Forêt alluviale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La forêt alluviale de l'Illwald à Sélestat en Alsace.

Une forêt alluviale, qui est aussi souvent une forêt inondable ou parfois partiellement une forêt inondée est une forêt croissant sur une zone alluviale, souvent riveraine de cours d'eau[1]. En ce qui concerne les services écosystémiques, elle joue un rôle de zone tampon pour l'eau[2]

Les racines de la plupart des arbres se développent mal sur et dans les alluvions saturées en eau ou le long d'un cours d'eau en fond de vallée alluviale ou dans le lit majeur de cours d'eau de basse montagne ou systèmes collinaires, mais plusieurs familles d'arbres ont développé des adaptations à l'ennoiement.

La forêt alluviale est le type de forêt le plus riche pour ce qui est du nombre d'espèces par unité de surface, caractérisé par une mosaïque complexe d'unités présentant des conditions de milieu et des âges variables, des parties subaquatiques à la canopée avec des écotones souvent complexes et dynamiques.
C'est également le type de forêt devenu le plus rare en France et en Europe tempérée[3], ce qui renforce leur valeur intrinsèque (On leur accorde une haute valeur patrimoniale[4]), alors qu'elles comptent pour une part importante de la biodiversité forestière[5].

À la différence de la végétation ripisylve qui en fait partie, mais qui reste relativement étroite, la forêt alluviale se développe en « forêt plus ou moins inondable[6] » et humide sur des dizaines à centaines de mètres du cours d'eau et autour de bras morts, comme dans la jungle rhénane en Europe. C'est aussi une forêt riche en lianes (houblon, vigne sauvage (Vitis vinifera[7]), lierre grimpant arborescent[8] qui remplissent des fonctions particulières dans ces forêts[9]).

Ces forêts jouent un rôle majeur pour l'épuration naturelle de l'eau et de l'air, et offrent un habitat (dont frayères pour les poissons) à de nombreuses espèces de plantes épiphytes et lianes, champignons et animaux[10].

Adaptations spécifiques des arbres à l'environnement alluvial ou inondé[modifier | modifier le code]

Une longue immersion est une cause de stress pour toutes les plantes non palustres et non aquatiques[11], mais de nombreuses plantes de zones humides ont développé des adaptations physiologiques[12], biochimiques, moléculaires, génétiques... à l'inondation plus ou moins durable[13],[14], notamment sur le plan de l'écologie racinaire[15].

Dans les parties les plus humides ou là où la forêt est inondées en permanence, seules certaines essences (variétés ou sous-espèces d'arbres (de chêne par exemple[16]) et de buissons peuvent croître normalement, grâce à des adaptations spécifiques permettant le transport d'oxygène jusqu'aux racines.

Dans les sols immergés où l'eau circule mal, les racines sont privées d'oxygène et de tout ou partie de leurs symbiotes habituels.

Plusieurs adaptations des arbres et de leur système racinaire à un ennoiement plus ou moins permanent sont connues ; ce sont :

  • la production de racines adventives sur le tronc, bien au-dessus du collet et au-dessus du niveau des sédiments (fréquent chez les saules en Europe). Des symbioses avec des bactéries ou champignons aquatiques peuvent remplacer les mycorhizations observées dans les sols aérés et non saturés en eau, notamment chez le saule, l'aulne et le peuplier dans l'hémisphère nord[17].
  • la production d'aérenchymes (lacunes gazeuses dans le cortex des tissus formant une réserve d'oxygène[18],[19],[20].
  • la production de lenticelles hypertrophiées qui permettent les échanges gazeux entre l'atmosphère et les tissus internes des végétaux (facile à observer sur une bouture de ficus dans de l'eau). Ces lenticelles peuvent absorber des gaz, (CO2 ou oxygène) et participer à des phénomènes de détoxication de l'arbre en situation d'anoxie racinaire[21],[22],[23],[24],[25].
  • la biosynthèse par l'arbre d'une protéine transporteuse de l'oxygène qui est une « hémoglobine non-symbiotique » dont le gène a été identifié[26] et qui pourrait jouer un rôle important dans la gestion par l'arbre du monoxyde d'azote et dans le déclenchement de la cascade de modifications métaboliques nécessaires aux adaptations à l'inondation. Cette protéine est synthétisée dans les racines en conditions d'hypoxie (Taylor et al. 1994, Trevaskis et al. 1997, Lira Ruan et al. 2001, cités par C. Parent (2008)[21].
  • production - chez quelques rares espèces - de pneumatophores.
  • tolérance accrue à l'anoxie et à l'éthanol[27]
  • tolérance accrue au chlore et au sel chez les espèces de la mangrove (en zone saumâtre, un seul écosystème de type forestier subsiste, c'est la mangrove, dont les arbres sont également adaptées au sel).

L'étude des adaptations à l'inondation se poursuit, in situ ou en simulant[28] en laboratoire l'inondation de diverses espèces.

Caractéristiques écopaysagères[modifier | modifier le code]

Elle est constituée d'une riche flore de berges suivies d’étagements plus ou moins marqués de buissons denses et lianes et d'arbres produisant des bois tendres. Ces arbres sont pour la plupart relativement fragiles, mais capables de régénération rapide après une perturbation ; ce sont en France et en Europe principalement des saules et des peupliers. Mais elle tend climaciquement à évoluer vers un stade de « forêt alluviale mûre » dite « à bois durs » (Querco-Ulmetum pour les phytosociologues) comme dans la forêt alluviale de Leipzig où cohabitent l'aulne glutineux, le frêne et localement ou autrefois l'orme (décimé par la graphiose de l'orme à la fin du XXe siècle)[10].

C'est une forêt en régénération rapide et constante là où la dynamique du cours d'eau est la plus active. Cet écosystème est totalement adapté aux fluctuations plus ou moins cycliques et importantes des niveaux d'eau[29],[30]. Il en dépend même, car les déplacements de l'eau et de ses méandres, les effondrements de berges et l'apparition d'îlots, en fonction des embâcles naturels ou du travail de certaines espèces typique de ces milieux telles que le Castor (Castor canadensis en Amérique du Nord et Castor fiber, espèce-ingénieur qui reconstitue lentement ses populations en Europe après avoir failli disparaître au XIXe siècle en sont des éléments constitutifs.

En zone tempérée de l'hémisphère nord, ces forêts sont généralement plus lumineuses et plus riches en essence que les forêts de bois durs qui les jouxtent naturellement. Leur canopée est plus hétérogène et variée.
Ceci est notamment expliqué par l'absence de hêtres (essence qui ne supporte pas les inondations de printemps et de début d'été) qui permet la persistance de trouées de lumière plus fréquentes (les chablis de tempêtes plus nombreux ou fréquents sur sols tourbeux ou gorgés d'eau). De même les méandres, tresses et lacis de cours d'eau entretiennent de manière dynamique des trouées plus ou moins linéaires[31]. En hiver et au printemps, le miroir que constitue la surface de l'eau renvoie aussi une partie de la lumière vers les sous-bois adjacents.

Le bois mort, souvent immergé ou partiellement ou périodiquement immergé, y présente des caractéristiques et fonctions particulières, notamment importantes pour la biodiversité des champignons et des bryophytes, favorisant par exemple des mousses telles que Leptodictyum riparium et Hygroamblystegium varium[32].

« La préservation des boisements alluviaux est fortement recommandée à travers les différents SDAGE (...) liée notamment au caractère relictuel de cet habitat et à son rôle majeur dans l’écrêtement des crues »[33]

Menaces, pressions, expériences de restauration écologique[modifier | modifier le code]

Ces forêts sont biologiquement très productives et parfois habitées par l'Homme (chasseurs-collecteurs pygmées dans le bassin du Congo[34]), mais très difficiles à exploiter par la sylviculture, en raison de leur caractère inondable et marécageux notamment. Communes depuis des millions d'années et jusqu'à la fin de la préhistoire, dans les zones anthropisées, elles ont souvent été peu à peu drainées ou rasées pour être plantées de Peupliers ou consacrée à la mise en culture ou pâturage.

Hormis dans quelques zones tropicales ou isolées où elles font parfois l'objet d'une gestion spécifique (dans le delta du Niger au Mali par exemple[35], elles comptent ainsi aujourd'hui parmi les forêts les plus rares, à la suite de l'aménagement des vallées et des cours d'eau, du drainage généralisé des fonds de vallées pour leur mise en culture et la construction d'établissements humains (villes, zones commerciales, zones industrielles...). Le drainage ou des aménagement empêchant les inondations détruisent l'écosystème de la forêt alluviale dont la dynamique repose sur celle des cours d'eau et celle du plafond la nappe superficielle[36].

Elles sont vulnérables aux polluants non biodégradables apportées par le ruissellement vers les plaines d'inondation, la biodégradation peut y être ralentie et le cycle biogéochimique des éléments modifiés en raison d'un pH souvent plus acide et de l'anoxie du substrat[37].

Au Cambodge en 2004, il ne restait que 3 % de la forêt inondable ;et « sa surface est passée de 600 000 hectares à 19 500 ha entre 1995 et 2004 »[38].

En France les reliques de la forêt alluviale (rhénanes principalement) sont en grande partie protégées. La forêt rhénane fait l'objet d'essai de restauration écologique/renaturation[39]. Quelques petites taches de forêts alluviales ont aussi survécu ailleurs. Certaines se régénèrent, en Alsace, dans le Bassin du Rhône ou de la Loire, ou dans les Ardennes (ex : La forêt alluviale du Mont-Dieu de 11 km2 dans la plaine alluviale de la Bar (bassin de la Meuse[40]par exemple), parfois en cours de régénération naturelle sur des zones de déprise agricole ou en zone périurbaine (Bois de Santes dans le Parc de la Deûle près de Lille). Il existe une expérience de régénération totale et volontaire de ce type de forêt, à Proville (au sud de Cambrai) dans le haut-bassin de l'Escaut, sur la dernière partie relativement naturelle de l'Escaut-Rivière, sur une zone qui avait été durant plus d'un siècle transformée en peupleraie et qui bénéficie aujourd'hui d'une gestion restauratoire et d'un classement en Réserve naturelle régionale.

Recherches[modifier | modifier le code]

Ces forêts patrimonialement remarquables sont parfois assez "mobiles". Elles comptent aussi (avec les forêts de ravins et de fortes pentes) parmi les plus difficilement accessibles aux prospections et inventaires naturalistes.

Elles ont cependant fait l'objet de diverses études, y compris d'écologie rétrospective concernant leur physionomie aux époques préhistoriques (paléoécologie, paléopaysages, palynologie...)[41].

Un travail est également en cours concernant leur évaluation environnementale (état zéro et évaluation de la dynamique forestière spécifique, ce qui nécessite des protocoles adaptés, notamment testés par le réseau des réserves naturelles de France[42], qui se base notamment sur la phytosociologie[43].

On s'est aussi intéressé à leur fonctionnement sédimentaire[44], hydrologique et hydrochimique[45] ou aux capacités d'espèces telles que le ver de terre à s'adapter à leurs dynamiques d'évolution et en particulier à leur caractère inondable[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Piégay H, Pautou G, & Ruffinoni C (2003) Les forêts riveraines des cours d'eau: écologie, fonctions et gestion. Forêt privée française.
  2. Piegay H (1996) La forêt d'inondation de cinq rivières du bassin rhodanien : De la notion de patrimoine écologique à celle d'«espace-tampon». In Annales de Géographie (pp. 347-368). Armand Colin.
  3. Yon D (1984) Évolution des forêts alluviales en Europe, facteurs de destruction et éléments stratégiques de conservation. Coll. Phytos. Strasbourg, 9, 1-18.
  4. Schnitzler-Lenoble, A., & Carbiener, R. (2007). Forêts alluviales d'Europe: écologie, biogéographie, valeur intrinsèque. Tec & Doc.
  5. Petit-Berghem Y (2011) Forêt et biodiversité des zones humides en France: Quelles relations? Quelles perspectives pour l’avenir ? . VertigO-La revue électronique en sciences de l'environnement.
  6. Badre B (1996) Recyclage de la matière organique et dynamique des éléments minéraux en milieu forestier alluvial. Influence du degré d'inondabilité. Comparaison entre deux sites: 1. site inondable: forêt de l'île de Rhinau. 2. site non inondable: forêt du Dachsenkopf (Doctoral dissertation).
  7. Arnold C (2002) Écologie de la vigne sauvage, Vitis vinifera L. ssp. sylvestris (Gmelin) Hegi, dans les forêts alluviales et colluviales d'Europe (No. 76). vdf Hochschulverlag AG.
  8. Trémolières M, Carbiener R, Exinger A & Turlot JC (1988) Un exemple d'interaction non compétitive entre espèces ligneuses: le cas du lierre arborescent (Hedera helix L.) dans la forêt alluviale. Acta oecologica. Oecologia plantarum, 9(2), 187-209 (Notice Inist-CNRS).
  9. Beekman F (1981) La dynamique d'une forêt alluviale et le rôle des lianes. Landbouwhogeschool.
  10. a et b Sánchez-Pérez JM, Trémolières M & Carbiener R (1991) Une station d'épuration naturelle des phosphates et nitrates apportés par les eaux de débordement du Rhin: La forêt alluviale à frêne et orme. Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 3, Sciences de la vie, 312(8), 395-402 (Notice Inist-CNRS).
  11. Kramer PJ (1951) Causes of injury to plants resulting from flooding of the soil. Plant Physiology, 26(4), 722.
  12. Pezeshki SR (2001) Wetland plant responses to soil flooding. Environmental and Experimental Botany, 46(3), 299-312 (résumé).
  13. Jackson, M. B., & Colmer, T. D. (2005). Response and adaptation by plants to flooding stress. Annals of Botany, 96(4), 501-505.
  14. Jackson, M. B., & Ricard, B. (2003). Physiology, biochemistry and molecular biology of plant root systems subjected to flooding of the soil. In Root Ecology (pp. 193-213). Springer Berlin Heidelberg.
  15. de Kroon, H., & Visser, E. J. (Eds.). (2003). Root ecology (Vol. 168). Springer.
  16. Wagner PA, Dreyer E. 1997. Interactive effects of wate rlogging and irradiance on the photosynthetic performance of seedlings from three oak species displaying different sensitivities ( Quercus robur, Q petraea and Q rubra ). Annales des Sciences Forestieres 54 , 409-429.
  17. Lodge, D. J. (1989). The influence of soil moisture and flooding on formation of VA-endo-and ectomycorrhizae in Populus and Salix. Plant and Soil, 117(2), 243-253 (résumé)
  18. Jackson, M. B., & Armstrong, W. (1999). Formation of aerenchyma and the processes of plant ventilation in relation to soil flooding and submergence. Plant Biology, 1(3), 274-287 (résumé).
  19. Drew M, He C, Morgan P. 2000. Programmed cell death and aerenchyma formation in roots. Trends in Plant Science. 5 , 123-127.
  20. Jackson M & Ricard B 2002 Physiology, biochemistry and mo lecular biology of plant root systems subjected to flooding of the soil. Ecological Studies. 168 , 193-213.
  21. a et b Parent C. (2008) Étude de la réponse à l’ennoyage chez le chêne sessile (Quercus petraea) et le chêne pédonculé (Quercus robur) : Implication de l’hémoglobine non-symbiotique (An Overview of Plant Responses to Soil Waterlogging ) ; Thèse de doctorat, Université de Franche-compté ; Spécialité : Sciences de la vie ; École doctorale : Homme, Environnement, Santé ; soutenue le 05 décembre 2008, PDF, 179 pages
  22. Groh B, Hubner C, Lendzian KJ (2002) Water and oxygen permeanceof phellems isolated from trees: The role of waxes and lenticels ; Planta 215, 794-801
  23. Vartapetian BB, Jackson M (1997) Plant adaptations to anaerobic stress. Annals of Botany 79 , 3-20
  24. Jackson MB, Colmer TD. 2005. Response and adaptation by plants to flooding stress. Annals of Botany 96, 501-505
  25. Folzer H, Dat J, Capelli N, Rieffel D, Badot P-M. (2006) Response to flooding of sessile oak: An integrative study. Tree Physiology 26, 759–766
  26. Parent C., Berger A., Folzer H., Dat J., Crèvecoeur M., Badot P.-M. and Capelli N. Analyse de l’expression d’un gène d’hémoglobine non-symbiotique chez deux espèces de chênes Quercus petraea L. et Q. robur L. en réponse rapide à l’ennoyage. (2007) Forum des jeunes chercheurs, 14-15 juin, Dijon, France
  27. Crawford R& Baines M (1977) Tolerance of anoxia and the metabolism of ethanol in tree roots. New phytologist, 79(3), 519-526.
  28. Walls RL, Wardrop DH, Brooks RP. (2005) The impact of experime ntal sedimentation and flooding on the growth and germ inated of floodplain trees. Plant Ecology 176 , 203- 213.
  29. Splunder IV, Coops H, Voesenek L & Blom C (1995)Establishment of alluvial forest species in floodplains: the role of dispersal timing, germination characteristics and water level fluctuations. Acta Botanica Neerlandica, 44(3), 269-278.
  30. Splunder IV, Coops H, Voesenek L & Blom C (1995) Establishment of alluvial forest species in floodplains: the role of dispersal timing, germination characteristics and water level fluctuations. Acta Botanica Neerlandica, 44(3), 269-278.
  31. Schnitzler A (1997) River dynamics as a forest process: interaction between fluvial systems and alluvial forests in large European river plains. The Botanical Review, 63(1), 40-64.
  32. Hugonnot, V & Celle J (2013) The Leptodictyo riparii-Hygroamblystegietum varii ass. nov., a dead wood-dwelling association of near-natural alluvial forests in the Rhône valley (France). Herzogia, 26(1), 187-195.
  33. DREAL/Pôle zone humide, Cartographie des boisements alluviaux en Champagne-Ardenne, consulté 2016-04-01
  34. Bahuchet, S., & Guillaume, H. (1979). Relations entre chasseurs-collecteurs pygmées et agriculteurs de la forêt du nord-ouest du bassin congolais. Pygmées de Centrafrique: études ethnologiques, historiques et linguistiques sur les Pygmées' BaMbenga'du Nord-Ouest du bassin congolais, 109-139.
  35. Beintema A, Fofana B & Diallo M (2001) Gestion des forêts inondées dans le Delta Interieur du Niger, Mali. Alterra, Green World Research.
  36. Deiller AF, Walter JM & Trémolières M (2001) Effects of flood interruption on species richness, diversity and floristic composition of woody regeneration in the upper Rhine alluvial hardwood forest. Regulated Rivers: Research & Management, 17(4‐5), 393-405.
  37. Bourgoin, L. M. Dynamique des éléments traces dans une plaine d’inondation amazonienne: la plaine d’inondation de Curuai
  38. Cacot P & Lazard J (2009) La domestication des poissons du Mékong : les enjeux et le potentiel aquacole. Cahiers Agricultures, 18(2), 125-135.
  39. Carbiener D (2003) Restaurer la forêt alluviale, l’expérience Rhénane in Piégay H., G. Pautou & C. Ruffinoni, Les forêts riveraines des cours d'eau, IDF, 386-388.
  40. Duvigneaud J (1959) La forêt alluviale du Mont-Dieu. Plant Ecology, 8(5), 298-332.
  41. Kaniewski D (2006) Reconstitution des paysages et des climats contemporains des Homo neanderthalensis d'après l'analyse pollinique de deux sites moustériens ligures: la grotte de Madonna dell'Arma (San Remo) et la grotte de Santa Lucia superiore (Toirano) (Doctoral dissertation).
  42. Dufour S & Pont B (2006) Protocole de suivi des forêts alluviales: l'expérience du réseau des réserves naturelles de France. Revue forestière française, 58(1), 45-60
  43. Schnitzler A (1988) Typologie phytosociologique, écologie et dynamique, des forêts alluviales du complexe géomorphologique ello-rhénan (plaine rhénane centrale d'Alsace) (Doctoral dissertation, ANRT).
  44. Berger B (2000) Variabilité spatiale de la sédimentation dans les zones pionnières de la forêt alluviale de la vallée de l'Ain. Mémoire de maîtrise, Université Jean Moulin Lyon, 3, 96.
  45. Sanchez Perez JM (1992) Fonctionnement hydrochimique d'un écosystème forestier inondable de la Plaine du Rhin: la forêt alluviale du secteur de l'île de Rhinau en Alsace(France) (Doctoral dissertation), Résumé/Notice Inist-CNRS.
  46. Salomé C, Guenat C, Bullinger-Weber G., Gobat JM & Le Bayon RC (2011) Earthworm communities in alluvial forests: Influence of altitude, vegetation stages and soil parameters. Pedobiologia, 54, S89-S98.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bonn A & Schröder B (2001) Habitat models and their transfer for single and multi species groups: a case study of carabids in an alluvial forest. Ecography, 24(4), 483-496(en) .
  • Dronneau C (2007) Peuplement d’oiseaux nicheurs d'une foret alluviale du rhin (première partie). Alauda, 75(3), 215-226 (Notaice-résumé Inist-CNRS).
  • de Laclos, E. (2002). Maillance forest (Sermoyer, Ain department, France)[alluvial forest]. Bulletin Mensuel de la Société Linnéenne de Lyon (France).
  • Grivel S (2008) La Loire des îles, du Bec d'Allier à Gien: rythme d'évolution et enjeux de gestion (Doctoral dissertation, Paris 8) (résumé).
  • Pautou G & Wuillot J (1989) La diversité spatiale des forêts alluviales dans les îles du Haut-Rhône français. Bulletin d'écologie, 20(3), 211-230 (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=6739417 résumé].
  • Harms, W. R., Schreuder, H. T., Hook, D. D., & Brown, C. L. (1980). The effects of flooding on the swamp forest in Lake Ocklawaha, Florida. Ecology, 1412-1421 (résumé)(en) .
  • Hook, D. D. (1984). Waterlogging tolerance of lowland tree species of the south. Southern Journal of Applied Forestry, 8(3), 136-149(en) .
  • Schnitzler A (1997) River dynamics as a forest process: interaction between fluvial systems and alluvial forests in large European river plains. The Botanical Review, 63(1), 40-64 (en)
  • Parent C (2008) Étude de la réponse à l’ennoyage chez le chêne sessile (Quercus petraea) et le chêne pédonculé (Quercus robur) : Implication de l’hémoglobine non-symbiotique (An Overview of Plant Responses to Soil Waterlogging ) ; Thèse de doctorat, Université de Franche-compté ; Spécialité : Sciences de la vie ; École doctorale : Homme, Environnement, Santé ; soutenue le , PDF, 179 pages
  • Piégay, H. (1995). Dynamique et Gestion de la Forêt Alluviale de Cinq Cours d’Eau à Charge Grossière du Bassin du Rhône: l’Ain, l’Ardèche, le Giffre, l’Ouvèze et l’Ubaye (XIXe-XXe siècles). Sorbonne University IV, Paris.
  • Pautou G (1984) L’organisation des forêts alluviales dans l’axe rhodanien entre Genève et Lyon; comparaison avec d’autres systèmes fluviaux. Documents de cartographie écologique, 27, 43-64.
  • Van de Winckel R (1984) Le Wyhlerwald, l’architecture et la dynamique d’une forêt alluviale rhénane sauvage. La végétation des forêts alluviales. Colloques phytosociologiques 9. J. Cramer, Berlin, 503-542.
  • Walter JMN (1979) Étude des structures spatiales en forêt alluviale rhénane. I. Problèmes structuraux et données expérimentales. Oecologia plantarum.
  • Weiss, D., Carbiener, R., & Tremolieres, M. (1991). Biodisponibilité comparée du phosphore en fonction des substrats et de la fréquence des inondations dans trois forêts alluviales rhénanes de la plaine d'Alsace. Comptes rendus de l'Académie des sciences. Série 3, Sciences de la vie, 313(6), 245-251 (résumé).

Filmographie[modifier | modifier le code]