Josué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Josué (homonymie).
Josué
Josué, représenté au Palazzo Trinci
Josué, représenté au Palazzo Trinci
Titre
Commandant militaire des Hébreux
Prophète de l'islam
Prédécesseur Moïse, premier prophète du judaïsme
Successeur Othoniel, premier juge d'Israël
Biographie
Nom de naissance יְהוֹשֻׁעַ
Lieu de naissance Égypte
Sépulture Timnath-Sèrah
Nationalité Israélite de la tribu d'Éphraïm
Père Noun (son père)
Entourage Caleb
Rahab

Josué (hébreu : יְהוֹשֻׁעַ Yĕhôshúa‘) ou Josué fils de Noun (hébreu יהושוע בן נון), est un personnage biblique du Livre de l'Exode et surtout du Livre de Josué.

Josué est le successeur de Moïse dans la conduite du peuple hébreu vers la Terre promise. Il mène la conquête du pays de Canaan puis installe les tribus d'Israël.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Josué s'appelle d'abord Hoshea, fils de Noun, הושע en hébreu. C'est Moïse qui le renomme Josué dans le Livre des Nombres 13:16 : « Tels sont les noms des hommes que Moïse envoya pour explorer le pays. Moïse donna à Hoshea, fils de Noun, le nom de Josué. »

Josué est écrit en hébreu יהושוע Yehoshua (Deutéronome 3:21), ce qui signifie « Dieu sauve ».

Le nom vient de la racine trilittère ישע, « sauver ».

Le dictionnaire hébreu-français de Sander et Trenel le traduit par « Dieu est son aide », car il contient יה (yah), comme Yehouda יהודה, « louange à Dieu » ou Abadiah עבדיה , « serviteur de Dieu ».

Septante, Nouveau Testament et Coran[modifier | modifier le code]

Dans la Septante, il est appelé Jésus fils de Navé (᾿Ιησοῦς υἱὸς Ναυὴ = Iéssous Uios Naué). ΙΗΣΟΥΣ (Iéssous) est le titre du Livre de Josué dans la Septante.

C'est aussi sous cette forme grecque Iéssous (Ιησοῦς) qu'il se trouve mentionné en trois passages dans le Nouveau Testament (Luc 3.29 , Actes 7.45, Hebreux 4.8). Or Iéssous (Ιησοῦς) est aussi le nom de Jésus de Nazareth. Dans l'Epître aux Hébreux en particulier est fait un parallèle entre "Josué" et "Jésus" (Heb 4.8 et 4.14). A la suite de cette épître, de nombreux auteurs chrétiens anciens ont mis en parallèle "Josué fils de Noun" et "Jésus-Christ" pour en souligner les similitudes et les contrastes.

Par ailleurs, quoiqu'il ne soit pas directement nommé dans le Coran, il y est implicitement mentionné au verset : « Et lorsque Mûsâ dit à son serviteur. » (Sourate 18 - Verset 60). Il est à ce titre considéré comme un prophète en islam sous le nom arabe : يوشع بن نون Yūshaʿ ibn Nūn.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Préambule[modifier | modifier le code]

Cet article repose sur la Bible qui ne présente pas toujours les caractéristiques d'un livre d'histoire telles que nous les entendons aujourd'hui.

Succession de Moïse[modifier | modifier le code]

Josué est le fils de Noun, membre de la Tribu d'Éphraïm. Il est né en Égypte à l'époque de l'esclavage des Hébreux. Il est témoin de la sortie d'Égypte des Israélites sous la direction de Moïse. Il se distingue en tant que commandant militaire lorsque les tribus d'Israël sont attaquées par le peuple d'Amalek à Réphidim. (Exode 17:8-16).

Il assiste Moïse et l'accompagne dans l'ascension d'une partie du Mont Sinaï pour recevoir les dix commandements (Exode 32:17). Il fait également partie des douze explorateurs que Moïse envoie en éclaireurs dans le pays de Canaan. C'est à cette occasion que, précédemment nommé Osée, il devient Josué (Livre des Nombres 13:16, 17). Seuls Caleb et Josué rapporteront des nouvelles encourageantes dans leur rapport auprès du peuple. Ils seront donc les seuls de cette génération à entrer sur la terre promise après que le peuple eut erré quarante ans dans le désert.

Avant de mourir sur la rive orientale du Jourdain, Moïse désigne Josué comme son successeur pour franchir le fleuve, conduire le peuple et lui permettre de conquérir le pays de Canaan.

La conquête du pays de Canaan est décrite dans le Livre de Josué. Dieu encourage Josué à être fort et à s'appuyer sur les lois de la Torah pour conduire le peuple.

Traversée du Jourdain[modifier | modifier le code]

Josué obtient l'appui des deux tribus et demie (Tribu de Ruben, Tribu de Gad et la moitié de la Tribu de Manassé) qui se sont installées à l'Est du Jourdain pour aider les autres tribus israélites à conquérir le pays.

Le premier obstacle est le fleuve du Jourdain. Josué fait avancer l'Arche d'alliance portée par les prêtres cohanim devant le peuple. Le fleuve interrompt miraculeusement son cours et permet la traversée des conquérants israélites. Josué érige alors un monument constitué de douze pierres sur la rive ouest à Guilgal. Guilgal constituera la base depuis laquelle toute la conquête sera menée.

Josué fait circoncire tous les hommes israélites nés dans le désert et qui n'avaient pas pu y être circoncis, afin de célébrer Pessah, la commémoration de la sortie d'Égypte.

Conquêtes de Josué[modifier | modifier le code]

La prise de Jéricho, enluminure de Jean Fouquet, vers 1470-1475 Paris, BnF

L'ancienne ville de Jéricho est la première conquête des Israélites sous la direction de Josué. Il y envoie des espions. Le récit raconte comment les murailles de la ville s'effondrent après que les prêtres eurent tourné 7 fois pendant 7 jours autour de la ville en sonnant du schofar. La ville est rasée et une malédiction est prononcée contre tout ce qui existait à Jéricho. Tous les habitants sont tués, à l'exception de la famille de Rahab qui avait abrité les espions israélites.

Les troupes de Josué subissent un revers dans la ville de . La faute est mise sur la personne de Akân qui est puni pour avoir subtilisé des biens voués à être détruits à Jéricho. Josué se rend alors maître de Aï (la stratégie militaire utilisée consiste en une attaque surprise sur deux fronts), ce qui lui ouvre la route des montagnes à l'ouest de Jéricho. Josué lit les bénédictions et les malédictions au peuple, sur le Mont Garizim et le Mont Ebal.

Devant la peur inspirée dans la région par le prestige des victoires militaires contre Jéricho et Aï, les habitants de Gabaon parviennent à obtenir par la ruse un traité de paix avec Josué. Ils seront utilisés dans le service du tabernacle. Apprenant cette alliance, cinq rois amorites (des villes de Libnah, Lachish, Eglon, Hébron et Débir) décident d'attaquer ensemble la ville de Gabaon pour la punir. Les troupes de Josué, liées aux Gabaonites par le traité de paix, mettent en déroute les armées amorites sur lesquelles Dieu fait tomber des grêlons. C'est là que, afin d'anéantir totalement ces armées, Josué s'écrie:

« Soleil, arrête-toi au-dessus de Gabaon[1] !
Lune, immobilise-toi sur le val d'Ayalon ![2] »

Josué fait condamner l'entrée de la grotte où les cinq rois amorites se sont réfugiés. Puis après avoir vaincu les fuyards, il fait rouvrir la grotte, humilier les cinq rois par les chefs de tribus israélites puis il les fait pendre à cinq arbres jusqu'au soir.

La conquête continue pendant plusieurs années toujours plus à l'ouest jusqu'à Gaza et au nord jusqu'à la côte phénicienne.

L'archéologue et anthropologue du Proche Orient William G. Dever dans son résumé du récit écrit : « On y voit donc célébrer les exploits militaires d'un chef de guerre audacieux, certes, mais d'une cruauté implacable. La campagne de massacres systématiques des populations civiles de Canaan - hommes, femmes, enfants, vieillards, tout le monde y passe - conduite par Josué, mérite d'être qualifié de génocide ; témoin Jéricho, dont la totalité des habitants est passé au fil de l'épée, exceptée Rahab, la prostituée qui a permis la prise de la cité »[3].

Installation des tribus[modifier | modifier le code]

Répartition des territoires de chaque tribu en terre d'Israël

Après la conquête de la quasi-totalité du pays de Canaan, Josué administre l'installation des tribus et le partage du territoire. Il commence par les tribus de Juda, d'Éphraïm et de Manassé. Caleb obtient la ville de Hébron. L'arche d'alliance est déplacée de Guilgal où elle était depuis la traversée du Jourdain, à Silo (elle ne sera déplacée à nouveau qu'après la conquête de Jérusalem par le roi David).

Josué crée des cités-refuges pour les Lévites. Il reçoit lui-même la ville de Timnath-serah. Les deux tribus de Gad et Ruben et la demie tribu de Manassé retournent sur leurs terres à l'est du Jourdain.

À la fin de sa vie, Josué convoque les anciens et les chefs de tribus israélites. Il les exhorte de ne pas fraterniser avec la population locale. Il demande publiquement au peuple de rester fidèle à Dieu qui s'est tant de fois manifesté à eux. Josué meurt à l'âge de 110 ans (bibliquement) et est enterré à Timnath-serah.

Peuplement bibliques[modifier | modifier le code]

Certaines tribus de l’Afrique du Nord ont été judaïsées par un disciple et compagnon du prophète Moïse (Sidna Moussa), Josué (Sidna Youchaa). À la suite des persécutions des pharaons à l’encontre du peuple d’Israël, Josué a pris la direction du Maghreb. Constatant que les populations de l'époque pratiquaient le paganisme, il leur enseigna le monothéisme et les lois hébraïques. Certaines de ces populations acceptèrent et en firent leur religion, mais sans prosélytisme, d'où l'effet limité de son expansion. La légende continue de nous dire que Sidna Youcha (Josué) est enterré dans une Mosquée sur une plage qui porte son nom plage sidna youchaa située à égale distance de Ghazaouet et Nédroma dans la wilaya de Tlemcen (Algérie). Son mausolée (Goubba) a toujours fait l'objet, depuis des siècles, de pèlerinage à l'occasion des fêtes juives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jos 10. 12.
  2. Les opposants à Galilée utilisent le passage biblique (Josué 10, 12-14) dans lequel, à la prière de Josué, Dieu arrête la course du Soleil, comme arme théologique contre lui. Voir ce site par exemple
  3. Aux origines d'Israël. Quand la Bible dit vrai, Éditions Bayard, 2005, p 46. Édition originale : Who where the Early Israelites and where did they come from ?, éditions Eerdmans, 2003, (ISBN 0-8028-0975-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :