Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant

Louis-Gustave Doulcet, comte de Pontécoulant, né à Caen le 17 novembre 1764 et mort à Paris le 3 avril 1853, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant entame sa carrière dans l’armée en 1778 comme officier dans la compagnie écossaise des gardes du corps du Roi sous la monarchie.

Il est licencié en 1791 avec le grade de lieutenant-colonel. Partisan modéré de la Révolution, il représente le Calvados en 1792 à la Convention et devient commissaire aux armées du Nord. Il entre ensuite au Comité de guerre.

Il vote l’emprisonnement de Louis XVI pendant la guerre et son bannissement après la paix. Il vote la mise en accusation de Jean-Paul Marat. Il est décrété d’accusation le 3 octobre 1793 après s’être allié aux Girondins. Il se réfugie en Suisse.

Refusant de prendre la défense de Charlotte Corday, Normande et girondine comme lui, celle-ci lui en fait le reproche dans une lettre qu’elle lui écrit en chemin pour l’échafaud. À la chute de Maximilien de Robespierre, il est réélu le 8 mars 1795 à la Convention, où il fait montre d’un esprit de modération inusité dans sa défense de Prieur de la Marne et de Robert Lindet. Président de la Convention en juillet 1795, il est membre pendant quelques mois du Comité de salut public.

Élu député au Conseil des Cinq-Cents, il siège à droite, mais n'appartient au Club de Clichy. Il est tout de même proscrit après le coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) pour avoir été suspecté de royalisme avant l’établissement du Consulat.

Louis-Gustave Doulcet, comte de Pontécoulant (1764-1853).jpg

Il rentre en France après le coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) et devient préfet de la Dyle, sénateur en 1805 et comte de l'Empire en 1808. Il organise la Garde nationale en Franche-Comté en 1811 et la défense de la frontière nord-est en 1813.

À la Restauration, Louis XVIII le fait pair de France.

Famille[modifier | modifier le code]

Il était le père de Louis Adolphe le Doulcet et de Philippe Gustave le Doulcet.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire ComLH.svg
Blason Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant (1764-1853).svg
Armes du comte Doulcet de Pontécoulant et de l'Empire

De gueules au croissant d'argent contourné, accosté intérieurement d'une étoile à huit pointes, quartier du Sénat.[3]

  • Livrées : les couleurs rouge, blanc, bleu et jaune[3].
Orn ext Comte (baron-pair) GCLH.svg
Blason fam fr Doulcet de Pontécoulant.svg
Armes du comte Le Doulcet de Pontécoulant, baron-pair héréditaire

D'argent à la croix de sable fleurdelisée du même.[1]

Ou 
D'argent, à la croix de sable, fleurdelisée d'or.[4]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir 

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 18 juin 2011)
  2. « Notice no LH/798/7 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. a et b « BB/29/974 page 57. », Titre de comte accordé à Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant. Bayonne (26 avril 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  4. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887