Sarre (protectorat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarre.

Sarre
Saar de

19471956

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La Sarre en Europe en 1949.

Informations générales
Statut République, protectorat français
Capitale Sarrebruck
Monnaie Mark sarrois (1947)
Franc sarrois (1947-1959)
Franc français (aussi de facto)
Histoire et événements
15 décembre 1947 Création
23 octobre 1955 Référendum
27 octobre 1956 Accords de Luxembourg
1er janvier 1957 Intégration à République fédérale d'Allemagne

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le protectorat de Sarre correspondait à l'actuel land de la Sarre, qui fut placé sous tutelle française au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il a été rattaché à la RFA le 1er janvier 1957, suite à un référendum organisé en octobre 1955.

Histoire[modifier | modifier le code]

Frontières de l'Allemagne en 1949 ; la Sarre est en mauve.

Dans un premier temps, la zone française d'occupation fut réorganisée, avec l'accord des alliés : ainsi, l'ordonnance no 57 en date du 30 août 1946 du général Marie-Pierre Kœnig créa d'une part, le land de Rhénanie-Palatinat, et de l'autre, un territoire sarrois correspondant approximativement à l'ancien Territoire du Bassin de la Sarre, entité qui exista au lendemain de la Première Guerre mondiale entre 1920 et 1935, qui était placée sous administration française en gage de dédommagement de guerre.

Les autorités d'occupation remplacèrent ainsi dès juin 1947, le reichsmark (alors en cours dans le reste de l'Allemagne) par le mark sarrois.

Le 15 septembre 1946, sont organisées les premières élections libres des conseils municipaux, la formation de partis politiques étant autorisée par les autorités militaires françaises.

Le 15 décembre 1947, les conseillers sarrois menés par le gouvernement de Johannes Hoffmann, adoptent une constitution, faisant de la région un véritable État doté d’une souveraineté propre. L'indépendance du territoire est alors reconnue au sein des instances internationales.

Le 20 novembre de la même année, le mark sarrois fut remplacé par le franc sarrois (aligné sur le franc français), dans le cadre de l'établissement d'une union économique avec la France.

Le 15 juillet 1948 est instituée une nationalité sarroise.

Des timbres spécifiquement sarrois étaient également mis en circulation. Puis en 1954 et 1955 des pièces en franc sarrois furent aussi frappées. La Sarre se voit même attribuer par l'INSEE le n° 90 bis, comme un département français (voir le Code officiel géographique) ; elle est divisée en 8 arrondissements (Kreise), 49 cantons (Verwaltungsbezirke) et 340 communes.

Avec la mise en place de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (dès 1952) et la tentative avortée de la création d'une Communauté européenne de défense (CED) durant la même période, les tensions franco-allemandes portant sur la représentativité de la Sarre se précisent.

L'accord paraît un moment se faire sur l'hypothèse d'une Sarre qui serait une sorte de « district » européen dans le cadre élargi de l'Union de l'Europe occidentale, embryon d'une future nation fédérée européenne (déjà, la radio périphérique Europe 1 émet depuis son antenne de Sarre). Le 23 octobre 1955, les Sarrois s'expriment par référendum et rejettent ce nouveau statut par 67,7 % des voix[1].

De plus, l'échec de la CED gèle le processus d'unification européenne et le rapprochement franco-allemand facilite la restitution de la Sarre à la République fédérale par la signature des accords de Luxembourg entre les deux pays, le 27 octobre 1956.

Le rattachement politique de la Sarre à l'Allemagne de l'Ouest est entériné pour le 1er janvier 1957. Ces accords permettent donc de mettre fin à un vieux contentieux au sein des relations franco-allemandes.

Le franc français (franc sarrois) resta la monnaie officielle du territoire jusqu'au 6 juillet 1959.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rémi Baudouï, « La reconstruction française en Sarre (1945-1950) », Vingtième siècle : Revue d'histoire, no 29, 1991, pp. 57-66. [1]
  • Laurent Champier, « La Sarre, terre de contact », Revue de géographie de Lyon, vol. 26, 1951, no 2, pp. 221-227. [2]
  • François Deruel , « Le Tribunal international de la Sarre », Annuaire français de droit international, vol. 2, 1956, no 2, pp. 509-516. [3]
  • Pierre Lanfranchi, « Le football Sarrois de 1947 a 1952. Un contre-pied aux actions diplomatiques », Vingtième siècle : Revue d'histoire, no 26, avril-juin 1990, pp. 59-66. [4]
  • Marcel Merle, « L'accord franco-allemand du 23 octobre 1954 sur le statut de la Sarre », Annuaire français de droit international, vol. 1, 1955, no 1, pp. 128-133. [5]
  • Marcel Merle, « Le règlement de la question sarroise et la liquidation du contentieux franco-allemand », Annuaire français de droit international, vol. 2, 1956, no 2, pp. 181-205. [6]
  • Daniel-Henri Vignes, « Le referendum sarrois », Annuaire français de droit international, vol. 1, 1955, no 1, pp. 134-139. [7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vignes, 1955.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]