Mont-Tonnerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit être confondu ni avec le Mont-Tonnerre (en allemand : Donnersberg), point culminant du massif de la Hardt, ni avec le cercle (Kreis) ou arrondissement rural (Landkreis) du Mont-Tonnerre (Donnersbergkreis).

Département du Mont-Tonnerre
Departement Donnersberg (de)

17971814

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte du département

Informations générales
Statut Ancien département français de la Première République et du Premier Empire
Chef-lieu Mayence
Histoire et événements
4 novembre 1797 Annexion de la république cisrhénane et création du département
30 mai 1814 Traité de Paris : suppression du département
Préfets
(1er) 1801 Henri Shée
(Der) 1806-1813 André Jeanbon Saint André

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La tombe d'André Jambon, dit Jeanbon Saint-André

Le Mont-Tonnerre était un ancien département français, nommé d'après le Donnersberg. Il s'agit d'une traduction littérale de ce toponyme allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la conquête française, la Cisrhénanie était une mosaïque de plusieurs dizaines d'États, membres du Saint-Empire romain germanique. Occupée à partir de 1794, une éphémère République cisrhénane fut proclamée le 5 septembre 1797 par un petit cercle de francophiles (une République de Mayence l'avait déjà été le 18 mars 1793, demandant son annexion à la France le 21 et l'obtenant le 30), mais la région fut partagée le 4 novembre 1797 par le Directoire en quatre départements, la Roer, la Sarre, Rhin-et-Moselle et le Mont-Tonnerre, qui furent organisés le 23 janvier 1798 (arrêté du 4 pluviôse an VI). Ces départements ont été officiellement intégrés au territoire français le 9 mars 1801 et ont existé jusqu'au démantèlement de l'Empire en 1814.

André Jeanbon Saint André fut préfet de Mont-Tonnerre du 20 décembre 1801 au 10 décembre 1813.

Par le traité de Paris du 30 mai 1814, la France n'en conserva que les neuf communes suivantes, qui furent rattachées à l'arrondissement de Wissembourg et au département du Bas-Rhin :

Après les Cent-Jours, par le traité de Paris du 20 novembre 1815, la France perdit ces neuf communes.

Par le traité de Munich du 14 avril 1816, l'Autriche céda à la Bavière :

  • la majeure partie de l'ancien département, à savoir :
    • les arrondissements de Deux-Ponts et de Kaiserlautern ;
    • l'arrondissement de Spire, à l'exception des cantons de Worms et Pfeddersheim ;
    • le canton de Kirchheim, dans l'arrondissement d'Alzey ;
    • les neuf communes cédées par la France par le traité de Paris du 20 novembre 1815 ;
  • dans le département de la Sarre :
    • deux canton de l’arrondissement de Sarrebruck : Blieskastel et Waldmohr ;
    • de l’arrondissement de Birkenfeld, le canton de Kusel.

Par le traité de Francfort du 30 juin 1816, le grand-duché de Hesse céda à la Bavière les territoires que l'Autriche lui avait promis.

Mont-Tonnerre est aujourd'hui le nom d'un arrondissement du land de Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz) dont la capitale est Kirchheimbolanden.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la République française en 1801incluant le département du Mont-Tonnerre

Le chef-lieu du Mont-Tonnerre était Mayence et ses sous-préfectures Spire, Kaiserslautern et Deux-Ponts. Il comptait 342 316 habitants en 1809. Le Dictionnaire géographique portatif de l'époque rapporte : « Le territoire produit vins, blés, grains, fourrages, légumes, fruits, miel, chanvre, lin, cire, gibier, poisson ; salines, forges, fourneaux, fonderies ; fabriques de draps, soieries, étoffes de coton, toiles, chapeaux, bonneterie, savon, tabac ; mégisseries, tanneries, blanchisseries, papeteries, verreries, moulins à huile ; manufactures de porcelaine ; bois de haute futaie. Il y a des bestiaux de belle espèce ; 437.576 arpents de forêts. Sa capitale est à 137 lieues de Paris.»

Économie[modifier | modifier le code]

Maroquinerie, huilerie, vin, mines de métaux, forges, etc. dans Annuaire statistique du département du Mont-Tonnerre, année 1809, par M. Ferdinand Bodman, chef de division à la préfecture de ce département. et Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, publié avec l'approbation de S. Ex. le Ministre de l'Intérieur Emmanuel Crétet, imprimerie de Madame Huzard, Paris 1809

Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Liste des préfets napoléoniens (Drapeau de l'Empire français Consulat et Premier Empire)
Période Identité Fonction précédente Observation
9 mars 1801 1801 Henri Shée Commissaire général du gouvernement dans les départements de la rive gauche du Rhin Préfet du Bas-Rhin (1802)
Membre du Sénat conservateur (1810)
Pair de France (4 juin 1814)
8 brumaire an IX 20 décembre 1801 Jean-Baptiste-Moïse Jollivet Commissaire général pour l'organisation des quatre nouveaux départements de la rive gauche du Rhin Ministre du Trésor du Royaume de Westphalie (7 décembre 1807)
20 décembre 1801 10 décembre 1813
(décès)
André Jeanbon Saint André Consul général à Alger,
puis à Smyrne (1798)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]