Félix Rozen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Félix Rozen
Image dans Infobox.
Félix Rozen, dans Mæstro Rozen
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Archives conservées par

Félix Rozen est un artiste français né à Moscou le et mort le à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Moscou le de parents mélomanes originaires des environs de Lvov, installés à Varsovie en 1948, il y poursuit des études secondaires, puis voyage à Potsdam, Prague, Moscou et Helsinki. Il se découvre des dons pour la peinture. De 1955 à 1965, il fréquente l'École nationale d'électronique et l'Académie des beaux-arts dont il sort diplômé. Il y reçoit une formation très complète de peinture, gravure, photographie, architecture d'intérieur, création de meubles et continue à se passionner pour la musique.

Pressentant la dérive des évènements politiques en Pologne, il s'exile à Paris en 1966 laissant derrière lui sa famille. Il multiplie les tentatives afin d’ouvrir son registre expressif. Peintre et graveur, il est également sculpteur, auteur et acteur de performances, affichiste, photographe, réalisateur de courts-métrages et compositeur de musique. Félix Rozen est naturalisé français en 1974. Affichiste pour France Culture, enseignant à l'École des Beaux-Arts de Besançon, à l'Université de Vincennes et à la Sorbonne, il poursuit des expériences personnelles sur les rapports musique-peinture à l'IRCAM de Pierre Boulez. En 1984-85 il devient boursier du Center for Music Experiment de San Diego[2], ainsi qu'au Japon.

À l'université de New York, il effectue des recherches informatique-son-image. Il invente en 1990 la gravure pyrocera, étend son procédé à la peinture en 1993, techniques qui ont fait l’objet de dépôts de brevet à l’Institut de la propriété industrielle. Ses œuvres sont présentes dans les collections des plus grandes institutions, en France, aux États-Unis et en Europe du Nord où de nombreuses expositions ont eu lieu. En 2004, une rétrospective de son œuvre peinte a été organisée au Musée des Années Trente à Boulogne-Billancourt. En , la galerie Jeanne Bucher lui consacre une exposition personnelle. En 2017, sa partition graphique « Opus incertain » (1981) est mise à disposition des musiciens participant au « Studio Venezia » de l’artiste Xavier Veilhan, dans le cadre de la 57e Biennale de Venise. Les 18 et 19 septembre 2021, elle est interprétée en version jazz (avec le Léo Guedy Jazz Quartet), rap (avec Zoxea des Sages Poètes de la rue) et musique contemporaine (avec les solistes de l’Ensemble Intercontemporain), au Musée de la musique de la Philharmonie de Paris. Les travaux préparatoires originaux de la partition ainsi qu'un instrument unique au monde, inventé et fabriqué par l’artiste, le Pirocello[3], sont par ailleurs exposés dans ce même Musée, jusqu’au 2 janvier 2022.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • 2006 Peintures sur papier, Centre d'Art Contemporain, Abbaye de Trizay.
  • 2005-2006 Lettres à Paul Klee, Galerie Jeanne Bucher, Paris.
  • 2005 Peintures & estampes, Deutsche Welle, Bonn.
  • 2004 Peintures, sculptures, photographies, Palais des Congrès et de la Culture, Le Mans.
  • 2004 Peintures, sculptures, Musée des Années Trente, Boulogne-Billancourt.
  • 2003 Tableau noir, performance musicale, URDLA, Centre international estampe & livre, Villeurbanne.
  • 2003 Portraits photographiques d'artistes, L'Alcazar/Conran, Paris.
  • 2002 Œuvres récentes, L'Entrepôt, Uzès.
  • 2002 Musique en vue, Urdla. Centre international estampe & livre, Villeurbanne.
  • 2001 Allées et venues, AMAC, Chamalières.
  • 2001 Portraits photographiques et imaginaires, L'Entrepôt, Uzès.
  • 2001 Portraits photographiques d'artistes, Rossini/Drouot, Paris.
  • 2000 Œuvres récentes, L'Entrepôt, Uzès.
  • 2000 Objectif artistes, portraits photographiques, espace Landowski, Boulogne-Billancourt.
  • 1995-1996 Pyrocera, Galerie Nast, Paris.
  • 1991 Bang & Olufsen, Paris.
  • 1990 Galerie Artemporel, Montpellier.
  • 1987 Retour de New York (79/87), sculptures en cire, Galerie Gary, Paris.
  • 1987 Portraits photographiques d'artistes, Musée Jorn, Silkeborg, Danemark.
  • 1987 Tokyo Séries, peintures sur papier Japon, Musée Jorn, Silkeborg, Danemark.
  • 1986 Fenêtre sur le Japon, exposition de photographies, Central Color, Paris.
  • 1982 Librairie Village Voice, Paris.
  • 1982 Galerie Krogen, Silkeborg & Arts Society, Haaborg, Danemark.
  • 1981 Peintures, sculptures, estampes, Musée Jorn, Silkeborg, Danemark.
  • 1981 Fondation Sonia Henie-Niels Onstad, Hovikodden, Norvège.
  • 1977 Galerie Beno d'Incelli, Paris.
  • 1977 Galerie Orsini, Toulouse.
  • 1977 Antiope, Centre d'Art Contemporain, Sorrente, Italie.
  • 1975 Affiches pour France Culture, Festival d'Avignon.
  • 1974-1979 Galerie Simone Badinier, Paris.
  • 1970 Het Kabinet, Amsterdam.
  • 1967 Galerie Tivey Faucon, Paris.

Performances[modifier | modifier le code]

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix Rozen, Lettres à Paul Klee, Texte de Jean-François Jaeger "À propos des Lettres à Paul Klee de Félix Rozen", Paris, Edition Jeanne-Bucher, 2005-2006
  • Jean-Yves Bosseur, Musique et arts plastiques, Ed. Minerve, 1998
  • Jean-Yves Bosseur, Sonore et visuel, Ed. Dis Voir, 1992
  • Félix Rozen. Catalogue réalisé pour accompagner l'exposition présentée à la galerie Artemporel à Montpellier. Textes Jacques Lacarrière, Nathalie Sergent, Jean Moron. Montpellier. Imprimerie de la Charité. III. en noir et blanc, bibliographie, 1990
  • Marcelin Pleynet et Michel Ragon, L'Art Abstrait, vol. 5 Maeght Éditeur, 1989
  • Peindre dans la lumière de la Méditerranée. Catalogue de l'exposition présentée au Musée d'Israël à Jerusalem et au Musée Cantini à Marseille. Préf. Yona Fischer, textes de Jean Tardieu, Jean Lacambre, Jean-Louis Andral, Elisabeth Mérian, 1987
  • Révolutions musicales, Dominique et Jean-Yves Bosseur, Ed. Minerve, 1983 & 1999
  • Rozen, black tracks. Catalogue de l'exposition Félix Rozen (Silkeborg Kunstmuseum, Danemark et Fondation Henie-Onstad, Norvège). Préface de Troels Andersen poèmes de Peter Laugesen et Marcelin Pleynet, mai/
  • Christian Dotremont, Gérard Xuriguera. Rozen, paysages pour demain. Paris. Champfleury éditeur, 1979
  • Rozen, Œuvres récentes. Préface de Jacques Lacarrière et Pierre Bearn. Paris, 1977
  • Rozen, Peintures et sculptures. Préface de Jean Jacques Lévêque, Paris, 1975

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Danemark

Silkeborg
  • Kunstmuseum

États-Unis

New-York
  • Museum of Modern Art
  • Metropolitan Museum of Modern Art
  • Guggenheim Museum
  • Brooklyn Museum of Art
Washington D.C.
  • National Gallery of Art
San Diego
  • La Jolla Museum of Contemporary Art

France

Paris
  • Bibliothèque nationale de France, département des estampes
  • Fonds national d'art contemporain
  • Musée national d'art moderne, Centre Pompidou
Arles
  • Musée Réattu
Boulogne-Billancourt
  • Musées municipaux
Dunkerque
  • Musée d'art contemporain

Japon

Tokyo
  • Museum of Modern Art

Pays-Bas

Amsterdam
  • Stedelijk Museum

Pologne

Varsovie
  • Musée National
  • Musée de l'affiche
Cracovie
  • Musée National

Royaume-Uni

Londres
  • Tate gallery
  • Contemporary Art Society

Russie

Moscou
  • Musée Pouchkine

Suisse

Genève
  • Musée d'art et d'histoire

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Maestro Rozen, réalisé par Emma Rozenman[4]
  • 2006 : "Le Père Fourchette", réalisé par Sylvia Conti [5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://archivesetdocumentation.centrepompidou.fr/ead.html?id=FRM5050-X0031_0000092 » (consulté le )
  2. « This is Malibu », sur France Culture (consulté le )
  3. Christine Laloue, « Félix Rozen au Musée de la musique - Journées européennes du patrimoine (18 et 19 Septembre 2021) | Philharmonie de Paris », sur philharmoniedeparis.fr (consulté le )
  4. Court métrage
  5. (en) « Félix Rozen : "Le père fourchette" (2006) » [vidéo], sur Vimeo (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]