Pinocchio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinocchio (homonymie).
Pinocchio
Personnage de fiction apparaissant dans
Les Aventures de Pinocchio.
Histoire d'un pantin
de Carlo Collodi.

Pinocchio par Enrico Mazzanti (1883)
Pinocchio par Enrico Mazzanti (1883)

Origine Italie
Sexe Masculin
Espèce Marionnette de bois vivante
Caractéristique(s) Son nez s’allonge à chaque mensonge
Famille Geppetto (son créateur)
Entourage Lucignolo
La Fée bleue
Ennemi(s) Le Chat et le Renard

Créé par Carlo Collodi
[1]Pinocchio - autentico 1901

Pinocchio est un personnage de fiction, héros d'un conte de fées moderne de la littérature pour enfants : Le avventure di Pinocchio. Storia di un burattino (Les Aventures de Pinocchio. Histoire d'un pantin), du journaliste et écrivain italien, originaire de Toscane, Carlo Lorenzini, plus connu sous son nom de plume : Carlo Collodi (1826-1890).

Une multitude d'adaptations ont été tirées du conte original : littéraires, théâtrales, chorégraphiques, télévisées, cinématographiques et en bandes dessinées, sans compter les centaines de traductions, de versions illustrées ainsi que les mises en musique et en chanson.

On reconnaît aux Aventures de Pinocchio une prérogative qui n'appartient qu'aux chefs-d'œuvre, celle d'être hors du temps. Pour les 100 ans de Pinocchio, en 1981, Italo Calvino écrivait ainsi : « Il nous est naturel de penser que Pinocchio a toujours existé, on ne s'imagine pas en effet un monde sans Pinocchio. »

Les Aventures de Pinocchio a été le deuxième livre le plus vendu en Italie au XXe siècle avec le tirage de 9 à 10 millions d'exemplaires, derrière La Divine Comédie de Dante Alighieri (11 à 12 millions d'exemplaires)[2].

L'histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Pinocchio.

« Il était une fois... — Un Roi ! s'écrieront aussitôt mes petits lecteurs. Non, les enfants, vous vous trompez. Il était une fois un morceau de bois »

... ainsi commence l'histoire.

Geppetto, un pauvre menuisier italien, fabrique par accident dans un morceau de bois à brûler un pantin qui pleure, rit et parle comme un enfant, une marionnette qu’il nomme Pinocchio. Celui-ci lui fait tout de suite des tours et il lui arrive de nombreuses aventures : il rencontre Mangefeu, le montreur de marionnettes, le Chat et le Renard qui l’attaquent et le pendent. C’est la Fée bleue qui le sauve. Son nez s’allonge à chaque mensonge… Il part ensuite avec son ami Lumignon pour le Pays des jouets, et ils sont transformés tous les deux en baudets. Il est ensuite jeté à la mer et avalé par une énorme baleine dans le ventre de laquelle il retrouve Geppetto. Finalement il se met à travailler et à étudier et il se réveille un beau jour transformé en véritable petit garçon en chair et en os.

De ce conte sont nés des lieux communs universels qui sont passés dans le langage courant et que l’on dit aux enfants comme : « ton nez va s’allonger si tu mens » ou « tes oreilles vont pousser comme des oreilles d’âne si tu travailles mal à l’école ».

Origines[modifier | modifier le code]

Pinocchio signifie en toscan : « pignon » (« pignolat » ou « pigne » en provençal, « pinolo » en italien). C'est la graine comestible du pin parasol (ou « pin pignon » — Pinus pinea) dont l'amande protégée par une fine coquille se trouve à l'intérieur du cône ou pomme de pin (ou encore la pigne en provençal, pigna en italien). Une adaptation allemande de Pinocchio du début du siècle dernier s'appelle ainsi Zäpfelkerns Abenteuer (Les Aventures de Pignon, Zäpfelkerns traduit littéralement donne noyau de pomme de pin). Ce mot toscan du XIXe siècle est tombé en désuétude et n'est plus utilisé de nos jours.

Le Toscan Fernando Tempesti, chercheur en littérature et un des meilleurs spécialistes de Pinocchio, précise que dans la langue de Geppetto, le toscan du XIXe siècle, pinocchio signifie « petit pignon » qui voudrait dire également dans la langue secrète de Collodi : « petit crevard ». Cette expression renvoie à l'Arlequin de la commedia dell'arte florentine qui se nomme Stenterello, tout aussi famélique que Pinocchio.

Avant de s'appeler Pinocchio, il s'était appelé Arlequin, Polichinelle, ou Stenterello. Il fait partie des personnages, des caractères immuables qui ont, de tout temps, servi de point fixe à l'improvisation. Nous retrouvons ici le statut populaire et pauvre de ce personnage fait non pas dans du bois « noble », mais dans « une simple bûche prise dans le tas de bois à brûler, de celles que l'on met en hiver, dans le poêle ou dans la cheminée pour allumer un feu et réchauffer les chambres ».

Carlo Collodi[modifier | modifier le code]

Le « papa » et l'auteur de Pinocchio est le journaliste polémiste et écrivain pédagogue Carlo Collodi. Son roman Les Aventures de Pinocchio l'a rendu célèbre dans le monde entier. Il est un des représentants d'une littérature de bons sentiments affichée par la petite bourgeoisie italienne de la fin du XIXe siècle. Il a développé dans cette œuvre, au travers du héros rebelle de son histoire, les vertus morales d'une Italie rurale laïcisée (Collodi n'a pas fait place à la religion dans ce roman) avec des valeurs comme la famille, l'école, le travail et l'amour du métier.

Collodi définissait lui-même son œuvre : Pinocchio, comme une « gaminerie ». Au plan du genre littéraire, certains critiques voient ce roman comme un véritable roman picaresque qui manie notamment l'humour et le rire. Pinocchio est reconnu par la critique comme un classique de la littérature italienne du XIXe siècle et qui à ce titre s'adresse non seulement aux enfants mais également aux adultes[3].

La Toscane[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Toscane de Pinocchio.

À partir du XIVe siècle, si chaque région italienne parle son propre dialecte, c'est le toscan de Florence qui devient l'italien écrit standard, étant donné l'importance de sa littérature (Dante, Pétrarque, Boccace) et le fait que beaucoup de membres de la cour pontificale venaient de cette région. Toutefois, encore au XIXe siècle l'italien standard était une langue essentiellement écrite et conservative, tandis que le toscan parlé en Toscane avait évolué différemment, finissant par devenir un autre des dialectes italiens, bien que proche de la langue standard.

Le grand succès de Pinocchio, écrit par Collodi dans un italien simple, vif et savoureux, facile à comprendre bien que riche en expressions toscanes, contribua au XIXe et au XXe siècle à diffuser une langue commune chez les enfants de toute l'Italie[4]. Cependant, des expressions toscanes utilisées par Collodi n'ont guère survécu : le « Paese dei Balocchi » (Pays des Joujoux) n'est désormais plus qu'un toponyme qui désigne ce lieu imaginaire, car le mot toscan balocco (jouet), encore vivant à l'époque de Collodi, a été définitivement remplacé en italien par giocattolo, d'origine vénitienne.

Naissance de Pinocchio[modifier | modifier le code]

Le bois dont est fait Pinocchio[modifier | modifier le code]

Geppetto est un menuisier, c’est-à-dire un artisan qui travaille de ses mains le bois, une matière naturelle, noble et vivante[5]. Mais de quel bois est fait Pinocchio ? Le Geppetto de Comencini, Nino Manfredi, projetait de faire la tête du pantin en bois de noyer, « noce » en arménien, et le corps et les membres dans un bois de moindre valeur, du « legno meno pregiato », mais bien sûr en bois bien sec, « legno stagionato », car le bois vert se travaille mal. Carlo Collodi, dont le Geppetto est dans un grand dénuement, se contente de bois qui n’est pas évidemment du « legno di lusso » traduit maladroitement par la Comtesse de Gencé et tous les traducteurs qui s’en sont inspirés, par « bois de luxe », alors que d’autres traducteurs y voient, en exagérant un peu plus dans l’emphase, du « bois précieux » ou du « bois fin » et d’autres tout simplement du « beau bois », il s’agissait en effet « d’un simple morceau pris dans un tas de bois à brûler » et il va de soi que l’on ne brûle pas du « bois noble ». Avec certains illustrateurs de Pinocchio, cela se voit à l’écorce de la bûche, ont choisi le pin ou le sapin qui ne sont pas des « bois exotiques » mais bien des « bois ordinaires » en Toscane. Toutefois, le sapin se sculpte mal, se fend facilement et est un bois tendre, de nos jours on fabrique des Pinocchio, comme jouet ou pour la décoration, en aulne, en merisier, en hêtre, en bouleau, en charme, etc.

Les outils de Geppetto[modifier | modifier le code]

Geppetto travaille dans sa « bottega », traduite par « boutique » ou « échoppe » et aussi peut-être plus justement par « atelier ». Le chat joue avec les copeaux dans la corbeille à copeaux. Le lecteur imagine le parfum des différentes essences de bois et la sciure, comme a probablement dû les sentir le jeune Lorenzini, dans l’atelier du menuisier du village, sur les terres de Toscane en Valdinievole dans le village de sa mère : Collodi dont le nom lui servira de pseudonyme plus tard et où il passa son enfance chez ses grands parents maternels Ozali. Gepetto travaille sur un « banco » : un « établi », qui est un des principaux instruments de travail du menuisier. Le mot italien « banco » peut signifier également un « banc » (pour s’asseoir). La Comtesse de Gencé, une des premières traductrices de Pinocchio dont le travail a servi de base aux traductions en français jusqu'à nos jours mais qui devait avoir bien peu le sens du travail manuel, fait la mauvaise traduction en traduisant « banco » par « banc » alors qu’il s’agit de toute évidence d'un « établi », une erreur à faire bondir tous les hommes de l'art. Il utilise les outils de menuisier : la hache bien aiguisée pour dégrossir le bois (un outil pourtant peu utilisé par les menuisiers dont le travail réclame précision et minutie), la scie, le rabot qui donne des chatouillis à Pinocchio encore sous forme de bûche, la rape à bois dans le film de Comencini. Et Pinocchio dans un accès de fureur écrase le pauvre Grillon parlant d’un coup de « martelo di legno » que beaucoup de traducteurs rendent mot à mot par « marteau de bois » alors qu’en français on parlerait naturellement de « maillet » qui est justement un marteau en bois utilisé pour frapper sur les pièces que le menuisier ou l'ébéniste assemble, par exemple, sans les marquer ni les abîmer comme le ferait un marteau de métal.

Traductions depuis l'italien[modifier | modifier le code]

Les Aventures de Pinocchio sont mondialement connues. Elles auraient été traduites dans plus de 400 langues et dialectes (environ 120 langues pour Le Petit Prince de Saint-Exupéry à titre de comparaison) dont le français[6], l'anglais[7], l'espéranto[8], l'espagnol[9], etc.

Pinocchio aurait été traduit dans plus de 25 dialectes italiens, du piémontais au sicilien en passant par le napolitain et le génois[10]. Il a également été traduit en latin, langue dans laquelle il se nomme Pinoculus.

Une adaptation importante de Pinocchio se trouve être sa version russe : Bouratino (russe : Буратино), écrite par Alexis Nikolaïevitch Tolstoï en 1936. Cette version particulièrement populaire en Union Soviétique a donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptations littéraires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Adaptations écrites de Pinocchio.

Les adaptations de Pinocchio que les Italiens appellent d'un terme un peu péjoratif Pinocchiate sont les œuvres dérivées, les éditions réduites pour les petits, les livres-jeux, les « pop-up », les remaniements, les parodies, les réécritures, les versions « d’après Collodi… » , « raconté par... » et en général toutes les transpositions de Pinocchio c’est-à-dire, en fait, une majorité de la production livresque des Pinocchio.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Les adaptations de Pinocchio au cinéma et à la télévision sont très nombreuses, de l'ordre de quelques dizaines.

Mise à l'honneur de Pinocchio pour son 130 ème Anniversaire Le[1]02 septembre 2013 à la 70' Mostra del Cinema di Venezia

La plus prestigieuse reste celle réalisée par Luigi Comencini en 1972 sous forme d'un feuilleton télévisé (qui sera remonté en 1975 en long-métrage).

La notoriété de certains films est telle, (c'est le cas, par exemple, du long-métrage d'animation de Walt Disney) que le grand public en a fait un standard mieux connu que l'œuvre écrite originale et ce malgré le manque de respect des principes et des valeurs associés aux écrits de Carlo Lorenzini.

Parmi les adaptations cinématographiques les plus récentes, celle de Roberto Benigni et Vincenzo Cerami, en 2002, et, en animation, celle d'Enzo d'Alò en 2013.

Au théâtre[modifier | modifier le code]

  • Pinocchio. Mise en scène : Bruno Boeglin. Coproduction : Centre Dramatique National des Alpes Grenoble, Espace Malraux Scène Nationale Chambéry Savoie, Novothéâtre, Odéon – Théâtre de l'Europe, Théâtre des Célestins de Lyon. Spectacle créé le 12 janvier 1999 à Chambéry.
  • Pinocchio (2004). Mise en scène par Pascal Antonini en Île-de-France d'après la nouvelle adaptation de Lee Hall, également le scénariste du film Billy Elliot.
  • Pinocchio (2008). Écrit et mis en scène par Joël Pommerat. Le Centre Régional de Documentation Pédagogique de Paris en collaboration avec l'Odéon-Théâtre de l'Europe (Paris) a réalisé un dossier pédagogique sur cette mise en scène, disponible sur le site de la collection Pièce (dé)montée.
  • Pinocchio (2011). Mise en scène par Thierry Crozat et Frédéric Ozier; produit par les ArtPenteurs et la Compagnie Pied de Biche (Suisse), avec le soutien de l'état de Vaud, la ville de Lausanne, la loterie romande, le pour-cent culturel Migros et diverses fondations privées. Adaptation de Jean-Claude Blanc.
  • Les aventures de Pinocchio (2012). Mise en scène par Abdel El Asri, produit par les Baladins du Miroir. Mise en espace de Diego Lopez Saez. Musique originale de Grégory Vandamme et Thomas Vegenoni.
  • Pinocchio, le spectacle musical[11] (2013). Écrit et mis en scène par Marie-Jo Zarb[12]. Musique originale de Moria Némo. Chorégraphie d'Aurélie Badol. Scénographie de Caroline Villette. Au théâtre de Paris et en tournée en France. Avec Pablo Villafranca, Nuno Resende, Sophie Delmas.
  • Pinocchio (2013) Repris par le directeur artistique de l'Opéra du Rhin, Ivan Cavalleri et par l'œuvre musicale d'Enrico Melozzi par l'orchestre symphonique de Mulhouse.

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Woody Woodstock, héros de la bande dessinée Gueule de bois, n'est autre que Pinocchio, adulte, se retrouvant confronté à des créatures surnaturelles au cours de ses aventures.
  • Pinocchio de Winshluss retrace une histoire plus sombre du petit pantin, a déconseiller aux enfants!

Jouet ou objet de décoration[modifier | modifier le code]

Pinocchio - autentico 1901
  • Des pantins de bois, jouets pour les enfants ou pour la décoration, sont fabriqués en Italie par des artisans italiens.
  • L’Isola di Pinocchio sur Marionnettes in Venice, fabricant artisanal par tournage de Pinocchio en hêtre, bouleau, charme, aulne, peints et vernis à la main. Outre le marché intérieur italien, exporte ses classiques pantins de différentes tailles (de quelques centimètres à plus de deux mètres) au Canada, USA, Japon, Allemagne, France et Espagne.
  • Des Pinocchio sous forme de véritables marionnettes à fils entièrement faites à la main dans un vieux quartier de Venise par une entreprise familiale. De 40 à 60 centimètres de hauteur, manœuvrables avec une croix en bois à huit fils, les corps sont en bois et les mains, pieds et têtes en pâte à bois peinte et décorée à la main, les habits et costumes sont faits selon la tradition des costumes vénitiens de carnaval.
  • Depuis 2011, Pinocchio est une Marque publiée, le Dessin et Modèle sont enregistrés et protégés par Yves Fostier[13] sur la base de l'œuvre de l'Artiste peintre romain Oscar Tirelli, fidèlement réalisée à partir des illustrations de Carlo Chiostri datant de 1901.
  • "Carlo Chiostri l'illustrateur légendaire de Pinocchio" dixit Federico Fellini
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Adaptation en édition numérique[modifier | modifier le code]

Il existe aussi de nombreuses adaptations de Pinocchio sur supports numériques (livres électroniques, tablettes tactiles, smartphones).

  • AvatarBook Pinocchio, JDF,‎ 2011
  • Pinocchio !, appicadabra,‎ 2011 (lire en ligne)
  • Ivan Trotter, Pinocchio,‎ 2011, Livre, Jeu de Mémoire, Puzzle
  • Pinocchio storybook, Samsung Publishing,‎ 2011

Philatélie[modifier | modifier le code]

Pinocchio a fait l'objet de l'émission de timbres poste[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autour de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Documentaires, émissions télévisées et radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • Quilici Folco, Pinocchio, histoire d'un pantin, France, ARTE, ExNihilo, RAI, Avro,‎ 2002, documentaire (52 min)
  • Pinocchio, ARTE,‎ 24 décembre 2002, émission de télévision
  • Zingoni Andrea, Pinocchio, RTSI – Radio Télévision Suisse de langue Italienne; il Circo Rilassa,‎ 26 novembre 2001, émission de télévision
  • (it) Pinocchio Sono Io — Vingt personnalités italiennes lisent et commentent Collodi, IT, RAI, émission de télévision
  • (it) Pinocchio — Le Mensonge à grandes enjambées, IT, RAI, émission de télévision

Rencontres-Colloques-Conférences[modifier | modifier le code]

Rencontres organisées à Pescia par la Fondation Nationale Carlo Collodi :

  • (it) Études collodiennes : Rencontres internationales du 5 au 7 octobre 1974 [« Studi collodiani »],‎ 1976, 646 p.;
  • (it) Pinocchio aujourd’hui : Rencontres pédagogiques du 30 septembre au 1er octobre 1978 [« Pinocchio oggi »],‎ 1980, 303 p.;
  • (it) La symbologie de Pinocchio : Rencontres des 24 et 25 mai 1980 [« La simbologia di Pinocchio »];
  • (it) Pinocchio intime et publique : Folkloristes italiens du temps de Collodi [« Interni e dintorni del Pinocchio »],‎ 1986, 309 p.;
  • (it) Pinocchio avec les pantins : Rencontres des 27 et 28 mars 1987 [« Pinocchio fra i burattini »],‎ 1993, 209 p.;
  • Jean Perrot, Pinocchio entre texte et image, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Institut International Charles Perrault et Union française du film pour l'enfance et la jeunesse (Uffej),‎ 7 au 9 mars 2002, colloque;
  • (it) Le tour de Pinocchio en deux journées [« Il giro di Pinocchio in due giornate »], Pise, IT, École Normale Supérieure,‎ 1er et 2 octobre 2004, Rencontres internationales d’études;
  • Mario Verger, Un burattino di nome Pinocchio[15].

Pédagogie : Pinocchio et l'enseignement[modifier | modifier le code]

Les Aventures de Pinocchio sont un thème pour l'enseignement aussi bien primaire, secondaire que supérieur et notamment au niveau européen entre l'Italie patrie de Pinocchio et les autres pays européens pour ce qui concerne principalement les domaines des langues et traductions et de la littérature pour l'enfance et la jeunesse.

Livres de Pinocchio : Collectionneurs et bibliophiles[modifier | modifier le code]

La recherche d'éditions de Pinocchio en bon état peut être un travail ardu si l'on considère le fait que les principaux destinataires des livres pour la jeunesse sont justement de jeunes enfants, c'est-à-dire des lecteurs pas toujours attentifs à la bonne conservation des livres.

Nombreux sont donc les exemplaires anciens qui en portent les stigmates plutôt visibles : gribouillage, déchirures, coloriage et même découpage des illustrations.

C'est pourquoi des exemplaires de plus de cent ans par exemple, en bon état de conservation, sont des raretés bibliographiques qui valent très cher.

Les Pinocchio sont des livres illustrés le plus souvent. La valeur des livres dépend donc pour une bonne part des illustrations et de leurs auteurs. Le nombre de dessinateurs ayant illustré Pinocchio serait de plus de 700 de par le monde. Il y a donc pour les collectionneurs un large éventail de possibilités.

Pinocchio est d'abord paru en feuilleton dans un hebdomadaire pour enfants : Le giornale per i bambini. La conservation des journaux, surtout quand il s'agit de journaux d'enfants, se révélant encore plus aléatoire que celle des livres, des exemplaires originaux d'époque (1881-1883) sont des raretés absolues que l'on ne peut voir pratiquement que dans les bibliothèques.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Montandon, Du récit merveilleux ou l’ailleurs de l’enfance, Le Petit Prince, Pinocchio, Le Magicien d’Oz, Peter Pan, E.T., L’Histoire sans fin, Imago,‎ 2001 (ISBN 2-911416-55-4).
  • Lee Hall et Carlo Collodi (trad. Bruno Bayen), Les Aventures de Pinocchio, Arche, coll. « Théâtre Jeunesse »,‎ 2002 (ISBN 2-85181-515-6).
  • Jean Perrot, Pinocchio, Entre texte et image, Bruxelles, Presses Interuniversitaires Européennes,‎ 2003 (ISBN 90-5201-171-0).
  • Stefano Garavelli et Andrea Balestri (préf. Cristina Comencini), Io, Il Pinocchio di Comencini, Sattoscritto,‎ 2008 (ISBN 88-88789-65-0).
  • Pinocchio, Tome 1, Comme une feuille au vent, Arnaud Boutle (Dessin), Corinne Denoyelle (Scénario), PAQUET, 2003, (ISBN 2940334242)
  • Pinocchio, Tome 2, Cœurs de pierre, Arnaud Boutle (Dessin et scénario), Corinne Denoyelle (Scénario), PAQUET, 2005, (ISBN 2940334870)
  • Dino Mengozzi, Corpi posseduti. Martiri ed eroi dal Risorgimento a Pinocchio, Piero Lacaita Editore, Manduria-Bari-Roma, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.facebook.com/pages/Pinocchio-autentico-1901/617893471622954
  2. Rapport sur l'édition italienne de Giuliano Vigni, 1999.
  3. Collodi a été publié dans la collection « I Meridiani » chez Mondadori, l'équivalent italien de la prestigieuse collection française La Pléiade chez NRF-Gallimard : Carlo Collodi, Opere, a cura di Daniela Marchesi, Arnoldo Mandadori Editore, Milano, 1995 (ISBN 8804400757), 1136 pages, format 11 x 17,5 cm.
  4. Ornella Castellani Pollidori, La lingua di Pinocchio, in Carlo Collodi, Le avventure di Pinocchio, Edizione nazionale Carlo Collodi, Pescia, 1983, p. LXIII-LXXXIV (en italien)
  5. Éloquentes à ce sujet les BD d’Arnaud Boutle qui du point de vue de l'histoire de Pinocchio a souhaité faire ressortir la nature végétale du pantin. C'est un aspect des choses qui n'a jamais été mis en valeur dans aucune adaptation. Pourtant le roman de Collodi « est (bien) l'histoire d'un morceau de bois ». Pour Arnaud Boutle tout est là ! Pinocchio est un être magique, si on lui coupe un pied, celui-ci repousse. Il a donc construit toute l'histoire sous cet angle en essayant d'imaginer ce qui pourrait arriver au pantin dans des situations périlleuses. Le Pinocchio qu’il a dessiné n'a pas simplement le nez qui pousse lorsqu'il ment. Il peut prendre racine, faire jaillir un arbre de la potence à laquelle il est pendu…
  6. Pinocchio (trad. Claude Sartirano), FR, Wanadoo (présentation en ligne).
  7. (en) Collodi (trad. Caroll della Chiesa), The Adventures of Pinocchio, Page by page books (présentation en ligne).
  8. (eo) Enrico Mazzanti (trad. Giuseppe Croatini), Pinokjo, SE, Luin,‎ 1883, PDF (présentation en ligne).
  9. (es) Pinocho (ill. Carlo Chiostri), Guias Costa Rica (présentation en ligne).
  10. Pinòsso (trad. GP Macciò), Italie, Bandita, PDF (présentation en ligne)
    En langue génoise (lij).
  11. « Site officiel de Pinocchio, le spectacle musical », sur pnprod.fr (consulté le 4 septembre 2013)
  12. « Pinocchio, le spectacle musical », sur mariejozarb.com (consulté le 3 juillet 2013)
  13. [1]
  14. (it) Pinocchio et la philatélie [« Pinocchio Francobolli »], IT, de Agostini (présentation en ligne).
  15. (it) « Un burattino di nome Pinocchio », Kaywa

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :