Charles-Antoine Flajoulot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charles-Antoine Flajoulot
Naissance
Décès
Activité

Charles-Antoine Flajoulot est un artiste-peintre français né en 1774 à Besançon et mort le dans la même ville.

Vraisemblablement élève de Jacques-Louis David, il devient directeur de l'École des Beaux-Arts de Besançon, il est aussi professeur dans la classe de dessin du Collège Royal de Besançon où il aura comme élève le jeune Gustave Courbet et aussi Louis Pasteur[1].

Dans un courrier à ses parents, Gustave Courbet écrit « Monsieur Flajoulot est un bon professeur »[2].

Selon l'abbé Brune, « ce peintre était un excentrique qui se proclamait le roi du dessin. »

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Besançon, musée des Beaux-arts et d'archéologie, portrait de Charles-Antoine Flajoulot par Édouard Baille (son portrait par Edouard Baille est visible au musée Gustave Courbet d'Ornans)
  • Besançon, cimetière, médaillon par Jean-Paul-Paschal Franceschi

Œuvres[modifier | modifier le code]

D'après l'abbé Brune :

Églises

  • Besançon, chapelle de l'asile départemental du Doubs, Saint Jean l'Aumônier distribuant son bien aux pauvres.
  • Delain, Haute-Saône, La Conception de la Vierge, 1831.
  • Franois, Doubs, La Nativité, copie d'après Annibal Carrache ; Saint Isidore, 1830.

Musées

  • Besançon, Saint Jean l'Aumônier, esquisse du tableau de l'asile du Doubs ; Persée venant de délivrer Andromède, se lave les mains dans une fontaine, copie d'après Jean-Baptiste Regnault.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Moreau (2003),Louis Pasteur, de Besançon à Paris, l'envol p. 132
  2. Lettres de Gustave Courbet à ses parents, visibles aux musées de Besançon et d'Ornans.[réf. insuffisante]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Wey, Melchior Wyrsch et les peintres bisontins, p. 25.
  • Abbé Paul Brune, Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art de la Franche-Comté, Paris, Bibliothèque d'art et d'archéologie, 1912, p. 98.