Saint-Maurice-en-Trièves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Maurice.
Saint-Maurice-en-Trièves
Image illustrative de l'article Saint-Maurice-en-Trièves
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Guy Percevault
2014-2020
Code postal 38930
Code commune 38424
Démographie
Gentilé Lou San Maurizous[1]
Population
municipale
159 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 52″ nord, 5° 39′ 50″ est
Altitude Moyenne 1 323 m
Min. 671 m
Max. 1 975 m
Superficie 12,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Maurice-en-Trièves

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Maurice-en-Trièves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-en-Trièves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maurice-en-Trièves
L'ancienne fonderie d'or

Saint-Maurice-en-Trièves est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Petit village en Trièves, situé en contrebas de la nationale 75 à 850 m d'altitude (altitude de la mairie)[2], Saint-Maurice-en-Trièves a très longtemps été desservi par une gare aujourd'hui abandonnée, ainsi que l'hôtel voisin. La ligne à voie unique dessert toujours Gare de Grenoble-Veynes - Dévoluy.

Jusqu'au début du XXe siècle, une fonderie d'or était en exploitation au bord du ruisseau de Bonson. Il ne reste en ce jour qu'une partie de la cheminée.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes [2][modifier | modifier le code]

Lalley à 1.12 km

Le Monestier-du-Percy à 3.32 km

Prébois à 3.68 km

Percy à 4.15 km

Clelles à 7.64 km

(Distances données à vol d'oiseau)

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une fonderie d'or fut implantée à Saint-Maurice en Trièves dans les années 1880, par Auguste Court. En l'absence de tout gisement d'or dans le Trièves, le choix de Saint-Maurice-en-Trièves fut dicté par l'ouverture en 1878 de la ligne de chemin de fer Grenoble-Veynes. La matière première provenait de "regrets" d'orfèvres, vieux bijoux, balayures, etc vendus par des orfèvres et des photographes, en France, mais aussi en Afrique du Nord, à Malte, en Espagne et au Portugal. Les matières premières étaient acheminées par bateau, puis par chemin de fer jusqu'à Saint-Maurice. Là, elles étaient triées, tamisées et réduites en cendres dans un four dont reste encore la base de la cheminée. Une série d'opérations permettaient d'extraire les métaux (cuivre, or et argent), qui débarrassés de leurs éléments ferreux étaient fondues à haute température dans un four spécial, puis coulées en lingots. La fonderie, installée au bord du ruisseau de Bonson, à l'entrée du village, a été conservée, en diminuant toutefois la hauteur de la cheminée[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Martinello    
2008 en cours Guy Percevault DVD Agent technique
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Maurice-en-Trièves ne compte encore aucun jumelage avec d'autres communes.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 159 habitants, en diminution de -9,66 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 094 1 024 1 050 1 123 1 293 1 320 407 444 420
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390 365 360 395 696 404 371 351 330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
335 300 270 250 179 157 187 179 178
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
143 138 132 132 122 162 184 168 159
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle publique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église
  • La cheminée de la fonderie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-saint-maurice-en-trieves.html
  2. a et b « SAINT-MAURICE-EN-TRIEVES - Carte plan hotel village de Saint-Maurice-en-Trièves 38930 - Cartes France.fr », sur www.cartesfrance.fr (consulté le 21 avril 2017)
  3. Sylvie Vincent et al. (Collectif sous la direction de Chantal Mazard), Patrimoine en Isère : Trièves, Grenoble, Département de l'Isère, coll. « Inventaire du patrimoine », , 239 p. (ISBN 2-905375-19-1), pp 218-219
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .