Gewurztraminer (cépage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gewurztraminer Rs
Gewurztraminer (cépage)
Grappe de gewürztraminer
Caractéristiques phénologiques
Débourrement 4 jours après le chasselas
Floraison précoce
Véraison tardive
Maturité première époque
Caractéristiques culturales
Port droit
Vigueur malessante
Fertilité demi-fertile, en terres glaiseuses
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité faible
Exigences culturales
Climatique septentrional
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique fruits rouges, arôme de terre, d'encens, de myrtille, d'aubergine

Le gewurztraminer Rs[N 1] est un cépage à grains roses, de la famille des Traminers. Il est aussi parfois appelé savagnin rose aromatique.

Origine[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Son histoire est longtemps confondue avec celle du savagnin rose et pour cause : il est issu de ce dernier cépage dont il est une mutation plus aromatique. Les autres critères de distinction ampélographique sont identiques.

Il semblerait que la première sélection de cette forme aromatique ait eu lieu en Alsace. À partir du XIXe siècle, il est nommé distinctement du simple traminer[1]. Une fois ce cépage bien individualisé, il a traversé le Rhin pour conquérir l'Allemagne et l'Autriche. La terminologie germanique ne permet pas toujours de distinguer le gewurztraminer du savagnin rose, tous les deux étant appelés traminer.

Géographique[modifier | modifier le code]

Le gewurztraminer est présent en France dans le vignoble d'Alsace[2] ; il y représente environ 18 % des surfaces viticoles avec 2 500 hectares. C'est un des cépages nobles pouvant bénéficier de l'appellation alsace grand cru.

Au cours des années 1990, il se cultivait 775 hectares en Allemagne, 700 ha en Autriche, 500 ha en Italie, 200 ha en Croatie. Hors d'Europe, il est très présent aux États-Unis avec 2 500 ha, beaucoup moins en Afrique du sud (300 ha) et en Australie. (600 ha)[3]

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

L'extrémité du jeune rameau est très velue.
Les feuilles adultes sont de petite taille, trilobées, avec un sinus pétiolaire peu ouvert ou à bords chevauchants, des dents courtes ogivales, un limbe bullé et parfois gaufré et tourmenté.
Les grappes sont petites. Les baies sont petites et sphériques, de couleur jaune-doré[4].

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Culturales[modifier | modifier le code]

Le gewurztraminer est un cépage vigoureux, mais sensible à la coulure et peu productif. Il est généralement taillé long pour assurer une production suffisante. Sensible à la chlorose et au dessèchement de la rafle, il résiste bien au froid hivernal, même si sa précocité fait craindre les gelées printanières tardives[4].

Sensibilité aux maladies[modifier | modifier le code]

Ce cépage est relativement peu sensible à l'oïdium, à la pourriture grise et aux vers de la grappe. Les années favorables, il peut être attaqué par la pourriture noble.

Technologiques[modifier | modifier le code]

Le gewurztraminer est un cépage qui donne un moût riche en sucre, parfois manquant un peu d'acidité. Il donne un vin très aromatique avec des senteurs très caractéristiques de rose et de litchi[4].
Il peut être vinifié en vin blanc sec ou moelleux, parfois très sucré dans les vendange tardive ou sélection de grains nobles.

Accord gastronomique[modifier | modifier le code]

Il s'accorde avec des fromages alsaciens aux goûts prononcés (munster), poissons grillés (parillade) ; il accompagne merveilleusement la cuisine asiatique ou indienne, notamment si elle est à base de lait de coco, de gingembre, etc. Consommé essentiellement en accompagnement des desserts, il peut aussi être servi seul en apéritif.

Pour l'anecdote, et comme le raconte Mollerand dans son ouvrage Les Mythes de la vigne (Guillot, Paris, 1898), ce vin était considéré par Louis XIV comme ayant un pouvoir de guérison de l'impuissance, ce qui expliquerait sa « forte propension à abuser de la chose » (Ibid., p. 94).

Synonymes[modifier | modifier le code]

Gewurztraminer, planche de l'Ampélographie Viala et Vermorel

Auvernas Rouge, Blanc Brun, Blanc Court, Bon Blanc, Christkindeltraube, Christkindlestraube, Clevener, Clevner, Crevena Ruziva, Crovena Ruzica, Dišeči Traminec, Dreimaenner, Dreimannen, Dreipfennigholz, Drumin, Drumin Ljbora, Duret Rouge, Edeltraube, Fermentin Rouge, Fleischroth, Fleischweiner, Formentin Rouge, Fourmenteau Rouge, Frencher, Fromente, Fromenteau, Fűszeres, Fűszeres Tramini, Gentil Rose Aromatique, Gentil-duret Rouge, Gentile Blanc, Gertie, Gewuerztraminer, Gringet, Gris Rouge, Haiden, Kirmizi Traminer, Klaebinger, Klaevner, Kleinbraun, Kleinwiener, Livora, Livora Cervena, Mala Dinka, Marzimmer, Mirisavi Traminac, Nature, Nature Rose, Noble Rose, Nuernberger Rot, Pinat Cervena, Piros Tramini, Plant Paien, Princ Cerveny, Princt Cervena, Princt Cerveny, Ranfoliza, Rosentraminer, Rotclevner, Rotedel, Roter Nuerberger, Roter Nuernberger, Roter Traminer, Rotfranken, Rothklauser, Rothweiner, Rothwiener, Rotklaevler, Rotklaevner, Rotklevner, Rousselet, Runziva, Rusa, Ruska, Ryvola, Salvagnin, Sauvagnin, Savagnin, Savagnin Jaune, Savagnin Rosa Aromatique, Savagnin Rose, Savagnin Rose Aromatique, Savagnin Rose Musque, St. Klauser, Termeno Aromatico, Tramin Cerveny, Tramin Korenny, Traminac Crveni, Traminac Diseci, Traminac mirisavi, Traminac Mirisavi Crveni, Traminac Sivi, Traminec, Traminer, Traminer Aromatico, Traminer Epice, Traminer Musque, Traminer Parfume, Traminer Rosa, Traminer Rose Aromatique, Traminer Rot, Traminer Rozovyi, Tramini Piros et Trammener[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gewürztraminer » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 24 juillet 2010
  2. Suivant le classement des variétés de vignes arrêté le 12 juin 2006, ce cépage n'est autorisé en France que dans le département de la Moselle et en Alsace. Voir le tableau des variétés de raisins de cuve, annexe dudit arrêté.
  3. Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, Guide des cépages, 300 cépages et leurs vins, ULMER,‎ 1997 (ISBN 2-84138-059-9)
  4. a, b et c ENTAV-INRA-ENSAM-ONIVINS, Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, ENTAV, Éditeur (ISBN 2-9509682-0-1), page 137
  5. (en) E. Maul, Eibach, R., « European Vitis Database », Information and Coordination Centre for Biological Diversity (IBV) of the Federal Agency for Agriculture and Food (BLE), Deichmanns Aue 29, 53179 Bonn, Germany,‎ 2006 (consulté le 28 août 2007)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Galet, Dictionnaire encyclopédique des cépages Hachette Livre, 1. édition 2000 ISBN 2-0123633-18
  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France. ENTAV-INRA-ENSAM-ONIVINS. ENTAV, Éditeur, 1995 (ISBN 2-9509682-0-1) (page 235)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]