Servoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Servoz
L'église et le centre du village
L'église et le centre du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Bonneville
Canton Canton de Chamonix-Mont-Blanc
Intercommunalité SIVOM Pays du Mont-Blanc
Maire
Mandat
Nicolas Évrard
2014-2020
Code postal 74310
Code commune 74266
Démographie
Population
municipale
930 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Population
aire urbaine
60 234 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 57″ N 6° 45′ 46″ E / 45.9325, 6.7627777777845° 55′ 57″ Nord 6° 45′ 46″ Est / 45.9325, 6.76277777778  
Altitude Min. 758 m – Max. 2 324 m
Superficie 13,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Servoz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Servoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Servoz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Servoz

Servoz est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Le village est resté à l'écart des grands flux touristiques de la région et garde, de ce fait, un aspect rural montagnard sauvegardé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Servoz se situe dans la haute vallée de l'Arve, entre Chamonix-Mont-Blanc et Saint-Gervais-les-Bains. C'est un village qui s'étend au pied de la montagne de Pormenaz.

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison dans Le Vieux Servoz

Au Ve siècle av. J.-C., les Ceutrons, s'installent tout près du lac qui à cette époque occupait le bassin de Servoz. Deux siècles plus tard, les Allobroges, peuplade celtique, repoussent les Ceutrons et installert leurs camps sur les Gures, promontoire dominant l'entrée du bassin de Servoz. Avec le temps et l'érosion, le lac disparaît. La borne de la Forclaz-du-Prarion marque la limite en 74 ap JC, du territoire des Ceutrons et des Allobrogres, au sommet dudit col.

Dès le XVe siècle, et peut être même durant l'antiquité, les richesses minières de l'ensemble de la vallée de Chamonix seront l'objet de recherches. Plomb, cuivre et dans une moindre mesure l'argent, seront donc recherchés. L'alun, bien que son existence fut à plusieurs reprises contestée dans cette partie des Alpes Françaises sera recherché au XVe siècle. Plusieurs minéraux du groupe de l'alun ont été trouvés depuis quelques années sur plusieurs sites. Notamment dans les gorges de la Diosaz et aux Montées Pellissier (Analyses X sur MEB et observations au MEB)[1].

Servoz est, au XVIIIe siècle, le siège d'une compagnie minière qui exploitait plusieurs filons de cuivre, plomb et argent.

Les travaux d'exploitation étaient situés au sein d'une concession de plus de 63 km2. Aujourd'hui, les vestiges de ce passé industriel font partie intégrante du patrimoine archéologique industriel de Servoz et de la Haute vallée de l'Arve. Récemment des travaux ont été entrepris sur les scories de fonderie (analyses XRF et XRD, observations sur section polies au Microscope Electronique). Les scories sont de plusieurs types: scories écoulées externes, scories internes, scories de fourneau à manche...). Une affiche est présentée aux Gorges de la Diosaz (rivière utilisée pour la mise en mouvement des différents ateliers de la fonderie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'Aire urbaine de Chamonix-Mont-Blanc ensemble à Chamonix-Mont-Blanc et Les Houches.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Marie-France Marcos PRG ...
mars 2008 en cours Laure Schmutz ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 930 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
422 430 441 436 616 589 455 453 453
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
465 478 519 510 495 562 755 568 532
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
503 503 460 440 479 509 441 426 434
1982 1990 1999 2006 2008 2011 - - -
435 619 818 895 917 930 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les gorges de la Diosaz, site classé, lsont un objectif de promenade accessible à tous, à travers un sentier entretenu accroché à la paroi, franchissant le torrent, permettant d’approcher les cascades et de pénétrer dans l’étroite fissure de la montagne[5].

Réserves naturelles[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type I[modifier | modifier le code]

C'est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I, comprenant notamment :

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Servoz bénéficie du label « ville fleurie » avec « 1 fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[6].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alexandre Stavisky, escroc français mort à Servoz le 6 janvier 1934.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon S. Briand, Un patrimoine minier.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2008, 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4), p. 249.
  5. Ouverture de juin à septembre.
  6. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).