Jean-Adolphe Chudant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Adolphe Chudant
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Jean Adolphe Chudant, né à Besançon le , et mort en 1929, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Adolphe Chudant grandit dans une famille de commerçants drapiers. Orphelin de père dans son adolescence, il travaille dès 1880. Il est élève du peintre Joseph Blanc[1], et œuvre dans un style impressionniste, puis orientaliste. Il participe au développement de l’art appliqué en Franche-Comté. Il se consacre à l’amélioration des conditions de travail et surtout statutaire des ouvriers d’art[2].

En 1882, il devient membre de la Société des artistes français jusqu’en 1893. À partir de 1894, il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts dont il deviendra sociétaire, puis secrétaire en 1898. Peu après sa première admission au Salon, il expose hors concours. En 1914, il fait partie du jury de la section peinture. Il commence à exposer à Besançon, sa ville natale, en 1880 et, en 1884, au Salon de la Société des Amis des beaux-arts de Besançon. Il obtient une médaille de bronze en 1883 au palais de l’exposition de Rochefort, où l’école des beaux-arts envoie les meilleurs éléments.

Il expose également avec la Société des Amis des arts à Nîmes, Bordeaux et Nantes. Il participe aux expositions universelles et internationales à Paris, où il est médaillé (3e classe) en 1900, en Allemagne, en Belgique, à Marseille et Nogent-sur-Marne. Il expose aussi à Pittsburgh à la Carnegie Art Gallerie en 1898.

Le 16 octobre 1907, il fonde l’Union provinciale des arts décoratifs (UPAD) et en devient le secrétaire général, au côté de Victor Prouvé qui en est élu président.

Il reçoit la légion d'honneur en 1911[3]. Alors que Gaston Coindre la demande pour lui dès 1898[4].

De 1909 à 1929, il est conservateur des musées de la ville de Besançon et directeur de l’école des beaux-arts de Besançon de 1920 à 1925. De 1907-1919, il devient maire de son village à Buthiers (Haute-Saône).

Chudant meurt en 1929[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les petites industries rurales d'art en Bavière : rapport présenté à M. le Ministre de l'agriculture, Impr. J. Millot, 1905.
  • Projet de division de la France en régions économiques : les arts appliqués en Franche-Comté, Besançon, 1917[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue de l'exposition 1880 Société des Amis des Beaux-Arts de Besançon
  2. Site de Buthiers.
  3. Léonor
  4. Correspondance de Coindre
  5. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  6. Catalogue de la bibliothèque municipale de Besançon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Collectif, La Société des Peintres Orientalistes français, Répertoire des Exposants et liste de leurs oeuvres, 394 p. (ISBN 9782913224735, lire en ligne)[PDF]

  • Patrick Frechard, Les Peintres paysagistes au Valbois et à Nans-sous-Sainte-Anne : XIXe et XXe siècles.
  • Virginie Cadot, Jean Adolphe Chudant, de la peinture aux arts décoratifs (1880-1929), Éditions universitaires européennes, 2013, 200 p. (ISBN 978-6131585180)
    Publication de la thèse : Virginie Cadot, Jean Adolphe Chudant, de la peinture aux arts décoratifs (1880-1929), [Mémoire de master], UFR SLHS de Besançon, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]