Grand séminaire de Besançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant le catholicisme
image illustrant Besançon image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme, le catholicisme, Besançon et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Grand séminaire de Besançon
Grand séminaire de Besançon.jpg
Présentation
Type
Style
Architecte
Abbé Durnel, Jean-Pierre Galezot.
Construction
XVIIe et XVIIe siècles.
Destination initiale
Destination actuelle
Aucune
Propriétaire
Propriété d'une association
Statut patrimonial
 Inscrit MH (1926, Chapelle)
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
28 rue MégevandVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Besançon centre

(Voir situation sur carte : Besançon centre)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Besançon

(Voir situation sur carte : Besançon)
Point carte.svg

Le grand séminaire de Besançon est un ancien établissement d'enseignement supérieur destiné autrefois à former des prêtres. L'édifice est situé rue Mégevand, au cœur du centre historique de la capitale comtoise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le grand séminaire de Besançon fut construit de 1670 à 1695, par l'archevêque de Besançon Antoine-Pierre de Grammont, d'après les plans de l'abbé Durnel, économe. Au XVIIIe siècle, le portail est élevé et on intègre un corps de logis, le tout construit et manié par l'architecte Jean-Pierre Galezot.

La chapelle du séminaire, qui fut édifiée entre 1670 et 1688, fut construite sur un plan en forme de croix latine présente sur la rue adjacente (rue Mégevand) une somptueuse façade à deux étages de pilastres corinthiens. À l'intérieur de l'édifice, on peut apercevoir un exemple des manifestations les plus tardives du style gothique en Franche-Comté, notamment au niveau de la voûte.

Ce lieu est le théâtre du livre Le Rouge et le Noir de Stendhal (là où vivait le héros du livre, Julien Sorel).

Le séminaire, ainsi que sa chapelle, ont été confisqués en 1905 et affectés jusqu'en 1929 à l'armée, d'après la loi de séparation des Églises et de l'État.

La chapelle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]