Dnepr (fusée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dnepr
Dnepr
Données générales
Mission Lanceur ICBM

En LEO

Date des lancements De 1999 à Aujourd'hui
Nb de lancements 20 (1 échec)
Pays d’origine Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Caractéristiques techniques
Dimensions
Hauteur 34,3 m
Diamètre 3 m
Masse au décollage 213 t
Nombre d'étages 3
Puissance et capacité d’emport
Charge utile en LEO 4,5 t
Charge utile en TLI 550 kg
Poussée au décollage environ 462,6 t

Le Dnepr ou Dniepr (ukrainien : Дніпро, Dnipro ; russe : Днепр, Dniepr, baptisé du nom du fleuve Dniepr), est un lanceur ukrainien développé à partir du missile balistique intercontinental soviétique R-36. Il permet de placer sur orbite basse des satellites artificiels dont la masse peut atteindre jusqu'à 4,5 tonnes. Entre 1991 et fin 2010, seize lancements ont eu lieu, dont un échec.

Historique[modifier | modifier le code]

Le lanceur Dnepr est une réutilisation de la dernière version du missile balistique intercontinental soviétique R-36, M2 (code OTAN SS-18 Satan) développé par le bureau d'études OKB-586 de Mikhail Yangel situé Dnipropetrovsk en Ukraine à compter de 1969. Ce missile de première frappe, entré en service en 1975 et pesant 210 tonnes est capable de lancer à 11 500 km une charge offensive de 8,8 tonnes contenant jusqu'à 10 têtes nucléaires. À la suite du Traité de réduction des armes stratégiques Start-2 le missile a commencé à être retiré du service et 150 d'entre eux sont devenus disponibles pour servir de lanceur.

L'opérateur du lanceur est la société russe ISC Kosmotras, créée conjointement en 1997 par les agences spatiales ukrainienne et russe et dont le siège se situe à Moscou[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le lanceur est haut de 34 mètres pour une masse de 211 tonnes comporte 3 étages d'un diamètre de 3 mètres dont les moteurs consomment tous un mélange d'UDMH et de peroxyde d'azote.

  • Le premier étage d'une longueur de 22,3 mètres et d'une masse de 161 tonnes est propulsé par quatre moteurs-fusées RD-264 disposant chacun de sa chambre à combustion et d'une poussée de 1040 kN.
  • Le deuxième étage long de 7 mètres et d'une masse de 41,1 tonnes est propulsé par un moteur RD-228 ayant une poussée de 760 kN.
  • Le troisième étage long de 1 mètre pèse 4,3 tonnes et est propulsé par des moteurs RD-869 d'une poussée de 18,6 kN.
  • La coiffe a un diamètre de 3 mètres et permet d'accueillir un satellite long de 5,11 mètre ou plusieurs satellites qui sont largués sur différentes orbites.

Le lanceur peut placer une charge utile de 4,5 tonnes sur une orbite basse de 200 km avec une inclinaison de 46 ° et de 1,2 tonne sur une orbite polaire de 600 km avec une inclinaison 98°.

Déroulement d'un lancement[modifier | modifier le code]

Le Dnepr peut être lancé depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan ou celui de Dombarovski, situé près de Iasny en Russie. Aucune modification n'a été apportée à la procédure de lancement du missile d'origine. Le Dnepr est lancé depuis un silo. Les deux premiers étages sont d'abord installés dans le silo par un véhicule qui dispose d'un châssis porteur basculant, puis le troisième étage est également installé après que le plein d'ergols a été fait. Les réservoirs des deux premiers étages sont ensuite remplis. Enfin la charge utile qui a été préparée dans un bâtiment dédié et assemblée avec la coiffe est à son tour montée sur le lanceur installé dans le silo grâce à un véhicule porteur[2].

Pour le lancement une charge de poudre noire, faisant office de générateur de haute pression, expulse du silo la fusée qui est propulsée à une dizaine de mètres de hauteur. Le lanceur est alors pratiquement immobile, suspendu dans les airs, lorsque les moteurs du premier étage sont mis à feu. Le dernier étage présente également un mode de fonctionnement original lié à son ancienne fonction de missile balistique. À l'extinction du second étage, le troisième étage après séparation pivote de 180°. L'arrière de l'étage se trouve désormais tourné vers l'avant : ses moteurs dont les tuyères sont situées sur les flancs de l'étage et tournées vers l'arrière sont alors allumées.

Historique des lancements[modifier | modifier le code]

Entre 1999 à 2014, 20 lancements de fusées Dnepr ont été effectués. Seul le lancement du 27 juillet 2006 a échoué. En 2008, une seule fusée Dnepr a mis sur orbite les 5 petits satellites de la constellation RapidEye.

Liste des lancements[modifier | modifier le code]

Historique des lancements (mise à jour juillet 2014)[3]
Date Charge utile Orbite Site de lancement
1 21 avril 1999 UoSAT-12 orbite basse circulaire de 650 km avec une inclinaison de 65˚ Baïkonour
2 26 septembre 2000 MegSat-1 (Italie)/UniSat (Italie)/TiungSat-1 (Malaisie)/ SaudiSat-1A & SaudiSat 1B (Arabie Saoudite) orbite basse circulaire de 650 km avec une inclinaison de 65˚ Baïkonour
3 20 décembre 2002 LatinSat 1 & LatinSat 2 (Argentine)/SaudiSat-1S (Arabie Saoudite)/
UniSat 2 (Italie)/Rubin 2 (Allemagne)
orbite basse circulaire de 650 km avec une inclinaison de 65˚ Baïkonour
4 29 juin 2004 Déméter (France)/ Saudicomsat-1, Saudicomsat 2 & Saudisat 2 (Arabie Saoudite)
LatinSat C & LatinSat D (Argentine)/ Unisat-3 (Italie)/ Amsat Echo (USA)
700 km × 850 km orbite héliocentrique avec une inclinaison de 98˚ Baïkonour
5 24 août 2005 OICETS & INDEX (Japon) Orbite héliosynchrone de 600 km × 50 km avec une inclinaison de 98˚ Baïkonour
6 12 juillet 2006 Genesis I (USA) 560 km Orbite basse circulaire avec une inclinaison de 65˚ Dombarovski
7 26 juillet 2006 BelKA (Biélorussie)/ UniSat-4 & PiCPoT (Italie)/ Baumanets (Russie)
AeroCube-1, CP1, CP2, ICEcube-1, ICEcube-2, ION, KUTESat, Merope, Rincon 1, Mea Huaka`i (Voyager) & SACRED (USA)
HAUSAT-1 (South Korea)/Ncube-1 (Norvège)/SEEDS (Japon)
Échec Baïkonour
8 17 avril 2007 EgyptSat 1/SaudiSat 3/SaudiComSat 3-7 /AKS 1/AKS 2Cal Poly Picosatellite Project
3 &4/CAPE 1/Libertad 1/AeroCube 2/CubeSat TestBed 1
MAST
Orbite héliosynchrone de 692 km × 665 km avec une inclinaison de 98˚ [4] Baïkonour
9 15 juin 2007 TerraSAR-X orbite basse circulaire de 514 km avec une inclinaison de 97˚ [5] Baïkonour
10 28 juin 2007 Genesis II orbite basse circulaire de 560 km avec une inclinaison de 65˚ Dombarovski
11 29 août 2008 RapidEye 1/2/3/4/5 [6] Baïkonour
12 1er octobre 2008 THEOS SSO Dombarovski
13 29 juillet 2009 DubaiSat-1/Deimos-1/UK-DMC 2/Nanosat 1B/AprizeSat-3/AprizeSat-4 SSO Baïkonour
14 8 avril 2010 Cryosat-2 (Europe) Orbite polaire Baïkonour
15 15 juin 2010 Prisma, Picard, BPA-1 SSO Dombarovski
16 21 juin 2010 TanDEM-X Orbite basse Baïkonour
17 17 août 2011 Sich 2, NigeriaSat 2, NX, RASAT, EDUSAT, AprizeSat 5 & 6, BPA 2 Orbite héliosynchrone Dombarovski
18[7] 22 août 2013 Arirang-5 Orbite héliosynchrone Dombarovski
19[8],[9] 21 novembre 2013 DubaiSat 2 ; STSAT-3 ; BPA-2 ; SkySat-1 ; UniSat-5 ; AprizeSat 7 & 8 ; XPOD : WNISAT-1, BRITE-PL, GOMX-1 ; ISIPOD : HiNCube, FUNcube-1, ZACUBE-01, First Move, UWE-3, VELOX-PII, NEE-02 KRYSAOR, CubeBug-2, Triton-1, KHUSAT 2 & 3, Delfi-n3Xt, OPTOS, Dove-3 Orbite héliosynchrone Dombarovski
20[10],[11] 19 juin 2014 KazEOsat ; Deimos-2 ; SaudiSat-2 ; Hodoyoshi 3 & 4 ; TabletSat-Aurora ; UniSat-6 ; AprizeSat 9 & 10 ; BugSat-1 ; XPOD : Brite Toronto & Montréal ; QuadPack : QB50P1, QB50P2, NANOSATC-BR1, Perseus M1 & M2, POPSAT-HIP1, DTUSat-2, DUCHIFAT, PACE, POLYITAN-1, FLOCK1C 1 à 11 Orbite héliosynchrone Dombarovski
21 Prévu en 2014 SNARO 1, ChubuSat 1, Hodoyoshi 1, QSAT-EOS, Tsubame Dombarovski
Prévu en 2014 KOMPSat 3A Dombarovski
Prévu en 2014 Paz Dombarovski
Prévu en 2015 Iridium-NEXT 1 & 2 Dombarovski

Échec de lancement[modifier | modifier le code]

Le comité ayant enquêté sur l'échec du lancement du 26 juin 2006 a conclu qu'il avait été causé par le dysfonctionnement du pilote de la pompe hydraulique de la chambre de combustion n°4. Cela a amené à une instabilité dans l'axe de roulis et des variations excessives en lacet et tangage. La fin de poussée est survenue 74 secondes après le décollage. Le site de crash était localisé à 150 km du site de lancement dans une aire non peuplée du Kazakhstan. Les propergols ont pollué le site de crash, forçant la Russie à payer 1,1 millions d'euros en compensation[12]. La fusée utilisée pour ce lancement avait plus de 30 ans. Les procédures de lancement ont été modifiées pour prévenir de futurs dysfonctionnements de cette sorte.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • SS-18 Le missile à partir duquel a été développé le lanceur

Liens externes[modifier | modifier le code]