Institut supérieur des beaux-arts de Besançon Franche-Comté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut supérieur des beaux-arts de Besançon
ISBA 000.jpg
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Institut supérieur des beaux-arts de Besançon Franche-Comté (ISBA)
Style
Architecte
Josep Lluís Sert, élève de Le Corbusier. Gérard Boucton, Maître d'oeuvre.
Construction
1972
Propriétaire
Ville de Besançon
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Accès et transport
Autobus

BUS7 9 

Ginko Diabolo D2 
Coordonnées
Localisation sur la carte de Besançon
voir sur la carte de Besançon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
voir sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'Institut supérieur des beaux-arts de Besançon (ISBA), anciennement École régionale des beaux-arts de Besançon (ERBA), est un établissement supérieur d'enseignement artistique français (entre autres spécialisé en Art et Communication Visuelle) situé à Besançon, en France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première Académie royale de peinture et de sculpture de Besançon[2] est créée par les artistes de Besançon Jean Wyrsch et Luc Breton au XVIIIe siècle, dans l’ancien grenier de la ville de Besançon de la place de la Révolution, du centre historique (La Boucle), avec un conservatoire de musique. Une école municipale gratuite de dessin est fondée, par arrêté municipal le 26 juillet 1807, les cours sont assurés par MM Jourdain et Paillot. En 1972, l'école des beaux arts emménage à son adresse actuelle 12 rue Denis Papin, sur le campus universitaire de Besançon, alors que le Conservatoire à rayonnement régional de Besançon emménage, en 2012, à la Cité des arts et de la culture, avec le Fonds régional d'art contemporain de Franche-Comté.

Le bâtiment actuel de l'Institut supérieur des Beaux Arts de Besançon, de style contemporain, est construit entre 1970 et 1974, immense atelier d'artiste d'environ 7 000 m2 sur deux étages, sur la ligne 10 des transports en commun de Besançon, avec de nombreuses salles de cours, ateliers d'artistes, bibliothèque thématique, salles de conférences, galeries et salles d’exposition, résidences d’artistes, locaux administratifs, terrains de sport..., par l'architecte catalan Josep Lluís Sert (1902-1983), inspiré par l'œuvre architecturale frontalière voisine de Le Corbusier (1887-1965), et également architecte entre autres des Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence sur la Côte d'Azur, et Fondation Joan-Miró de Barcelone en Espagne. Il est labellisé « Patrimoine du XXe siècle » par le Ministère de la Culture française en 2004[3].

L'école dispose entre autres de nombreux ateliers d'artistes pour environ 250 étudiants, dont des ateliers céramique, ferronnerie, bois, photo, vidéo, informatique, impression numérique, gravure et gravure laser, sérigraphie, typographie... et d'une importante bibliothèque riche d'environ 11 000 ouvrages et catalogues d’expositions, dont 300 livres d’artistes et 1 200 livres anciens, 4 000 brochures et petites publications, 43 revues spécialisées en cours (art, design graphique, architecture, design, photo, cinéma) et d'une collection de près de 80 revues anciennes, ainsi que 1 000 dossiers documentaires, et 500 documents multimédia...

L’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon organise des cours du soir et des cours périscolaires dans diverses disciplines. Il admet également quelques personnes en qualité d’auditeurs libres, dans le cursus étudiant. Des activités publiques sont programmées, notamment des expositions et des conférences d'octobre à mai. Enfin, l'école comporte une résidence internationale d’artistes. Aujourd'hui l'Institut supérieur des beaux-arts de Besançon accueil chaque année entre 200 et 300 étudiants venus de toute la France.

Conférence de Laurent Devèze (mi Socrate / mi Zeus) critique d'art, professeur, et directeur de l'école.

L'école délivre deux diplômes nationaux d'arts[4] :


Professeurs et chargés de cours
  • Daniele Balit, culture générale, histoire de l'art
  • Thomas Bizzari, graphisme
  • Emilie McDermott, enseignement artistique en anglais
  • Christophe Gaudard, graphisme
  • Martha Salimbeni, graphisme
  • Nina Kennel, culture générale
  • Manon Bruet, graphisme
  • Didier Barthod-Malat, vidéo
  • Elodie Régnier, photographie
  • Marie Weisensel, peinture
  • Claire Kueny, histoire de l'art
  • Rémy Yadan, art/multimedia
  • Anaïs Maillot-Morel, graphisme
  • Isabelle Massu, culture Visuelle
  • Didier Mutel, gravure
  • Rainer Oldendorf, volume
  • Géraldine Pastor-Lloret, dessin.
  • Catherine Guesde, directrice des études
  • Gilles Picouet, volume
  • Hugo Schüwer-Boss, peinture
  • Philippe Terrier-Hermann vidéo
  • Valentine Verhaeghe, Performance
  • Séverine Vuillemin, méthodologie de la recherche
  • Nicolas Bardey, Sérigraphie
  • Jean-Luc Bari, Céramique
  • Christophe Vaubourg, infographie.
  • Clément Gérardin, Photographie.

Accusations d'infractions de nature sexuelle[modifier | modifier le code]

En [5], des membres de l'équipe pédagogique et administrative[6] sont mis en cause[7] par des élèves, actuels ou anciens[8] qui créent l'association Balance ton école d'art[9] pour dénoncer des faits d'agression sexuelle, de harcèlement, et deux à quatre viols[10], qui auraient été commis durant les années et mois précédents, à l'encontre d'élèves et d'anciens élèves de l'école[11]. Une enquête judiciaire est ouverte à la suite d'un dépôt de plainte[12],[13] et début octobre 2020 le Parquet lance un appel à témoins[14], alors que le climat en interne est particulièrement tendu[15]. Rapidement, d'autres établissements comme ceux de Bourges, Lyon, ou Aix-en-Provence, s'inspirent de Besançon et organisent aussi leur « libération de la parole[16],[17]. » Sans préjudices des suites judiciaires, les premiers éléments de l'enquête administrative, dévoilés à partir du , « pointe[nt] de graves dysfonctionnements » mais ne permettent pas de se prononcer sur les accusations d’agressions sexuelles[18]. Le , les conclusions définitives sont rendues et néanmoins sévères : alors qu'un professeur particulièrement visé n'est plus en poste depuis , le directeur Laurent Devèze est quant à lui suspendu, le jour même, pour faute grave dans l'attente de mesures disciplinaires, la maire Anne Vignot motivant sa décision, sur la base d'une soixantaine d'auditions et sous l'égide du Ministère de la Culture, par des éléments « concordants, répétés, et graves » portant sur « un comportement inapproprié et des manquements à ses obligations[19],[20],[21],[22],[23],[24]. »

L'enquête préliminaire, quant à elle, conduit le procureur de la République de Besançon à annoncer, le , que les deux plaintes déposées seront classées sans suite. « Aucune poursuite judiciaire n’est retenue dans cette affaire. Les conclusions de l’enquête préliminaire seront mises à disposition de la Ville de Besançon qui gère l’IBSA »[25].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Direction

Ecole royale des Beaux-Arts

Ecole municipale de dessin


École Régionale des Beaux Arts

  • de 1954 à 1985 Claude Dodane
  • de 1985 à 2009 Alain Philippe


Institut Supérieur des Beaux Arts


Élèves


Professeurs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.ressources.campusfrance.org/guides_etab/etablissements/fr/art_isba_fr.pdf
  2. www.besancon-tourisme.com/fr/art-contemporain/isba-institut-superieur-des-beaux-arts-besancon-franche-comte-besancon.html
  3. « École des Beaux-Arts », notice no EA25000009, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. www.besancon.fr
  5. « Besançon: des étudiants dénoncent des faits d’agressions sexuelles aux Beaux-Arts », sur Le Figaro Étudiant, (consulté le )
  6. « Besançon : enquête ouverte après des dénonciations de « violences sexuelles » à l'école des beaux-arts », sur Le Journal Des Arts, (consulté le )
  7. L'Obs avec AFP, « École des Beaux-Arts de Besançon : enquête ouverte après des dénonciations de « violences sexuelles » », sur L'Obs, (consulté le )
  8. Ambre Lepoivre, « Accusations de violences sexuelles aux Beaux-Arts de Besançon: "Ça fait des années que ces histoires circulent" », sur BFM TV, (consulté le )
  9. Marianne Naquet, Christophe Mey, « Aux Beaux-Arts de Besançon, des élèves accusent des membres de l'équipe pédagogique de violences sexuelles », sur France Bleu, (consulté le )
  10. Sarah Rebou pour France 3 Franche-Comté, ISBA Besançon : nouvelle dénonciation de viol sur les réseaux sociaux alors que l'enquête judiciaire est au point mort (consulté le ).
  11. « Doubs. Suspicion d’agressions sexuelles aux Beaux-Arts : vague de dénonciations à Besançon », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  12. Toufik-de-Planoise, « Besançon : des étudiants dénoncent les violences sexuelles à l’I.S.B.A. », sur radiobip.fr, (consulté le )
  13. Valentin Collin, « Besançon. Suspicion d’agressions sexuelles à l’école des Beaux-Arts : une lettre anonyme annonçait les dénonciations », sur www.estrepublicain.fr, (consulté le )
  14. Roxana Azimi, « Face au harcèlement sexuel, les écoles d’art esquissent une libération de la parole », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Sarah Rebou pour France 3 Franche-Comté, L'ISBA Besançon, divisé après de multiples dénonciations, attend une décision quant à son directeur Laurent Devèze (consulté le ).
  16. Roxana Azimi pour le Monde, Face au harcèlement sexuel, les écoles d’art esquissent une libération de la parole (consulté le ).
  17. Clara Monnoyeur pour StreetPress, Aux beaux-arts, les étudiantes ne veulent plus séparer le harceleur du professeur (consulté le ).
  18. « ISBA : l’enquête administrative pointe de graves dysfonctionnements, mais écarte les accusations d’agressions sexuelles », sur https://www.factuel.info/, (consulté le ).
  19. Lucas Archassal pour France Bleu Besançon, Le directeur des Beaux-Arts de Besançon suspendu après des doutes de dysfonctionnements graves (consulté le ).
  20. Sarah Rebou pour France 3 Franche-Comté, ISBA Besançon : Laurent Devèze, directeur de l'établissement, suspendu pour "faute grave" (consulté le ).
  21. MaCommune.info, Soupçons d'abus sexuels : le directeur de l'ISBA de Besançon suspendu (consulté le ).
  22. Jean-François Hauser pour La Presse du Doubs, Besançon - Le directeur de l'ISBA démis de ses fonctions (consulté le ).
  23. V.C. pour l'Est républicain, Suspicion d’agressions sexuelles aux Beaux-Arts : le directeur suspendu de ses fonctions (consulté le ).
  24. Radio Plein Air, Besançon : Le directeur de l'école des Beaux Arts démis de ses fonctions (consulté le ).
  25. « Besançon : dénonciation de violences sexuelles à l’ISBA, la justice classe sans suite et n’engage aucune poursuite », sur france3-regions, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]