Maison de Colette à Besançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colette (homonymie).
Maison de Colette à Besançon
Maison Colette Besançon 001.jpg
Pré-inauguration de la maison-musée de Colette en 2019
Informations générales
Type
Ouverture
Dirigeant
Municipalité
Collections
Collections
Meubles, décors, objets personnels, documents de la vie de Colette
Localisation
Pays
Ville
Région
Adresse
41 chemin des Montboucons
Coordonnées
Localisation sur la carte de Besançon
voir sur la carte de Besançon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
voir sur la carte de Bourgogne-Franche-Comté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La maison de Colette à Besançon est une demeure de campagne de style Directoire du XIXe siècle, sur un parc arboré de 3,5 hectares, de Besançon dans le Doubs en Bourgogne-Franche-Comté. La romancière Colette (1873-1954) y vécut 5 ans de 1900 à 1905[1],[2]. Ces lieux de mémoire littéraires lui inspire une partie de son oeuvre littéraire à succès. La maison-musée (en cours de restauration) est partiellement ouverte pour des visites ponctuelles exceptionnelles depuis 2019[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Colette et Willy[modifier | modifier le code]

Colette naît en 1873 dans sa maison natale de Colette de Saint-Sauveur-en-Puisaye dans l'Yonne en Bourgogne. Elle rencontre Willy à l'age de 20 ans (Henri Gauthier-Villars, célèbre critique, journaliste, et romancier mondain flamboyant en vogue et influent de Paris, auteur à succès de romans populaires co-écrits par de nombreux prête-plumes, fils de Jean-Albert Gauthier-Villars des éditions Gauthier-Villars de Paris).

Ils s'épousent le 15 mai 1893, et s'installent dans son appartement au-dessus de la maison d'édition familiale du 55 quai des Grands-Augustins. Il l'initie à la vie festive mondaine libertine artistique du Tout-Paris, et lui assure un important succès littéraire (sous son nom Willy) en l'intégrant à son équipe de prête-plumes, et en lui conseillant d'écrire des romans d'inspiration biographique, avec en particulier la série de cinq romans Claudine...

Issu d'une vieille famille franc-comtoise[4] Willy achète en 1900 à son épouse (âgée de 27 ans, avec les importants revenus prometteurs du succès littéraire des romans Claudine) cette demeure de campagne, sur les hauteurs du quartier des Montboucons de Besançon, sur un vaste parc arboré avec verger, de 3,5 hectares, lieu de calme et d'inspiration pour l'écriture de son oeuvre.

Colette aime se retirer des mondanités parisiennes durant les mois d'été de l'année, dans dit-elle « des lieux enchanteurs », « romantiques », et dans « cette petite montagne qui est à moi » ou elle écrivit en partie : Dialogues de bêtes (1904), Minne (1904), Les Egarements de Minne (1905) et s'en inspira pour écrire La Retraite sentimentale(1907). Cet environnement heureux dont elle gardera un vif souvenir toute sa vie, lui rappelle celui de sa maison d'enfance en Bourgogne. Elle y fait de très nombreuses références dans son oeuvre, à la nature à la campagne, avec ses arbres, ses odeurs, ses saisons entre pluie et soleil, ses jardins, ses oiseaux, son cheval (du manège militaire de Saint-Claude), et ses chiens et chats qui la suivent partout...

Endetté par leur train de vie mondain flamboyant (et suite à la vente par Willy des droits d'auteur des Claudines à l’insu de Colette, qui ne le lui pardonnera jamais) le couple divorce et se sépare définitivement en 1905, et la maison des Monts-Boucons est finalement vendue le 7 janvier 1908[5]. Après son divorce, Colette poursuit sa vie mondaine extravagante d'écrivain, et d'artiste de music-hall libertine et bisexuelle. Elle partage entre autres la vie de la richissime marquise Mathilde de Morny (alias Missy, avec qui elle vit entre autres à la villa de Roz-Ven [6] de Saint-Coulomb près de Saint-Malo en Bretagne) puis à La Treille Muscate[7] près de Saint-Tropez sur la Côte d'Azur... avant de finir sa vie dans son appartement du Palais-Royal de Paris[8], où paralysée par l'arthrose, elle passe sa vie à recevoir le Tout-Paris, à écrire, et à sa fenêtre ouverte sur le jardin du Palais-Royal et vers le monde de ses souvenirs et de son imagination... « Le goût de mes heures franc-comtoises m’est resté si vif qu’en dépit des années, je n’ai rien perdu de tant d’images, de tant d’études, de tant de mélancolie. »...[9]

Quelques citations et passages[modifier | modifier le code]

Dans La Retraite sentimentale de 1907, Casamène (où se déroule l'action) est en fait le domaine des Montboucons « Il n'y a, dans la Retraite sentimentale, que deux portraits fidèles : celui de ma maison natale à Saint-Sauveur-en-Puisaye, et celui du romantique petit domaine bisontin qui fut mien. La main qui les peignit aux pages de ce livre fit si bien qu'à les regarder seulement je crois gravir la côte, claquer la barrière, tordre au passage une vrille de la treille, respirer la glycine l'ombre du chat au ras de ma jupe, je franchis les seuils, j'ouvre une à une les chambres qui me virent heureuse et jeune, je les habite encore... »'.

Colette évoque encore sa maison des Montboucons dans Mes apprentissages (1936) : « A la moindre sollicitation de ma mémoire, le domaine des Monts-Boucons dresse son toit de tuiles presque noires, son fronton Directoire, qui ne datait sans doute que de Charles X, peint en camaïeu jaunâtre, ses boqueteaux, son arche de roc. La maison, la petite ferme, les cinq ou six hectares qui les entouraient, M. Willy sembla me les donner : « tout cela est à vous. » Trois ans plus tard, il me les reprenait : « Cela n’est plus à vous, ni à moi. ».

« Comme aux plus agréables des pièges, j’ai failli rester prise aux charmes des Monts-Boucons. Vieux arbres fruitiers, cerisiers et mirabelles ; murs épais, impétueux feux de bois, sèches alcôves craquantes – il s’en fallut de peu que de bourguignonne je ne tournasse bisontine, tout au moins franc-comtoise. ».

Maison-musée Colette[modifier | modifier le code]

La maison est vendue à la famille de Maurice Boutterin (architecte entre autres concepteur du plan d’embellissement de Besançon).

Elle est achetée en 2001 par la municipalité de Besançon, dont le maire Jean-Louis Fousseret entreprend de la réhabiliter en musée Colette, avec meubles, décors, objets, et documents d'époque[10], et maison voisine de gardien municipal, en espérant des formes de mécénat pour la finalisation de ce projet. La maison-musée et son parc (en cours de restauration) sont ouverts avec succès au public pour des occasions exceptionnelles à partir de juin 2019.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Autres lieux de mémoire de Colette[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Pichois et Alain Brunet, Colette, Paris, de Fallois/Livre de Poche, (ISBN 9782253-149347), p. 171
  2. « Besançon: dans l'intimité de Colette le temps d'un week-end », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 22 juin 2019)
  3. « A Besançon, la maison de Colette prise d'assaut pour son ouverture exceptionnelle », sur www.francebleu.fr (consulté le 22 juin 2019)
  4. « Colette », sur www.besancon-tourisme.com (consulté le 22 juin 2019)
  5. Claude Pichois et Alain Brunet, Colette, Paris, de Fallois, (ISBN 9782253-149347), p. 171
  6. « Colette à Rozven », sur www.terresdecrivains.com (consulté le 22 juin 2019)
  7. « À la Treille Muscate, Colette en son jardin tropézien », sur www.lexpress.fr (consulté le 22 juin 2019)
  8. « La dame du Palais-Royal », sur serge-passions.fr (consulté le 22 juin 2019)
  9. « Colette », sur www.terresdecrivains.com (consulté le 22 juin 2019)
  10. « Acquisition de la propriété Colette, Chemin des Montboucons », sur www.besançon.fr (consulté le 22 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]