Chassenard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chassenard
Image illustrative de l'article Chassenard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Dompierre-sur-Besbre
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Charolais
Maire
Mandat
Michel Lassot
2014-2020
Code postal 03510
Code commune 03063
Démographie
Population
municipale
956 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 22″ nord, 3° 58′ 50″ est
Altitude Min. 222 m – Max. 281 m
Superficie 25,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Chassenard

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Chassenard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chassenard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chassenard

Chassenard est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à l'extrémité est du département de l'Allier, à la limite de la Saône-et-Loire. Elle se trouve dans les Basses Marches du Bourbonnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Molinet Digoin (Saône-et-Loire) Varenne-Saint-Germain (Saône-et-Loire) Rose des vents
N Saint-Yan (Saône-et-Loire)
O    Chassenard    E
S
Saint-Léger-sur-Vouzance Luneau L'Hôpital-le-Mercier (Saône-et-Loire)

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse appartenait avant la Révolution à la province de Bourgogne et dépendait du diocèse d'Autun[1].

En 1848-1849, les autorités refusèrent de satisfaire le vœu unanime du conseil municipal, qui réclamait le rattachement de la commune au canton de Digoin et, par là, au département de Saône-et-Loire[2].

En 1874 fut découverte une tombe gallo-romaine d'un important personnage probablement militaire, contenant notamment un masque de fer et des coins monétaires[3]. Cette occupation romaine est confirmée par la présence d'un reste de pont sur la Loire (pieux émergents) dont la mise en place serait comprise entre le Ier siècle av. J.-C. et le IIIe siècle[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Patrick Bergeris    
mars 2008 en cours Michel Lassot[5] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 956 habitants, en augmentation de 0,42 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
685 591 516 667 663 703 734 742 745
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
795 796 882 805 758 771 799 792 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
993 909 895 796 819 878 862 815 853
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
867 888 855 959 1 017 923 868 952 956
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Saint-Georges

Église Saint-Georges avec tympan roman du XIIe siècle. Classée aux monuments historiques.

Commanderie de Beugney[modifier | modifier le code]

Article connexe : Grand prieuré d'Auvergne.

Le hameau du château de Beugney au nord-ouest de la commune[Note 2] correspond à l'emplacement d'une ancienne commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de la langue d'Auvergne. La plupart des bâtiments, en particulier l'église et le château, ont été détruits en 1899[10]. Cette commanderie hospitalière fut attaquée en 1378 par le duc de Bourbon[11]. À cette époque, on la désignait sous le nom de commanderie de Bugnois.

Pour Georges Chatard, historien local et membre de la Société d'émulation du Bourbonnais, l'origine de cette commanderie provient de la dévolution des biens de l'ordre du Temple, bien qu'aucun document d'époque ne permette d'étayer cette assertion[12].

Canaux[modifier | modifier le code]

Trois canaux se rejoignent sur la commune de Chassenard, dans le "grand bassin" :

Autres[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Lieu-dit Château de Beugney, 46° 26′ 51″ N, 3° 57′ 37″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Chaussard, « En val de Loire bourguignon », Images de Saône-et-Loire, n° 128, décembre 2001, p. 7-10.
  2. Paul Chaussard, « Charcutages administratifs », Images de Saône-et-Loire, n° 117, avril 1999, p. 14-15.
  3. Le mobilier funéraire sur le site du musée d'archéologie nationale.
  4. A. Dumont, « La Loire bouge, les ponts restent ! L'exemple du pont romain de Chassenard », La Loire et ses terroirs, automne 2009, n° 70, p. 22-25.
  5. Liste des maires de l'Allier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. A. Bertrand, « L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Bourbonnais : Commanderie de Beugnay ou Beugnet », Bulletin de la société d'émulation et des beaux-arts du Bourbonnais, t. VII,‎ , p. 254-287, 326-338, 344-354, disponible sur Gallica
    Voir aussi la suite de cet article dans le tome VIII, 1900, p. 29-33, 50-59 de cette même publication, disponible sur Gallica.
  11. Louis Sorin de Bonne, « Attaque de la commanderie de Beugnay en 1378 », Bulletin de la société d'émulation et des beaux-arts du Bourbonnais, t. VIII, no 1,‎ , p. 21-22, disponible sur Gallica
  12. Cette commanderie n'apparaît pas dans les comptes du bailli d'Auvergne Jean de Tri en 1293, document qui donne un état des principales commanderies du Temple et de l'Hôpital à la fin du XIIIe siècle, ni dans les interrogatoires des templiers d'Auvergne au cours de leur procès. Le premier commandeur connu est un hospitalier, P. Connétable, en 1331.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :