Rhin-et-Moselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Département de Rhin-et-Moselle
Rhein-Mosel-Département (de)

17971814

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte du département

Informations générales
Statut Ancien département français de la Première République et du Premier Empire
Chef-lieu Coblence
Démographie
Population 1809 248 814 hab.
Histoire et événements
4 novembre 1797 Annexion de la république cisrhénane et création du département
30 mai 1814 Traité de Paris : suppression du département
Préfets
(1er) 1801-1803 Boucqueau de Villeraie
(Der) 1810-1813 Jean Marie Thérèse Doazan

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le département de Rhin-et-Moselle est un ancien département français de la rive gauche du Rhin, nommé localement Rhein-und-Mosel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la conquête française, la Cisrhénanie était une mosaïque de plusieurs dizaines d'États, membres du Saint-Empire romain germanique. Occupée à partir de 1794, une éphémère République cisrhénane fut proclamée le 5 septembre 1797 (une République de Mayence l'avait déjà été le 18 mars 1793, demandant son annexion à la France le 21 et l'obtenant le 30), mais la région fut partagée le 4 novembre 1797 par le Directoire en quatre départements, la Roer, la Sarre, Rhin-et-Moselle et le Mont-Tonnerre, qui furent organisés le 23 janvier 1798 (arrêté du 4 pluviôse an VI). Ces départements furent officiellement intégrés au territoire français le 9 mars 1801 et existèrent jusqu'au démantèlement de l'Empire en 1814.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu était Coblence, et les deux sous-préfectures Bonn et Simmern.

Sa population comptait 248 814 habitants en 1809. Le Dictionnaire géographique portatif de l'époque précise : « Le pays est fertile en grains, bons vins, bois et pâturages ; on trouve dans ses montagnes des mines de fer, plomb, calamine, cuivre, argent et or ; des carrières de pierre pour les digues et bâtisses sous l’eau, de marbre et d’ardoise ; des salines et des eaux minérales. Le commerce consiste dans les productions du sol ; il s’y fait un profit considérable sur le transit des marchandises sur le Rhin et la Moselle ; on exporte une grande quantité de vins blancs et de vins rouges. »

La région semble avoir profité de l'annexion pour s'orienter vers une meilleure gestion des ressources du sous-sol et une industrialisation intensive : pour exemple, Bonn vit l'installation de 25 entreprises importantes entre 1803 et 1813.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Liste des préfets napoléoniens (Drapeau de l'Empire français Consulat et Premier Empire)
Période Identité Fonction précédente Observation
2 mars 1801 1803 Boucqueau de Villeraie
Nommé le 16 floréal an XI
En fonction le 25 prairial an XI
1805 François Louis René Mouchard de Chaban Sous-préfet de Vendôme Passe à la préfecture de la Dyle
Membre de la junte extraordinaire de Toscane (12 mai 1806)
Membre du Conseil d'État
Intendant de l'Intérieur et des finances dans les départements des Bouches-de-l'Elbe, des Bouches-du-Weser et de l'Ems-supérieur (18 décembre 1810)
1er février 1805 1806 Alexandre de Lameth Député de la noblesse de Péronne (Somme) aux États généraux de 1789
Préfet des Basses-Alpes
Passe à la préfecture de la Roer
Préfet du Pô
15 juin 1806 1810 Adrien de Lezay-Marnésia Ambassadeur auprès de l'électeur de Salzbourg Passe à la préfecture du Bas-Rhin
7 août 1810 1813 Jean Marie Thérèse Doazan Préfet du Jura (Cent-Jours)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autre sens[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, sans aucun rapport avec le département ci-dessus, Rhin-et-Moselle était le nom d'un réseau d'assurances, créé en 1881 et qui siégeait à Strasbourg.

La dénomination du réseau durant la période d'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand (jusqu'en 1918), reste à préciser.

Ce réseau, qui possédait également un important parc immobilier, a conservé son indépendance jusqu'en 1991, date à laquelle il est passé sous le contrôle d'Allianz-France (filiale du groupe bavarois Allianz). En 1998, deux OPA, l'une hostile, l'autre amicale, aboutirent à une prise de participation majoritaire du groupe Allianz dans les Assurances générales de France (AGF), puis à la fusion progressive de Rhin-et-Moselle dans les « nouvelles AGF », avec disparition progressivement de la dénomination « Rhin-et-Moselle » au fur et à mesure du renouvellement des contrats.

Voir aussi[modifier | modifier le code]