Mer de Glace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Mer de glace.
Mer de Glace
Vue sur la Mer de Glace.
Vue sur la Mer de Glace.

Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Massif Massif du Mont-Blanc
Vallée Vallée de l'Arve
Cours d'eau Arveyron
Type Glacier de vallée
Longueur maximale 12,5 km
Superficie 30 km2
Altitude du front glaciaire 1 400 m
Vitesse d'écoulement 110 m/an
Coordonnées 45° 54′ 10″ N 6° 56′ 40″ E / 45.9028, 6.9444 ()45° 54′ 10″ N 6° 56′ 40″ E / 45.9028, 6.9444 ()  

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Mer de Glace

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Mer de Glace

La Mer de Glace est un glacier alpin situé sur la face nord du massif du Mont-Blanc et formé de la jonction de trois glaciers plus petits : les glaciers du Tacul, de Leschaux et de Talèfre. Il mesure au total sept kilomètres de long[1], son épaisseur est d'environ deux cents mètres et sa surface est de trente cinq kilomètres carrés.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Mer de Glace est le troisième plus important glacier des Alpes, après le glacier d'Aletsch (120 km²) et le Gorner (65 km²). En longueur, il est toutefois devancé, outre le glacier d'Aletsch, par le glacier de Fiesch situé en Suisse.

Son sommet culmine vers 2 140 mètres, au niveau de la jonction entre le glacier du Tacul et le glacier de Leschaux (le glacier de Talèfre rejoignait celui de Leschaux peu avant, il ne conflue plus depuis les années 1930). Sa langue terminale se trouve à une altitude de 1 400 mètres.

Plan de la Mer de Glace selon John Tyndall en 1857.

La Mer de Glace présente un attrait touristique certain : les touristes peuvent y accéder aisément grâce au chemin de fer du Montenvers. Le site du Montenvers, situé un peu en amont de la langue terminale du glacier, offre un excellent point de vue sur la Mer de Glace.

Le Montenvers est également connu pour sa célèbre grotte de glace, creusée chaque année dans le flanc du glacier depuis 1946. Elle comporte plusieurs pièces, qui sont agrémentées de sculptures de glace.

Le torrent exutoire de la Mer de Glace, appelé Arveyron, est l'un des principaux tributaires de l'Arve.

Historique[modifier | modifier le code]

Le glacier des Bois[modifier | modifier le code]

La Grotte de glace

Aux XVIIIe et XIXe siècles, le glacier descendait jusque dans la vallée, au niveau du village des Bois. Pour cette raison, il se nommait glacier des Bois, appellation qui subsiste encore parfois de nos jours. Notons toutefois que le glacier des Bois désignait surtout la partie du glacier qui s'épanchait dans la vallée. En 1741, deux voyageurs britanniques, William Windham et Richard Pococke se rendent au Montenvers, et baptisent du nom de Mer de Glace la partie « haute » du glacier.

À cette époque, l'Arveyron sortait du glacier des Bois au niveau d'une imposante grotte naturelle, située dans sa langue terminale. Elle était appelée la grotte d'Arveyron.

Aujourd'hui, la partie « basse » du glacier a complètement disparu. La langue terminale se situe au-delà de gros rochers arrondis appelés rochers des Mottets : elle est donc invisible de la vallée. Par contre, les rochers des Mottets, au-dessus desquels le glacier s'épanchait autrefois, sont eux bien visibles depuis Chamonix.

Alpages du Mauvais Pas[modifier | modifier le code]

La mer de Glace dans l'encyclopédie Collier de 1921.
La Mer de Glace et le Montenvers (à droite).

À la même époque, l'épaisseur du glacier était également beaucoup plus importante. Cela permettait de le traverser assez facilement au niveau du Montenvers, pour atteindre l'autre rive (droite), aujourd'hui rendue beaucoup plus difficile d'accès. On y faisait même passer des troupeaux, qui rejoignaient ainsi des alpages situés en contrebas de l'aiguille Verte et des Drus, via un passage escarpé sur la rive droite, appelé Mauvais Pas ou Maupas.

Évolution[modifier | modifier le code]

À l'heure actuelle, le glacier perd, chaque année, de 4 à 6 mètres d'épaisseur et une trentaine de mètres en longueur[2]. Entre 1905 et 2005, la mer de Glace a perdu 120 m d'épaisseur[3]. Depuis 1830, elle a perdu 2,5 km de longueur et plus de 150 m d'épaisseur[4]. La fonte du glacier est une conséquence du réchauffement climatique[5],[6].

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

EDF utilise à certaines saisons les eaux sous-glaciaires pour la génération d'hydroélectricité. Des tunnels creusés sous la langue terminale récoltent l'eau, et l'acheminent dans la vallée via des conduites forcées. Une centrale située aux Bois turbine alors ces eaux pour produire de l'électricité, avant de les libérer dans le lit de l'Arveyron. Le recul du glacier met cette installation en péril. Le premier captage de 1973 a déjà été obstrué par des rochers. Un deuxième, installé provisoirement près de la langue terminale du glacier, doit assurer la transition. En 2011, une nouvelle source d'alimentation, un kilomètre en amont, devrait être mise en service.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Dans la pièce de théâtre d'Eugène Labiche, Le Voyage de monsieur Perrichon, monsieur Perrichon, carrossier très aisé, se retire des affaires et, pour l'occasion, emmène sa femme et sa fille en voyage sur le mont Blanc. Il écrit sur le livre d'or de son hôtel :

« Que l'homme est petit quand on le contemple du haut de la mère de Glace ! »

— Acte 2, scène 7

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Mer de Glace sur Chamonix.net
  2. [PDF] LGGE - Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement
  3. (fr) WWF-France, « Mont-blanc : Goûter l'hiver », Panda magazine, Paris, WWF-France, no 119,‎ décembre 2009 (ISSN 0248-8124), p. 5
  4. GEO n° 378, août 2010, p. 32
  5. TF1, Le 13h du 7 décembre 2009, La mer de glace victime du réchauffement climatique
  6. La Mer de glace, d'hier à aujourd'hui. Photos, archives

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]