Les Étoiles de midi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Étoiles de midi

Réalisation Marcel Ichac
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Sortie 1959
Durée 78 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Étoiles de midi (Stars at noon dans sa version anglaise, Sterne über dem Montblanc dans sa version allemande) est un film réalisé et produit en 1958 par le réalisateur de films d'exploration et de montagne français Marcel Ichac, avec Jacques Ertaud pour réalisateur adjoint. Il est considéré comme le grand classique du cinéma de montagne.

Le film a compté dans sa petite équipe parmi les meilleurs alpinistes de sa génération : Lionel Terray, René Desmaison, Michel Vaucher.

La musique a été confiée au grand compositeur de musiques de films Maurice Jarre, qui travaillait ainsi pour son premier long métrage.

Le film a reçu en 1959 le grand prix du cinéma français, qui récompensait, avant d'être détrôné par les Césars, le meilleur film français de l'année.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les Étoiles de Midi relate plusieurs aventures, réellement vécues, d'alpinistes censés eux-mêmes soit les raconter à leurs compagnons de cordée, soit les vivre tout au long du film.

Un film manifeste en faveur du cinéma de montagne[modifier | modifier le code]

Les Étoiles de midi est considéré comme le chef-d'œuvre de Marcel Ichac et le film manifeste de sa théorie du cinéma de montagne, qui ne fut pas sans influence sur les réalisateurs de la Nouvelle Vague : caméra mobile accompagnant les acteurs, cinéma vérité (une scène démonte d'ailleurs les systèmes de trucage avec un film dans le film ; histoires vraies ; acteurs professionnels de la montagne plus que du cinéma), etc. Éric Rohmer l'a expliqué à l'époque dans les Cahiers du cinéma.

Premier long-métrage entièrement tourné en haute montagne, consacré à de véritables histoires d'alpinistes (la montagne ne devant pas être réduite à un rôle de décor destiné à dramatiser une intrigue extérieure), Les Étoiles de midi a rempli sa mission, rencontrant le succès en France et à l'étranger. Il reçut le grand prix du cinéma français en 1959. Il remporta la même année la médaille d'or du festival du film de montagne de Trente en Italie. Il est devenu le grand classique du cinéma de montagne. 45 ans après sa sortie, François Lalande lui consacre un article, le qualifiant de « film grandiose par lequel Marcel Ichac donna au cinéma de montagne ses lettres de noblesse. »[1].

Par son exigence absolue de la vérité, Les Étoiles de midi est considéré par les spécialistes comme un film pionnier d'un nouveau genre cinématographique :

– avec ce film, « Ichac avait inventé un genre : le docu-fiction » explique le réalisateur Jacques Ertaud[2] ;
– pour François Lalande, « Tourné sur le terrain au cours de l’été 1958, sans aucun moyen mécanique si l’on excepte le téléphérique de l’aiguille du Midi pour l’approche – la question de l’hélicoptère ne se posant même pas -, le film de référence du monde de l’alpinisme est caractérisé par le qualificatif de « cinéma vérité. » » [1].

Le livre manifeste, et aussi livre de souvenirs, de Marcel Ichac, illustré de photos du film, s'appelle Quand brillent les Étoiles de midi (1960).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Prix reçus par Les Etoiles de midi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Lalande, L’Envers des Etoiles in Montagnes magazine, spécial festival du film d’Autrans, décembre 1994.
  2. Jacques Ertaud, Adieu Matha, in Montagne Magazine, n°171, juin 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Ichac, Quand brillent les Étoiles de midi, Ed. Arthaud, 1960.
  • interview de Marcel Ichac sur le film dans La Montagne & Alpinisme, octobre 1959.
  • Éric Rohmer, critique du film dans Les Cahiers du cinéma, 1960(?).
  • Alain de Châtellus, critique du film dans La Montagne & Alpinisme, février 1960.
  • Lionel Terray, Les Conquérants de l’inutile, Gallimard, 1961.
  • René Desmaison, La Montagne à main nue, Flammarion, 1971.
  • François Lalande, L’Envers des Etoiles, article dans Montagnes magazine, spécial XIe festival du film d’Autrans, décembre 1994.

Liens externes[modifier | modifier le code]