Autoroute A133 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autoroute A133
Cartouche de la route
Autres dénominations Contournement est de Rouen, Liaison A28-A13
Caractéristiques
Réseau Autoroute française
Territoire traversé
Régions Normandie
Départements Seine-Maritime, Eure

L'autoroute A133 est un projet d'autoroute formant avec l'Autoroute A134 le projet de contournement Est de Rouen, en Normandie. Le décret de déclaration d'utilité publique de l'Autoroute A133 a été pris le [1] et publié au Journal Officiel le [2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le projet d'autoroute A133 fait partie du projet plus large de contournement Est de Rouen. L'autoroute à 2x2 voies doit relier l'autoroute A28 au Nord à l'autoroute A13 au Sud. Le projet de contournement Est de Rouen comprend aussi le projet l'autoroute A134. L'ensemble du projet comporte 41,5 km de voies, 9 échangeurs et devrait attirer 20 000 à 30 000 véhicules par jour.

Tracé[modifier | modifier le code]

L'autoroute A133 doit relier l'autoroute A 28 sur la commune de Quincampoix et l'autoroute A 13 sur la commune d'Incarville. Un échangeur autoroutier, situé entre les communes de Gouy, Ymare et les Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen doit permettre un échange avec l'autoroute A134[3]. Il est prévu que l'autoroute traverse de nombreuses terres agricoles, des espaces naturels et passe à proximité d'habitations.

Tracé de la section nord de l'A133[modifier | modifier le code]

  •  Échangeur entre A28 et A133
  • Péage Gare de Péage
  • Sortie 13 Saint-Jacques-de-Darnétal - N31
  • Viaduc autoroutier
  • Viaduc sur la vallée de l'Aubette
  • Sortie 14 La Neuville-Chant-d'Oisel - D6014
  • Tunnel (tranchée couverte) au niveau du Hameau du Boc, à Boos
  • Sortie 15 Saint-Aubin-Celloville - D94
  •  Échangeur entre A133 et A134

Tracé de l'A134[modifier | modifier le code]

  •  Échangeur entre A133 et A134
  • Viaduc sur la Seine
  • Péage Gare de Péage
  • Sortie 16 Saint-Etienne-du-Rouvray - D18
  • Sortie 17 D18E
  • Sortie 18 Madrillet
  •  Échangeur entre A134, N138/A28 et N338/A150

Tracé de la section sud de l'A133[modifier | modifier le code]

Financement[modifier | modifier le code]

Le projet devrait faire l'objet d'une concession autoroutière, ce qui signifie que l'autoroute sera payante pour ses usagers. Le coût total du projet était estimé, lors de l'enquête publique, à 886 millions d’euros HT en valeur 2015 dont environ la moitié devrait être apportée par l’État et les collectivités locales.

En 2017, le département de l'Eure annonce, par la voix de son président Sébastien Lecornu, des critiques vis-à-vis du financement du contournement de Rouen. En septembre, le département confirme sa volonté de ne pas participer au financement du contournement est de Rouen. Selon lui, le département de l'Eure aura déjà beaucoup à payer pour adapter le réseau secondaire eurois au contournement de Rouen[4]. La Communauté d'agglomération Seine-Eure a fait une annonce similaire. Ces deux annonces privent le contournement est de Rouen, de 50 Millions d'Euros de financement.

Le 13 septembre 2017, Hérvé Morin, président de la région Normandie, Pascal Martin, président du conseil départemental de la Seine-Maritime, et Frédéric Sanchez, président de la Métropole Rouen-Normandie, annoncent être parvenu à un accord financier, permettant de pallier le retrait eurois. Les collectivités locales s'engagent à concourir au projet à hauteur de 157 M€ pour la Région (contre 122 M€ auparavant), 66 M€ pour la Métropole (contre 55 M€ auparavant) et 22 M€ pour le département de Seine-Maritime (contre 18,3 M€ auparavant), soit un quart du budget total[5].

Le financement de l'état dépendra du résultat des travaux du Conseil d'orientation des infrastructures, installé par la Ministre des Transports Élisabeth Borne, et qui doit rendre ses conclusion début 2018[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet d'un contournement autoroutier de Rouen est évoqué depuis les années 1970, période à laquelle plusieurs métropoles françaises réfléchissent elles aussi à se doter de contournements autoroutiers. À Rouen, la topographie complique un tel projet.

La construction de plusieurs infrastructures routières situées en centre-ville de Rouen comme le Pont Mathilde, inauguré en 1980, et le tunnel de la Grand'Mare, ouvert en 1992, permettent d'absorber le trafic Nord-Sud à l'Est de Rouen. À l'ouest de Rouen, l'ouverture de la voie express Sud 3 (N338) en 1997 puis du Pont Flaubert en 2008 facilite le trafic routier Nord-Sud à l'Ouest de Rouen.

Le projet est toutefois relancé dans les années 90. La fermeture du Pont Mathilde pendant près de deux ans[7], entre 2014 et 2016, en raison d'un incendie, permet à certains responsables politiques locaux d'appuyer l'intérêt du projet de contournement est[8]. Les opposants au projet y ont vu au contraire la preuve que des alternatives existaient pour les poids lourds en transit (passage par l'ouest de Rouen via à l'A151, l'A150, le Pont Flaubert et la Sud 3) et le trafic local (développement des transports en commun).

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Inscription pour la première fois au Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU)
  • Années 90: relance du projet
  • Du 9 juin au 9 novembre 2005 : débat public
  • 18 septembre 2013 : saisine de la Commission Nationale du débat public par le ministre des transports.
  • Du 2 juin et le 12 juillet 2014: concertation
  • Du 12 mai au lundi 11 juillet 2016 : enquête publique[9]
  • 13 septembre 2017 : accord sur le financement entre les collectivités locales.
  • 14 novembre 2017 : signature du décret d'utilité publique[1]
  • 2020 : date de début des travaux envisagée lors de l'enquête publique de 2016.
  • 2024 : date d'ouverture envisagée lors de l'enquête publique de 2016.

Critique du projet[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

Les nombreux opposants au projet actuel en particulier du barreau de raccordement à la RD18E (tronçon 134) et du barreau eurois prévu en lisière de la Forêt de Bord (partie Sud du tronçon A133) se sont regroupés au sein d'un collectif d'associations depuis la concertation publique de 2014, dont l'association de maires "ACCES" (Association des Communes pour un Contournement Est Soutenable) représentant environ 80 000 habitants. Parmi ces dernières, certaines proposent, à l'instar des associations citoyennes "APACHE "(Association Préservons un Air de Campagne aux Authieux et son Environnement) et "Non à l'Autoroute", des alternatives moins coûteuses et moins impactantes pour l'environnement comme:

- la finalisation des bretelles du Pont Flaubert pour former un véritable contournement par l'Ouest gratuit pour les usagers;

- la réutilisation des rampes d'accès existantes sur l'A13 à hauteur de Sotteville sous le Val pour ensuite longer la voie ferrée jusqu'à la D321 allant vers la vallée de l'Andelle avant de remonter vers le Nord en direction d'Isneauville;

- l'adaptation de la sortie 20 au niveau de Criquebeuf sur Seine sur l'A13 avec réutilisation de la déviation de Pont de l'Arche/ Les Damps ouverte en 2010 qui serait complétée par la construction d'un nouveau pont à hauteur du Manoir sur Seine / Pitres avant de remonter vers le Nord comme précédemment.

Au début 2018 plusieurs recours gracieux et contentieux ont été adressés au Premier Ministre et au Ministre de la Transition écologique et solidaire pour demander soit l'abandon du projet actuel, soit l'étude d'alternatives négligées jusqu'à présent depuis le débat public de 2005, tout en réclamant notamment l'application d'une procédure d'analyse du besoin et l'examen comparatif des solutions possibles par des experts indépendants, de manière similaire à celle mise en œuvre pour décider d'agrandir l'aéroport nantais existant au détriment de la réalisation d'un nouvel aéroport à Notre Dame de Landes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le contournement Est de Rouen déclaré d’utilité publique », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  2. « Liaison des autoroutes A28-A13 : le contournement Est de Rouen déclaré d'utilité publique », Actu.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  3. « Les détails du tracé | liaisonA28A13 », sur www.liaisona28a13.com (consulté le 21 janvier 2018)
  4. « Projet d'autoroute A28/A13. Sébastien Lecornu : « On ne va pas payer deux fois le barreau eurois » », actu.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2018)
  5. « Le financement du contournement Est de Rouen est bouclé », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2018)
  6. « Contournement est de Rouen. Les opposants contre-attaquent », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2018)
  7. « Pont Mathilde : réouverture le 26 août », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2018)
  8. « Une concession à 1 milliard d'euros pour contourner Rouen », sur lesechos.fr, (consulté le 21 janvier 2018)
  9. « L’enquête publique, une étape clé | liaisonA28A13 », sur www.liaisona28a13.com (consulté le 21 janvier 2018)