Marc-Théodore Bourrit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auto-portrait de Marc-Théodore Bourrit

Marc-Théodore Bourrit, né à Genève le 6 août 1739 et mort à Lancey le 7 octobre 1819[1], est un alpiniste à la fois chantre, compositeur, artiste peintre, graveur, voyageur, écrivain et historiographe suisse, considéré, avec Horace-Bénédict de Saussure et Jean André Deluc, comme un pionnier de l'exploration des Alpes et de l'alpinisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc-Théodore Bourrit est issu d'une famille cévenole française, qui trouve refuge à Genève pour raisons religieuses. Contrairement à Horace-Bénédict de Saussure ou Jean André Deluc, Marc-Théodore Bourrit n'est ni scientifique ni issu de l'aristocratie genevoise et ses moyens financiers sont donc limités. En 1768 il excerce comme chantre à la cathédrale protestante Saint-Pierre de Genève. En 1775, il rencontre Victor-Amédée III de Sardaigne qui le présente à Louis Stanislas Xavier de France. En 1781, il se lie d'amitié avec Georges-Louis Leclerc de Buffon et est présenté à Louis XVI qui lui octroie une pension de 600 livres de France. En 1795, il est chargé de surveiller la construction de l'hospice de Montenvers, dû à la générosité du résident de France à Genève, Félix Desportes. Marc-Théodore Bourrit est l'initiateur de la construction de la route qui conduit de Bonneville à Cluses[1].

Le musicien[modifier | modifier le code]

Bon chanteur, Marc-Théodore Bourrit est aussi compositeur de musique d'église et il donne deux concerts à Paris en 1781 à l'église de Sceau et à celle de la Sorbonne. En 1791, il publie un Essai sur la musique d'église[1].

L'alpiniste[modifier | modifier le code]

Marc-Théodore Bourrit est peintre sur émail lorsqu'il découvre en 1761 les Alpes depuis le sommet des Voirons. C'est alors pour lui une véritable révélation. En 1766, Marc-Théodore Bourrit visite la vallée de Chamonix. Ce premier séjour sera suivi par vingt-huit autres. En 1775, il découvre une nouvelle voie d'ascension au mont Buet (3 096 m), par la Pierre à Bérard (Vallorcine). Plus tard, il tente, à plusieurs reprises, l'ascension du mont Blanc (en compagnie de Michel Paccard ou de Saussure) sans jamais y parvenir. Le 27 août 1787, au cours d'une de ses dernières tentatives, il effectue la troisième traversée du col du Géant, deux mois après celles effectuées tout d'abord par Charles-François Exchaquet puis par Jean-Michel Cachat et Jean-Michel Tournier.

Le peintre et graveur[modifier | modifier le code]

Horace-Bénédict de Saussure le sollicite pour illustrer ses Voyages dans les Alpes. Les panoramas de montagne dessinés par Marc-Théodore Bourrit sont les premiers à rendre fidèlement l'aspect des massifs alpins. Tous les livres de Bourrit sont illustrés par lui-même, le premier datant de 1773.

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Marc-Théodore Bourrit est considéré comme le fondateur de la littérature alpine. Ses talents de peintre vont lui permettre d'illustrer ses ouvrages, qui connaitront un certain succès, en partie pour ses descriptions « extravagantes » du milieu montagnard, suscitant de la part des lecteurs admiration et effroi. Il intègre dans certains de ses écrits des notices sur les insectes rédigées par Louis Jurine ou des catalogues de plantes alpines édités par Louis Albert Necker-de Saussure. Ses ouvrages sont traduits en italien par Lazzaro Spallanzani et en allemand par Johannes Gessner[1].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Marc-Théodore Bourrit, Description des glacières de Savoye,‎ 1773
  • Marc-Théodore Bourrit, Description des Alpes pennines et rhétiennes, 2 vols,‎ 1781
  • Marc-Théodore Bourrit, Descriptions des cols ou passages des Alpes, 2 vols,‎ 1803
  • Marc-Théodore Bourrit, Itinéraire de Genève, Lausanne et Chamouni,‎ 1791

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Société pour l'encouragement des arts de Genève
  • 1797 - Membre de l'Institut des sciences, de l'agriculture et des arts de Boulogne-sur-Mer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr)« Notice biographique sur Mr. Marc-Théodore Bourrit », sur doc.rero.ch (consulté le 18 janvier 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bourrit, Marc-Théodore Bourrit, 1739-1819 : une histoire des Natifs de Genève, Tribune éditions, 1989
  • Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 2, Paris, Atlas,‎ 1976, 2400 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]