Charles-Antoine Flajoulot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Antoine Flajoulot
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Charles-Antoine Flajoulot est un artiste-peintre français né en 1774 à Besançon et mort le dans la même ville.

Vraisemblablement élève de Jacques-Louis David, il devient directeur de l'École des Beaux-Arts de Besançon, il est aussi professeur dans la classe de dessin du Collège Royal de Besançon où il aura comme élève le jeune Gustave Courbet et aussi Louis Pasteur[1].

Dans un courrier à ses parents, Gustave Courbet écrit « Monsieur Flajoulot est un bon professeur »[2].

Selon l'abbé Brune, « ce peintre était un excentrique qui se proclamait le roi du dessin. »

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Besançon, musée des Beaux-arts et d'archéologie, portrait de Charles-Antoine Flajoulot par Édouard Baille (son portrait par Edouard Baille est actuellement[Quand ?] visible au musée Gustave Courbet d'Ornans)
  • Besançon, cimetière, médaillon par Jean-Paul-Paschal Franceschi

Œuvres[modifier | modifier le code]

D'après l'abbé Brune :

Églises

  • Besançon, chapelle de l'asile départemental du Doubs, Saint Jean l'Aumônier distribuant son bien aux pauvres.
  • Delain, Haute-Saône, La Conception de la Vierge, 1831.
  • Franois, Doubs, La Nativité, copie d'après Annibal Carrache ; Saint Isidore, 1830.

Musées

  • Besançon, Saint Jean l'Aumônier, esquisse du tableau de l'asile du Doubs ; Persée venant de délivrer Andromède, se lave les mains dans une fontaine, copie d'après Jean-Baptiste Regnault.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Moreau (2003),Louis Pasteur, de Besançon à Paris, l'envol p. 132
  2. Lettres de Gustave Courbet à ses parents, visibles aux musées de Besançon et d'Ornans.[réf. insuffisante]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Wey, Melchior Wyrsch et les peintres bisontins, p. 25.
  • Abbé Paul Brune, Dictionnaire des artistes et ouvriers d'art de la Franche-Comté, Paris, Bibliothèque d'art et d'archéologie, 1912, p. 98.