Dino De Laurentiis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dino De Laurentiis

alt=Description de l'image Dino de laurentiis crop.jpg.
Nom de naissance Agostino De Laurentiis
Naissance 8 août 1919
Torre Annunziata
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 11 novembre 2010 (à 91 ans)
Los Angeles, Californie
États-Unis
Profession Producteur

Dino De Laurentiis, de son vrai nom Agostino De Laurentiis, est un producteur de cinéma italien, né le 8 août 1919 à Torre Annunziata (Campanie, Italie) et mort le 11 novembre 2010 à Los Angeles[1]. Il est, avec Carlo Ponti (1912-2007), l'un des deux grands producteurs qui imposent le cinéma italien sur la scène internationale au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il a produit ou coproduit plus de 500 films dont 38 furent nominés aux Oscars[2]. Il eut aussi une brève carrière d'acteur à la fin des années 1930 et au début des années 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de fabricants de pâtes, qu'il vendra lui-même dans la rue pendant son enfance[2].

Pensant devenir acteur, il s'inscrit au Centre de cinéma expérimental de Rome[2]. Il gagne sa vie comme accessoiriste ou assistant-réalisateur, puis opte pour la direction de la photographie[2]. Mais, alors qu'il a à peine 20 ans, il produit ses premiers films : L'Ultimo combattimento de Piero Ballerini (1940) et L'amore canta (1941) qui rencontrent le succès[2].

Depuis sa première production, il a financé près de 150 films. En 1946, sa compagnie Dino De Laurentiis Cinematografica se consacre à la production.

De Laurentiis connait un premier succès international avec Riz amer de Giuseppe De Santis, important film néo-réaliste qui obtient une nomination aux Oscars et contribue à lancer les carrières de Silvana Mangano, Vittorio Gassman et Raf Vallone. Par la suite, souvent en association avec le producteur Carlo Ponti, De Laurentiis alterne films populaires et œuvres d'auteur comme Europe 51 de Roberto Rosselini. C'est sous l'égide du tandem Ponti-De Laurentiis qu'est produit le premier film en couleur italien, Totò a colori réalisé par Steno. De Laurentiis est également producteur de deux classiques de Federico Fellini : La Strada et Les Nuits de Cabiria qui remportent tous deux l'Oscar du meilleur film étranger.

Vers la fin des années 1950, avec Ponti, il se lance dans une ambitieuse adaptation de Guerre et Paix de Léon Tolstoï dont King Vidor est le metteur-en-scène. Dans les années 1960, Dino De Laurentiis construit ses vastes studios surnommés « Dinocitta[2] » où seront notamment tournés La Bible de John Huston et L'Étranger de Luchino Visconti[2]. Mais ces studios fermeront dans les années 1970 à la suite d'une série d'échecs financiers. Durant cette période, il produit un ersatz de James Bond, Ramdam à Rio, un western spaghetti en 1966, Navajo Joe, un film sur la Seconde Guerre mondiale, La Bataille pour Anzio en 1968 et, la même année, deux adaptations de bandes dessinées à succès : Barbarella et Danger : Diabolik !

En 1972, il produit Cosa Nostra, film franco-italien sorti la même année que l'autre film mythique sur la mafia Le Parrain ; c'est aussi l'année où il s'installe aux États-Unis[2]. Il remporte un grand succès critique avec des films comme Serpico en 1973 ou Ragtime[2] en 1981, mais produit aussi des films très commerciaux avec plus ou moins de succès, un remake de King Kong[2] en 1976, Conan le barbare ou Dune qui sera un échec commercial[2]. Il produit également des films d'auteur comme Blue Velvet de David Lynch ou Les Trois jours du Condor de Sydney Pollack[2].

La période entre 1985 et la fin des années 1990 est probablement la plus difficile dans sa carrière alors que bon nombre des films qu'il produit (Kalidor, King Kong 2, Maximum Overdrive, Body (film)) s'avèrent des échecs critiques et financiers. Il renoue avec le succès avec Hannibal de Ridley Scott en 2001.

De Laurentiis a aussi produit la plupart des films où intervient le personnage d'Hannibal Lecter créé par le romancier Thomas Harris. En 1986, il produit le premier, Le Sixième Sens, sans toutefois en produire la suite, Le Silence des agneaux (1991). En revanche, il fut le producteur des opus suivants : Hannibal en 2001, Dragon Rouge en 2002 (remake du Sixième Sens), Les Origines du mal en 2007 (épisode expliquant comment Hannibal devint un tueur en série).

Dans ses choix, il privilégie les adaptations de livres à succès comme Barabbas en 1961, La Bible en 1966, Ragtime en 1981 ou Dune en 1984.

Le producteur italien meurt le 11 novembre 2010 à Los Angeles à l'âge de 91 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le frère du producteur Luigi De Laurentiis (1917-1992).

Il a été marié 40 ans à l'actrice Silvana Mangano (1930-1989) de 1949 à 1989. Ensemble ils ont eu quatre enfants dont la productrice Raffaella De Laurentiis (née en 1954). Mais le couple se sépare à la suite de la mort de leur seul fils Federico en 1981 dans un accident d'avion en Alaska[2] et ils divorceront peu de temps avant la mort de Silvana.

De Laurentiis se remaria avec Martha Schumacher[2] avec laquelle il a eu deux filles.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

1948 : Le Cavalier mystérieux (Il Cavaliere misterioso) de Riccardo Freda, avec Vittorio Gassman, Yvonne Sanson, Gianna Maria Canale

Acteur[modifier | modifier le code]

Les compagnies de production[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]