Ismaël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Ismaël et Ismaël (homonymie).
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Ismaël

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ismaël et sa mère Agar dans le désert
peinture réalisée par François-Joseph Navez (1820)

ישׁמעאל

Ascendants
Abraham (père)
Agar (mère)
Descendants
Nebajoth
Kédar
Adbeel
Mibsam
Mischma
Duma
Massa
Hadad
Théma
Jethur
Naphisch
Kedma
Mahalath
Famille
Isaac
Zimran
Yokshan
Medan
Madian
Ishbak
Shouah

Ismaël (en hébreu : ישׁמעאל Išma`e’l « Dieu a entendu [ma demande] » ; en arabe : إسماعيل Ismāʿīl) est un personnage de la Genèse et du Coran. Il est le premier fils d'Abraham, dont la femme Sarah est alors stérile. Sa mère Agar est une servante égyptienne de Sarah ; cette union est suggérée à Abraham par Sarah elle-même.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Abraham accepte la proposition de Sarah qui, pour avoir un fils, lui donne sa servante égyptienne Agar comme femme. Tombée enceinte, Agar méprise Sarah, qui la maltraite en retour. Agar fuit dans le désert, où un ange lui dit de rentrer et d'obéir à Sarah. Il lui prédit une descendance nombreuse et lui dit d'appeler son fils Ismaël car Dieu a entendu son humiliation[1]. Cette rencontre a lieu au puits Lakhaï-roï[2], entre Qadès et Béréd. Agar enfante Ismaël lorsqu'Abraham a 86 ans[3].

Un jour, Dieu apparaît à Abraham pour lui proposer une alliance, et lui prédit qu'Ismaël engendrera douze princes et une grande nation. En signe de cette alliance, Abraham circoncit Ismaël à 13 ans.

Sarah donne finalement un fils à Abraham, appelé Isaac. Alors qu'on fête le sevrage d'Isaac, Sarah demande à Abraham de chasser Ismaël, pour qu'Isaac n'ait pas à partager l'héritage avec Ismaël. Abraham en est contrarié, mais Dieu lui dit de toujours écouter Sarah car l'alliance passe par Isaac, et prédit qu'il fera une nation d'Ismaël. Alors Abraham chasse Ismaël et sa mère[4].

Agar et Ismaël, munis de pain et d'une outre d'eau qu'Abraham leur a donnés, errent dans le désert de Beer-Sheva. Lorsque l'outre est vide, Agar jette Ismaël sous un arbuste et s'en éloigne pour ne pas assister à sa mort. Puis Dieu lui fait voir un puits, auquel elle remplit l'outre pour Ismaël. Ils s'installent au désert de Paran. Il devient archer et sa mère lui fait épouser une Égyptienne.

Lorsqu'Abraham meurt, Ismaël l'enterre avec Isaac. Ismaël a 12 fils, qui deviennent chefs de peuple : l'aîné Nebajoth, Kédar, Adbeel, Mibsam, Mischma, Duma, Massa, Hadad, Théma, Jethur, Naphisch et Kedma[5]. Sa fille Mahalath épouse Ésaü, fils d'Isaac, et plaît à ses beaux-parents Isaac et Rébecca[6]. Ismaël meurt à 137 ans.

Dans le judaïsme et dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Le texte de la Bible précise que les descendants d’Ismaël (Ismaélites) formeront une grande nation mais que l’Alliance sera poursuivie avec Isaac, le fils de Sarah[7]. « Dieu dit : Certainement Sara, ta femme, t'enfantera un fils ; et tu l'appelleras du nom d'Isaac. J'établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa postérité après lui. »

Ismaël dans l'islam[modifier | modifier le code]

Les musulmans tiennent Ismaël et Isaac pour deux prophètes d'une importance égale. Ils soutiennent que le fils qu’Abraham doit sacrifier à son Dieu n'est pas Isaac, comme il est mentionné dans la Bible, mais Ismaël. Selon eux, c’est lui qui fut la victime propitiatoire, car selon les écrits bibliques, Dieu demanda à Abraham le sacrifice de son fils « unique » et Ismaël étant aîné, il serait donc le « fils unique » (jusqu’à la naissance d’Isaac). Le Coran, quant à lui, ne nomme pas le fils « sacrifié » de façon explicite à la Sourate 37 qui rapporte l'histoire du sacrifice d'Abraham ; le nom d'Ismaël en effet n'y apparaît pas mais celui d'Isaac y est mentionné à deux reprises. Selon l'historien Thierry Murcia, qui cite plusieurs sources en ce sens, la tradition islamique primitive n'aurait pas connu de sacrifice d’Ismaël et « la substitution d’Ismaël à Isaac [serait] postérieure à la prédication de Mahomet et à la rédaction du Coran »[8].

Les musulmans considèrent qu'Ismaël est l'un des ancêtres des Arabes. Ismaël reconstruisit avec son père Abraham la Ka'aba dont il ne restait que les fondations, alors que ce dernier avait au moins un siècle d'âge[9]

Les douze fils d’Ismaël dont il est fait mention dans la Bible[10] ont été repris par la religion musulmane. Il est dit que deux d’entre eux s’établirent à La Mecque, où ils fixèrent leur demeure, à savoir : Nebajoth et Kédar. Celui-ci est l’ancêtre des Quraychites, la tribu de Mahomet.

Le Coran qualifie Ismaël par deux fois « d’endurant[11]. »

Remarque[modifier | modifier le code]

Les descendants d’Ismaël sont appelés « Ismaélites » à ne pas confondre avec les « ismaéliens » qui sont les membres de l'ismaélisme, une branche du chiisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En hébreu, ishma'-'êl signifie « Dieu entend », d'où le nom théophore.
  2. en hébreu « au vivant qui me voit »
  3. Gn 16
  4. Gn 21,1-21
  5. Genèse 25,12-16
  6. Genèse 28,9
  7. Genèse 17,19
  8. Thierry Murcia, Jésus dans le Talmud et la littérature rabbinique ancienne, Turnhout, Brepols, 2014, p. 313, note 412.
  9. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans, Éditions Albin Michel, p.218
  10. Genèse 17,20
  11. Le Coran, « Les Rangs », XXXVII, 102, (ar) الصافات et Le Coran, « Les Prophètes », XXI, 85, (ar) الأنبياء

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :