Jean Gigoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Gigoux
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Lieu de travail

Jean Gigoux, né le à Besançon est mort à Paris le , est un peintre, dessinateur, lithographe, illustrateur et collectionneur d'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d'Anna Hanska (Anna Mniszech) (1853), fille de Madame Hanska, pastel, Paris, Maison de Balzac.

Jean Gigoux est né dans une maison située sur l'actuelle place Jean Gigoux à Besançon. Son père, Claude Étienne Gigoux (parfois orthographié Gigout) est maréchal ferrant. Originaire de Seveux (Haute-Saône), il a épousé à Besançon le 20 frimaire de l'an V (10 décembre 1796) Jeanne Françoise Lamarche, elle aussi originaire de Haute-Saône. Trois filles naissent de leur union avant la naissance de Jean et de sa sœur jumelle Élise, le 6 janvier 1806[1]. Jean Gigoux étudie à l'École des beaux-arts de Besançon, puis à l'École des beaux-arts de Paris en 1828.

En 1833, il collabore au Magasin pittoresque. En 1835, il illustre de 850 gravures sur bois le Gil Blas de Lesage, ce qui lui vaut une grande notoriété.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur le 4 juin 1842, puis est promu officier le 13 juillet 1880[2].

Il publie en 1885 une série de Causeries sur les artistes de mon temps.

Il vécut avec la comtesse Hańska, la veuve d'Honoré de Balzac[3].

À sa mort en 1894, il lègue plus de 3 000 dessins et 460 tableaux des écoles espagnole, nordique, allemande et anglaise — notamment un Portrait du duc de Richelieu par Thomas Lawrence — au musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon, dont il devint ainsi l'un des quatre principaux donateurs. Les catalogues de la collection et des œuvres de Gigoux ont été publiés l'année suivant sa mort par Alexandre Estignard[4]. Une tombe-monument lui est consacrée au cimetière des Champs Bruley de Besançon[5].

Une exposition lui a été consacrée au musée des beaux-arts de Rouen en 2007-2008.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Œuvres référencées, non localisées[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives municipales de Besançon » (consulté le 24 mai 2015)
  2. « Dossier Légion d'honneur de Jean François Gigout, peintre d'histoire, base Léonore » (consulté le 24 mai 2015)
  3. En 1907, l'écrivain et polémiste Octave Mirbeau provoque un scandale en consacrant trois chapitres à la mort de Balzac dans son récit de voyage, La 628-E8, où il raconte que la comtesse Hanska batifolait avec Jean Gigoux pendant que Balzac agonisait dans une chambre voisine. Il retira ces chapitres alors que le volume était déjà imprimé, à la demande de la fille de la comtesse.
  4. a, b, c, d, e et f Alexandre Estignard, Jean Gigoux, sa vie, ses œuvres ses collections, Besançon, Delagrande-Louys, 1895, illustré de 22 phototypies.
  5. Henry Jouin, Jean Gigoux : Artistes et gens de lettres de l'époque romantique, t. 1, Collection XIX, 2016, 131 p.
  6. « Les derniers Moments de Léonard de Vinci », notice no M0332001189, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. « La Mort de Cléopâtre, esquisse », notice no M0332001393, base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « La Mort de Cléopâtre », notice no 10480003978, base Joconde, ministère français de la Culture
  9. « Sainte Madeleine pénitente », notice no M0332001397, base Joconde, ministère français de la Culture
  10. « Première rêverie - Jeune fille songeant ou la Mélancolie », notice no M0332001403, base Joconde, ministère français de la Culture
  11. « Le Père Lecour », notice no M0332001416, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Jeune Garçon en buste, l'épaule nue », notice no 50110000740, base Joconde, ministère français de la Culture
  13. « Antoine et Cléopâtre après la bataille d’Actium », notice no 000PE025168, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. « Madame Hanska », notice no 11020000094, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. « Portrait d'Anna Hanska (Anna Mniszech) », notice no 11020000093, base Joconde, ministère français de la Culture
  16. « Salon d'Ève Hanska, veuve de Balzac », notice no 11020000147, base Joconde, ministère français de la Culture
  17. cartelen.louvre.fr.
  18. Didier Rykner, « La chapelle retrouvée du Sénat », La Tribune de l'Art, 7 avril 2003 et 28 avril 2015.
  19. « Prise de Gand. 11 juillet 1745 », notice no 000PE004364, base Joconde, ministère français de la Culture
  20. « Jean Gigoux », notice no M0332001992, base Joconde, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Estignard, Jean Gigoux : sa vie, ses œuvres, ses collections, Besançon, Imprimerie de Delagrange-Louys, 1895.
  • Jacqueline Bouchot Saupique, Jean Gigoux..., Gazette des Bx Arts 1921/I, 177
  • Jacqueline Bouchot Saupique, Les dessins de la collection Jean Gigoux, "Beaux-Arts", 1er novembre 1923

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :