Autoroute A79 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Autoroute A79
Cartouche de la route
Image illustrative de l’article Autoroute A79 (France)
La barrière de péage de Deux-Chaises en direction de Mâcon.
Carte de la route.
Historique
Ouverture prévue en
Caractéristiques
Longueur 92 km
Direction ouest / est
Extrémité ouest A71 E 11 à Montmarault
Intersections N 7 à Toulon-sur-Allier
Extrémité est N 79 à Digoin
Réseau Autoroute française, également E 62
Territoire traversé
Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté
Départements Allier, Saône-et-Loire
Villes principales Moulins, Dompierre-sur-Besbre, Digoin
Exploitation
Concessionnaires APRR de Montmarault à Sazeret
ALIAE (Autoroute de Liaison Atlantique Europe) de Sazeret à Digoin

L'autoroute A79, ou A79, est une autoroute française en construction reliant Montmarault (Allier) à Digoin (Saône-et-Loire). Ce tronçon, long de 92 km, fait partie de la Route Centre-Europe Atlantique (RCEA) dont elle constitue le tronçon central, et de la route européenne 62.

Traversant le département de l'Allier d'ouest en est, cette autoroute se substitue à la route nationale 79. Elle est concédée à APRR (sur les quatre premiers kilomètres de son tracé) et ALIAE (Autoroute de liaison Atlantique Europe) sur le reste de son parcours.

Elle est la première autoroute de France à être équipée de péages à flux libre.

Historique[modifier | modifier le code]

Accélérer la mise à 2 × 2 voies de la RCEA[modifier | modifier le code]

L'organisation d'un débat public relatif à l'accélération de la mise à 2 × 2 voies de la RCEA entre Montmarault d'une part, et Mâcon (par la RN 79) et Chalon-sur-Saône (par les RN 70 et 80) d'autre part, a été décidée par la commission nationale du débat public le , compte tenu de « l'intérêt national du projet », « l'impact du projet pour le développement économique du territoire » ou « les modifications du statut de l'infrastructure concernée »[DP 1]. La mise en concession de la RCEA aurait permis l'achèvement de la mise à 2 × 2 voies pour 2017 alors qu'un aménagement sur crédits publics aurait nécessité plusieurs décennies, mais avec la contrainte d'un péage pour la première option[DP 2]. Le débat public s'est tenu du au [1] et a mobilisé des centaines de participants[2].

Le , la décision ministérielle consécutive à ce débat public est publiée et aboutit sur une mise en concession autoroutière[3].

À l'automne 2012, le ministre des Transports décide de confier une mission d'expertise au CGEDD. Le , Frédéric Cuvillier se déplace sur la RCEA pour présenter les modalités de poursuite d'aménagement de la section de la RCEA entre l'A71 et Digoin. Le projet devait être composé de péages à système ouvert au Montet, à Montbeugny et à Molinet, conserver les échangeurs existants pour la desserte locale et augmenter le nombre d'aires de repos pour les poids-lourds en transit. Les travaux devaient se terminer en 2020 et coûter 361 millions d'euros[4].

Enquêtes publiques[modifier | modifier le code]

Le projet d'aménagement de la RCEA à 2 × 2 voies, inscrit au schéma directeur routier national de 1992 dans un objectif de désenclavement des régions traversées, était déclaré d'utilité publique dès 1995. Cette déclaration d'utilité publique conférait le classement de route express à la portion de la RCEA dans l'Allier assurée à l'époque par les routes nationales 145, 1079 et 79[DP 3].

Concertation sur le projet[modifier | modifier le code]

À la suite de la visite ministérielle du , des réunions de concertation (comités de pilotage, ateliers techniques) se sont déroulées jusqu'en 2017. Le comité de pilotage, présidé par le préfet de la région Auvergne, était composé de services de l'État (préfecture, DREAL Auvergne, DIR Centre-Est, etc.), d'élus et de représentants du conseil régional d'Auvergne, du conseil général de l'Allier, des parlementaires et des intercommunalités concernées par le projet, des représentants économiques (dont les CCI de Moulins-Vichy et de Montluçon-Gannat), syndicaux et associatifs[5].

Un premier comité de pilotage s'est tenu le à Moulins. Il avait pour objet la configuration de quatre échangeurs (Montmarault, Le Montet, la RN 7 et celui de Montbeugny qui doit être créé avec la RD 53), un éventuel adossement de la concession de la section comprise entre l'A71 à Montmarault et Le Montet, le franchissement de la réserve naturelle du Val d'Allier, ou encore le péage[6].

Enquête publique de 2016[modifier | modifier le code]

Une enquête publique relative à la mise à 2 × 2 voies de la route nationale 79, par concession autoroutière, entre Montmarault et Digoin, s'est tenue du 25 avril au [7].

Le projet est déclaré d'utilité publique par le décret no 2017-579 du . C'est ce décret qui, à l'issue des travaux, confèrera le statut autoroutier à cette portion de la RCEA qui deviendra l'A79[8]. À la suite de cette déclaration, une procédure d'attribution du contrat de concession a été lancée[9].

Choix du concessionnaire[modifier | modifier le code]

Le , un avenant au contrat de concession de la société APRR est approuvé par le décret no 2015-1044[10] pour réaliser la reconfiguration de l'échangeur de Montmarault entre l'A71 et la N79 et son élargissement à 2 × 2 voies sur 2,5 km.

Le , deux ans après que le projet a été déclaré d'utilité publique, le gouvernement annonce le nom du concessionnaire autoroutier pressenti unique pour réaliser l'autoroute A79. Il s'agit du groupement Eiffage SA – APRR[9]. Ce choix répond à une logique territoriale car APRR est la seule société concessionnaire d'autoroutes présente dans le département de l'Allier et elle gère déjà l'autoroute A71[11].

Le contrat de concession de l'A79 est approuvé par le décret no 2020-252 du [12].

Choix des tracés et travaux[modifier | modifier le code]

L'aménagement et ses diffuseurs ont été présentés à l'automne 2013. Des études complémentaires et procédures ont été réalisées en 2019 et 2020.

Les travaux ont démarré en .

Le , l'échangeur entre les autoroutes A71 et A79 est inauguré, ce qui permet une liaison directe entre ces deux autoroutes[13], ainsi que les quatre premiers kilomètres de l'A79.

Les trente premiers kilomètres de l'A79 sont mis en service entre Montmarault et Chemilly le [14], bien que les travaux soient toujours en cours entre Chemilly et Cressanges.

La mise en service complète est prévue en [15].

Exploitation et services[modifier | modifier le code]

Deux concessionnaires[modifier | modifier le code]

L'autoroute A79 est exploitée par deux sociétés concessionnaires d'autoroutes :

  • Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), pour l'échangeur avec l'A71 et les quatre premiers kilomètres de l'A79 (ex-route nationale 79) « entre le giratoire d'entrée à Montmarault et le passage supérieur de la voie communale du Grand Champ (tympan est)[10] » ;
  • Autoroute de liaison Atlantique Europe (ALIAE) pour les 88 kilomètres restants[12].

Services[modifier | modifier le code]

Péage[modifier | modifier le code]

C'est sur l'A79 qu'est instauré, pour la première fois en France, un système de péage à flux libre. Ce système permet à l'usager de passer les portiques de péage sans avoir à ralentir, et à payer soit par abonnement, soit sur les bornes de paiement disposées notamment sur les aires de l'autoroute[16].

Les sections comprises entre la barrière de péage pleine voie de Deux-Chaises et de Cressanges (échangeur 32), de Toulon-sur-Allier (échangeur 30) à Dompierre-sur-Besbre-Ouest (échangeur 27) et de Dompierre-sur-Besbre-Est (échangeur 25) à Digoin (échangeur 23) sont concernées par le péage en flux libre. La liaison entre Cressanges et Toulon-sur-Allier et le contournement de Dompierre-sur-Besbre peuvent être empruntés gratuitement[17].

Un arrêté du autorise au concessionnaire une expérimentation de signalisation routière pour le système de péage à flux libre pour une durée de trois ans. Ces dispositifs dérogent aux instructions habituelles. La signalisation comprend[17] :

  • une variante du panneau D47a annonçant « l'entrée dans une section autoroutière à péage en flux-libre, dans la distance indiquée, afin de permettre à l'usager ne désirant pas s'engager sur cette section de changer de direction à la prochaine intersection » ; les panneaux portant la mention « section à péage en flux libre », suivie d'une indication de distance, sont implantés en amont de l'échangeur de Digoin en direction de Montluçon, en amont du péage de Deux-Chaises en direction de Mâcon, et à la fin des secteurs gratuits ;
  • un panneau B29 « Péage » et son panonceau M9z « flux libre » imposant à l'automobiliste de payer le péage, ainsi que la sortie de la section assurée par un panneau B49 ;
  • « l'indication des modalités de paiement dont il dispose » ;
  • « l'indication du délai dont il dispose pour régler son trajet » ;
  • « l'indication du jalonnement vers les bornes de paiement » ;
  • « l'indication des lieux de mise à disposition des bornes de paiement » ;
  • ainsi que des panneaux de signalisation temporaire de type KC1 rappelant que « le péage en flux libre est un péage sans barrière » et que les « usagers souhaitant payer le péage au moyen de l'abonnement de télépéage […] doivent fixer leur badge dans leur véhicule afin qu'il puisse être détecté ».

Tracé[modifier | modifier le code]

Carte OpenStreetMap de l'autoroute A79
Carte détaillée de l'autoroute A79 (cliquez sur l'image pour agrandir).

Sorties[modifier | modifier le code]

Par continuité avec la numérotation des sorties de la route nationale 79, les sorties sont numérotées à partir de « 23 » (échangeur de Digoin) et non de « 1 »[18].

Dans cet article, les noms des sorties et les routes y débouchant proviennent du décret de concession de 2020 (article 3.4)[12] (à l'exception de l'échangeur de Montbeugny qui a été déplacé depuis), et de l'arrêté du [17].

Aires[modifier | modifier le code]

L'autoroute comprendra une aire de service à Toulon-sur-Allier, deux haltes à Deux-Chaises et quatre aires de repos[19].

L'aire de service de Toulon-sur-Allier est implantée à hauteur de l'échangeur avec la route nationale 7. Installée sur le site de la ferme de Sannes, à la sortie sud de la commune, le bâtiment de 400 m2, daté du XIXe siècle, sera complété par une extension de 350 m2 qui abritera un point d'information et des commerces, et comprendra une station-service, des bornes de charge électrique, un accès Wi-Fi et une boutique de produits locaux. L'investissement représente un montant de 4 millions d'euros[20]. L'ouverture de cette aire, appelée « aire du Bourbonnais », est prévue en même temps que l'autoroute A79, en [21].

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

L'autoroute franchissant l'Allier
Franchissement de l'Allier en direction de Mâcon.
  • Pont sur l'Allier, au point kilométrique 35,4, longueur 416 m, deux fois plus long que l'ancien pont pour permettre un meilleur écoulement de la rivière en pleine traversée de la réserve naturelle du Val d'Allier[22].
  • Pont sur le Rio de Bessay[22].

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Introduction, p. 4 (6 sur le PDF).
  2. Introduction, p. 5 (7 sur le PDF).
  3. Partie 1 « La RCEA : situation actuelle » / « La RCEA d'hier à aujourd'hui » / « La section A71-A6 : une mise à 2x2 voies déclarée d'utilité publique à partir de 1995 », p. 13 (15 sur le PDF).
  • Autres sources :
  1. Elsa Charnay, « Le non à la concession roule en tête », La Montagne, Centre France, hors-série RCEA, la route de la honte,‎ , p. 8.
  2. Elsa Charnay, « Toutes les voix pour la quatre voies », La Montagne, Centre France, hors-série RCEA, la route de la honte,‎ , p. 9.
  3. Ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, « Décision consécutive au débat public sur le projet d'accélération de la mise à 2x2 voies de la Route Centre Europe Atlantique entre Montmarault et Mâcon/Chalon sur Saône par mise en concession autoroutière (NOR : DEVT1117089S) » [PDF], (consulté le ).
  4. Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie – Cabinet du Ministre délégué chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, « Frédéric CUVILLIER se déplace sur la route Centre-Europe Atlantique pour concrétiser les engagements du Gouvernement : réaménagement dans l’Allier et en Saône-et-Loire » [PDF], (consulté le ).
  5. DREAL Auvergne, « Composition du comité de suivi de la RCEA dans l'Allier » [PDF], sur auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  6. « Compte-rendu de réunion : RCEA – Comité de pilotage du 24 septembre 2013 » [PDF], sur auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le ).
  7. « RCEA : Enquête publique du 25 avril au 17 juin 2016 », sur auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  8. « Décret no 2017-579 du déclarant d'utilité publique les travaux de mise à 2 × 2 voies de la route Centre Europe Atlantique (RN 79) entre Montmarault (Allier) et Digoin (Saône- et-Loire), conférant le statut autoroutier à cette section de la RN 79 et portant mise en compatibilité des documents d'urbanisme des communes de Besson, Chemilly, Dompierre- sur-Besbre, Molinet et Sazeret dans le département de l'Allier et de la commune de Digoin dans le département de Saône-et-Loire (NOR : DEVT1638148D) », sur Légifrance, Journal officiel de la République française no 0095, texte no 5, (consulté le ).
  9. a et b « Désignation du concessionnaire pressenti unique pour la RCEA dans l'Allier », sur ecologie.gouv.fr, Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires – Ministère de la Transition énergétique, (consulté le ).
  10. a et b « Décret no 2015-1044 du approuvant des avenants aux conventions passées entre l'Etat et la société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et entre l'Etat et la société des Autoroutes Rhône-Alpes (AREA) pour la concession de la construction, de l'entretien et de l'exploitation d'autoroutes et aux cahiers des charges annexés à ces conventions (NOR : DEVT1513533D) », sur Légifrance, Journal officiel de la République française no 0194, texte no 1, (consulté le ).
  11. Emmanuel Moreau (France Bleu Pays d'Auvergne), « Le concessionnaire de la RCEA enfin désigné: ce sera APRR », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  12. a b et c « Décret no 2020-252 du approuvant la convention passée entre l'Etat et la société ALIAE pour la concession de la construction, de l'entretien et de l'exploitation de l'autoroute A79, ainsi que le cahier des charges annexé à cette convention (NOR : TRET1930225D) », sur Légifrance, Journal officiel de la République française no 0064, texte no 7, (consulté le ).
  13. S.B., « Allier : l'échangeur de Montmarault entre l'A71 et la RCEA ouvert à la circulation après trois ans de travaux », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  14. « Les 30 premiers kilomètres à deux fois deux voies de l'A79 sont mis en service demain », sur rjfm.net, (consulté le ).
  15. Ariane Bouhours, « L'A79, dans l'Allier, devrait être mise en service en octobre 2022 » Accès payant, sur La Montagne, (consulté le ).
  16. Lisa Guyenne, « La RCEA devient l'A79+, première autoroute avec péage "à flux libre" : comment ça marche ? », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté, (consulté le ).
  17. a b et c « Arrêté du 22 juillet 2022 relatif à l'expérimentation d'une signalisation routière relative au péage sans barrière dit « flux libre » sur l'autoroute A79 entre la barrière de péage en pleine voie de la commune de Deux-Chaises (Allier) et l'échangeur de Digoin (Saône-et-Loire) (NOR : IOMS2216367A) », Journal officiel de la République française, no 0176, texte 16,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Annexe 1 à la « décision du relative à l'approbation du schéma directeur de signalisation de l'autoroute A79 (RCEA), et la modification du schéma directeur de signalisation de la RN7 » [PDF], Bulletin Officiel de la Transition écologique et solidaire, de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, (consulté le ).
  19. « Quatre aires de repos et deux haltes simples sont aussi prévues sur l'A79 dans l'Allier » Accès payant, sur La Montagne, (consulté le ).
  20. Ariane Bouhours, « L'aire de services de l'A79 sera une porte d'entrée sur le département de l'Allier » Accès libre, sur La Montagne, (consulté le ).
  21. « Quand ouvrira l'aire de services de l'A79 (Allier), vitrine du Bourbonnais ? » Accès payant, sur La Montagne, (consulté le ).
  22. a et b Ariane Bouhours (texte) et Philippe Bigard (photographies), « L'A79 franchira la rivière Allier et la réserve naturelle à plusieurs reprises » Accès libre, La Montagne, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]