Noyant-d'Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noyant (homonymie).
Noyant-d'Allier
L'église Saint-Martin (1851) de Noyant-d'Allier.
L'église Saint-Martin (1851) de Noyant-d'Allier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Moulins
Canton Souvigny
Intercommunalité Communauté de communes du Bocage Bourbonnais
Maire
Mandat
Michel Lafay
2014-2020
Code postal 03210
Code commune 03202
Démographie
Population
municipale
705 hab. (2014)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 49″ nord, 3° 07′ 27″ est
Altitude Min. 247 m
Max. 485 m
Superficie 21,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Noyant-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Noyant-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyant-d'Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyant-d'Allier

Noyant-d'Allier est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue sur Noyant à partir des côtes Matras

Localisation[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Noyant-d'Allier
Gipcy Meillers Souvigny
Noyant-d'Allier
Tronget Châtillon
Cressanges

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Queune, affluent de la rive gauche de l'Allier.

Transports[modifier | modifier le code]

Les routes départementales 18 (Meillers – Cressanges), 106 (Meillers – Tronget, passant à l'ouest) et 945 (Souvigny – Le Montet) passent sur le territoire communal[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Noyant-d'Allier et ses environs ont été marqués aux XIXe et XXe siècles par l'exploitation minière du charbon. La mine a fermé pendant la Seconde Guerre mondiale, à la suite d'un important incendie qui a coûté des vies humaines.

Après les accords de Genève (1954) mettant fin à la guerre d'Indochine, la ville de Noyant abrite un Centre d'accueil des Français d'Indochine (CAFI)[2], qui reçoit 1 500 rapatriés de 1955 à 1965, accueillis dans les anciens corons des mineurs[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Noyant-d'Allier se trouve sur la ligne de chemin de fer Montluçon-Moulins, sur laquelle circulent, depuis 2008 et sur 10 km, les vélo-rails du Bourbonnais au départ de la gare de Noyant-d'Allier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Claude Desfougères    
mars 2001 en cours
(au 28 mars 2017)
Michel Lafay[4] DVG Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 705 habitants, en augmentation de 2,17 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
739 715 705 863 780 803 809 741 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
859 864 859 872 874 866 862 795 818
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
877 1 028 1 427 1 697 1 616 1 671 1 601 1 757 1 016
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 947 1 733 1 337 1 091 921 820 707 681 705
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La pagode bouddhiste
  • Le château fort de Noyant-d'Allier. Il date du Moyen Âge
  • Le musée de la mine et son train minier touristique
  • Le vélo-rail du Bourbonnais à l'ancienne gare
  • Le viaduc de Messarges (160 m de long et 25 m de hauteur)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Tylinski, footballeur né le 18 mai 1934 à Noyant-d' Allier et décédé le 22 mars 2003 à Saint-Priest-en-Jarez, champion de France 1957 avec AS Saint-Étienne.
  • Richard Tylinski, frère de Michel, footballeur né le 18 septembre 1937 à Noyant-d'Allier, international 3 sélections, champion de France 1957 et 1964 avec AS Saint-Étienne.
  • Jeanne Cressanges, écrivain né en 1929 à Noyant dont sa mère était originaire. Elle a passé une partie de son enfance dans le Bourbonnais auquel elle est restée très attachée et qu'elle évoque souvent dans ses romans et récits. Un chemin balisé "la balade de Jeanne" au départ de la place devant la Pagode, permet sur une douzaine de kilomètres de découvrir à travers le bocage, les sites où elle a vécu ou qui l'ont inspirée.
  • Michel Cantin (1950-), corniste, s'est retiré à Noyant d'Allier à l'âge de la retraite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Claudon, Étude sur les anciennes mines de charbon du Bourbonnais, Imprimerie Étienne Auclaire, Moulins, 1901.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 4 mai 2017).
  2. Ligue des droits de l'homme, « Rapatriés d’Indochine : plus de cinquante ans d’oubli », 26 juin 2008.
  3. Pierre-Jean Simon, Ida Simon-Barouh, Rapatriés d'Indochine, Paris, L'Harmattan, 1981, 2 vol., IV-516 + 321 p. (1.– Un village franco-indochinois en Bourbonnais ; 2.– Deuxième Génération : les enfants d'origine indochinoise à Noyant-d'Allier) (ISBN 2-85802-195-3) et (ISBN 2-85802-196-1). Ouvrages tirés de la thèse de l'auteur.
  4. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 28 mars 2017 (consulté le 4 mai 2017).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .