Vostok (fusée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vostok.
Les dérivées de Semiorka, Vostok apparait au centre
La fusée au Centre panrusse des expositions de Moscou

La fusée Vostok (du russe Восток signifiant « Est ») était un dérivé direct de la Semiorka, doté d'un petit deuxième étage. Sa charge utile en orbite basse était d'environ 5,5 tonnes.

Ces fusées servirent aux premiers vols habités soviétiques (lançant la capsule spatiale du même nom, Vostok, dans le cadre du Programme Vostok) mais lancèrent aussi les satellites-espions photographiques Zenit, les satellites météorologiques Meteor, deux satellites espion radars RORSAT, et les toutes premières sondes lunaires. Une version légèrement différente du lanceur existait pour chaque type de charge utile. La fusée fut nommée Vostok selon l'habitude soviétique de donner au lanceur le nom de sa première charge utile.

167 exemplaires de ce lanceur furent tirés à partir de 1958, fabriqué pour la plupart à l'usine Progress de Samara. La plupart furent lancés dans les années 1960, mais, pour les satellites météo, une version fut employée jusqu'en 1991.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le lanceur Vostok dans sa version Luna tirée depuis le cosmodrome de Baïkonour permet de placer 4730 kg sur une orbite basse de 200 km avec une inclinaison de 65°. Ce lanceur permet également de placer 400 kg sur une trajectoire interplanétaire.

Principales caractéristiques du lanceur en version M
Caractéristique 1er étage 2e étage 3e étage
Désignation Blocs B,D,W,G Bloc A Bloc E
Dimensions
(longueur × diamètre)
19,8 × 2,68 m 28,75 × 2,95 m 2,98 m × 2,58 m
Masse
(masse à vide)
4 x 43,3 t.(4 x 3,7 t.) 100,4 t (6,8 t) 7,8 t (1,4 t)
Moteur-fusée 4 × RD107 RD-108 RD-0105
Poussée maximale
(dans le vide)
4 x 821 kN 940 kN 49,4 kN
Impulsion spécifique
(dans le vide)
257 s (au niveau de la mer) 248 s (au niveau de la mer) 316 s
Durée de fonctionnement  ? s 301 s 379 s
Ergols Kérosène et Oxygène liquide

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Lardier (Air et Cosmos), Stefan Barensky, préface de Jean-Yves Le Gall, Les deux vies de Soyouz, Paris, Editions Edite,‎ (ISBN 978-2-84608-266-2, LCCN 2010540421)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]