Scanners

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scanner.

Scanners

Réalisation David Cronenberg
Scénario David Cronenberg
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Genre Horreur
Sortie 1981
Durée 103 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Scanners est un film canadien réalisé par David Cronenberg et sorti en 1981.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La société ConSec cherche à regrouper les Scanners, des médiums aux pouvoirs surnaturels. Elle recrute Cameron Val, un jeune médium, pour détecter tous les Scanners qui lui sont opposés. Cameron va découvrir les zones obscures de cette dangereuse mission.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau du Canada Canada :
Drapeau de la France France :
  • Classification : Interdit aux moins de 12 ans

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 14 225 000 $ au box-office en Amérique du Nord pour un budget de 2 700 000 $[2]. En France, il a réalisé 598 339 entrées[1].

Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 76 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,8/10 et sur la base de 25 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Scanners a remporté le prix du meilleur film au festival Fantasporto ainsi que les Saturn Award du meilleur film international et du meilleur maquillage. Il a été nommé pour le Saturn Award des meilleurs effets visuels et dans 8 catégories lors des prix Génie[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

Scanners exploite une des thématiques préférées de David Cronenberg, la rencontre entre le médical et l'horrible. Comme à l'accoutumée chez le réalisateur canadien, un sentiment étrange traverse le film. Qu'il s'agisse de la séquence « fameuse » de la tête qui explose, ou d'autres, plus anodines, Cronenberg reste fidèle à ce qu'il va renouveler plus tard dans La Mouche, ou dans eXistenZ. C’est-à-dire que le corps humain n'est qu'un tas de chair difforme avec lequel il est intéressant de s'amuser, de rêver et surtout de faire des cauchemars. Une des scènes clefs est celle du musée d'art contemporain où sont exposées les œuvres d'un de ces êtres génétiquement modifiés que sont les Scanners, véritable musée des horreurs.

Les Scanners en eux-mêmes sont présentés comme des erreurs de la nature, matérialisés par un médicament (l'Ephemerol) qui avait pour but d'apaiser les contractions dues aux grossesses des mères américaines des années 1950 — on pourra y voir une référence à des médicaments tératogènes réels comme la thalidomide ou le Distilbène. Le médicament échoue et transforme les fœtus en des êtres capables de télépathie et de télékinésie. La première génération, le héros, Cameron Vale, et son pendant méchant, Darryl Revok, sont en réalité les fils de l'inventeur du médicament, le Dr Paul Ruth. Une scène particulièrement étrange est celle où Cameron et Kim Obrist (Jennifer O'Neil) se rendent chez un médecin qui administre encore l'Ephemerol à ses patientes. Cameron laisse Kim dans la salle d'attente pendant qu'il part interroger le médecin. À côté d'elle, une femme enceinte lit un journal, et Kim a l'impression de se faire « scanner » par le fœtus lui-même.

Cette dernière scène, qui précède le duel final entre les deux frères monstrueux, est révélatrice de l'intérêt que porte Cronenberg pour ce qui peut paraître grotesque dans la nature humaine, c’est-à-dire dans sa conception et son essence même. La tête du savant explose devant une assemblée de scientifiques dans un amphithéâtre de style très contemporain. De même que depuis une simple cabine téléphonique, Cameron est capable d'accéder à l'ordinateur de Consec (la société qui met au point les Scanners) pour y dérober le nom des médecins qui distribuent l'Ephemerol. La fin de la scène se termine par l'explosion de la salle de l'ordinateur et la mort de tous ceux qui s'y trouvent.

À chaque fois, le film montre qu'un être humain légèrement amélioré, si on peut dire, fait retourner toute une société basée sur le confort hypermoderne et consumériste. L'élégance du centre commercial où Cameron se fait capturer en témoigne, de même que les locaux de Consec ou le bureau de Darryl Revok à la fin. Toutes les séquences de télépathie ne se produisent pas comme dans Dead Zone, c’est-à-dire comme une révélation, mais comme une expulsion psychique de colère, et de plaisir. Et au centre de l'organigramme, on retrouve le père Patrick McGoohan à la fois père des deux rivaux (Cameron & Darryl) mais également faux démiurge, parce que responsable de la difformité de ses fils, et donc haï par l'un d'eux.

Suites[modifier | modifier le code]

Sortis directement en vidéo
  • 1991 : Scanners 2, le nouveau règne (Scanners II: The New Order) de Christian Duguay
  • 1992 : Scanners III: Puissance maximum (Scanners III: The Takeover) de Christian Duguay
Films dérivés
  • 1994 : Scanner Cop de Pierre David
  • 1995 : Scanner Cop II (Scanners: The Showdown) de Steve Barnett

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Scanners sur JP's Box-Office.
  2. Scanners sur Box Office Mojo.
  3. Scanners sur Rotten Tomatoes.
  4. Awards for Scanners sur IMDb.

Liens externes[modifier | modifier le code]