Fédération anarchiste ibérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FAI.
Fédération anarchiste ibérique
Image illustrative de l'article Fédération anarchiste ibérique
Logo officiel
Présentation
Fondation 25 et 26 juillet 1927
Idéologie communisme libertaire
anarchisme
anarcho-syndicalisme
Affiliation internationale Internationale des fédérations anarchistes
Couleurs noir, rouge
Site web http://federacionanarquistaiberica.wordpress.com

La Fédération Anarchiste Ibérique (en espagnol Federación Anarquista Ibérica) est une organisation spécifique espagnole fondée clandestinement à Valence, lors d'une conférence péninsulaire, les 25 et 26 juillet 1927.

La FAI se déclare internationaliste et antiétatique. Elle conçoit l’insurrection anticapitaliste comme un moyen dont le but est l’instauration du communisme libertaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Fédération Anarchiste Ibérique (FAI) est créée suite à initiative du deuxième Congrès de la Fédération des groupes anarchistes de langue espagnole[1] en France (Marseille, mai 1926). L'objectif est de reforcer le caractère anarchiste de la Confédération nationale du travail en créant des comités mixtes associant des membres de la FAI et de la CNT afin d'éloigner le syndicat de l'influence des groupes politiques républicains[2].

Le terme ibérique se réfère à sa volonté d'unifier le mouvement anarchiste portugais et espagnol dans une organisation pan-ibérique.

La FAI s'oppose de façon déterminée au groupe mené par Ángel Pestaña et Joan Peiró qui a réussi la réorganisation de la CNT en 1930-1931 en structurant les fédérations nationales de l'industrie et en tentant d'obtenir une certaine reconnaissance de la part des républicains. Par son opposition aux signataires du Manifeste des Trente, la FAI prend finalement le contrôle de la CNT[2].

Le groupe Nosotros[3] (Buenaventura Durruti, Joan García Oliver, Francisco Ascaso et Ricardo Sanz) dirige de fait la FAI et mène plusieurs tentatives révolutionnaires en 1931-1932. Les mouvements insurrectionnels provoqués par la FAI sont mis en échec en janvier, mai et décembre 1933. Elle appelle à l'abstention lors des élections de novembre de la même année. Ces échecs successifs provoquent l'opposition au sein même de la FAI de militants tel Diego Abad de Santillán[2].

En 1935-1936, la FAI est divisée par de fortes controverses sur une éventuelle alliance avec les forces politiques de gauche, défendue en particulier par Federico Urales et le groupe de la La Revista Blanca, et sur le futur programme social de le CNT. Celle-ci adoptera finalement lors du Congrès de Saragosse en mai 1936, un projet de communisme libertaire.

Miliciennes de la CNT-FAI lors de la Révolution sociale espagnole de 1936.

Au début de la révolution sociale espagnole de 1936, la majorité des membres du groupe Nosotros sont engagés dans des responsabilités militaires. L'entrée de ministres anarchiste au gouvernement va provoquer une nouvelle crise.

Après les journées de mai 1937 à Barcelone, en juin, la FAI s'unit organiquement à la CNT dans un nouveau groupement régional et dès sa création, en juillet, elle est partie intégrante du Mouvement libertaire espagnol.

La FAI affirme avoir rassemblé 30000 membres en 1936 et 150000 en 1937[2].

Presse[modifier | modifier le code]

Ses organes de presse principaux étaient Tierra y Libertad (Barcelone), Nosotros (Valence) et El Libertario (Madrid).

Tierra y Libertad parait comme hebdomadaire et devient quotidien au cours de la révolution sociale espagnole de 1936. Imprimé au Mexique par des anarchistes espagnols ayant émigré sous Franco, Tierra y Libertad est à nouveau réédité en Espagne à partir de 1977.

Aujourd’hui, la FAI édite le mensuel Tierra y Libertad en castillan et la revue Cuardernos de Acçao directa en portugais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage de fiction[modifier | modifier le code]

Documents vidéos[modifier | modifier le code]

  • Richard Prost, Un autre futur : L'Espagne rouge et noir (1990) et Contre vents et marées (1995), 151 min., Les films du village, voir en ligne.
  • Juan Gamero, Vivir la utopía (Vivre l'utopie), 96 min., TV Catalunya, 1997, voir en ligne.

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Membre de la Fédération anarchiste ibérique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) « Federació Nacional de Grups Anarquistes d’Espanya », sur L'Enciclopèdia.cat, Gran Enciclopèdia Catalana, Barcelone, Edicions 62.
  2. a, b, c et d (ca) « Federació Anarquista Ibèrica », sur L'Enciclopèdia.cat, Gran Enciclopèdia Catalana, Barcelone, Edicions 62.
  3. (ca) « Nosotros », sur L'Enciclopèdia.cat, Gran Enciclopèdia Catalana, Barcelone, Edicions 62.
  4. Sebastien Lapaque, « Lydie Salvayre remporte le prix Goncourt avec Pas pleurer », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).