Adon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adon
Adon
La mairie.
Blason de Adon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Intercommunalité Communauté de communes Berry Loire Puisaye
Maire
Mandat
Philippe Coignet
2020-2026
Code postal 45230
Code commune 45001
Démographie
Gentilé Adonnais
Population
municipale
197 hab. (2020 en diminution de 12,44 % par rapport à 2014)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 50″ nord, 2° 47′ 47″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 176 m
Superficie 24,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Gien
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gien
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Adon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Adon
Géolocalisation sur la carte : Loiret
Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Adon
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Adon
Liens
Site web adon.fr

Adon est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune d'Adon se trouve dans le quadrant sud-est du département du Loiret, dans la région agricole de la Puisaye[1]. À vol d'oiseau, elle se situe à 68,1 km d'Orléans[2], préfecture du département, à 26,3 km de Montargis[3], sous-préfecture, et à 14,6 km de Briare, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant . La commune fait partie du bassin de vie de Châtillon-Coligny[4] dont elle est éloignée de 7,4 km[5].

Les communes les plus proches sont : Feins-en-Gâtinais (3,8 km), La Bussière (4 km), Escrignelles (5,7 km), Boismorand (6,3 km), Sainte-Geneviève-des-Bois (6,3 km), Dammarie-sur-Loing (6,8 km), Rogny-les-Sept-Écluses (6,9 km, dans l'Yonne), Châtillon-Coligny (7,4 km), Léouville (9,7 km) et Nogent-sur-Vernisson (10,1 km)[6].

Routes et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 43 et le sentier de grande randonnée de pays (GRP) du Gâtinais traversent le territoire de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1970-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 4,2 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5,2 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,5 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 711 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 11 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

La commune bénéficie d’un climat « océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes du Loiret. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[7]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Orléans-Bricy, qui se trouve à 79,9 km à vol d'oiseau[8], où la température moyenne évolue de 11 °C pour la période 1970-2000[9], à 11,2 °C pour 1980-2010[10], puis à 11,4 °C pour 1990-2020[11].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le sud du Bassin parisien, le plus grand des trois bassins sédimentaires français. Cette vaste dépression, occupée dans le passé par des mers peu profondes et des lacs, a été comblée, au fur et à mesure que son socle s’affaissait, par des sables et des argiles, issus de l’érosion des reliefs alentour, ainsi que des calcaires d’origine biologique, formant ainsi une succession de couches géologiques[12].

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de roches sédimentaires datant du Cénozoïque, l'ère géologique la plus récente sur l'échelle des temps géologiques, débutant il y a 66 millions d'années, et du Mésozoïque, anciennement appelé Ère secondaire, qui s'étend de −252,2 à −66,0 Ma. Les plus anciennes sont de la craie blanche à silex remontant à la période Crétacé. Les plus récentes sont des alluvions et colluvions du fond des vallées secondaires remontant à l’époque Holocène de la période Quaternaire. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « n°400 - Châtillon-Coligny » de la carte géologique harmonisée au 1/50 000ème du département du Loiret[13],[14] et sa notice associée[15].

Carte géologique de la commune
Ère Période Époque Formations géologiques
Cénozoïque
(0 - 66.0)
Quaternaire
(0 - 2.58)
Holocène
003 - FC - D45 (Bd Charm-50).svg FC  : alluvions et colluvions du fond des vallées secondaires, Holocène
Pléistocène
022 - qOE - D45 (Bd Charm-50).svg qOE  : Limons et Loess, Quaternaire
Néogène
(2.58 - 23.03)
Pliocène  non présent
Miocène
024 - m3-p1SASo - D45 (Bd Charm-50).svg m3-p1SASo  : sables et argiles de Sologne, Langhien supérieur à Pliocène inférieur
Paléogène
(23.03 - 66.0)
Oligocène
030 - g1CEt - D45 (Bd Charm-50).svg g1CEt  : calcaire d'Étampes, Stampien supérieur
Éocène
033 - e7-g1CBr - D45 (Bd Charm-50).svg e7-g1CBr  : calcaires de de Gien et de Briare, Éocène supérieur à Oligocène
036 - e4PN - D45 (Bd Charm-50).svg e4PN  : poudingue de Nemours, Paléocène-Éocène inférieur
Paléocène
037 - e1-4S - D45 (Bd Charm-50).svg e1-4S  : formations détritiques (argiles, sables, conglomérats) et Argiles à silex, Paléocène-Éocène inférieur
039 - e1-4Rc - D45 (Bd Charm-50).svg e1-4Rc  : complexe argilo-sableux à silex = argiles à silex, Paléocène-Éocène inférieur
Mésozoïque
(66.0 - 252.17)
Crétacé
(66.0 - ≃145.0)
044 - c2Cr - D45 (Bd Charm-50).svg c2Cr  : craie blanche à silex, Turonien

Relief[modifier | modifier le code]

La superficie cadastrale de la commune publiée par l’Insee, qui sert de références dans toutes les statistiques, est de 24,65 km2[16],[Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 24,74 km2[14]. Son relief est relativement plat puisque la dénivelée maximale atteint 39 m. L'altitude du territoire varie entre 137 m et 176 m[19].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique d'Adon.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 20,11 km, comprend deux cours d'eau notables, le Ru (5,265 km) et le Talot (2,304 km), et huit petits cours d'eau dont le canal 01 des Piarres (1,558 km), le cours d'eau 01 des Aulnois (2,446 km), le fossé 01 du Bois de Sainte-Berthe (1,157 km), le fossé 03 de la Varenne (1,061 km), le Feins (1,496 km), le fossé à Deux Gueules (0,373 km) et le canal 01 du Grand Manoir (0,435 km)[20].

Le Ru, d'une longueur totale de 10,3 km, prend sa source dans la commune d'Adon et se jette dans la Talot à Sainte-Geneviève-des-Bois, après avoir traversé 2 communes[21]. Sur le plan piscicole, le Ru est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[22].

Le Talot, d'une longueur totale de 11,6 km, prend sa source dans la commune de La Bussière et se jette dans le Canal de Briare à Montbouy, après avoir traversé 4 communes[23]. Sur le plan piscicole, le Talot est également classé en deuxième catégorie piscicole[22].

Différents plans d'eau complètent le réseau hydrographique : les étangs de Rebel Oiseau, de la Hutterie, de la Motte, des Carmes, des Claviers.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

  • les Asselins*, route de Feins (D 243)

B

C

F

  • la Flinière, route de Nogent (D 835)

H

  • les Huit-Arpents, route de Châtillon (D 43)
  • la Hutterie*, route de Feins (D 243)

M

N

P

  • le Petit-Bois, route de Nogent (D 835)
  • la Pichotière*, route de Dammarie (D 43)

R

  • Rebel-Oiseau*, route de Dammarie (D 350)
  • le Grand Rondeau*, route de Feins (D 243)
  • le Petit Rondeau*, route de Feins (D 243)
  • le Grand Rosier*, route de Dammarie (D 43)
  • le Petit Rosier*, route de Dammarie (D 43)
  • les Grands Roussets*, route de Châtillon (D 43)
  • les Petits-Roussets*, route de Châtillon (D 43)

S

  • Château Saint-Père*, route de La Bussiè*/ re (D 43)
  • Sainte-Berthe* (ruines), route de Nogent (D 835)
  • les Seurins*, route de Feins (D 243)

T

V

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de la commune d'Adon et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal d'Adon comprend une ZNIEFF[INPN 1] : « Les grands marais et le petit marais ». Il s'agit d'une ZNIEFF de type 1[Note 3] d'une superficie de 26 hectares. Cet ensemble de milieux humides se situe entre la RD 835 et la RD 43 au nord d'Adon, près du lieu-dit "La Flinière"[DREAL 1]. Son altitude varie entre 140 et 145 m[INPN 2]. Il correspond à des affleurements marneux associés à des sources et des fossés. Les terrains sont occupés par des prairies humides calcaricoles du Molinion caeruleae, des pelouses à tendance marneuse du Mesobromion erecti, associées à des stations de bas-marais à Schoenus nigricans et à des boisements calcicoles en sol frais. Sept espèces déterminantes, dont quatre protégées, ont été observées sur le site[INPN 3].

Par ailleurs, il n'existe pas de site Natura 2000 sur le territoire communal d'Adon[INPN 4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Adon est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[24],[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Gien, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 29 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[27],[28].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,8 %), forêts (38,2 %), prairies (8,3 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones urbanisées (1,2 %)[29].

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

SCoT du pays giennois[modifier | modifier le code]

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, et ce sous peine de ne plus pouvoir ouvrir à l’urbanisation de nouveaux espaces. En effet, dans certaines conditions, en l’absence de SCoT approuvé, les zones naturelles (N) et les zones d’urbanisation future (AU) ne peuvent plus, sauf dérogation, être ouvertes à l’urbanisation. Tel est le principe posé par l’article L.122-2 du Code de l’urbanisme. En application des dispositions de l'article L.122-18 du Code de l'urbanisme, le Schéma Directeur de la Région de Gien approuvé le avait été maintenu avec valeur de Schéma de Cohérence Territoriale. Le Schéma regroupait les communes de Coullons, Gien, Nevoy, Poilly-lez-Gien, Saint-Brisson-sur-Loire, Saint-Gondon, Saint-Martin-sur-Ocre. En l'absence de délibération de la communauté des communes giennoises, sur son évolution à l'échéance du délai de 10 ans à compter du , ce SCot est devenu caduc à compter du [30].

En se dotant de la compétence « élaboration, gestion et suivi d’un Schéma de Cohérence Territoriale à l’échelle du Pays du Giennois » par arrêté préfectoral du , le Syndicat mixte du Pays du Giennois s'engage en faveur d’un projet global d’aménagement et de développement durable du territoire du pays du Giennois. Le schéma de cohérence territoriale du pays giennois, qui regroupe 31 communes dont Adon, a ainsi été prescrit le . Le projet de schéma a été arrêté le puis soumis à l'enquête en et approuvé le et est opposable depuis le [30],[31].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune d'Adon est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité faible). Elle est également exposée à un risque technologique : le risque nucléaire [32]. Entre 1999 et 2019, trois arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune d'Adon pour des inondations et coulées de boues intervenues en 1983, 1999 et 2016[33].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[34].

Par ailleurs le sol du territoire communal peut faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[35]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est soumise à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[36].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante[37]. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[33].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

En cas d’accident grave, certaines installations nucléaires sont susceptibles de rejeter dans l’atmosphère de l’iode radioactif. La commune se situe partiellement à l'intérieur du périmètre de 20 km du Plan particulier d'intervention de la centrale nucléaire de Dampierre. À ce titre les habitants de la commune, comme tous ceux résidant dans le périmètre proche de 20 km de la centrale ont bénéficié, à titre préventif, d'une distribution de comprimés d’iode stable dont l’ingestion avant rejet radioactif permet de pallier les effets sur la thyroïde d’une exposition à de l’iode radioactif[Note 6]. En cas d'incident ou d'accident nucléaire, des consignes de confinement ou d'évacuation peuvent être données et les habitants peuvent être amenés à ingérer, sur ordre du préfet, les comprimés en leur possession[39].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Bloc communal : Commune et intercommunalités[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Adon acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[40] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[41]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[42].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[43].

La commune est membre de la Communauté de communes du canton de Briare depuis sa création le , une intercommunalité issue de la transformation en communauté de communes de l'ancien SIVOM du canton de Briare, créé en [44]. Depuis le , la commune est membre de la communauté de communes du Berry Loire Puisaye, issue de la fusion de la communauté de communes du canton de Briare et de la communauté de communes du canton de Châtillon-sur-Loire[45].

Circonscriptions de rattachement[modifier | modifier le code]

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune d'Adon est alors incluse dans le canton d'Ouzouer-sur-Trézée, le district de Gien et le département du Loiret[46].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[47]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[48]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[49]. L'acte II intervient en 2003-2006[50], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune d'Adon aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Gien 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Gien de 1790 à 1795[43],[46]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[51].
Canton Ouzouer sur Trezée 1790-1801 Administrative et électorale Le , la municipalité d'Adon est rattachée au canton d'Ouzouer sur Trezée[52],[43]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral[51]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[53]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Briarre 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[54]. Adon est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X () au canton de Briarre, sous le nom d'Adon[55],[43].
Gien 2015- Électorale La loi du [56] et ses décrets d'application publiés en février et [57] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Gien[57]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[58].
Arrondissement Gien 1801-1926 Administrative Adon est rattachée à l'arrondissement de Gien par arrêté du 9 vendémiaire an X ()[43],[55].
Orléans 1926- Sous la Troisième République, en raison d'un endettement considérable et de l'effort nécessaire pour la reconstruction post-Première Guerre mondiale, la France traverse une crise financière. Pour réduire les dépenses de l’État, Raymond Poincaré fait voter plusieurs décrets-lois réformant en profondeur l’administration française : 106 arrondissements sont ainsi supprimés, dont ceux de Gien et de Pithiviers dans le Loiret par décret du [59]. Adon est ainsi transférée de l'arrondissement de Gien à celui d'Orléans[60],[61].
Circonscription législative 3e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[62],[63]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[64]. Adon, initialement rattachée à la quatrième circonscription, est, après 2010, rattachée à la troisième circonscription[65].

Collectivités de rattachement[modifier | modifier le code]

La commune d'Adon est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[66], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Adon, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[67] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[68]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des onze candidats en lice[69] est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 57,41 %[70].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 mars 2008 Guy Separi[71]    
mars 2008 mars 2014 Philippe Coignet[72]   agriculteur exploitant
mars 2014 2020 Philippe Coignet[73],[74]   ancien agriculteur exploitant
2020 En cours Christine Parmisari DVD  

Finances[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune disposait d’un budget de 191 000  dont 177 000  de fonctionnement et 14 000  d'investissement[75], en diminution de 31 % par rapport à 2005[76].

Le budget de fonctionnement était financé à hauteur de 44,5 % par les impôts locaux, 12,1 % par d'autres impôts et taxes et 15,5 % par la dotation globale de fonctionnement. Ces indicateurs étaient cette même année pour les communes de la même strate, de moins de 250 habitants, respectivement de 27,8 %, 7,9 % et 26,9 %. Les taux d’imposition fixés par la commune étaient de 12,8 % pour la taxe d'habitation, de 13,9 % pour la taxe foncière sur le bâti et 50,2 % pour la taxe foncière sur le non-bâti. Les taux de la strate des communes de moins de 250 habitants étaient respectivement de 13,3 %, 10,1 % et 25,5 %[75].

Les taux de la cotisation foncière des entreprises, qui a remplacé la taxe professionnelle en 2010, étaient de 6,0 % pour le taux fixé par l’intercommunalité et de 18,3 % pour celui fixé par la commune[77].

La dette cumulée de la commune s’élevait au à 14 000 , soit 76  par habitant, en diminution de 58 % par rapport à 2005. La dette moyenne par habitant de la strate des communes de moins de 250 habitants s'élèvait quant à elle en 2011 à 505 [75].

Année Population Fonctionnement Investissements Autofinancement Endettement Fiscalité
Produits
(en k€)
Charges
(en k€)
Résultat
(en k€)
Ressources
(en k€)
Emplois
(en k€)
CAF
(en k€)
encours
au 31/12
(en k€)
encours
par habitant
(en € par habitant)
TH
TFb TFnb Tpfa Potentiel fiscal
par habitant
Produits
impôts locaux
commune strate
2005[76] 208 176 133 43 99 98 43 38 183 8,2 % 13,9 % 47,8 % 14,4 % 300 340 54
2006[78] 208 201 141 60 158 141 60 75 359 8,2 % 13,9 % 47,8 % 14,4 % 316 342 55
2007[79] 208 185 168 17 83 48 17 60 289 8,2 % 13,9 % 47,8 % 14,4 % 338 358 60
2008[80] 208 237 216 21 111 77 21 25 119 8,2 % 13,9 % 47,8 % 14,4 % 389 356 61
2009[81] 182 213 168 46 27 64 46 20 109 8,2 % 13,9 % 47,8 % 14,4 % 445 378 65
2010[82] 181 172 193 -21 12 15 -21 17 94 8,2 % 13,9 % 47,8 % 18,3 % 435 393 64
2011[75] 183 177 141 36 14 27 36 14 76 12,8 % 13,9 % 50,2 % 33,5 % 19 0 71
Notes : CAF = Capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts, TH = Taux de la taxe d'habitation, TFb = taux de la taxe sur le foncier bâti, TFnb = taux de la taxe sur le foncier non bâti, Tpfa = Taxe professionnelle (fiscalité additionnelle)

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Eau potable[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[83]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable d'Adon - Bussière, un syndicat créé en 1962 desservant 2 communes : Adon et La Bussière[84],[85],[86].

La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[87],[88].

Eaux usées[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[89], est assurée par la commune elle-même[90]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 270 EH, soit 45 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée par la Lyonnaise des Eaux[91]. Des travaux de rénovation ont été engagés en 2010 et inaugurés en 2012[92].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune est membre du syndicat mixte de collecte et de traitement des ordures ménagères des cantons de Gien, Châtillon Coligny, Briare et Châtillon-sur-Loire (SMICTOM). Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 7] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables, des encombrants et du verre en points d’apport volontaire[93]. Un réseau de sept déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche est située sur la commune d'Sainte-Geneviève-des-Bois[94],[95]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers et de ceux issus de la collecte sélective sont effectuées par le SYCTOM de Gien-Châteauneuf-sur-Loire qui comprend un centre de transfert de déchets ménagers et un centre de stockage de déchets ultimes (CSDU) de classe II à Saint-Aignan-des-Gués ainsi qu'une usine d’incinération des ordures ménagères à Gien-Arrabloy[96]

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes du Berry Loire Puisaye en application de la loi NOTRe du [97].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont nommés les Adonnais[98].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[99]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[100].

En 2020, la commune comptait 197 habitants[Note 8], en diminution de 12,44 % par rapport à 2014 (Loiret : +1,88 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400417443405391407418453456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477456535525520480541541523
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508511485411430390324416328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
286285247211189198178167173
2014 2019 2020 - - - - - -
225202197------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[60] puis Insee à partir de 2006[101].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Adon se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Gien.

L'école élémentaire accueille les élèves de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
  • Le château d'Adon ;
  • Le château de Mussy ;
  • L'église Saint-Pierre datant du XIVe siècle, rénovée en 1860 ;
  • Le château de Saint-Père ;
  • L'ancienne chapelle Sainte-Berthe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Adon

Les armes d’Adon se blasonnent ainsi :

Tranché : au premier d'azur au buste de reine couronné d'or, au second d'or aux trois cors contournés d'azur ordonnés en orle[102].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)
  • Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions : l'organisation administrative de la France, Fernand Lanore, , 703 p. (ISBN 285157003X, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[17],[18]
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Le périmètre de sûreté des centrales nucléaires ayant été porté au niveau national de 10 à 20 km en 2018, le calendrier national prévoit une distribution d’iode aux populations du rayon 10 à 20 km, qui n'en avaient jusqu'à présent pas été destinataires, à partir de septembre 2019[38].
  7. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le ).
  2. « Orthodromie entre "Adon" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre "Adon" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  4. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre "Adon" et "Châtillon-Coligny », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  6. « Villes les plus proches d'Adon », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  8. « Orthodromie entre Adon et », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le ).
  9. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  10. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  11. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  12. « Histoire géologique du Bassin parisien », sur le site du Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie (consulté le ).
  13. « Carte géologique d'Adon » sur Géoportail (consulté le 27 mai 2022).
  14. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune d'Adon », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  15. « Notice associée à la feuille n°400 - Châtillon-Coligny de la carte géologique harmonisée au 1/50 000ème de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  16. Insee, « Comparateur de territoire - Commune d'Adon », sur le site de l'Insee (consulté le )
  17. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  18. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  19. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  20. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  21. « Fiche Sandre - le Ru », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  22. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  23. « Fiche Sandre - le Talot », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  30. a et b [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2017 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ), p. 67.
  31. « SCoT du pays giennois - Présentation et méthodologie », sur http://www.loire-pays-giennois.fr/ (consulté le ).
  32. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du LOiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le ).
  33. a et b « Risques recensés sur la commune d'Adon », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  34. « Adon - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le ).
  35. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  36. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur d'Adon », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  37. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  38. « Commission locale d'information - Compte rendu de la réunion de bureau du 13 mai 2019 », sur https://www.loiret.fr/ (consulté le ).
  39. « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret - Risque nucléaire », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le ).
  40. Motte 2003, p. 24.
  41. Motte 2003, p. 23.
  42. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le ).
  43. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Adon », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  44. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ).
  45. « Recueil des actes administratifs N°45-2016-107 publié le 12 décembre 2016 - Arrêté du 29 novembre 2016 », sur le site de la préfecture de la région Centre-Val de Loire et du Loiret, (consulté le ), p. 167.
  46. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  47. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  48. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  49. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  50. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  51. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  52. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ).
  53. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le ), p. 6.
  54. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le ).
  55. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 44 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le ).
  56. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le ).
  57. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  58. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le ).
  59. Masson 1984, p. 395.
  60. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  61. Denis Jeanson, « Arrondissements dans la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le ).
  62. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  63. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le ).
  64. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le ).
  65. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  66. « Rattachements administratifs de la commune d'Adon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  67. Article L. 252 du Code électoral
  68. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le ).
  69. « Candidatures au 1er tour pour Adon », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  70. « Résultats du 1er tour pour Adon », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  71. Association des maires du Loiret, L'officiel des élus et des collectivités - Répertoire de l'association des maires du Loiret, Saint-Nazaire, Editions de France, 2e trimestre 1999 (ISBN 2-951-39080-7), p. 75.
  72. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 22 janvier 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  73. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  74. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  75. a b c et d Compte communal détaillé 2011 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  76. a et b Compte communal détaillé 2005 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  77. Taux des impôts locaux de la commune en 2010, sur http://www.taxe.com/, consulté le 4 mars 2013.
  78. Compte communal détaillé 2006 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  79. Compte communal détaillé 2007 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  80. Compte communal détaillé 2008 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  81. Compte communal détaillé 2009 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  82. Compte communal détaillé 2010 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 4 mars 2013
  83. Les services publics d'eau et d'assainissement "; p. 5.
  84. « SIAEP d'Adon - Bussière », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  85. « SIAEP d'Adon - Bussière », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le ).
  86. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  87. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  88. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le ).
  89. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16.
  90. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le ).
  91. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le ).
  92. « Inaugurations en cascade à La Bussière, Adon, Bonny et Ousson », sur http://www.larep.fr, (consulté le ).
  93. « SMICTOM de Gien - Rapport annuel 2015 », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  94. « SMICTOM de Gien - déchèteries », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  95. « SMICTOM de Gien - Carte interactive - déchèteries et points d'apport volontaire sur le territoire de la commune. », sur http://www.smictom-gien.com/ (consulté le ).
  96. « SICTOM de Châteauneuf-sur-Loire - missions et compétences », sur http://www.sictom-chateauneuf.fr/ (consulté le ).
  97. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le ), p. 4.
  98. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  99. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  100. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  101. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  102. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=60