Orbite de transfert géostationnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orbite de transfert en jaune

Une orbite de transfert géostationnaire est une orbite intermédiaire qui permet de placer des satellites en orbite géostationnaire. Le sigle anglais correspondant est GTO.

C'est une orbite elliptique dont le périgée se situe à basse altitude et l'apogée à l'altitude de l'orbite géostationnaire 35 786 km. Le périgée est approximativement à l'altitude de fin de combustion du dernier étage du lanceur, souvent une altitude de l'ordre de 200 km, équivalant à une valeur de périgée de 6 571 km. La valeur de l'apogée est approximativement de 42 270 km ou une altitude de 35 786 km par rapport au niveau de la mer.

Une fois la charge utile — le satellite — arrivée à l'apogée, la propulsion est relancée pour circulariser l'orbite et modifier le plan de l'orbite, ce qui demande de modifier la vitesse d'environ 1 600 m.s-1. Cela est généralement assuré par un moteur-fusée à ergols solides ou liquides intégré au satellite (moteur d'apogée).

La manœuvre d'apogée doit comprendre également une impulsion permettant de changer le plan orbital. Car, après combustion du lanceur et séparation du satellite, l'orbite de transfert est inclinée par rapport au plan de l'équateur, d'un angle équivalent à la latitude de la base de lancement. Or, l'orbite géostationnaire est obligatoirement dans le plan de l'équateur. Cette manœuvre va donc consommer une part plus ou moins importante des ergols situés dans le satellite. D'où le plus grand intérêt des lancements d'une base située le plus proche possible de l'équateur. De plus la rotation de la terre fournit une vitesse (appelé "effet fronde" de la Terre : +0,46 km/s à partir de Kourou, sachant que le satellite a une vitesse de 7,78 km/s pour une orbite LEO), qui est d'autant plus grande qu'on est proche de l'équateur. C'est le grand intérêt — et le succès — du Centre spatial guyanais situé à seulement ° de latitude nord. Un lancement depuis l'équateur lui-même est encore plus performant, d'où la plate-forme Sea Launch.

La « sur-consommation » d'ergol pour les lancements depuis les autres ports spatiaux, aux latitudes plus élevées, sera préjudiciable à la durée de vie en orbite du satellite et donc de son économie (retour sur investissement).

À noter que cette orbite est très encombrée de débris spatiaux, dont les derniers étages des lanceurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Données sources d'une visite à Snecma, Vernon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]