Hôpital Saint-Jacques (Besançon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôpital Saint-Jacques de Besançon
DomeHopital1-Besancon.jpg
Présentation
Type
Style
Construction
Statut patrimonial
 Inscrit MH (1938, 2012, Hôpital, bloc opératoire)
Logo monument historique Classé MH (1970, Façades et toitures, chapelle)
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Rue de l'Orme-de-ChamarsVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Besançon centre

(Voir situation sur carte : Besançon centre)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Besançon

(Voir situation sur carte : Besançon)
Point carte.svg

L'hôpital Saint-Jacques de Besançon est un hôpital de style classique du XVIIe siècle.

Il bénéficie de multiples protections au titre des monuments historiques :

  • l'hôpital, à l'exception des parties classées fait l’objet d’une inscription depuis le [1] ;
  • les façades et toitures sur la cour d'honneur des bâtiments de l'Hôpital, la chapelle, ainsi que les façades curvilignes et les toitures correspondantes des deux bâtiments adjacents font l’objet d’un classement depuis le [1] ;
  • le bloc opératoire Saint-Joseph a fait l'objet d'une inscription par arrêté du 23 avril 2012[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1182 les chanoines du chapitre de l’église collégiale de Sainte-Madeleine décident de créer l'hôpital Saint-Jacques-des-Arènes à Besançon avec quatorze lits (adjointe à l'église Sainte-Madeleine et greffée sur les ruines des Arènes de Besançon) avec l'accord du pape Lucius III pour « construire une maison hospitalière en vue de l’accueil des pèlerins qui se rendent au pèlerinage de Rome, de Saint-Jacques-de-Compostelle et de Jérusalem »

En 1436 l'hôpital est rattaché à l'Ordre des hospitaliers du Saint-Esprit pour secourir les pauvres, les malades et les enfants perdus.

En 1686 l'archevêque de Besançon Antoine-Pierre de Grammont demande la construction d'un nouvel hôpital Saint-Jacques plus important près de l'actuelle promenade Chamars. Les travaux durent de 1686 à 1703 suivant un plan en « U ». Il devient par lettre patente du roi Louis XIV, un hôpital général. À la fin des travaux, Besançon possède l'un des plus beaux hôpitaux du royaume.

Saint Jacques le Majeur dans la cour de l'hôpital sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

L’hôpital Saint-Jacques fut jusqu’en 1956 la maison-mère des sœurs hospitalières de l’Ordre de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, issues des hospices de Beaune.

La « chapelle du couvent du Refuge » est érigée au XVIIIe siècle par l'architecte Nicolas Nicole à la manière de la chapelle du collège des Quatre-Nations à Paris (actuel Institut de France). Elle accueille à l'origine des jeunes femmes en difficultés.

L'hôpital possède une des plus belles apothicaireries (pharmacies anciennes) de France avec collection de faïences du XVIIe et XVIIIe siècle constituée vers 1680 par l’apothicaire Gabriel Gascon.

Article détaillé : Apothicairerie de Besançon.

La grille en ferronnerie est réalisée par le serrurier Nicolas Chapuis en 1703 (remplacée depuis par une copie, l'originale étant stockée à la Citadelle dans le hangar aux palissades du front Saint-Étienne). On peut y lire une inscription latine au-dessus de la porte tirée des psaumes « Tibi derelictus est pauper. Orphano tu eris adjutor » (« c’est à toi qu’est abandonné le pauvre. Tu seras le secours de l’orphelin »).

Un buste en bronze d'Anne Biget (sœur Marthe) dévouée toute sa vie aux malades et prisonniers amenés à Besançon par les guerres de la Révolution et de l’Empire dont les mérites furent reconnus par l’Europe entière est placé dans une niche entre les grilles et la porte. Elle fut décorée par l’empereur d’Autriche, le roi de Prusse, l’empereur de Russie et le roi Louis XVIII.

Dans la cour d’honneur veille une grande statue de saint Jacques en pierre du XVIIIe siècle.

Liste des services et des activités du CHU Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

Cet hôpital public fait partie du centre hospitalier régional universitaire de Besançon (CHRU). S'y trouvent de part et d'autre de la place Saint-Jacques des services hospitaliers et des structures de direction ou de soutien logistique divers. Une vaste opération de regroupement de l'activité sur le site de Chateaufarine a eu lieu fin 2012, en extension de l'hôpital Jean-Minjoz. L'hôpital, propriétaire de l'ensemble immobilier cédera alors au plus offrant les bâtiments du centre-ville. Demeurent au centre ville : les hospitalisations de psychiatrie, la médecine légale, le centre de ressource sur l'autisme, l’accueil adolescent,

Hopital Saint Jaques de Besancon.jpg

Les directions du CHRU sur le site de Saint-Jacques :

  • direction générale ;
  • direction générale adjointe ;
  • pôle Ressources Humaines & Soins ;
  • direction des ressources humaines ;
  • pôle Ingénierie & Logistique ;
  • direction des travaux ;
  • direction des services hôteliers ;
  • pôle Projets - Recherche - Affaires Médicales ;
  • direction des affaires médicales ;
  • direction Projets Recherche Qualité ;
  • pôle Finances - Système d'information et des relations avec les usagers ;
  • direction des finances relations usagers ;
  • direction des programmes d'informatisation, Service informatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00101481, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2012, journal officiel du 3 avril 2013 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]