 et 7 000 ans avant notre ère, est marquée par l'extension de la calotte glaciaire au sud des Grands Lacs actuels. Avec la fin de cette période glaciaire, les Grands Lacs se sont formés, alimentés par la fonte de l'inlandsis. La région située au sud des Grands Lacs est aujourd'hui recouverte par une couche de lœss très fertile[23]. Ces fines particules sont le produit de l'érosion glaciaire et ont été transportées par le vent vers le sud.

Le point le plus bas se trouve à Keokuk au sud-est de l'Iowa (146 m). Le point culminant est Hawkeye Point (509 m) et se trouve dans un feedlot au nord de Sibley. L'altitude moyenne de l'Iowa est de 335 m. L'Iowa a une superficie de 145 743 km² et est divisé en 99 comtés. La capitale est Des Moines, dans le comté de Polk.

Lac DeSoto.

Les principaux lacs de l'Iowa sont :

Le climat de l'Iowa est de type continental. Le total des précipitations est supérieur à celui de New York (841 mm) et la saison la plus arrosée est l'été. La température moyenne annuelle est inférieure à 10 °C. L'amplitude thermique annuelle est assez élevée. Le gel persiste de novembre à mars ; si la neige peut tomber au début de l'automne et du printemps, elle est plus importante en hiver. C'est la saison au cours de laquelle l'air polaire descend sur l'Iowa. La fin du printemps marque le début de la saison des tornades. Les étés sont chauds (35 °C en juillet à Des Moines) et humides à cause des remontées d'air tropical venu du golfe du Mexique. Ces dernières provoquent des inondations, aggravées par la crue des cours d'eau. Elles compromettent certaines années (1993, 2008) les récoltes de céréales.

Relevé météorologique de Des Moines (Iowa) (41°32'N/93°39W ; 286 mètres)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −11,8 −9,1 −2,4 4,4 10,8 16,2 19,2 17,6 12,5 5,9 −1,2 −8,8 4,4
Température moyenne (°C) −7 −4,1 2,9 10,5 16,8 22,1 24,8 23,3 18,4 11,9 3,9 −4,2 9,9
Température maximale moyenne (°C) −2,2 0,9 8,3 16,6 22,8 27,9 30,4 29 24,2 17,9 8,9 0,3 15,4
Précipitations (mm) 24,4 28,2 59,2 85,3 93 113,3 96 106,7 89,7 66,5 45,5 33,5 841,3
Source : World Climate[24]


Démographie[modifier | modifier le code]

En 2000, il comptait 2 926 324 habitants, soit une densité de 20 hab./km2. Population de l'Iowa en 2000.

Historique de la composition ethno-raciale de l'Iowa (en %)[25],[26]
1840 1850 1860 1870 1880 1890 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 2000 2010
Blancs 99,6 99,8 99,8 99,5 99,4 99,4 99,4 99,3 99,2 99,3 99,3 99,2 99,0 98,5 97,4 96,6 93,9 91,3
Noirs 0,4 0,2 0,2 0,5 0,6 0,6 0,6 0,7 0,8 0,7 0,7 0,8 0,9 1,2 1,4 1,7 2,1 2,9
Asiatiques (et Océaniens jusqu'en 1990) - - - - - - - - - - - - 0,1 0,1 0,4 0,9 1,3 1,7
Amérindiens 0,4 0,2 0,2 0,5 0,6 0,6 0,6 0,7 0,8 0,7 0,7 0,8 0,9 0,1 0,2 0,3 0,3 0,3
Multiraciaux - - - - - - - - - - - - - - - - 1,1 1,8
Autres - - - - - - - - - - - - - 0,1 0,5 0,5 1,3 1,9
Hispaniques (toutes races confondues) - - - - - - - - - - - - - - 0,9 1,2 2,8 5,0

Principales villes[modifier | modifier le code]

La ville de McGregor.
Centre des affaires de Des Moines.

Langues[modifier | modifier le code]

Selon l'American Community Survey, en 2010 93,19 % de la population âgée de plus de 5 ans déclare parler l'anglais à la maison, 3,76 % déclare parler l'espagnol, 0,48 % l'allemand et 2,57 % une autre langue[27].

Politique[modifier | modifier le code]

L'Iowa est un État politiquement modéré et agricole.

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Résultats des élections présidentielles américaines dans l'Iowa
Année Républicain Démocrate
2012 46,18% 730 617 51,99% 822 544
2008 44,74 % 677 508 54,04 % 818 240
2004 49,92 % 751 957 49,28 % 741 898
2000 48,22 % 634 373 48,60 % 638 517
1996 39,92 % 492 644 50,31 % 620 258
1992 37,33 % 504 890 43,35 % 586 353
1988 44,8 % 545 355 55,1 % 670 557
1984 53,32 % 703 088 45,97 % 605 620

L'Iowa est un petit état convoité lors des élections présidentielles. Traditionnellement, c'est l'État de l'Iowa qui inaugure la campagne des élections présidentielles en organisant le premier caucus début janvier. Il est devenu l'un des swing states américains au cours des dernières décennies.

Historiquement, l'Iowa fut l'un des premiers États à voter républicain. En 1848 et 1852, l'Iowa avait voté pour les candidats démocrates mais en 1856, première année où un candidat républicain, John Charles Frémont, se présenta à l'élection présidentielle, les électeurs de l'Iowa lui accordèrent 48,83 % des suffrages contre 40,70 % au démocrate James Buchanan, élu au plan national. Aucun candidat démocrate ne remportera l'Iowa avant Woodrow Wilson (37,64 %) en 1912, dans le cadre d'une triangulaire avec le président républicain William Howard Taft (24,33 %) et le républicain progressiste Theodore Roosevelt (32,87 %). Après avoir de nouveau plébiscité les candidats républicains de 1916 à 1928, l'Iowa se tourne vers les démocrates en 1932 et 1936 lors de la Grande Dépression. En 1940, il est l'un des quelques états à voter pour le républicain Wendell Willkie (52,03 %) contre le démocrate Franklin Delano Roosevelt (47,62 %), alors candidat à un 3e mandat. Si en 1944, le républicain Thomas Edmund Dewey remporte l'Iowa contre Franklin Roosevelt (51,99 % contre 47,49 %), il est battu en 1948 contre Harry S. Truman (47,58 % contre 50,31 %).

Après trois victoires républicaines consécutives dans l'Iowa, les électeurs se tournent en 1964 vers le démocrate Lyndon B. Johnson contre le républicain Barry Goldwater (61,88 % contre 37,92). De 1968 à 1984, les électeurs de l'Iowa apportent constamment leur soutien aux candidats républicains à l'élection présidentielle. En 1988, 1992 et 1996, les candidats démocrates l'ont à leur tour systématiquement remporté.

En 2000, le démocrate Al Gore l'a tout juste remporté de 4144 voix contre le républicain George W. Bush. À l’élection présidentielle américaine de 2004, George W. Bush l'a remporté avec 49,90 % des suffrages contre 49,23 % à John Kerry.

Lors de l’élection présidentielle de 2008, le candidat démocrate Barack Obama remporte l'Iowa avec 54 % des voix face au républicain John McCain (44,7 %).

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le Capitole de l'Iowa, lieu de réunion des assemblées de l'État, à Des Moines.

Le gouverneur actuel de l'Iowa est le républicain Terry Branstad. Le lieutenant-gouverneur de l'État est la républicaine Kim Reynolds. Les autres membres principaux de l'exécutif sont le secrétaire d'État Matt Schultz (R), l'auditeur de l'État David Vaudt (R), le trésorier Michael Fitzgerald (D), le secrétaire à l'agriculture Bill Northey (R) et l'attorney general Tom Miller (D).

À l'assemblée de l'Iowa, lors de la session 2015-2017, la chambre des représentants de 100 membres est dominée par 57 républicains contre 43 démocrates tandis que le Sénat de 50 membres est contrôlé par une majorité de 26 démocrates face à 24 républicains.

Représentation fédérale[modifier | modifier le code]

Lors de la législature 2015-2017, la délégation de l'Iowa au Congrès des États-Unis est composé des sénateurs républicain Chuck Grassley (depuis 1981) et Joni Ernst, de trois représentants républicains et d'un représentant démocrate.

Économie[modifier | modifier le code]

Ferme de l'Iowa.

En 2005, le PNB de l'Iowa était de 113,5 milliards de dollars[28]. Le revenu moyen par habitant était de 23 340 $ pour l'année 2006[28]. Les principales productions agricoles sont le maïs et le soja. L'élevage porcin et les produits laitiers sont parmi les principales activités du secteur primaire.

Les industries de l'Iowa sont liées à l'agro-alimentaire et à l'agriculture. L'État fabrique également des équipements électriques et des produits chimiques. L'Iowa est le premier producteur d'éthanol des États-Unis. Des Moines possède un petit centre des affaires où le secteur des assurances est assez développé. Les principales entreprises ayant leur siège dans l'Iowa sont Principal Financial, Maytag, Rockwell Collins, Casey's General Stores, HNI, Hy-Vee, Von Maur Pioneer Hi-Bred, McLeodUSA, Kum & Go

Culture[modifier | modifier le code]

Pour ce qui est de la musique, le groupe de metal Slipknot vient de l'Iowa (plus particulièrement de Des Moines), tout comme Stone Sour. Le guitariste du groupe d'indie rock The Killers, Dave Keuning, est pour sa part originaire de Pella, Iowa. Dans le domaine cinématographique, l'actrice Jean Seberg et l'acteur Toby Huss sont nés à Marshalltown, tandis que John Wayne est de Winterset. Les acteurs Elijah Wood et Michael Emerson sont originaires de Cedar Rapids.

L'auteur de roman policier Donald Harstad vit à Elkader.

Le film Jusqu'au bout du rêve avec Kevin Costner a été tourné à Dyersville[29]. Les films Twister et Sur la route de Madison y ont été tournés ainsi qu'une centaine d'autres depuis les années 1980[30].

Au niveau des échanges culturels, l'Iowa est jumelé avec 8 villages de l’ancien Comté du Ban de la Roche en France (dans le Bas-Rhin[31]).

Sports[modifier | modifier le code]

Kinnick Stadium.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 2013 Population Estimates », Bureau du recensement des États-Unis,‎ (consulté le 3 novembre 2014)
  2. Carte de l'État de l'Iowa Carto-mondo.fr
  3. a, b et c Cynthia L. Peterson et William E. Whittaker (dir.), Frontier Forts of Iowa: Indians, Traders, and Soldiers, 1682–1862, Iowa City, University of Iowa Press,‎ (ISBN 978-1-58729-831-8, lire en ligne), « Historical Tribes and Early Forts », p. 12–29.
  4. History of Iowa, Iowa Official Register, Publications.iowa.gov
  5. Herbermann, Charles. The Catholic Encyclopedia: An International Work of Reference on the Constitution, Doctrine, Discipline, and History of the Catholic Church. Encyclopedia Press, 1913, p. 380 (Original from Harvard University).
  6. Gayle F. Carlson et William E. Whittaker (dir.), Frontier Forts of Iowa: Indians, Traders, and Soldiers, 1682–1862, Iowa City, University of Iowa Press,‎ (ISBN 978-1-58729-831-8, lire en ligne), « Fort Atkinson, Nebraska, 1820–1827, and Other Missouri River Sites », p. 104–120.
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées mckusick2009.
  8. Prucha, Francis P. (1969) The Sword of the Republic: The United States Army on the Frontier 1783–1846. Macmillan, New York.
  9. Jackson, Donald (1960), A Critic's View of Old Fort Madison, Iowa Journal of History and Politics 58(1) p. 31–36
  10. Black Hawk (1882) Autobiography of Ma-Ka-Tai-Me-She-Kia-Kiak or Black Hawk. Continental Printing, St. Louis. (Originally published 1833)
  11. William E. (editor) Whittaker, Frontier Forts of Iowa: Indians, Traders, and Soldiers, 1682–1862, Iowa City, University of Iowa Press,‎ (ISBN 978-1-58729-831-8, lire en ligne).
  12. a et b Schwieder, Dorothy, « History of Iowa », Iowa State University (consulté le 6 juin 2009)
  13. Iowa Official Register, Volume Number 60, page 314
  14. a et b "Official Encouragement of Immigration to Iowa", Marcus L. Hansen, IJHP", 19 (April 1921):159–95
  15. « Iowa State Fair » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 12 décembre 2010
  16. a, b et c Iowa Official Register, Volume No. 60, page 315
  17. « Civil War » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 26 juillet 2010
  18. Iowa Official Register, Volume No. 60, pages 315–316
  19. The Midwest Farm Crisis of the 1980s, Tripod.com
  20. a et b Population Trends: The Changing Face of Iowa, « State.ia.us » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  21. Iowa Industries, Iowa Workforce Development. « Iowalifechanging.com » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  22. Iowa Data Center, 2000 Census: Iowadatacenter.org
  23. Roger Brunet (dir.), Les mots de la géographie, Paris, Reclus-La Documentation française, 1993, (ISBN 978-2-11-003036-8), article « lœss », p. 306
  24. (en) World Climate, « Des Moines, IA, Iowa, USA:Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data » (consulté le 16 juin 2008)
  25. (en) Campbell Gibson et Kay Jung, « Historical Census Statistics on Population Totals by Race, 1790 to 1990, and by Hispanic Origin, 1970 to 1990, for the United States, Regions Divisions, and States » [PDF],‎ .
  26. (en) « Population of Iowa - Census 2010 and 2000 », sur censusviewer.com (consulté le 4 mars 2016)
  27. (en) « Language Map Data Center », sur apps.mla.org (consulté le 15 mars 2016)
  28. a et b (en) « Iowa Quick Facts — State Data Center » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-11-29
  29. « Site du film » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-11-29
  30. Films tournés en Iowa
  31. consulter par exemple [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]