Le Labyrinthe de Pan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Labyrinthe de Pan

Titre original El Laberinto del fauno
Réalisation Guillermo del Toro
Scénario Guillermo del Toro
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau du Mexique Mexique
Genre Fantastique
Sortie 2006
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Labyrinthe de Pan (El Laberinto del fauno) est un film hispano-mexicain de Guillermo del Toro, sorti en 2006. Il se déroule un peu après la guerre d'Espagne et son personnage principal, la jeune Ofelia, est désignée par un faune comme la princesse d'un monde souterrain. Elle doit réussir trois épreuves pour le regagner tandis que sa mère, enceinte, est de plus en plus malade et que son beau-père, le cruel capitaine Vidal, traque la guérilla anti-franquiste de la région.

L'histoire est une parabole inspirée par les contes de fées dans laquelle del Toro explore des thèmes qu'il avait déjà évoqués dans L'Échine du Diable (2001). Les traductions en français et en anglais du titre du film font références au dieu Pan mais del Toro a spécifié que ces traductions étaient inexactes et que le faune du film n'avait aucun rapport avec Pan[1]. Tourné dans la Sierra de Guadarrama en 2005, le film a été présenté pour la première fois au festival de Cannes 2006 et a été à sa sortie très bien accueilli par le public et la critique. Il a remporté de nombreux prix, dont trois Oscars du cinéma et le Prix Hugo du meilleur film.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1944, la guerre d'Espagne est achevée depuis 5 ans, et l'Espagne est désormais sous la coupe de Franco. Les maquisards se terrent dans les montagnes. La jeune Ofelia, une enfant rêveuse aimant les contes de fées, voyage avec sa mère Carmen, enceinte et de constitution fragile. Celle-ci est partie rejoindre son nouveau mari, le tyrannique et sanguinaire capitaine Vidal de l'armée franquiste, qui a pour tâche d'éliminer la résistance des maquisards dans la région. La nuit de son arrivée, Ofelia est guidée par un étrange insecte qu'elle prend pour une fée, et découvre au cœur d'un labyrinthe voisin de sa nouvelle maison un faune inquiétant. Il lui révèle qu'elle serait la réincarnation de la princesse Moanna, du monde souterrain et égarée sur la Terre. Pour en être certain et afin qu'elle retrouve ses vrais parents, Ofelia doit réussir trois épreuves. Pendant ce temps, Vidal assassine sauvagement deux paysans qu'il suspecte d'être affiliés à la guérilla anti-franquiste.

Ofelia devient très vite proche de Mercedes, la gouvernante, qui espionne pour le compte des maquisards (tout comme le docteur chargé de soigner Carmen). Elle réussit la première épreuve, qui consiste à récupérer une clé gardée par un crapaud géant vivant sous un arbre. L'état de santé de Carmen s'aggrave quand elle manque faire une fausse couche. Le faune donne alors à Ofelia une racine de mandragore à placer sous le lit de sa mère et Carmen reprend très vite des forces. Ofelia, guidée par trois fées, va ensuite dans la tanière d'un ogre (l'homme pâle) pour y prendre un poignard. Allant à l'encontre des recommandations du faune, Ofelia mange de la nourriture qui est sur la table devant laquelle l'ogre est endormi. Cela le réveille instantanément et Ofelia ne peut s'échapper que grâce au sacrifice de deux des fées. Le faune, très fâché, refuse alors de révéler la troisième et dernière épreuve à Ofelia. Vidal, de son côté, livre un combat contre les maquisards et en capture un. Il le torture mais le docteur l'euthanasie avant qu'il ne puisse révéler tout ce qu'il sait à Vidal. Celui-ci tue alors le docteur.

Vidal découvre la racine de mandragore cachée sous le lit de Carmen et celle-ci la jette dans le feu. Carmen meurt peu après en donnant naissance à un fils. Vidal capture Mercedes et Ofelia alors qu'elles tentaient de s'enfuir mais Mercedes réussit à s'évader après avoir blessé le capitaine à la joue avec son couteau. Le faune donne à Ofelia une dernière chance et lui demande d'apporter le nouveau-né dans le labyrinthe. Ofelia s'exécute mais elle est poursuivie par Vidal, tandis que les maquisards attaquent le campement. Le faune dit à Ofelia que le portail pour le monde souterrain ne peut s'ouvrir qu'avec le sang du nouveau-né mais Ofelia refuse de faire du mal à son frère. Vidal arrive ; le faune est invisible à ses yeux. Vidal s'empare de son fils puis tire un coup de pistolet sur Ofelia. Les maquisards victorieux l'attendent à la sortie du labyrinthe. Mercedes assure à Vidal que son fils ne saura jamais rien de lui et le capitaine est ensuite abattu. Mercedes découvre ensuite Ofelia, mourante. Son sang tombe sur l'autel et ouvre le portail. Dans le monde souterrain, le roi et la reine accueillent leur fille en lui expliquant qu'elle a réussi la dernière épreuve en versant son sang à la place de celui du nouveau-né. À la surface, Ofelia meurt dans les bras de Mercedes qui lui fredonne une berceuse dont elle ne connaît pas les paroles.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement du projet[modifier | modifier le code]

Saturne dévorant un de ses fils, peinture de Francisco de Goya qui a inspiré la scène où l'homme pâle dévore une fée[3].

Le concept du Labyrinthe de Pan est issu du carnet de notes de Guillermo del Toro, que depuis vingt ans il remplit de « griffonnages, d'idées, de dessins et d'éléments d'intrigues ». Au départ, del Toro comptait écrire l'histoire d'une femme enceinte tombant amoureuse d'un faune qui lui demandait à la fin de sacrifier son enfant pour qu'ils puissent vivre ensemble éternellement[4]. L'idée du faune lui vient des rêves lucides qu'il faisait étant enfant : toutes les nuits, à minuit, il lui semblait se réveiller et il voyait un faune sortir de derrière l'horloge de son grand-père[5]. À l'origine, le faune devait être un beau faune classique, mi-homme, mi-bouc. Finalement, il devint une créature mystérieuse au visage de bouc, faite de terre, de mousse, de lierre et d'écorce d'arbre, à laquelle de nombreux indices montrent qu'il ne faut pas se fier.

Selon del Toro, les thèmes principaux du film sont le choix et la désobéissance. Il affirme que le film possède une forte connexion avec L'Échine du Diable et devrait être vu comme une suite informelle traitant de quelques-uns des problèmes qui y sont abordés. D'autres sources d'inspiration sont Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, les Ficciones de Jorge Luis Borges, Le Grand Dieu Pan et The White People d'Arthur Machen, La Petite Fille aux allumettes de Hans Christian Andersen, Le Magicien d'Oz de L. Frank Baum, The Blessing of Pan de Lord Dunsany, les Livres de Sang de Clive Barker, le Jardin de Pan d'Algernon Blackwood ainsi que l'œuvre de Francisco Goya et les illustrations d'Arthur Rackham[5],[3].

Del Toro souhaitait inclure un conte de fées qu'Ofelia raconterait à son frère pas encore né. L'histoire aurait parlé d'un dragon nommé Varanium Silex, gardien d'une montagne entourée de ronces ; au sommet de la montagne, une rose bleue donne l'immortalité. Mais les hommes, préférant éviter la douleur que recevoir l'immortalité, seraient dissuadés par le dragon et les ronces. Bien que la scène soit importante du point de vue du thème, elle est réduite à la rose bleue, le dragon étant supprimé pour des raisons de budget. Pour diriger la photographie du film, del Toro fait appel à Guillermo Navarro, l'un de ses collaborateurs réguliers. Navarro explique que le film est très connoté politiquement mais qu'en « créant des intrigues parallèles dans un monde fantastique et dans le monde réel, nous pouvons parler de politique sans que cela soit ressenti comme un pamphlet ». Il ajoute aussi qu'à mesure que le film avance, le public doit s'interroger de plus en plus sur la réalité du monde féérique, « Existe-t-il vraiment ou seulement dans l'imagination d'Ofelia ? »[6]. À propos de la fin ambiguë du film, del Toro affirme que, pour lui, le monde féérique souterrain est bien réel et non un fantasme d'Ofelia[3].

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Pour le rôle principal d'Ofelia, une centaine de jeunes candidates passent des auditions[3]. Del Toro a écrit le rôle en ayant en vue une actrice âgée de 8 ou 9 ans, et Ivana Baquero est un peu plus âgée et a des cheveux bouclés que del Toro n'imaginait pas pour le personnage. Mais son audition est tellement bonne que del Toro réécrit légèrement le scénario pour l’accommoder à l'âge de l'actrice, alors que Baquero se fait lisser les cheveux pour son rôle[7]. Del Toro envoie à Baquero des comics et des contes de fées pour qu'elle s'imprègne au mieux de son personnage[1].

Doug Jones, qui a déjà travaillé avec del Toro sur Mimic et Hellboy, est contacté par le réalisateur pour jouer le double rôle du faune et de l'homme pâle, que « lui seul peut interpréter » selon del Toro. Jones accepte mais découvre ensuite que le film est en espagnol, langue qu'il ne parle pas du tout. Il insiste néanmoins pour apprendre et dire lui-même les dialogues, plutôt que d'être doublé au montage, mettant à profit ses cinq heures de maquillage quotidiens pour répéter[8]. Del Toro décide finalement de faire un doublage avec un acteur de théâtre expérimenté, mais les efforts de Jones n'ont pas été vains, car le comédien chargé de le doubler peut ainsi s'accorder facilement à ses mouvements de bouche[9].

Del Toro rencontre Sergi López un an et demi avant le début du tournage pour lui proposer le rôle du capitaine Vidal malgré les réticences des producteurs espagnols, pays où López est considéré comme un acteur de comédies ou de mélodrames. López explique à propos de sa rencontre avec del Toro que celui-ci lui a parlé du film en détail pendant deux heures et demie alors qu'il n'avait pas encore écrit une ligne du scénario. Il accepte le rôle et reçoit le script un an plus tard, le trouvant totalement similaire à ce que del Toro lui en avait dit[10]. Au sujet de Vidal, López explique : « C'est le personnage le plus malfaisant que j'ai joué au cours de ma carrière. Il est si bien écrit qu'il est impossible d'en rajouter. Vidal est dérangé, c'est un psychopathe qu'il est impossible de défendre. Même si la personnalité de son père a marqué son existence, et c'est certainement l'une des raisons de sa folie, ça ne peut pas être une excuse. Cela paraitrait très cynique de s'en servir pour justifier ou expliquer ses actes de cruauté et de couardise. Je trouve très bien que le film n'accorde aucune justification au fascisme »[11].

Tournage[modifier | modifier le code]

Forêt de pins près de Ségovie où a été tournée une grande partie du film.

Le tournage du film se déroule à Belchite, El Espinar, Ségovie et dans la Sierra de Guadarrama en Espagne[12] de juillet à octobre 2005. La région de Ségovie connaît durant ces mois une période de grande sécheresse, ce qui complique le tournage de certaines scènes, notamment en raison des risques d'incendies. Les scènes comportant des explosions et des coups de feu sont donc entièrement retravaillées en postproduction pour les ajouter et des décors naturels sont modifiés par l'équipe de décoration afin de les rendre plus humides et moussus[5].

Del Toro et Navarro travaillent beaucoup sur l'esthétique du film, le réalisateur privilégiant les images par rapport aux dialogues. Ainsi, même sur les plans fixes, le directeur de la photographie imprime la plupart du temps de légers mouvements de caméra pour que l'image se déplace presque imperceptiblement[5]. Les couleurs sont beaucoup travaillées afin d'établir le contraste entre le monde réel et le monde imaginaire. Les scènes se situant dans le royaume féérique ont des couleurs chaudes, rouges et dorées alors que les couleurs froides, bleues et grises dominent dans le monde réel. Mais, à partir de la moitié du film, le monde imaginaire commence à influencer le réel et des scènes et des objets des deux mondes se répondent les unes aux autres. Ainsi, la scène de la salle de festin où est attablé l'homme pâle est une reproduction de celle du repas organisé par Vidal pour les dignitaires locaux. L'homme pâle, placé comme Vidal en bout de table avec la cheminée derrière lui, représente une institution sans visage telle que le fascisme ou la religion. Deux clés et deux poignards jouent aussi un rôle important dans les deux mondes[5].

Tous les décors sont construits spécifiquement pour le film, aucun n'existait auparavant. Cela demande donc un important travail en amont de l'équipe artistique qui est chargée de les créer. Le moulin servant de quartier général à Vidal, le labyrinthe et la fosse profonde de quatre mètres qu'il y a en son centre, et le train qui a déraillé sont les décors demandant le plus de travail[13]. Selon del Toro, le moment le plus critique du tournage a été la scène de la confrontation d'Ofelia avec le crapaud géant. Il était en effet prévu que le crapaud soit beaucoup plus mobile et un grand décor avait été construit pour ses déplacements. Mais le crapaud s'avère trop lourd pour bouger de façon crédible et le script et le décor de la scène doivent être entièrement repensés en deux jours pour qu'elle soit tournée dans les temps[14].

Effets spéciaux[modifier | modifier le code]

Le film comporte quelques effets spéciaux numériques (notamment pour les fées qui accompagnent Ofelia dans la tanière de l'homme pâle) mais il utilise surtout des maquillages complexes et l'animatronique. La compagnie Cafe FX réalise les effets numériques alors que la société DDT Efectos Especiales est chargée des maquillages et de l'animatronique[15]. Le crapaud géant est inspiré par celui du film The Maze (1953) de William Cameron Menzies et del Toro réalise lui-même ses bruitages. La racine de mandragore et l'homoncule qu'elle devient est un mélange d'animatronique et d'effets numériques selon les scènes. Del Toro donne aux fées un comportement un peu semblable à celui de petits singes et se base sur l'apparence de celles qu'on entrevoit lors d'une scène d'Hellboy. C'est Cafe FX qui a l'idée de leurs ailes faites de feuilles[16].

Le costume du faune est fait d'une mousse en latex et il faut cinq heures de maquillage quotidiens pour l'appliquer sur Doug Jones. Deux costumes différents sont d'ailleurs conçus puisque le faune rajeunit à mesure que le film avance. Les cornes sont les dernières parties du costumes à être appliquées. Elles masquent les servomoteurs installés sur le dessus du crâne et dirigés à distance par des opérateurs de DDT Efectos Especiales qui font bouger les oreilles et le museau du faune et cligner ses yeux. La partie inférieure des jambes du faune est placée derrière celle des vraies jambes de l'acteur, qui sont revêtues de collants verts afin d'être effacées en postproduction. Le costume de l'homme pâle, également joué par Jones, évoque un homme autrefois obèse qui aurait maigri très rapidement avec un visage inspiré du ventre d'une raie manta[15],[14].

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du film, entièrement structurée autour d'un air de berceuse, est composée par Javier Navarrete et enregistrée par l'Orchestre Philharmonique de Prague sous la direction de Mario Klemens. Elle est sortie le 19 décembre 2006 sous le label Milan[17]. La pochette de l'album est un dessin de Drew Struzan qui n'a pas été retenu pour l'affiche du film.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie du film et box-office[modifier | modifier le code]

Le film est projeté pour la première fois en compétition officielle du festival de Cannes le 27 mai 2006 et reçoit à cette occasion une standing ovation de 22 minutes[18]. Après avoir été présenté dans plusieurs autres festivals, il sort en Espagne le 11 octobre 2006, puis dans d'autres pays au cours des semaines et des mois suivants[19].

Il rapporte 83 258 226 $ au box-office mondial (dont 37 634 615 $ aux États-Unis et au Canada), ce qui représente un succès commercial comparativement à son budget[2]. Il réalise 415 740 entrées en France, 53 198 en Belgique et 27 309 en Suisse, et dépasse le million d'entrées en Espagne (1 650 227)[20]. Voici un tableau résumant les principaux résultats enregistrés au box-office par le film[21] :

Box-office mondial par pays du film Le Labyrinthe de Pan (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis + Drapeau du Canada 37 634 615 $ Drapeau de la Grèce Grèce 1 159 900 $ Drapeau de la Turquie Turquie 637 657 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 11 774 227 $ Drapeau de la Russie Russie 884 029 $ Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 524 557 $
Drapeau du Mexique Mexique 6 883 588 $ Drapeau de l'Italie Italie 864 082 $ Drapeau de la Finlande Finlande 500 455 $
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 5 556 152 $ Drapeau de la Pologne Pologne 838 086 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 346 718 $
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 2 897 045 $ Drapeau du Japon Japon 797 642 $ Drapeau de la Norvège Norvège 335 592 $
Drapeau de la France France 2 411 020 $ Drapeau du Danemark Danemark 784 428 $ Drapeau de la République de Chine Taïwan 335 379 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 2 294 316 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 721 198 $ Drapeau de la Colombie Colombie 302 565 $
Drapeau de l'Australie Australie 1 907 570 $ Drapeau de la Suède Suède 673 999 $ Drapeau de la Belgique Belgique 283 639 $

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a été accueilli triomphalement par la critique, recueillant 95 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,6/10 et sur la base de 194 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[22]. Il obtient un score de 98/100, sur la base de 37 critiques, sur Metacritic[23]. Il figure dans le Top 250 du classement des films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8,4/10[24]. En 2010, le magazine Empire l'a classé en cinquième position des meilleurs films non-anglophones de tous les temps[25].

En France, les critiques ont également été très bonnes en général, le film obtenant une moyenne de 3,9 étoiles sur 5 pour les critiques de la presse sur le site AlloCiné[26]. Pour Mathieu Baudou, de Brazil, le film est « une des plus belles choses qui soit arrivé au cinéma cette année » ; Jean-François Rauger, du Monde, évoque un film d'une grande beauté plastique et à l'inventivité sidérante ; Gilles Penso, de L'Écran fantastique, « un conte de fée pour adultes » et « un vivace plaidoyer contre le fascisme » « à la violence d'autant plus insoutenable qu'elle est réaliste » ; David Doukhan, de Mad Movies, « une claque visuelle de tous les instants, une déclaration d'amour au cinéma »[26] ; Yannick Dahan, de Positif, un « chef-d'œuvre émotionnel et viscéral d'une beauté rare », l'« œuvre profondément intime d’un cinéaste qui s’éprend d’imaginaire tout en refusant son idéalisation »[27] ; Alexis Bernier, de Libération, un film magnifique et funèbre, « fable de larmes et de sang dans des décors grandioses »[28] ; Mathieu Carratier, de Première, « un remarquable conte pour adultes », « fable tragique à l'imaginaire exalté et exaltant »[29] ; Julien Welter, de L'Express, « un brillant récit en miroir » « passant de la féerie angoissante à la réalité glaçante du fascisme » et bénéficiant d'une « narration très fluide »[30] ; Aurélien Ferenczi, de Télérama, un « conte noir, fascinant et émouvant, qui milite avec talent pour la puissance cathartique des fables »[31] ; et François-Guillaume Lorrain, du Point, une « maestria visuelle sidérante » et « le plus beau film jamais réalisé sur la guerre d'Espagne »[32].

Parmi les rares critiques négatives, pour Hervé Aubron, des Cahiers du cinéma, del Toro impose et superpose les carcans de la reconstitution historique et du conte[33] ; Michel Rebichon, de Studio magazine, évoque un film qui « a du mal à convaincre, tant les va-et-vient entre réel et fiction sont bancals, explicatifs et redondants » avec un bestiaire qui « frise souvent le grand-guignol » et des « décors très carton-pâte »[34] ; et Patrice Blouin, des Inrockuptibles, estime que le mélange entre politique et merveilleux ne prend pas et que le film manque de poésie[35].

En Belgique, Fabienne Bradfer, du Soir, évoque une « œuvre dense et inoubliable », « mélange réussi de scènes réalistes terrifiantes (notamment avec Sergi Lopez) et d'échappées fantastiques », tournée avec « une réelle élégance et une vraie maîtrise »[36].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le Labyrinthe de Pan a reçu de nombreuses récompenses. Lors de la 79e Cérémonie des Oscars, il a remporté trois prix (sur six nominations) pour la meilleure photographie, la meilleure direction artistique et le meilleur maquillage. Il a également été récompensé trois fois (pour huit nominations) à la 60e cérémonie des BAFTA Awards. Il a remporté notamment aussi le prix Hugo du meilleur long métrage, sept prix Goya (qui récompensent les films espagnols) et neuf prix Ariel (qui récompensent les films mexicains).

Voici un tableau récapitulant les principales récompenses et nominations obtenues par le film. Pour une liste plus complète, se référer à l'Internet Movie Database[37].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2006
Satellite Awards Meilleur film d'animation ou mixte
Camerimage Grenouille d'or Guillermo Navarro
2007
Oscars du cinéma Meilleure photographie[38] Guillermo Navarro
Meilleure direction artistique[38] Eugenio Caballero et Pilar Revuelta
Meilleur maquillage[38] David Martí et Montse Ribé
BAFTA Awards Meilleur film en langue étrangère[39]
Meilleurs costumes[39] Lala Huete
Meilleurs maquillages et coiffures[39] José Quetglás et Blanca Sánchez
Prix Goya Meilleur scénario original Guillermo del Toro
Meilleur espoir féminin Ivana Baquero
Meilleurs effets spéciaux Reyes Abades, Everett Burrell, Edward Irastorza et Emilio Ruiz del Río
Meilleure photographie Guillermo Navarro
Meilleur montage Bernat Vilaplana
Meilleur son Miguel Ángel Polo et Martín Hernández
Meilleurs maquillages et coiffures José Quetglás et Blanca Sánchez
Prix Hugo Meilleur long métrage[40]
Saturn Awards Meilleur film international
Meilleure jeune actrice Ivana Baquero
Premio Ariel Meilleur film[41]
Meilleure actrice[41] Maribel Verdú
Meilleur réalisateur[41] Guillermo del Toro
Meilleure musique originale[41] Javier Navarrete
Meilleure photographie[41] Guillermo Navarro
Meilleure direction artistique[41] Eugenio Caballero, Ramón Moya et Pilar Revuelta
Meilleurs costumes[41] Lala Huete
Meilleurs effets spéciaux[41] Reyes Abades, Ángel Alonso, David Martí et Montse Ribé
Meilleur maquillage[41] José Quetglás et Blanca Sánchez
Empire Awards Meilleur film fantastique ou de science-fiction[42]
Fantasporto Meilleur film
Meilleur acteur Sergi López
Independent Spirit Awards Meilleure photographie[43] Guillermo Navarro
Prix Sant Jordi du cinéma Meilleur film espagnol
NSFC Awards Meilleur film

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Nommé(es)
2006
Festival de Cannes Palme d'or[44]
Satellite Awards Meilleure direction artistique Eugenio Caballero
Meilleurs effets spéciaux Everett Burrell et Edward Irastorza
2007
Oscars du cinéma Meilleur film en langue étrangère[38]
Meilleur scénario original[38] Guillermo del Toro
Meilleure musique[38] Javier Navarrete
Golden Globes Meilleur film étranger[45]
BAFTA Awards Meilleur scénario original[39] Guillermo del Toro
Meilleure photographie[39] Guillermo Navarro
Meilleure direction artistique[39] Eugenio Caballero et Pilar Revuelta
Meilleur son[39] Miguel Ángel Polo, Jaime Baksht et Martín Hernández
Meilleurs effets visuels[39] Everett Burrell, Edward Irastorza, David Martí et Montse Ribé
Prix Goya Meilleur film
Meilleur acteur Sergi López
Meilleure actrice Maribel Verdú
Meilleur réalisateur Guillermo del Toro
Meilleure musique originale Javier Navarrete
Meilleure direction artistique Eugenio Caballero
Union de la critique de cinéma Grand Prix
Saturn Awards Meilleur réalisateur Guillermo del Toro
Meilleur scénario Guillermo del Toro
Meilleur acteur dans un second rôle Sergi López
Meilleur maquillage David Martí et Montse Ribé
Premio Ariel Meilleur acteur dans un second rôle[41] Álex Angulo
Meilleur montage[41] Bernat Vilaplana
Meilleur son[41] Miguel Ángel Polo, Jaime Baksht et Martín Hernández
Empire Awards Meilleur film
Meilleur réalisateur Guillermo del Toro
Critics Choice Awards Meilleur film étranger
Meilleure jeune actrice Ivana Baquero
Independent Spirit Awards Meilleur film[43]
NSFC Awards Meilleur réalisateur Guillermo del Toro
Meilleure photographie Guillermo Navarro

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

Sur le marché vidéo, Le Labyrinthe de Pan est sorti en DVD en édition simple le 15 mai 2007 en région 1[46] et le 3 juillet 2007 en région 2[47]. Elle comprend le commentaire audio du film par Guillermo del Toro. Une édition spéciale double DVD est sortie le même jour et comprend un disque de bonus, dont le making-of du film d'une durée de 45 minutes, des interviews du réalisateur et des acteurs, et des documentaires sur les décors et les effets spéciaux[48]. Une « édition ultime » en coffret triple DVD inclut un disque supplémentaire de bonus, dont un entretien entre del Toro et Guillermo Navarro, des analyses des thèmes du film et de ses liens avec les contes de fées par le réalisateur ainsi qu'une présentation de son carnet de notes[49].

La version en disque Blu-ray est sortie le 26 décembre 2007 en région 1[46] et le 15 avril 2009 en région 2[47]. Elle comporte les mêmes bonus que « l'édition ultime » en DVD. Une édition du film en HD DVD est également sortie en décembre 2007 et demeure le seul HD DVD à avoir été distribué par New Line Cinema avant que la compagnie ne décide de distribuer exclusivement des disques Blu-ray[50].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ian Spelling, « Guillermo del Toro and Ivana Baquero escape from a civil war into the fairytale land of Pan's Labyrinth », sur scifi.com (consulté le 12 janvier 2012)
  2. a et b (en) « Pan's Labyrinth », sur Box Office Mojo (consulté le 12 janvier 2012)
  3. a, b, c et d (es) Javi Araguz, « Entrevista a Guillermo del Toro », sur fantasymundo.com (consulté le 12 janvier 2012)
  4. (en) David Lamble, « The world of the labyrinth », sur Bay Area Reporter (consulté le 13 janvier 2012)
  5. a, b, c, d et e « Le Labyrinthe de Pan Édition Collector - Commentaire audio de Guillermo del Toro », Wild Side Video, 2007, DVD
  6. (en) John Calhoun, « Fear and Fantasy », sur American Society of Cinematographers (consulté le 13 janvier 2012)
  7. (en) Paul Fischer, « Exclusive Interview: Guillermo Del Toro for Pan's Labyrinth », sur darkhorizons.com (consulté le 13 janvier 2012)
  8. (en) Fred Topel, « Doug Jones En Espanol », sur canmag.com (consulté le 13 janvier 2012)
  9. (en) Ken Eisner, « Labyrinth’s faun unmasked », sur straight.com (consulté le 13 janvier 2012)
  10. (en) Fred Topel, « Sergi Lopez on Pan’s Labyrinth », sur canmag.com (consulté le 13 janvier 2012)
  11. (en) « Biography for Sergi López », sur Internet Movie Database (consulté le 13 janvier 2012)
  12. « Lieux de tournage du Labyrinthe de Pan », Internet Movie Database
  13. « Le Labyrinthe de Pan Édition Collector - Documentaire sur les décors », Wild Side Video, 2007, DVD
  14. a et b « Le Labyrinthe de Pan Édition Collector - Documentaire sur les effets spéciaux », Wild Side Video, 2007, DVD
  15. a et b Josèphe Ghenzer, « Le Labyrinthe de Pan : les effets spéciaux », sur phenixweb.net (consulté le 14 janvier 2012)
  16. (en) Susan Wloszczyna, « Surprises lurk inside 'Pan's Labyrinth' », sur USA Today (consulté le 13 janvier 2012)
  17. (en) « Pan's Labyrinth [Soundtrack] », sur Allmusic (consulté le 13 janvier 2011)
  18. (en) Rene Rodriguez, « Director keeps Hollywood out of 'Pan's Labyrinth' », The Seattle Times (consulté le 13 janvier 2011)
  19. « Dates de sortie pour Le labyrinthe de Pan », sur Internet Movie Database (consulté le 13 janvier 2011)
  20. « Le Labyrinthe de Pan », Lumière (consulté le 18 février 2011)
  21. (en) « Pan's Labyrinth Foreign », Box Office Mojo (consulté le 13 janvier 2012)
  22. (en) « El Laberinto del Fauno », Rotten Tomatoes (consulté le 12 janvier 2012)
  23. (en) « Pan's Labyrinth », Metacritic (consulté le 12 janvier 2012)
  24. « Le Labyrinthe de Pan », Internet Movie Database (consulté le 12 janvier 2012)
  25. (en) « The 100 Best Films Of World Cinema », Empire (consulté le 18 février 2011)
  26. a et b « Le Labyrinthe de Pan - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 18 février 2011)
  27. Yannick Dahan, « Le Labyrinthe de Pan », Positif, no 549,‎ novembre 2006, p. 7
  28. Alexis Bernier, « Magnifique labyrinthe funèbre », Libération (consulté le 14 janvier 2012)
  29. Mathieu Carratier, « Le Labyrinthe de Pan », Première (consulté le 14 janvier 2012)
  30. Julien Welter, « Le Labyrinthe de Pan », L'Express (consulté le 14 janvier 2012)
  31. Aurélien Ferenczi, « Le Labyrinthe de Pan », Télérama (consulté le 14 janvier 2012)
  32. François-Guillaume Lorrain, « Le Labyrinthe de Pan », Le Point (consulté le 14 janvier 2012)
  33. Hervé Aubron, « Le Labyrinthe de Pan », Les Cahiers du cinéma, no 617,‎ novembre 2006, p. 36
  34. Michel Rebichon, « Le Labyrinthe de Pan », L'Express (consulté le 14 janvier 2012)
  35. Patrice Blouin, « Le Labyrinthe de Pan », Les Inrockuptibles (consulté le 14 janvier 2012)
  36. Fabienne Bradfer, « Le Labyrinthe de Pan », Le Soir (consulté le 15 janvier 2012)
  37. (en) « Awards for Le Labyrinthe de Pan », sur Internet Movie Database (consulté le 12 janvier 2012)
  38. a, b, c, d, e et f (en) « Academy Awards Database », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le 15 janvier 2012)
  39. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « BAFTA Awards Database », sur British Academy of Film and Television Arts (consulté le 15 janvier 2012)
  40. (en) « 2007 Hugo Awards », sur Locus (consulté le 15 janvier 2012)
  41. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (es) « Ganadores y Nominados - El laberinto del fauno », sur Académie mexicaine des arts et des sciences cinématographiques (consulté le 15 janvier 2012)
  42. (en) « Empire Awards 2007 Best Sci-fi / Fantasy », sur Empire (consulté le 15 janvier 2012)
  43. a et b (en) « 2007 Film Independent Spirit Awards », sur spiritawards.com (consulté le 15 janvier 2012)
  44. « Le Labyrinthe de Pan », sur festival-cannes.fr (consulté le 15 janvier 2012)
  45. (en) « Awards Search Pan's Labyrinth », sur Hollywood Foreign Press Association (consulté le 15 janvier 2012)
  46. a et b (en) « Pan's Labyrinth: Release », AllRovi (consulté le 23 janvier 2014)
  47. a et b « Le Labyrinthe de Pan : DVD et Blu-ray », AlloCiné (consulté le 23 janvier 2014)
  48. « Le Labyrinthe de Pan : Édition Collector », sur ecranlarge.com (consulté le 23 janvier 2014)
  49. « Le Labyrinthe de Pan : Édition Ultime », sur ecranlarge.com (consulté le 23 janvier 2014)
  50. (en) « New Line Details Transition to Blu-ray », sur highdefdigest.com,‎ 8 janvier 2008 (consulté le 23 janvier 2014)