Spanish Bombs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Spanish Bombs

Chanson par The Clash
extrait de l'album London Calling
Sortie 14 décembre 1979
Durée 3:18
Genre Rock
Auteur Joe Strummer
Mick Jones
Compositeur Joe Strummer
Mick Jones
Producteur Guy Stevens

Spanish Bombs est une chanson du groupe britannique The Clash, parue en 1979 sur l'album London Calling. Le morceau composé par Mick Jones et Joe Strummer fait allusion à la Guerre d'Espagne qui fit rage de 1936 à 1939. Il s'agit d'une des nombreuses chansons à teneur politique enregistrée par le groupe au cours de sa carrière.

Structure de la chanson[modifier | modifier le code]

La chanson est en anglais, avec un refrain bilingue (anglais et espagnol). Spanish bombs, yo te quiero infinito
Spanish bombs, yo te quiero infinito
yo te quiero, oh mi corazon
(Littéralement: Bombes espagnoles, je t'aime pour toujours, oh mon cœur )

Références à la guerre civile d'Espagne[modifier | modifier le code]

Spanish Bombs traite de la guerre d'Espagne, un conflit important qui dévasta l'Espagne du 17 juillet 1936 au 1er avril 1939[1]. Elle a été écrite lors d'un trajet des studios Wessex jusqu'à chez eux[2] quand Joe Strummer parlait avec Gaby Salter de l'ETA, l'organisation armée séparatiste basque fondée en 1959.

La chanson loue l'héroïsme des républicains et des anarchistes en particulier, durant cette période[3].

Beaucoup de lieux et d'acteurs associés à la guerre civile espagnole sont mentionnés dans les paroles de la chanson :

  • l'Andalousie, qui fut une des premières régions de l'Espagne à être prise par les rebelles militaires en 1936, avec les lignes « Spanish songs in Andalucia, the shooting sites in the days of '39 »,
  • Federico García Lorca, nommé dans « Federico Lorca is dead and gone », était un poète républicain originaire d'Andalousie qui a été tué pendant la rébellion,
  • la Garde civile (en espagnol « Guardia civil »), qui est une police militaire sous le contrôle tant du Ministère d'Intérieur que du Ministère de la Défense.

Le passage « They sing the red flag, they wore the black one » (Ils chantent le drapeau rouge, ils ont utilisé le noir) est une référence au drapeau rouge, symbole de la lutte des ouvriers, et au drapeau noir, celui des anarchistes. La confédération nationale du travail (CNT), le syndicat anarcho-syndicaliste grandement responsable du succès initial du côté républicain contre l'insurrection fasciste de général Francisco Franco, a aussi utilisé le drapeau rouge et noir de l'anarcho-communisme.

Autre thème[modifier | modifier le code]

Il est fait aussi mention du Costa Rica (« Spanish bombs in the Costa Rica ») bien qu'il n'y ait en Espagne aucun endroit nommé Costa Rica, et que le pays du même nom n'ait joué aucun rôle dans la guerre civile. Une des interprétations est que Costa Rica signifie littéralement côte riche en espagnol, et que la phrase réfère à une quelconque "richesse" des côtes espagnoles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Franco and the Spanish Civil War », sur New Forum,‎ 2002 (consulté le 10/02/2008) : « The punk band The Clash recorded "Spanish Bombs" in 1979, a song commemorating the Spanish Civil War. »
  2. (en) « London Calling », sur theclash.org.uk,‎ 2002 (consulté le 10/02/2008) : « "Spanish Bombs" was written as a result of travelling home from Wessex Studios late one evening, Strummer and Gaby Salter were talking about the Basque separatists in Spain who were engaged in a bombing campaign against various holiday resorts on the Costa Del Sol. »
  3. Collins Gem Classic Albums par Robert Dimery, éditions Harper Collins Publishers, (ISBN 0004724852), « ..."Spanish Bombs" praises the heroism of republicans in the Spanish Civil War. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]