Valeriano Orobón Fernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Valeriano Orobón Fernández

Naissance 1901
La Cistérniga, Valladolid
Décès 1936
Madrid
Nationalité espagnole
Activité principale théoricien anarcho-syndicaliste
traducteur

Compléments

Valeriano Orobón Fernández (La Cistérniga, 1901 - Madrid, 1936) est le théoricien espagnol de l'anarcho-syndicalisme et militant syndical qui écrivit les paroles du chant révolutionnaire A las barricadas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Valeriano Orobón Fernández est né en 1901 à La Cistérniga, dans la province de Valladolid. Fils d'un militant socialiste[1], il a été impliqué dans le mouvement ouvrier très tôt. En 1920, il adhère à la CNT[1]. Doué pour les langues, il traduisit la biographie de l'anarchiste allemand Max Nettlau de Rudolf Rocker.

Entre les écrits théoriques, Orobón était profondément impliqué dans les tentatives pour former une alliance révolutionnaire destinée à endiguer la marée montante du fascisme et à préparer la voie vers la révolution. Pour la période post-révolutionnaire, il envisageait que les syndicats auraient un rôle majeur dans une société décentralisée économiquement et politiquement.

Il soutenait que l'anarcho-syndicalisme tait la première force révolutionnaire en Espagne. Il luta contre les tendances communistes, qu'il jugeait comme trop étatiste, au sein de la CNT, le plus grand syndicat et principale organisation anarchiste en Espagne (en).

Peu avant sa mort en 1936 à Madrid, pendant la guerre d'Espagne, il écrivit les paroles de A las barricadas — sur la musique de La Varsovienne, chant révolutionnaire polonais — dans lesquelles il exhortait les travailleurs à combattre le fascisme. A las barricadas est devenu l'hymne de la CNT et l'un des plus célèbres chants anarchistes de la guerre d'Espagne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b José Fergo, « Valeriano Orobón Fernández : ou la troisième voie de l’anarchisme espagnol », À contretemps, no 9,‎ septembre 2002 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]