Briare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Briard.
Briare
La mairie.
La mairie.
Blason de Briare
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Gien
Intercommunalité CC Berry Loire Puisaye
Maire
Mandat
Pierre-François Bouguet
2014-2020
Code postal 45250
Code commune 45053
Démographie
Gentilé Briarois[1]
Population
municipale
5 742 hab. (2014en augmentation de 0.95 % par rapport à 2009)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 20″ nord, 2° 44′ 24″ est
Altitude Min. 122 m – Max. 189 m
Superficie 45,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Briare

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Briare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Briare

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Briare
Liens
Site web www.villedebriare.fr

Briare est une commune française située dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Briare et des communes limitrophes.

La commune de Briare (47°38′20″N 2°44′24″E) se trouve dans le quadrant sud-est du département du Loiret, dans la région agricole de la Puisaye[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 68,5 km d'Orléans[3], préfecture du départementet à 39,9 km de Montargis[4], sous-préfecture.

Les communes les plus proches sont : Saint-Firmin-sur-Loire (1,5 km), Saint-Brisson-sur-Loire (4,2 km), Châtillon-sur-Loire (5,4 km), Saint-Martin-sur-Ocre (6,3 km), Ouzouer-sur-Trézée (6,5 km), Ousson-sur-Loire (6,7 km), Gien (9,8 km), Dammarie-en-Puisaye (10,3 km), Escrignelles (10,7 km) et Autry-le-Châtel (11 km)[5].

Rose des vents Gien Gien (Arrabloy) Ouzouer-sur-Trézée Rose des vents
Saint-Brisson-sur-Loire N Ouzouer-sur-Trézée
O    BRIARE    E
S
Saint-Firmin-sur-Loire Châtillon-sur-Loire Ousson-sur-Loire

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Un carrefour fluvial[modifier | modifier le code]

Le port de plaisance.

Le nom que Briare s’est donné, « Briare-le-Canal », est un peu réducteur car Briare ne possède pas un, mais trois canaux. Dès 1605, elle accueille le chantier du « canal de Loyre en Seyne », futur canal de Briare qui sera ouvert totalement en 1642. En 1838, ce canal reçoit, juste à l’amont de son écluse de Baraban, le canal latéral à la Loire qui descend de Digoin. Ce canal traverse la Loire dans son lit-même sur le passage en Loire de Mantelot, à cinq kilomètres en amont, à Châtillon-sur-Loire. Cependant, ce passage en Loire est dangereux et, rapidement, il ne répond plus aux exigences du trafic fluvial. C’est alors qu’en 1896, est construite une nouvelle branche du canal latéral qui traverse le fleuve par le pont-canal de Briare. Cette nouvelle branche du canal latéral à la Loire reçoit le surnom de « nouveau canal » ou « canal neuf ».

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le réseau hydrographique est composé principalement par la Loire, les canaux, et l'ensemble des cours d’eau venant du plateau que sont[6] :

  • la Vaudelle, vallée de fortes pentes boisées, sans cours d’eau significatif ;
  • le Guerluchon à travers bois, notamment ceux du domaine de Beauvoir, avec un parcours d’étangs ;
  • la Trézée, vallée marquée avec des versants boisés ;
  • le Riot du Pain Cher, ponctué de boisements, en limite sud de l’urbanisation ;
  • la Métairie Godard.

S'ajoute à ce réseau celui des fossés du val de Loire.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La Petite-Thiaux, la Vaudelle, le Chesnoy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom antique de Briare était Brivodurum qui signifie en langue celtique : pont (brivo) et fortification, porte ou place (durum).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a pris son essor sous Henri IV grâce à la construction du canal de Loyre en Seyne qui deviendra le canal de Briare. Ce canal, construit au XVIIe siècle, relie la Loire à la Seine.

Entre le 29 janvier et le 8 février 1939, plus de 2 800 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent dans le Loiret. Devant l'insuffisance des structures d'accueil d’Orléans, 46 centres d’accueil ruraux sont ouverts[7], dont un à Briare[8]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, et le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[9]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, ceux préférant rester sont regroupés au camp de la verrerie des Aydes, à Fleury-les-Aubrais[8].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loiret.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conférence de Briare.

Le 10 juin, face à l’avance allemande, le gouvernement français vient de se replier sur Tours et les châteaux environnants. Le général Weygand, généralissime des armées françaises replie le grand quartier général de Paris sur Briare et l’installe sur le domaine de Vaugereau[10]. Lui-même avec son cabinet occupe, à quelques kilomètres de là, le château du Muguet sur la commune de Breteau. Le , se déroule dans ce château l’avant-dernière réunion du Comité suprême interallié avec côté britannique le Premier ministre Winston Churchill et son secrétaire à la Guerre Anthony Eden, qui ont atterri le jour même à côté de Briare, et trois généraux et, côté français, le président du Conseil Paul Reynaud, le vice-président du conseil Philippe Pétain, le nouveau secrétaire d’État à la Guerre Charles de Gaulle, Maxime Weygand et différents autres officiers. Cette réunion connue sous le nom de « Conférence de Briare » marqua la fracture entre Alliés mais également au sein des responsables français entre partisans de continuer la guerre et partisans d’un armistice.

À partir de la fin août 1944, le 2e régiment de chasseurs parachutistes est engagé sur la Loire, notamment à Briare, pour interdire à l’ennemi la rive droite du fleuve.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme intercommunal[modifier | modifier le code]

Le plan d'occupation des sols est approuvé en 1982 puis modifié et révisé partiellement plusieurs fois jusqu'en 1998 et enfin totalement révisé le 30 mai 2000. Le conseil municipal prescrit la révision du plan d’occupation des sols et sa transformation en plan local d'urbanisme le 29 mai 2008, en application de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite loi SRU. Le projet est arrêté le 21 septembre 2010 puis soumis à enquête publique du 30 avril 2011 au 1er juin 2011 et enfin est approuvé le 24 novembre 2011[11],[12].

Le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI) est la traduction d’une vision politique commune d'un territoire intercommunal en matière d’aménagement pour les 10 à 15 ans à venir. Il vise notamment à définir les zones constructibles, les zones de protection des milieux agricoles et naturels et à encadrer les modalités de construction. Le , un PLU intercommunal est prescrit à l'échelle du territoire de la communauté de communes du canton de Briare[11]. Le 1er janvier 2017 cette structure fusionne avec la communauté de communes du canton de Châtillon-sur-Loire pour former la communauté de communes du Berry Loire Puisaye[13]. Le territoire du PLI devient dès lors celui de la nouvelle intercommunalité, qui regroupe 20 communes[14],[15].

SCoT du pays giennois[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, et ce sous peine de ne plus pouvoir ouvrir à l’urbanisation de nouveaux espaces. En effet, dans certaines conditions, en l’absence de SCoT approuvé, les zones naturelles (N) et les zones d’urbanisation future (AU) ne peuvent plus, sauf dérogation, être ouvertes à l’urbanisation. Tel est le principe posé par l’article L.122-2 du Code de l’urbanisme. En application des dispositions de l'article L.122-18 du Code de l'urbanisme, le Schéma Directeur de la Région de Gien approuvé le avait été maintenu avec valeur de Schéma de Cohérence Territoriale. Le Schéma regroupait les communes de Coullons, Gien, Nevoy, Poilly-lez-Gien, Saint-Brisson-sur-Loire, Saint-Gondon, Saint-Martin-sur-Ocre. En l'absence de délibération de la communauté des communes giennoises, sur son évolution à l'échéance du délai de 10 ans à compter du , ce SCot est devenu caduc à compter du 13 décembre 2010[16].

En se dotant de la compétence « élaboration, gestion et suivi d’un Schéma de Cohérence Territoriale à l’échelle du Pays du Giennois » par arrêté préfectoral du 11 mars 2010, le Syndicat mixte du Pays du Giennois s'engage en faveur d’un projet global d’aménagement et de développement durable du territoire du pays du Giennois. Le schéma de cohérence territoriale du pays giennois, qui regroupe 31 communes dont Briare, a ainsi été prescrit le . Le projet de schéma a été arrêté le 30 juin 2015 puis soumis à l'enquête en octobre 2015 et approuvé le et est opposable depuis le [16],[17].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Briare (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A77 et les routes départementales 2007, 957, 952, 121 et 47.

La limite nord-est de la commune est longée par l'autoroute A77 dont la section Briare – Cosne-sur-Loire, de 33 km, a été mise en service le après la mise en service de la section Dordives-Briare en novembre 1999. Cette section termine alors la liaison Dordives - Cosne-sur-Loire, qui permet d'assurer le désenclavement effectif de la Nièvre et le délestage du trafic de l'A6 et de la RN7 (actuelle RD 2007) tout en revalorisant l'axe Nord-Sud de Paris vers Lyon et le Massif central via Nevers [18]. L’échangeur de Briare est situé près de l’agglomération, dans la zone d’activités du Marchais Barnault. C’est à cet endroit que le concessionnaire a implanté le centre d’entretien de l’axe routier[19].

La RD 2007, qui relie Dordives à Bonny-sur-Loire, est l'ancienne route nationale 7. A sa création, en 1824, elle est définie comme étant la route de Paris à Antibes et en Italie, par Nice et succède alors à la route impériale 8. Elle supporte dans la traversée de la commune un trafic de 6 948 véhicules/jour[20].

La RD 952 est l'ancienne route nationale 152, qui reliait à sa création en 1824 Briare à Angers, succédant à la route impériale 172. La section entre Briare et Chateauneuf-sur-Loire est déclassée et transférée au département du Loiret par arrêté du 22 décembre 2012[21]. En 2014, elle supporte un trafic de 8 475 véhicules/jour[20].

Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

Briare est desservie par une ligne régulière du réseau d'autocars interurbains Ulys[22] : la ligne 3, Châtillon-sur-Loire - Orléans, correspondances SNCF à la gare d'Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d'Orléans;

Depuis le , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[23].

Infrastructures ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ligne ferroviaire reliant Paris à Nevers passe par le territoire du Giennois avec deux arrêts : Gien et Briare. Cette desserte ferroviaire possède un cadencement assez faible sur ces deux gares avec seulement une dizaine d’allers-retours par jour. En comparaison, Montargis compte une quarantaine d’allers-retours vers Paris par jour. La durée de trajet entre Gien et Paris est de 1 h 30. La refonte nationale des horaires des liaisons ferroviaires qui a eu lieu en décembre 2011 n’a pas supprimé de liaisons avec Paris mais le dernier train en provenance de Paris, à destination de Gien et Briare part désormais à 19 h 04 au lieu de 19 h 30 auparavant, ce qui complique les trajets des personnes souhaitant prendre le train pour une journée, notamment de travail, à Paris[24].

La ligne ferroviaire de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache traverse le territoire de la commune.

Risques naturels et technologiques majeurs[modifier | modifier le code]

La commune de Briare est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire ou de ruisseaux), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique. Elle est également exposée à deux risques technologiques : le risque industriel avec la présence de l’établissement VWR International et le transport de matières dangereuses (avec la traversée de l'A77 et de la RD 2007)[25].

Entre 1983 et 2003, six arrêtés ministériels portant ou ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune de Briare dont 3 pour des inondations et coulée de boue[26],[27].

Risque d'inondation[modifier | modifier le code]

Zone inondable de la commune de Briare.
Article détaillé : Risque d'inondation à Briare.

La Loire est à l'origine des dégâts les plus importants sur la commune en cas de crue majeure. Les crues historiques sont celles de 1846, 1856, 1866 et 1907. Aucune crue n'a atteint depuis 1907 les hauteurs atteintes lors de ces événements catastrophiques[28].

Le réseau hydrographique de ce val est constitué par la rivière la Trézée qui longe le canal de Briare sur le haut du coteau et se confond avec lui depuis l’écluse de Venon jusqu'à l’écluse de Baraban. L’occupation du sol est constituée essentiellement par de l’habitat rural (en dehors de Briare). Quelques usines sont également implantées à l’amont et à l’aval de la ville. Deux branches du canal de Briare traversent l’agglomération : l’une au sud reliant le pont-canal et l’écluse de la Cognardière, et l’autre au nord reliant les écluses de Baraban et de la Cognardière[29].

A l’amont, la ville de Briare est protégée par une levée continue de 5 000 m de long qui borde le vieux canal de rive droite entre les écluses des Combles et du Baraban. Une porte de fermeture sur l’ancien canal est placée sous le pont canal, pour empêcher à la fois les débordements de l’ancien canal de pénétrer en ville et ceux de la Loire de pénétrer dans l’ancien canal. A l’aval de l’écluse de Baraban, le val est ouvert et ne bénéficie d’aucune protection[30]. Le val de Briare commence à être inondé par une crue de type décembre 2003 qui submerge le canal en aval puis l'écluse de Baraban. Les crues fortes atteignent le sommet de la digue de Briare, entre l'écluse des Combles et l'île de Beauval, ce qui peut occasionner une brèche et inonder le val avec des hauteurs d'eau de plus de 2,50 m et des durées de submersion allant de 2 à 4 jours selon l'intensité de la crue[31].

Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais de deux Plans de prévention du risque d'inondation (PPRI) : le PPRI du val de Briare[32].

Deux documents permettent de définir les modalités de gestion de crise et d'organisation des secours : au niveau départemental, le Dispositif ORSEC départemental spécialisé déclenché en cas d'inondation de la Loire, le plan ORSIL[Note 1], et au niveau communal le plan communal de sauvegarde[33].

Risque de mouvements de terrain[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[34]. Aucune, à ce jour, n'a eu de conséquences graves [35].

Par ailleurs la commune a été reconnue sinistrée au titre des catastrophes naturelles durant ces dernières années à la suite des mouvements de terrain liés à la sécheresse (aléa moyen). Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[36]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est soumis à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), particulièrement au niveau du cente-bourg et de la vallée de la Trézée et du canal de Briare, le reste est en aléa « faible »[37].

Risque sismique[modifier | modifier le code]

La totalité du département est classée en zone de sismicité « très faible »[38]. À ce titre aucune réglementation spécifique ne s'applique aux constructions dites « à risque normal »[39].

Risque industriel[modifier | modifier le code]

A Briare, deux établissements figurent parmi les activités à risques :

  • L’établissement VWR International implanté sur le territoire de la commune de Briare exploite des activités de conditionnement, de stockage et de distribution de produits chimiques et de petit matériel de laboratoire et relève du régime de l’autorisation avec servitudes d’utilité publique (SEVESO seuil haut). Il fait en conséquence, l’objet d’un plan de prévention des risques technologiques, prescrit le 24 décembre 2009 et approuvé le 8 novembre 2012[40].
  • L'établissement SDA, dont le silo relève de la directive SEVESO, seuil bas, et dont le dépôt d’engrais est soumis à autorisation au titre des installations classées, est situé dans la zone d’activités de la Gare de Châtillon[41].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse de Briare acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[42] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[43]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[44].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[45].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Briare est alors incluse dans le canton d'Ouzouer-sur-Trézée, le district de Gien et le département du Loiret[46].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[47]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[48]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[49]. L'acte II intervient en 2003-2006[50], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Briare aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Gien 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Gien de 1790 à 1795[45],[46]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[51].
Canton Ouzouer sur Trezée 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Briare est rattachée au canton d'Ouzouer sur Trezée[52],[45]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[51]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[53]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Briarre 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[54]. Briare est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Briarre, sous le nom de Briarre[55],[45].
Gien 2015- Électorale La loi du [56] et ses décrets d'application publiés en février et [57] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Gien[57]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[58].
Arrondissement Gien 1801-1926 Administrative Briarre est rattachée à l'arrondissement de Gien par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801)[45],[55].
Orléans 1926- Sous la Troisième République, en raison d'un endettement considérable et de l'effort nécessaire pour la reconstruction post-Première Guerre mondiale, la France traverse une crise financière. Pour réduire les dépenses de l’État, Raymond Poincaré fait voter plusieurs décrets-lois réformant en profondeur l’administration française : 106 arrondissements sont ainsi supprimés, dont ceux de Gien et de Pithiviers dans le Loiret par décret du 10 septembre 1926[59]. Briare est ainsi transférée de l'arrondissement de Gien à celui d'Orléans[60],[61].
Circonscription législative 3e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[62],[63]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[64]. Briare, initialement rattachée à la quatrième circonscription, est, après 2010, rattachée à la troisième circonscription[65].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : élections à Briare.

La commune de Briare est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[66], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

La commune est membre de la Communauté de communes du canton de Briare depuis sa création le , une intercommunalité issue de la transformation en communauté de communes de l'ancien SIVOM du canton de Briare, créé en mai 1962[67].

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Briare et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Briare Maire Pierre-François Bouguet 2014 2020
Communauté de communes du canton de Briare Président de l'intercommunalité Alain Bertrand [68] 2015 2020
Département Départementales Canton de Gien Conseillère départementale Nadine Quaix 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Michel Lechauve
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[69] 2021[70]
Pays Législatives 3e circonscription Député Claude de Ganay

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Briare, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[71], pour un mandat de six ans renouvelable[72]. Il est composé de 29 membres[73]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Pierre-François Bouguet est maire depuis 2014.

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1950 Maurice Martin[75]    
1951 1959 Juliette Salone née Loreau[74]    
1959 1971 Henri Dabard[75]    
1971 1977 Jean Rallet[75]    
mars 1977 mars 2008 Jean Poulain DVG puis DVD Conseiller général du canton de Briare (1979-2011)
mars 2008 2014 Marius Collot Divers gauche  
2014 en cours Pierre-François Bouguet DVD Retraité

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Belgique Mons (Belgique). Il s’agit, plus précisément, d’un jumelage avec Jemappes, commune de l’entité. Il y a à Briare une place de Jemappes[76].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Briare.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[77]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[78],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 5 742 habitants, en augmentation de 0,95 % par rapport à 2009 (Loiret : 2,42 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 655 1 655 1 819 2 082 2 730 2 977 3 239 3 227 3 477
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 843 3 927 4 346 4 775 5 153 5 590 5 894 6 684 5 814
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 630 5 227 4 637 4 577 4 135 4 012 3 791 3 833 3 895
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
4 114 5 140 5 637 6 267 6 070 5 994 5 660 5 760 5 742
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[79].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Briare est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Gien. La commune possède une école maternelle, trois écoles primaires et un collège[80].

Les établissements scolaires de la commune sont les suivants :

  • l'école maternelle publique Marcel-Gaime ;
  • les écoles primaires publiques Gustave-Eiffel, du Centre, ainsi que l'école primaire privée catholique Sainte-Anne ville ;
  • le collège Albert-Camus.

Sports[modifier | modifier le code]

La piscine.

Le vélodrome Yver-Bapterosses est l'un des trois en activité dans le département, il possède une piste de 400 mètres de long[81].

La piscine de Briare.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont-canal de Briare conçu par l’ingénieur Léonce-Abel Mazoyer, et auquel a participé l’architecte Gustave Eiffel pour la maçonnerie : il permet au canal latéral à la Loire de traverser ce fleuve. Il a été achevé et ouvert le . Cet ouvrage détiendra pendant plus d’un siècle le record d’Europe de longueur dans sa catégorie, avant d’être détrôné, en 2003, par le pont-canal de Magdebourg sur l’Elbe, long de 918 m. Le pont a été inscrit monument historique par arrêté du [83] ;
  • L'Église Saint-Étienne de Briare, de style romano-byzantin, construite entre 1890 et 1895 et remarquable par ses décorations à base d’émaux de Briare, pour certaines d’inspiration plutôt profane (signes du zodiaque). Le financement ayant permis la construction de l'édifice a été assuré par l’industriel Jean-Félix Bapterosses, patron de l’usine des émaux de Briare. Cette église a été inscrite monument historique par arrêté du [84] ;
  • Le château des Seigneurs du canal de Loyre en Seine, remanié au XVIIIe siècle et abritant la mairie. La tour voisine accueille l’office de tourisme ;
  • L'usine élévatoire, construite entre 1894 et 1895 et permettant l’alimentation en eau du canal de Briare, par le jeu d’aspiration d’eau de la Loire envoyé par le biais d’une rigole sortant de terre au lieu-dit le Chesnoy et allant jusqu’à la ligne de partage des eaux entre le canal de Briare et celui du Loing. Elle a été rénovée et modernisée en 1996 ;
  • Le château de Trousse-Barrière, construit entre 1885 et 1890 sous l'impulsion de la famille Yver-Bapterosses[85], aujourd’hui lieu d’expositions temporaires ;
  • Le réseau des anciens canaux et des gares d’eau des Prés-Gris, aujourd’hui port de plaisance de Briare ;
  • L'aérodrome de Briare - Châtillon.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le centre socio-culturel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[89],[90]. Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Briare sont au nombre de deux[INPN 1].

Nom Numéro Type Arrêté Superficie Description
Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire FR2400528 SIC (Directive "Habitats") 13 avril 2007[91] 7 120 ha Le site concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2]. Il est situé dans la frange sud de la commune[92].
Vallée de la Loire du Loiret FR2410017 ZPS (Directive "Oiseaux") 4 mai 2007[93] 7 684 ha Le site concerne la vallée de la Loire dans le Loiret. Cette ZPS se poursuit en amont et en aval sur les départements voisins. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux et les espèces ligériens liés à la dynamique du fleuve. Ces milieux hébergent de nombreuses espèces citées en annexe I de la directive Oiseaux. Le site est caractérisé par la présence de colonies nicheuses de sternes naine et pierregarin et de mouette mélanocéphale. Des sites de pêche du Balbuzard pêcheur sont également présents. Le site est également lieu de reproduction du bihoreau gris, de l'aigrette garzette, de la bondrée apivore, du milan noir, de l'œdicnème criard, du martin-pêcheur, du pic noir, de la pie-grièche écorcheur[INPN 3]. Il est situé dans la frange sud de la commune[92].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Briare comprend une ZNIEFF[INPN 4].

Désignation Type Superficie Description Carte
« Loire berrichonne » type 2[Note 3] 7 058 hectares Cette zone s'étend sur 31 communes dont 19 dans le Cher et 12 dans le Loiret[DREAL 1]. La Loire berrichonne (on pourrait dire nivernaise ou bourguignonne) se caractérise par un lit mineur tressé avec de nombreuses îles et grèves. La forêt alluviale occupe une surface bien plus importante que dans les autres sections de la Loire moyenne. Le cours grossièrement orienté Nord-Sud assure à la fois une fonction de corridor écologique et d'étape migratoire. C'est aussi un secteur important de reproduction de l'avifaune[INPN 5].
Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué quatre fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[94].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le port de Briare, port de plaisance établi sur le canal, figure au palmarès 2013 du Pavillon Bleu d'Europe[95].

Briare est ville étape de l’itinéraire « La Loire à vélo » et d’EuroVelo 6[96] et possède le label touristique de Station verte[97].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Briare

Les armes de Briare se blasonnent ainsi : De gueules à trois fasces ondées d’argent[98].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Montagu, Erwan Quéméré, Briare: un canal, des émaux, Tournai, La Renaissance du Livre, coll. « Les beaux livres du patrimoine », (réimpr. 2000), 143 p. (ISBN 978-2-8046-0353-3)
  • Pascale Nourisson, Une aventure industrielle. La manufacture de Briare (1837-1962), Joué-lès-Tours, éditions Alan Sutton, coll. « Parcours et labeurs », , 1e éd., 144 p. (ISBN 978-2-84253-558-2)
  • Lionel Guillaume, Briare-le-Canal, Nouvelles éditions latines,
  • Lionel Guillaume, Raconte-moi Briare-le-Canal, Journal de Gien,
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)
  • Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions : l'organisation administrative de la France, Fernand Lanore, , 703 p. (ISBN 285157003X, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ORSIL = Organisation des Secours en cas d’Inondation Loire.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 20 septembre 2010).
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 26 juillet 2015).
  3. « Orthodromie entre "Briare" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Briare" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches de Briare », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 26 juillet 2015).
  6. « Plan local d'urbanisme de la ville de Briare », sur http://www.villedebriare.fr, (consulté le 12 mars 2017), p. 9
  7. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  8. a et b Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  9. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  10. Ségolène Garçon, « Revue historique aux Armées / Travailler au Grand Quartier général des forces terrestres en 1939-1940 », sur http://rha.revues.org, Service historique de la Défense - Ministère de la Défense (consulté le 15 août 2009).
  11. a et b [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2017 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 7 mars 2017), p. 67.
  12. « Plan local d'urbanisme de la ville de Briare », sur http://www.villedebriare.fr, (consulté le 12 mars 2017), p. 3
  13. « Recueil des actes administratifs N°45-2016-107 publié le 12 décembre 2016 - Arrêté du 29 novembre 2016 », sur le site de la préfecture de la région Centre-Val de Loire et du Loiret, (consulté le 6 mars 2017), p. 167
  14. « le PLU intercommunal », sur http://www.chatillon-sur-loire.com/ (consulté le 7 mars 2017)
  15. « PLUi de la Communauté de Communes Berry Loire Puisaye », sur http://plui-briare-chatillon.over-blog.com/ (consulté le 7 mars 2017)
  16. a et b [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2017 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 9 mars 2017), p. 67.
  17. « SCoT du pays giennois - Présentation et méthodologie », sur http://www.loire-pays-giennois.fr/ (consulté le 9 mars 2017)
  18. « Projet de loi de finances pour 2001 : Routes et voies navigables - Autoroutes mises en services en 2000 », sur https://www.senat.fr/ (consulté le 8 mars 2017)
  19. « Plan local d'urbanisme de la ville de Briare », sur http://www.villedebriare.fr, (consulté le 12 mars 2017), p. 54
  20. a et b « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 8 mars 2017)
  21. « Arrêté du 22 décembre 1972 transférant une partie du réseau routier national au département du Loiret », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 12 mars 2017)
  22. « Plan du réseau Ulys », sur http://www.ulys-loiret.com/ (consulté le 12 mars 2017)
  23. Aloïs Ramel, Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur http://web.lexisnexis.fr/, (consulté le 6 mars 2017)
  24. « SCOT du pays giennois - 2 ¤ Rapport de présentation Vol I - Diagnostic », sur http://www.loire-pays-giennois.fr/ (consulté le 23 mars 2017), p. 122
  25. « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret) », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017), p. 70
  26. « Arrêté préfectoral n° 14-26 relatif à l’information des acquéreurs et des locataires de biens immobiliers sur les risques naturels et technologiques majeurs », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 4 mars 2017)
  27. « Briare - Arrêtés portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 12 mars 2017)
  28. « Évaluation des conséquences négatives des inondations : résultats sur le sous-bassin de la Loire moyenne », sur http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017), p. 36-37
  29. SOGREAH, « Extension prévisible des inondations pour les crues fortes en Loire moyenne - Note de présentation du val de Gien – st Firmin », sur le site de l'EPL dédié au Plan Loire, (consulté le 21 février 2017), p. 20
  30. « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val de Briare - Plaquette d'information », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 21 février 2017)
  31. « Plaquette Clea – « Connaître et comprendre le risque inondation dans les vals du Giennois » », sur le site de l'EPL dédié au Plan Loire, (consulté le 11 mars 2017)
  32. PPRI Val de Briare - Rapport de présentation"
  33. « Plan communal de sauvegarde (PCS) », sur http://www.mementodumaire.net/ (consulté le 12 mars 2017)
  34. « Briare - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017)
  35. « DICRIM de la commune de Briare », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 12 mars 2017), p. 7
  36. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 12 mars 2017).
  37. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Briare », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 12 mars 2017).
  38. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français.
  39. « Didacticiel de la réglementation parasismique - Bâtiments à risque normal », sur planseisme.fr, le site internet de prévention du risque sismique du BRGM (consulté le 12 mars 2017).
  40. « Dossier communal IAL Briare - PPRT VWR », sur le site de la préfecture de la région Centre-Val de Loire et du Loiret (consulté le 12 mars 2017)
  41. « Plan lovcal d'urbanisme de la ville de Briare », sur http://www.villedebriare.fr (consulté le 12 mars 2017), p. 21
  42. Motte 2003, p. 24.
  43. Motte 2003, p. 23.
  44. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 5 novembre 2015).
  45. a, b, c, d et e « Notice communale de Briare », sur le site de l'EHESS (consulté le 5 novembre 2015).
  46. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  47. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  48. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  49. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  50. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  51. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 5 novembre 2015).
  52. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 5 novembre 2015).
  53. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 5 novembre 2015), p. 6.
  54. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 5 novembre 2015).
  55. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 44 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 5 novembre 2015).
  56. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 5 novembre 2015).
  57. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 5 novembre 2015).
  58. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 5 novembre 2015).
  59. Masson 1984, p. 395.
  60. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Denis Jeanson, « Arrondissements dans la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 5 novembre 2015).
  62. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  63. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  64. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  65. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 5 novembre 2015).
  66. « Rattachements administratifs de la commune de Briare », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2015).
  67. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 5 novembre 2015).
  68. délibération de la Communauté de communes du 13 octobre 2015
  69. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 29 décembre 2015).
  70. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/, (consulté le 29 décembre 2015).
  71. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  72. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 5 novembre 2015).
  73. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  74. a, b, c, d, e et f Une aventure industrielle édition Alan Sutton p.45-48
  75. a, b, c et d Raconte-moi Briare le Canal p. 44
  76. Sites des villes de Mons et de Jemappes.
  77. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  78. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  79. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  80. « Liste des écoles de la circonscription de Gien », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 20 septembre 2010) ; « liste des collèges du Loiret », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 20 septembre 2010).
  81. « Les vélodromes en région Centre », sur www.ffc-centre-orleanais.fr (consulté le 20 septembre 2010) ; voir aussi : liste de vélodromes en France.
  82. Site officiel de la manufacture des émaux de Briare. Consultation : janvier 2009.
  83. Notice no PA00098723, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Notice no PA00098722, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Une aventure industrielle édition Alan Sutton p.46
  86. Le musée des émaux de Briare sur Cœur de France. Consultation : janvier 2009.
  87. Le musée conservatoire des deux marines et du pont-canal sur Cœur de France. Consultation : janvier 2009.
  88. Site officiel de l’harmonie de Briare. Consultation : octobre 2008.
  89. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 25 août 2015).
  90. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 25 août 2015).
  91. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 25 août 2015).
  92. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Combleux », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 25 août 2015).
  93. « Arrêté du 4 mai 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire du Loiret (zone de protection spéciale) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 25 août 2015).
  94. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  95. Le port de Briare-le-Canal sur le site de Pavillon bleu. Consultation : 8 juillet 2013.
  96. Sites de La Loire à vélo et d’EuroVélo 6.
  97. « Briare-le-Canal », sur www.stationverte.com, Fédération française des stations vertes de vacances et des villages de neige (consulté le 8 mars 2013).
  98. Le blason de la ville sur le site du conseil général du Loiret. Consultation : mars 2008.