Aiguille du Grépon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aiguille du Grépon
L'aiguille du Grépon, depuis la pointe Helbronner
L'aiguille du Grépon, depuis la pointe Helbronner
Géographie
Altitude 3 482 m, sommet Sud
Massif Aiguilles de Chamonix
(Massif du Mont-Blanc)
Coordonnées 45° 54′ 09″ N 6° 55′ 09″ E / 45.9025, 6.91917 ()45° 54′ 09″ Nord 6° 55′ 09″ Est / 45.9025, 6.91917 ()  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ascension
Première 5 août 1881, par Albert F. Mummery, Alexander Burgener et Benedikt Venetz par l'arête Nord
Voie la plus facile Arête Sud-Ouest (D-) depuis le refuge du Plan de l'Aiguille
Géologie
Roches Protogine

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Aiguille du Grépon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aiguille du Grépon

L'aiguille du Grépon, ou simplement Le Grépon, est l'une des aiguilles de Chamonix, dans le massif du Mont-Blanc. Elle culmine à 3 482 m d'altitude. Elle présente une crête crénelée de plusieurs pointes : le sommet Nord (3 478 m), le Grand Gendarme (3 472 m), le Gendarme 3 473 m, le sommet Sud (point culminant) et la pointe Balfour (3 475 m).

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Classiques[modifier | modifier le code]

Précédée de l'aiguille des Grands Charmoz, la traversée Charmoz-Grépon est une des grandes classiques rocheuses du massif du Mont-Blanc. Une autre grande classique est la voie de la face est, dite Grépon-Mer de Glace (D, H.O. Jones, R. Todhunter et Geoffrey Winthrop Young avec Joseph Knubel et Alexis Brocherel, le 19 août 1911), avec la fissure Knubel, le premier passage en V+ du massif du Mont-Blanc.

Vierge du Grépon[modifier | modifier le code]

Au sommet de l'aiguille, trône une statue de Notre-Dame de La Salette de 1,20 m de haut. Pesant 44 kg, elle fut montée à dos d'homme le 22 juin 1927 par huit guides de Chamonix membres de la Jeunesse catholique et dirigés par Joseph Ravanel. Une fois scellée, elle fut bénie par l'abbé Vuarnet qui accompagnait l'expédition[1].

Le Grépon (à droite) et les Grands Charmoz (à gauche)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une statue de la Sainte Vierge sur une aiguille du mont Blanc », La Croix, no 13592,‎ 27 juin 1927, p. 1 (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Labande, La chaîne du Mont-Blanc : Guide Vallot. Sélection de voies, t. 1 : À l'ouest du col du Géant, Éditions Arthaud,‎ 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :