Château de Fourchaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Fourchaud
Image dans Infobox.
Vue aérienne du château de Fourchaud
Présentation
Type
forteresse
Destination actuelle
Association Présence Bourbon
Style
médiéval
Début de construction
Fin de construction
Ouverture
Tous les vendredis
Propriétaire actuel
Patrimonialité
Localisation
Pays
Division administrative
Département
Commune
Région historique
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Allier
voir sur la carte de l’Allier
Red pog.svg

Le château de Fourchaud est situé sur la commune de Besson, en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le château est situé au milieu de la commune de Besson, dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est situé non loin de la RCEA et en bordure de la route qui mène de Besson à Bresnay.

Description[modifier | modifier le code]

Façade sur la cour intérieure
Chateau de fourchaud.jpg

Le château de Fourchaud, constitué d'un donjon et d'une basse-cour, vestiges massifs des XIVe et XVe siècles, surplombe le Bourbonnais. La porte primitive, qui était défendue par un pont-levis, est toujours présente dans la courtine ouest. Le logis comporte deux étages composés chacun de deux pièces, situés sur un rez-de-chaussée et des caves voûtées[1],[2].

Situé dans un creux, il borde le ruisseau de Fourchaud et était autrefois entouré de douves sèches, probablement comblées au XVIIIe siècle. Les douves en eau qui entouraient le mur jardin en contrebas étaient encore bien visibles au début du siècle.

Le Petit Fourchaud, à moins de 100 m du Grand Fourchaud, est un donjon à colombages dont la haute toiture percée de toutes parts laisse envisager un triste sort. La situation très proche de ces deux donjons massifs et caractéristiques du Bourbonnais serait due, au XVIe siècle, à deux frères[réf. nécessaire] qui, à la suite d'une dispute, auraient voulu se séparer. Une raison plus logique est que la présence du Petit Fourchaud sur un piton rocheux plutôt élevé en fait une tour de guet qui devait communiquer autrefois avec la tour du couvent de Besson (disparue) et le château de Rochefort[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom Fourchaud semble provenir de « Fourche », puisque c'est là que se séparait la route gallo-romaine qui venait de Bourges et allait soit à Lyon, soit à Clermont-Ferrand. Les premières traces du château datent de 1351, où Jean Mareschal fait aveu de ses terres et de son château. Péronnelle de Cieux, veuve de Jean Mareschal, possède le château dans un acte de 1470. La famille Mareschal est toujours présente en 1560 puisque c'est Claude Mareschal (épouse de messire Antoine Pungsat, chevalier de l'ordre du roi et capitaine de 50 hommes d'armes des ordonnances du roi) qui le possède.

Au début du XVIIe siècle, les Mareschal cèdent la place aux Hugon. Pierre Hugon, écuyer, était en 1625 sieur de Fourchaud, Givry, le Breuil et la Fouresthile. Sa femme est inhumée dans l'église de Besson. Ses descendants possèdent encore le château en 1741. En 1775, le marquis de Tilly, seigneur de Bostz, devient aussi seigneur de Fourchaud.

Le château appartient aujourd'hui aux descendants de la maison de Bourbon-Parme, lointains héritiers de la famille Roussel de Tilly. Après une longue période d’abandon, le château fait l’objet d’une vaste campagne de restauration, sur plusieurs années, conduite par son propriétaire le prince Charles-Henri de Lobkowicz, héritier de sa mère née princesse de Bourbon-Parme.

La courtine ouest et la tour ronde ont été classées au titre des monuments historiques le [4].

Le jardin est inventorié dans le cadre d'une démarche tendant à lui accorder le label de jardin remarquable[5].

Marronnier[modifier | modifier le code]

Un marronnier a vécu plus de trois cents ans près du château de Fourchaud. En , au cours de la tempête Joachim les rafales de vent ont brisé son tronc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 229.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]