Hôtel de Valay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel de Valay
Présentation
Destination initiale
Hôtel particulier
Destination actuelle
Banque de France
Architecte
Construction
Propriétaire
Propriété d'un établissement public
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
19 rue de la PréfectureVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Besançon centre

(Voir situation sur carte : Besançon centre)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Besançon

(Voir situation sur carte : Besançon)
Point carte.svg

L'hôtel de Valay (ou Pétremand de Valay) est un hôtel particulier situé à Besançon dans le département du Doubs.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'édifice est situé au 19 rue de la Préfecture dans le secteur de La Boucle de Besançon.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1774, l'hôtel est construit par l'architecte bisontin Claude Antoine Colombot pour la famille Pétremand de Valay sur une parcelle rachetée aux bénédictins de l'abbaye Saint-Vincent[1].

En 1833, Honoré de Balzac, de passage à Besançon s'inspire de l'hôtel de Valay dans l'un de ses romans Albert Savarus Il en fait la demeure de Mademoiselle de Watteville (Roman paru en 1842)[2]

En 1849, l'hôtel est racheté par la Banque de France[1].

Après avoir été inscrite une première fois pour sa façade principale et ses boiseries du salon en 1927, l'hôtel fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le pour ses façades et toitures, son vestibule, son grand escalier, son grand salon, ses dessus de porte, son bureau du directeur, ses deux cheminées du XVIIIe siècle, son parc et sa cour[3].

Architecture et décorations[modifier | modifier le code]

Le corps de logis est enserré entre cour et jardin, et suit un plan régulier en « U »[1].

À l'étage, sur la façade en pierre de taille, deux colonnes doriques soutiennent un fronton triangulaire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]