École nationale supérieure d'art de Bourges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École nationale supérieure d'art de Bourges
Image dans Infobox.
Entrée de l'école au 9, rue Édouard Branly.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Site web
Identifiants
SIREN

L'École nationale supérieure d'art de Bourges (ENSA Bourges) est une école d'art installée dans le bâtiment de l'ancien collège jésuite de Bourges, construit au XVIIe siècle, dans le cœur historique de la ville.

Les diplômes préparés sont le diplôme national d'arts plastiques (DNAP), en trois ans, et le diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP) en deux ans supplémentaires, conférant le grade de master.

L'enseignement dispensé est essentiellement tourné vers l'art contemporain. Ainsi, le champ des pratiques qu'elle propose est très large : des pratiques traditionnelles, comme la peinture ou la photographie, vers d'autres plus récentes, comme la vidéo, le son ou le multimédia.

Historique[modifier | modifier le code]

Vue de la cour de l'ancien collège jésuite en 2013.

L’École nationale des beaux-arts de Bourges est créée en 1881 et intègre le nouveau bâtiment construit dans un style éclectique par l'architecte Alfred Leclerc[1] à l'emplacement de l'église des Carmes. Ce premier bâtiment est détruit en 1976. Depuis, l’ancien collège des Jésuites[2] est mis à disposition de l’école par la Ville de Bourges.

Après 1968, les enseignements s’affranchissent des pratiques académiques. Un département céramique, dirigé par Jacqueline Lerat, fonctionnera pendant plus de vingt ans, et un département vidéo ouvre dès 1976, d'où émanera la création de l'association Bandits-Mages en 1991.

L'école sera l'une des premières en France à introduire les questions de genre dans son cursus, sous l'impulsion d'enseignantes, et à travers son partenariat avec l'association Emmetrop. De même à l'initiative de Nathalie Magnan, elle introduira pour la première fois la pratique du VJing en 2012, discipline alors très méconnue dans les écoles d'art.

La situation du bâtiment est devenue critique au fil du temps. Des travaux de restauration sont envisagés en 2020. Le devenir de l'école est menacé.

Directeurs[modifier | modifier le code]

Enseignants avant 1968[modifier | modifier le code]

  • Charles Pêtre (1828-1907), sculpteur.
  • 1882-1912 : Augustin Souchon[13] (1841-1915), architecte.
  • Henri Jossant[14] (1869-1921), sculpteur.
  • 1926-1972 : Noël Feuerstein (1904-1998), sculpteur.
  • 1943-1964 : Louis Thibaudet (1901-1980), peintre.
  • 1936-1939 (dessin), 1943-1978 (céramique) : Jean Lerat (1913-1992), sculpteur céramiste.
  • 1947-1969 : Marcel Gili (1914-1993), sculpteur.
  • 1966-1988 (céramique) : Jacqueline Lerat (1920-2009), sculptrice céramiste.
  • Georges Guilpin, photographe.
  • Raymond Legrand.

Enseignants chercheurs depuis 1968[modifier | modifier le code]

Élèves avant 1968[modifier | modifier le code]

Élèves après 1968[modifier | modifier le code]

Le cursus art[modifier | modifier le code]

L’école dispense uniquement un cursus art qui se déroule sur dix semestres.

Les semestres 1 et 2 forment la première année durant laquelle l’étudiant s’initie à l’exploration des champs du visuel, du sensible, de l’histoire et de la théorie de l’art. Elle introduit à l’expérimentation de méthodes de résolution de problèmes plastiques ou expressifs par un ensemble de cours confiés à plusieurs enseignants de telle manière que, durant les trois premiers semestres, les étudiants aient été confrontés à l’ensemble de l’équipe enseignante. Cette immersion dans les problématiques contemporaines permet aux étudiants de mieux identifier leurs motivations.

Les semestres 3 à 6 constituent la phase Programme des études et sont validés par le diplôme national d’arts plastiques (DNAP). Il s’agit de diversifier, de développer et d’affirmer la maîtrise des modes d’analyse, de conception et de production artistique. La trame des exercices, des cours transversaux et des séminaires laisse progressivement la place à la recherche personnelle.

Les semestres 7 à 10, au terme desquels l’étudiant présente le diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), sont consacrés à la phase Projet. Cette dernière est orientée vers la recherche qui suppose une grande autonomie et une forte implication dans l’actualité des pratiques émergentes. Le semestre 7 offre la possibilité aux étudiants de réaliser un projet hors-les-murs, soit à l’étranger soit en France. L’objectif au terme du cursus complet est l’élaboration d’une problématique personnelle qui puisse engager la dynamique d’une œuvre artistique à venir. Depuis 2012, l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) a reconnu le grade de master pour les titulaires du DNSEP obtenus après cette date.

Les ressources[modifier | modifier le code]

L’école dispose de l’ensemble des moyens de production nécessaire à l’expression contemporaine : les ateliers traditionnels propres au dessin, à la peinture et à la sculpture, l’ensemble des techniques de reproduction (gravure, lithographie, sérigraphie, offset), la photographie numérique et argentique, le multimédia et l’infographie, la vidéo, le cinéma et le son.

Les enseignements sur l’image en mouvement et le son disposent d’un ensemble d’ateliers spécifiques de montage, de prise de son et d’un plateau de tournage professionnel situé dans une ancienne chapelle. Ce lieu est utilisé pour les projets requérant un espace de grande échelle, tels tournages, performances, installations, festivals, ainsi qu’un atelier optionnel de pratiques corporelles et théâtrales.

Par ailleurs, l'école dispose aussi des équipements suivants :

  • un amphithéâtre de 130 places — équipé d’une régie de vidéo projection — sert aux cours, conférences, présentations de films et rencontres ;
  • une bibliothèque met à disposition ses 14 500 ouvrages et un ensemble de films, vidéos et autres supports ;
  • un magasin de prêt permet aux étudiants d’emprunter du matériel pour élaborer leur travail personnel ;
  • une salle d’écoute — associée à l’atelier son — est utilisée pour l’écoute et l’analyse critique des pièces et d’objets sonores ;
  • le gymnase[15], principalement lieu d’expérimentation et d’événements, accueille notamment les accrochages des bilans, les journées Tarmac, des concerts, des workshops et les diplômes ;
  • la galerie d’essai permet aux étudiants de la phase Projet d’aborder l’ensemble des problèmes liés à la question de l’exposition ;
  • la galerie de travaux offre aux étudiants de la phase Programme la possibilité de confronter leurs travaux ;
  • un studio de radio permet d'expérimenter le son et la diffusion en FM.

Ateliers techniques[modifier | modifier le code]

  • bois
  • métal
  • multimédia
  • photographie
  • son
  • vidéo/production
  • vidéo/tournage
  • éditions
  • céramique modelage

La galerie La Box[modifier | modifier le code]

Outil essentiel dans le dispositif pédagogique, la Box, galerie de l’école, invite chaque année un commissaire, un critique, un artiste ou un collectif à concevoir un projet curatorial expérimental sur une partie de l’année qui prend de multiples formes (expositions, conférences, workshops, projets internet, publication…) associant les étudiants.

Outre ce projet curatorial annuel, la Box accueille une programmation souple, variée, en lien avec les partenaires de l’école, les résidents ou toutes autres formes expérimentales sur des périodes d’un jour à un mois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Démocratie du Cher 7 mars 1882 - (7-mars-1882) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  2. Le père Louis Lallemant y enseigna sous le règne de Louis XIII.
  3. L’Alsacien-Lorrain de Paris et des départements, français et annexés, (lire en ligne)
  4. « "Eloge funèbre de Gaston Cougny", dans L’Émancipateur 9 juillet 1908 - (9-juillet-1908) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  5. « La Dépêche du Berry 3 octobre 1908 - (3-octobre-1908) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  6. « Journal du Cher 16 février 1914 - (16-fevrier-1914) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  7. « Acte de décès de Gabriel Maréchal à Bourges, 1925. »
  8. « Recherche - Base de données Léonore », sur www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  9. « Journal du Cher 21 avril 1921 - (21-avril-1921) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  10. Arrêté du 26 février 2004 portant nomination du directeur de l'Ecole nationale supérieure d'art de Bourges (lire en ligne)
  11. Arrêté du 13 août 2008 portant nomination du directeur de l'Ecole nationale supérieure d'art de Bourges (lire en ligne)
  12. Anciennement conseiller arts plastiques de la DRAC Limousin.
  13. « "Notice nécrologique sur M. Augustin Souchon" », Mémoires de la société historique, littéraire et scientifique du Cher,‎ (lire en ligne)
  14. « "Eloge funèbre d'Henri Jossant" », Mémoires de la société historique, littéraire et scientifique du Cher,‎ (lire en ligne)
  15. Aux colonnes à chapiteaux égyptiens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]