Saint-Firmin-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Firmin.
Saint-Firmin-sur-Loire
L'église Saint-Firmin
L'église Saint-Firmin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Châtillon-sur-Loire
Maire
Mandat
Sylvie Blouet
2014-2020
Code postal 45360
Code commune 45276
Démographie
Gentilé Saint-Firminois[1]
Population
municipale
525 hab. (2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 36″ N 2° 43′ 59″ E / 47.626666666667, 2.733055555555647° 37′ 36″ Nord 2° 43′ 59″ Est / 47.626666666667, 2.7330555555556  
Altitude Min. 126 m – Max. 234 m
Superficie 24,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Saint-Firmin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Saint-Firmin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Firmin-sur-Loire

Saint-Firmin-sur-Loire est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

1241 : Apud Sanctum Firminum (Recueil des chartes de Saint-Benoît-sur-Loire, t. 2, p. 148)
février 1357 : Sainct Firmin (Archives nationales-JJ 84, n° 796, fol. 395
1635 : Le sieur des héritages tenus en fief qui ont apartenu à Jean Bourgeois, de Saint Firmin sur Loire (Archives départementales du Cher-B 1062, art. 56, fol. 6 r°)
1635 : Le sieur d’une pièce de terre contenant un arpent, paroisse de Saint Firmin, qui fut à Estienne Loiseau (Archives départementales du Cher-B 1062, art. 91, fol. 9 v°)
1635 : Le sieur d’une pièce de terre et pastureau contenant 7 septrées assize à Saint Firmin, qui a apartenu à Barthélemy Charis d’Autry (Archives départementales du Cher-B 1062, art. 93, fol. 9 v°)
1740 : Saint Firmin (Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 206) pluviôse en 2 Firmin sur Loire (délibération du conseil général de la commune, application du décret du 16 octobre 1793 = 25 vendémiaire an 2).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'aire urbaine de Briare.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le Foussoy, les Oiseaux, l'Étang-Chapelle, les Ézeaux (parfois écrit Hézeaux), les Beaux-Noirs, les Sassiers, les Champions, les Rigauds, la Gaudinière, les Avoins, Bédoise, la Chênelleraie, Nombranle[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Brisson-sur-Loire Briare Ouzouer-sur-Trézée Rose des vents
N Dammarie-en-Puisaye
O    SAINT-FIRMIN-SUR-LOIRE    E
S
Autry-le-Châtel Châtillon-sur-Loire Ousson-sur-Loire

Histoire[modifier | modifier le code]

Habité à l'âge de fer et au Ve, Saint-Firmin est ensuite abandonné et on ne trouve plus de documents jusqu'au XVe, époque où son château est un poste avancé de la forteresse de Saint-Brisson. Il s'agit du château de la Motte, construit au XVe et ruiné par les guerres de religion, puis rebâti.

L'église est fondée au XIIe comme annexe de Saint-Brisson. Elle est sensiblement reconstruite après les guerres de religion (XVIIe) et améliorée au XIXe; notamment par l'ajout d'un porche couvert en pierre. Le village étant complètement établi dans le lit majeur de la Loire, il est sous la protection des turcies (levées) et vient à être inondé lorsqu'elles rompent. C'est ainsi que l'église compte parmi les seules du Loiret (avec celle de Bou) à avoir été envahie par la Loire trois fois en trente ans, en 1846, 1856 et 1866. Une plaque le rappelle dans la nef. À chaque fois la paroisse a été secourue par la société Saint-Vincent de Paul et les oeuvres diocésaines.

Début octobre 2008, le maire, Jean-Marie Cherrier, est arrêté[3]. Il est mis en examen et accusé d’avoir détourné près de 405.000 € dans sa commune, et 308.000 € à Faverelles où il était secrétaire de mairie[4]. Le 12 mars 2009, il est remis en liberté pour raisons de santé, avec une mesure d'éloignement[5]. Le 13 avril 2012, les biens saisis sont vendus aux enchères devant une foule nombreuse[6]. Le 12 mars 2014 il est condamné par le tribunal correctionnel de Montargis à 5 ans d'emprisonnement dont 30 mois fermes, ses complices (femme, fille et gendre) à 18 mois avec sursis; tous devront indemniser les victimes. Il a annoncé faire appel.

Du fait de ces détournements, la commune est financièrement sinistrée, avec un fort endettement[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2009 en cours Sylvie Blouet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 525 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 455 624 723 762 797 802 826 938
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
880 869 868 834 823 802 811 919 875
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
801 800 786 674 648 561 587 540 510
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
503 475 445 465 509 554 516 510 525
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 8 septembre 2010)
  2. Selon les registres d'état civil du XIXe siècle de la commune de Saint-Firmin-sur-Loire sur le site des Archives départementales du Loiret
  3. « Le journal de Gien du 16 octobre 2008 », sur www.lejournaldegien.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  4. « Le journal de Gien du 30 octobre 2008 », sur www.lejournaldegien.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  5. « Le journal de Gien du 12 mars 2009 », sur www.lejournaldegien.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  6. « La république du centre du 13 avril 2012 », sur www.larep.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  7. « Le journal de Gien du 14 juillet 2009 », sur www.lejournaldegien.fr (consulté le 7 septembre 2012)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012
  10. « Natura 2000 : Fiche du site FR2410017 vallée de la Loire du Loiret », sur natura2000.environnement.gouv.fr, ministère de l'Écologie et du Développement durable (consulté le 8 juin 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]