Sevrage (alimentation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sevrage.

Pour tous les animaux dont le nouveau-né est dépendant de ses parents dès sa naissance, et principalement de sa mère qui le nourrit de son lait chez les mammifères, le sevrage est l'arrêt de l’alimentation par ses parents, et en particulier la cessation de la nourriture lactée naturelle ou artificielle chez l'humain.

Le mot sevrage[modifier | modifier le code]

Le verbe « sevrer » (XIe siècle), vient du latin separare signifiant « séparer ». Une extension vers la notion de privation, « priver de... » s’opère au XIVe siècle. On peut « sevrer de la mamelle » (séparer le bébé de sa mère ou de la nourrice qui l’allaite), « sevrer un enfant » (faire cesser l’alimentation au lait maternel), ou « sevrer du lait » (le priver de lait maternel). Le premier substantitf est « seivrement », ou « sevrement ». Le « sevrement » devient « sevrage » au XVIIIe siècle. L’acception de « sevrage » au sens de « privation d’un toxique, arrêt de prise d’une drogue », date du XXe siècle.

Le sevrage chez l'enfant[modifier | modifier le code]

On distingue le sevrage de la diversification alimentaire. Le sevrage est la privation du lait maternel alors que la diversification est l’introduction d’une alimentation solide.

Ces deux événements dans l'alimentation infantile ne sont pas liés de manière absolue.

Sevrage, allaitement et diversification[modifier | modifier le code]

Le sevrage est indépendant de l’allaitement[modifier | modifier le code]

Le sevrage peut intervenir avant tout allaitement et un enfant peut être sevré dès la naissance, sans jamais connaître le lait maternel. Il est alors nourri avec un substitut du lait maternel jusqu’à la diversification alimentaire.

Tout individu qui n’a pas été allaité, est déjà sevré.

Avant la période de diversification, le sevrage nécessite le recours à des substituts du lait maternel[modifier | modifier le code]

Si le sevrage, c’est-à-dire l’arrêt de l’allaitement maternel, intervient avant les périodes de maturités digestive et neurologique permettant la diversification (1 an environ), il est nécessaire de remplacer le lait maternel par un substitut approprié, préparation pour nourrisson avant l’âge de 6 mois et lait de suite de 6 mois à 1 an.

En effet, le lait maternel constitue la source unique d’alimentation du bébé humain de la naissance à 6 mois, et la source indispensable de 6 mois à 1 an. L’abandon du lait maternel à cette période doit être compensé par le recours à des préparations se rapprochant du profil général du lait maternel dans ces deux périodes.

Le sevrage est indépendant de la diversification alimentaire[modifier | modifier le code]

La diversification alimentaire est le recours à une alimentation solide. Elle est l’issue naturelle de l’évolution de l’alimentation chez les mammifères. La diversification est fonction de la dentition et de la motricité bucco-faciale, propres aux mammifères. Chez le bébé humain, la variation des sources d’alimentation le conduit progressivement au même type d’alimentation que le milieu dans lequel il vit. Cette période de transition est plus ou moins longue (de six mois à plusieurs années) et se fait, en principe, en fonction de la maturation du système de digestion de l’enfant et de ses capacités psychomotrices à choisir, mastiquer et déglutir des aliments solides. Cette nouvelle alimentation, proposée progressivement au bébé, prend peu à peu le pas sur le lait maternel ou son substitut.

L’Organisation mondiale de la santé recommande un allaitement exclusif jusqu'à l'âge de 6 mois et une poursuite de l'allaitement si possible jusqu'à l'âge de 2 ans [réf. nécessaire] (et plus selon les désirs de l'enfant et de la mère), cependant avec une alimentation solide équilibrée et adaptée à l'âge.

Le sevrage peut donc intervenir au-delà de la période de diversification, une partie de l’alimentation étant encore apportée par le lait maternel dans l’alimentation diversifiée.

Pratiques de sevrage[modifier | modifier le code]

Historiques[modifier | modifier le code]

La méconnaissance du processus de lactation et de la fonction du lait maternel dans l’alimentation infantile ont conduit, dans les traditions populaires, à des pratiques de sevrage souvent dommageables au bien-être et à la santé de l’enfant et qui ont probablement largement contribué à la morbidité et la mortalité infantiles.

Une croyance antique (Galien) considérait le lait comme du sang blanchi. La peur de mélanger le sang des couches et le lait conseillait de ne pas donner de lait maternel au nouveau-né. Une pratique était de faire jeûner le nouveau-né pendant plusieurs heures ou plusieurs jours, une autre était de donner des aliments de diversification (pain, bouillie).

Ces pratiques avaient l’inconvénient non seulement de priver le nouveau-né du colostrum, première sécrétion de lait maternel riche en anticorps et en éléments nutritifs digestes, mais aussi d’introduire prématurément une nourriture diversifiée indigeste et inadaptée au nouveau-né.

Dans les premiers moments de sa vie, on faisait donc subir au nouveau-né à la fois un sevrage (privation de lait maternel) et une diversification alimentaire (apport d’aliments solides).

Socio-culturelles[modifier | modifier le code]

L'âge du sevrage varie en fonction du type de société et, même dans ces sociétés, il varie en fonction des individus et des avis pédiatriques.

En effet, plus un enfant sera sevré tard - 2, 3 ans voire plus - plus il sera facile de subvenir à ses besoins alimentaires dans un premier temps. À l'inverse, les sociétés occidentales modernes privilégient un sevrage dans les six premiers mois afin de faciliter la reprise professionnelle de la mère.

Le sevrage chez l'animal[modifier | modifier le code]

Chez l'animal comme chez l'homme, le sevrage est l'arrêt de l'allaitement maternel ou du nourrissement parental. Mais, contrairement à l'humain dont le processus de maturation est plus lent, chez l'animal, le passage à une alimentation solide complète signe généralement son autonomie.

Si l'âge de l'autonomie sert de repère, par exemple pour adopter un animal, c'est donc bien de la diversification dont il faut tenir compte, et non de l'arrêt de l'allaitement, celui-ci pouvant intervenir précocement, même à la naissance, sans aucun bénéfice du lait maternel.

De nombreux animaux d'élevage sont actuellement sevrés bien avant la diversification, souvent dès la naissance et, de ce fait, alimentés avec des substituts du lait de leur espèce (préparations lactées se rapprochant du profil de lait de leur espèce).

La diversification alimentaire se fait parmi cette alimentation par substituts et n'a pas valeur de sevrage, celui-ci ayant déjà été effectué précédemment.